remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : septembre 2016

Battanchon, Gaston Félix


Né le 1er février 1852 à Genève (Suisse), décédé le 16 mars 1915. Directeur adjoint de l’Union agricole d’Afrique, à Saint-Denis-du-Sig (Algérie) dans la seconde moitié des années 1870 ; puis professeur départemental d’agriculture en Saône-et-Loire.


Gaston Félix Battanchon est le fils de Félix Battachon, compositeur et professeur de musique à Genève en 1852. Il effectue des études à l’École d’agriculture de Grignon entre 1871 et 1873. Puis, après un passage d’une année dans l’armée, il entre au service de l’Union agricole d’Afrique, vers 1874-1875. Il est nommé adjoint de Bleur, qui dirige les travaux agricoles de l’exploitation ; il est présenté comme « un ancien élève distingué de Grignon » [1] et doit progressivement se familiariser avec les conditions de l’agriculture algérienne aux côtés de Bleur auquel il doit succéder. Il est marié avec Greta Mansfield ; une fille naît pendant son séjour à Saint-Denis-du-Sig.

Les circonstances sont alors assez difficiles pour l’Union : depuis les environs de 1870, les administrateurs s’efforcent de renouer avec les objectifs initiaux de la société fondée en 1845-1846 par des fouriéristes lyonnais souhaitant associer le travail et le capital ; mais le retour à l’exploitation directe des terres nécessite des investissements coûteux et réduit les revenus tirés des locations. La société est dans une mauvaise situation financière au milieu des années 1870. De surcroît, Bleur décède en 1875, tandis que Victor Ratte, autre membre de la direction, quitte la ferme de l’Union. Félix Battanchon se retrouve donc seul à la tête d’une exploitation confrontée à de nombreux problèmes. Lors de l’assemblée générale des actionnaires de 1878, certains participants critiquent son inexpérience et les mauvais résultats de la société [2]. Ses fonctions cessent le 1er janvier 1879. Après son départ, le conseil d’administration découvre un trou dans les caisses de l’Union et se plaint de divers « abus » [3].

En 1885, il est nommé professeur départemental d’agriculture en Saône-et-Loire. Il fait partie de plusieurs associations agricoles et viticoles régionales et nationales ; il participe à de nombreux congrès et concours agricoles ; il prononce des conférences dans la Saône-et-Loire et dans les départements voisins ; il collabore à divers périodiques professionnels. Son activité lui vaut plusieurs décorations : chevalier (1891) puis officier (1897) du mérite agricole, officier d’académie en 1905, chevalier de la Légion d’honneur en 1905 [4].

En dehors de son passage à l’Union agricole d’Afrique, on ne lui connaît pas d’autres relations avec le mouvement fouriériste. Cependant, l’un de ses oncles paternels, Pierre-François Battanchon, professeur de musique à Libourne, puis à Bordeaux, figure sur un répertoire d’adresses de l’École sociétaire correspondant aux années 1850 et 1860 [5]. Sa tante Adèle Battanchon, mariée avec Alphonse Esquiros, est elle-même très proche en 1848 des féministes Jeanne Deroin, Eugénie Niboyet et Désirée Gay.


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : septembre 2016

Notes

[1Bulletin de l’Union agricole d’Afrique, 1875.

[2Bulletin de l’Union agricole d’Afrique, 1878.

[3Bulletin de l’Union agricole d’Afrique, 1879.

[4Archives nationales, dossier de Légion d’honneur, LH 136/17 (en ligne sur la base Léonore).

[5École normale supérieure, fonds Considerant, carton 13, dossier 8, répertoire d’adresses.


Ressources

Œuvres :
Congrès national viticole de Mâcon. 1887. Rapport présenté au nom de la 2e commission. Maladies cryptogamiques, Mâcon, Impr. de Protat, 1887, 11 p.
Exposition d’engins grêlifuges, Dijon, 1904 (avec Lucien Picard, ingénieur).

Sources :
Archives nationales d’outre-mer, état civil de Saint-Denis-du-Sig, acte de naissance d’Ida Battanchon, 7 septembre 1877 (en ligne sur le site des Archives nationales d’outre-mer).
École normale supérieure, fonds Considerant, carton 13, dossier 8, répertoire d’adresses.
Bulletin de l’Union agricole d’Afrique, 1875 à 1879.

Bibliographie :
Naomi J. Andrews, Socialism’s Muse. Gender of the Intellectual Landscape of French Romantic Socialism, Lanham, Lexington books, 2006, chapitre 7, « The Feminist and the Socialist : Adèle and Alphonse Esquiros and the Revolution of 1848 ».
Bernard Desmars, « L’Union agricole du Sig : projet phalanstérien, œuvre philanthropique ou entreprise capitaliste ? », Cahiers Charles Fourier, n° 16, décembre 2005, p. 39-50. (en ligne sur le site charlesfourier.fr).

Sitographie :
Base Leonore, dossier de la Légion d’honneur.
Wikipédia, notice d’Adèle Esquiros, née Battanchon et présentation de la famille Battanchon.


Index

Lieux : Saint-Denis-du-Sig, Algérie

Notions : Agriculture - Union agricole d’Afrique

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Battanchon, Gaston Félix », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en septembre 2016 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1749 (consultée le 11 octobre 2017).

 . 

 . 

 .