remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : mars 2013

Chauvelot (ou Barnabé-Chauvelot), (Jean-Baptiste dit) Barnabé


Né le 6 octobre 1820 à Chazelle-l’Echo, commune de Fontangy (Côte-d’Or). Décédé le 18 août 1879 à Paris (Seine). Ancien séminariste. Conférencier phalanstérien aux côtés de Jean Journet à Semur-en-Auxois (Côte-d’Or) en 1846. Employé à La Démocratie pacifique en 1848. « Apôtre des doctrines sociales » en 1848. Secrétaire de Proudhon. Rédacteur au Peuple. Incarcéré à Sainte-Pélagie. Devenu bonapartiste, ultramontain puis royaliste. Journaliste et polémiste catholique.


Propagandiste phalanstérien

Son père Barnabé Chauvelot, propriétaire demeure dans le hameau de Chazelle-l’Echo. Il a épousé à Fontangy le 19 septembre 1816 Huberte Perreau (ou Perrot). (Jean-Baptiste) Barnabé Chauvelot débute ses études « dans une école ecclésiastique de province » [1]. Il entre « très jeune au séminaire [à Paris], s’apercevant, après de profondes études, qu’il n’a pas de vocation pour la carrière que ses parents lui destinaient [sic], la quitte et va prêcher partout gratuitement [sic] la parole qu’il croit devoir faire triompher le progrès, c’est à dire l’émancipation intellectuelle et physique des masses » [2]. En 1846, ayant récemment quitté les ordres, il se convertit sans doute à la doctrine phalanstérienne lors d’une rencontre avec Jean Journet et s’illustre avec lui lors d’une série de trois leçons données à partir du 27 avril à Semur-en-Auxois (Côte-d’Or) [3]. Tous deux, hébergés chez Jean-Jacques Collenot se sont présentés la veille auprès du maire comme « professant la doctrine de Fourier » et pour demander « la permission de se faire entendre ». Le maire, après avis du sous-préfet, réclame que « la politique rest[e] étrangère à leurs discours » [4]. Lors de la première séance, Journet développe une « description des différents états sociaux que le genre humain a traversés dans son développement » pour aborder la théorie de « l’attraction passionnelle » [5]. Le 28 avril Chauvelot anime la deuxième séance mais de manière moins probante. « Ce garçon n’a pas mal pataugé » [6] dans une tentative d’explication du système passionnel de Fourier, explique Marlet, opposant radical. La troisième séance a lieu le 30 avril et est menée par les deux orateurs. Si « M. Jean Journet a abordé la question de la série » [7], Chauvelot s’est contenté de remercier la population locale. Marlet note qu’« il s’est applaudi des sympathies nombreuses et dévouées que son ami et lui auraient trouvées [...], de l’attention qu’on avait bien voulu leur prêter » [8]. Il rapporte par ailleurs les propos de Chauvelot : « le grain que nous sommes venus semer ici germera et portera un jour des fruits abondans [sic] ; mais, que dis-je, déjà il a été semé par deux de nos frères, citoyens des plus honorables de Semur [Jean-Jacques Collenot et Hector Gamet]. Ils continueront après notre départ l’œuvre qu’ils ont si bien commencée. Nous nous reposons sur eux comme sur deux colonnes inébranlables de la doctrine » [9]. Au terme de la dernière séance Marlet apporte la contradiction et décide de « les attaquer de front et directement » [10]. Chauvelot, semble-t-il, perd son sang-froid à l’écoute des premiers arguments développés et reprend « la parole pour répondre, parl[e] avec force et véhémence afin de réfuter ce que [vient] de dire le sieur Marlet » [11]. Certains membres de l’assemblée contestent cette nouvelle intervention, bousculent les orateurs. L’échange s’envenime, Journet traite finalement Marlet de « sacré couyon » [12]. Le commissaire de police, repris par le commandant de gendarmerie signale que « des paroles irritantes et grossières furent échangées », indique que Journet et Chauvelot ont été « apostrophés de saltimbanques, d’imposteurs et qu’on aurait bien fait de ne point les avoir souffert [sic] dans cette ville et qu’ils auraient mérité d’être chassés à coup de pied au cul ». La sortie des orateurs est houleuse. Le sous-préfet de l’arrondissement en profite pour interdire toute réunion phalanstérienne. L’affaire a des retentissements au sein de l’Ecole sociétaire qui par la plume d’Allyre Bureau se désolidarise officiellement de Journet [13]. Chauvelot ne semble pas inquiété. En juin, Victor Hennequin lors de son passage à Semur-en-Auxois signale par ailleurs que le vrai nom de celui qui était connu de l’Ecole sociétaire sous le patronyme de Barnabé est en fait Chauvelot. Jean Gaumont affirme que Chauvelot entretient des liens plus profonds avec l’Ecole sociétaire [14]. Il est fort probablement l’« employé à La Démocratie pacifique » [15] qui s’illustre lors des journées de février. Il fréquente également le club des Socialistes unis présidé par Bureau (voir cette notice) et Brunier de mars à juin 1848.

Clubiste et secrétaire de Proudhon

Durant la campagne législative de 1848, au club de l’Union, il apostrophe Lacordaire réclamant qu’il se prononce sur un discours de Montalembert « contre nos père de 93 » [16]. Il devient secrétaire de Proudhon et collabore au Peuple [17]. En octobre 1848, il est condamné comme président du club de Saint-Antoine pour avoir fait percevoir un droit d’entrée aux personnes étrangères au club et pour défaut de procès-verbal des incidents [18]. En novembre, il est cité devant le jury de la cour d’assises de la Seine pour contravention à la loi sur les clubs, « affaire des clubs du Vieux Chêne et de Saint-Antoine » [19]. Il est présenté comme « apôtre des doctrines sociales ». Il est condamné avec Boquet, Vidal, Merlieux, Muirson et Valleton, bien qu’ayant récusé le jury issu de la monarchie de Juillet, jury qui aurait dû être élu selon un nouveau décret adopté par l’Assemblée nationale [20]. Il doit purger une peine d’un an de prison et payer une amende de mille francs. A nouveau devant la cour d’assises le 12 décembre 1848, pour délit commis au club de Saint-Antoine lors de la séance du 21 novembre [21], il est condamné à huit mois de prison et mille francs d’amende [22]. Il préside le club de la Reine blanche [23] ce qui lui vaut d’être enfermé à Sainte-Pélagie fin janvier 1849. Il est coupable d’injures envers le commissaire de police. En appel, sa peine est réduite à huit mois d’emprisonnement [24]. Lors de la célébration de l’anniversaire de la proclamation de la République en septembre 1849, les prisonniers de la prison de Sainte-Pélagie sont autorisés à célébrer l’événement par un banquet qui se déroule dans la cours de la prison. A défaut de prononcer les toasts,l’administration les autorisent à les publier dans la presse. Il prononce un simple toast « A Kossuth » [25], leader de la révolution de mars 1848 en Hongrie et auteur de la proclamation de l’indépendance de la République de Hongrie en avril 1849.

Polémiste catholique

La lecture durant sa détention de L’Imitation de Jésus-Christ lui font retrouver la foi catholique [26]. Il rejette avec frénésie et haine les théories qu’il a pu adorer précédemment. En 1850, dans La Solution, il réclame « une dictature puissante et énergique, une dictature anti-révolutionnaire » [27]. « Socialisme et voltairianisme, voilà les deux sources de nos maux » [28]. Seul le groupe de « la jeune école catholique » à l’Assemblée nationale trouve grâce à ses yeux en proposant une « république chrétienne [...] la charité évangélique » [29]. Mais le sursaut est venu le 10 décembre 1848 avec l’élection de Louis-Napoléon Bonaparte, « la Providence nous a toujours suscité des sauveurs » [30]. L’année suivante, avec La Restauration de l’autorité en France, il dénonce l’anarchisme de Proudhon mais s’en prend également avec haine à Considerant. Chauvelot souligne les réticences anciennes de l’Ecole sociétaire et de Considerant vis à vis de la République et du suffrage universel. « Ne croyant plus à la vertu productrice [sic] et régénératrice de la doctrine phalanstérienne, [Considerant] a cherché un autre piédestal pour s’élever [...]. Aux notes paisibles de la lyre harmonienne ont succédé les sons bruyants du clairon guerrier » [31]. Chauvelot proclame la mise à mort de Considerant : « nous tenons à ce que notre adversaire roule dans la poussière et meure à nos pieds. Allons lui porter de nouveaux coups. Il faut qu’il soit écrasé » [32]. Avec l’Extinction de l’idée révolutionnaire, en 1852, poursuivant son souhait de voir la dictature napoléonienne s’installer et liquider tous les partis, quelques phrases lui permettent de renier définitivement son adhésion antérieure à la pensée de Fourier :

Peuple, il y a deux sortes de révolutionnaires : il y a les révolutionnaires du Diable et les révolutionnaires du bon Dieu. Les premiers veulent bien réformer la société coupable, mais ne point se réformer eux-mêmes ; les seconds, au contraire, sans négliger la réforme sociale, croient qu’il faut d’abord se réformer soi-même.

Quel est, je vous le demande, le problème de la destinée humaine qu’ont résolu ces prétendus philosophes ?

Les uns, comme Charles Fourier et son école, méconnaissant toutes les nobles aspirations de l’âme, ont affirmé que la grande mission de l’homme dans ce monde et dans les sphères transmondaines était de consommer, de consommer encore, de consommer toujours ; les autres, comme M. Proudhon et ses ignorants disciples, ont voulu emprisonner l’homme sur cette terre en affirmant le néant après la mort, d’autres enfin, comme M. Pierre Leroux et son école, se sont jetés dans un panthéisme souvent inintelligible et toujours ridicule. Je défie le plus profond, le plus habile analyste du monde de trouver au milieu de ce fatras, je ne dis pas une science sociale ; mais même l’ombre d’une science sociale. Là, rien, ne tient, tout est disparate, contradictoire.

Figurez-vous un champ cultivé par des fous et vous aurez une juste idée du socialisme. [...]

Charles Fourier, celui de tous qui a eu les plus grandes prétentions scientifiques, n’a ni assez de sarcasmes, ni assez de grossières injures à déverser contre l’abominable morale [sic]. Il n’y a pas une page des dix gros volumes que ce fou a écrits, qui ne soit remplie d’outrages contre la plus sublime doctrine, la doctrine du Christ [33].

Enfin, la même année, dans Proudhon et son livre, il s’attaque à La Révolution démontrée par le coup d’état de Proudhon. Chauvelot s’illustre également dans la presse. Il est rédacteur au Franc-Juge avec Raymond Brucker. Il devient un ardent polémiste catholique et s’affirme royaliste convaincu. Il écrit au Croisé, dans La Revue de la presse, dans Le Messager de la Charité. En 1870-1871, il dirige La Gazette d’Auvergne. Lors de son décès, il est l’un des rédacteurs de La Revue du monde catholique et de L’Univers en charge des débats législatifs, dont l’un des derniers semble l’avoir éprouvé : « l’autre jour un des nombreux amis que son noble caractère lui avait fait dans la presse conservatrice déclarait que c’était la loi Ferry qui l’avait tué » [34]. L’auteur de sa nécrologie dans L’Univers affirme « qu’il ne connut pas d’ennemis parmi ses plus ardents adversaires, car ceux mêmes qu’il flagellait impitoyablement l’estimaient pour sa rude franchise et son incomparable loyauté » ? Lors de son décès, il réside 127 rue du Cherche-Midi. Il est marié à Rose Eléonore Ferrié, âgée de 45 ans, et est père deux petites filles.


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : juin 2016

Notes

[1Polybiblion, revue bibliographique universelle, partie littéraire, deuxième série, tome dixième, Paris, 1879, p. 271.

[2Hector Gamet, Réponse à la brochure de M. Hippolyte Marlet intitulée les fouriéristes à Semur, Dijon, impr. de madame Ve Noellat, 1846, p. 4. Voir le notice Gamet, Hector.

[3Jean-Claude Sosnowski, « Du phalanstère à la République. Jean-Jacques Collenot (1814-1892) ou la diffusion des théories de l’Ecole sociétaire dans une petite ville bourguignonne, Semur-en-Auxois », charlesfourier.fr, rubrique : “Etudes, articles inédits”, mars 2011, URL :http://www.charlesfourier.fr/spip.p....

[4Archives départementales de la Côte-d’Or, 20M700, troubles à l’ordre public survenus à Semur-en-Auxois, 1836-15 février 1848 , brouillon du rapport du sous-préfet de Semur au préfet, 30 avril 1846.

[5Hippolyte Marlet, Les Fourriéristes [sic] à Semur, exposition et réfutation de leur doctrine, Semur, impr. de P. Coquillon, 1846, pp. 3-4.

[6Ibid., p. 4.

[7Ibidem, p. 5.

[8Ibidem, p. 6.

[9Ibidem, p. 6.

[10Ibidem, p. 7.

[11Archives départementales de la Côte-d’Or, 20M700, troubles à l’ordre public survenus à Semur-en-Auxois, 1836-15 février 1848 , rapport du commissaire de police, 30 avril 1846.

[12Archives départementales de la Côte-d’Or, 20M700, troubles à l’ordre public survenus à Semur-en-Auxois, 1836-15 février 1848 , rapport du commissaire de police, 30 avril 1846.

[13La Démocratie pacifique, 6 mai 1846.

[14Jean Gaumont, Un républicain révolutionnaire romantique, Armand Lévy (1827-1891), Paris, M. Rivière, 1932, p. 6.

[15Charles Robin, Histoire de la Révolution française de 1848, tome premier, Paris, Eugène et Victor Penaud, [1849], p. 187.

[16Henry Lefranc, « Un moine libéral », Revue bleue, politique et littéraire, n° 19, 4e série, tome XVII, 10 mai 1902, p. 578.

[17L. Nemours Godré, « Barnabé Chauvelot », Revue du monde catholique, recueil scientifique, historique et littéraire, Paris, Bruxelles, Société générale de librairie catholique, 1879, tome 59, p. 608.

[18L’Ami de la Religion, n° 4675, 8 octobre 1848, p.84. « Bulletin [du parquet] du 30 septembre », cité par Iouda Tchernoff, Associations et sociétés secrètes sous la Deuxième République, 1848-1851, d’après des documents inédits, Paris, Félix Alcan, 1905, pp. 226-227.

[19La Révolution démocratique et sociale, 30 novembre 1848, p. 6.

[20Ibidem, p. 2.

[21La Révolution démocratique et sociale, 8 décembre 1848, p. 4.

[22La Révolution démocratique et sociale, 13 décembre 1848, p. 4.

[23La Révolution démocratique et sociale, 29 janvier 1849, p. 4.

[24La Révolution démocratique et sociale, 23 février 1849, p. 4.

[25Le Journal des débats politiques et littéraires, 28 septembre 1849, p. 2.

[26« Barnabé Chauvelot »,L’Univers, 19 août 1879.

[27La Solution, Paris, D. Giraud et J. Dagneau, 1850, p. 18.

[28Ibidem, p. 31.

[29Ibidem, p. 61.

[30Ibidem, p. 62.

[31La Restauration de l’autorité en France, Paris, Allouard et Kaeppelin, 1851, p. 55.

[32Ibid., pp. 55-56.

[33Extinction de l’idée révolutionnaire, Paris, Garnier frères, 1852, pp. 46-47.

[34L. Nemours Godré, « Barnabé Chauvelot », Revue du monde catholique, recueil scientifique, historique et littéraire, Paris, Bruxelles, Société générale de librairie catholique, 1879, tome 59, p. 612.


Ressources

Œuvres

Rédacteur au Franc-juge, au Croisé, au Messager de la Semaine, à L’Univers, à La Revue du monde catholique.
La Solution, Paris, D. Giraud et J. Dagneau, 1850, 74 p. (en ligne sur Gallica).
La Restauration de l’autorité en France, Paris, Allouard et Kaeppelin, 1851, 94 p. (en ligne sur Gallica) (en particulier les pp. 54-71, [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5727498h/f56.image]).
Extinction de l’idée révolutionnaire, Paris, Garnier frères, 1852, 160 p. (en ligne sur Gallica).
Proudhon et son livre, Paris, D. Giraud et J. Dagneau, 1852, 234 p.
Collabore à Isidore Mullois (dir.), Encyclopédie populaire, Paris, 1856-1857.
Le Lys des vallées, ou Histoire de la Vierge, Paris, A. Josse, 1859, 148 p.
Scènes de la vie de campagne (Le Riollot), Paris, C. Dillet, 1861, 230 p.
À M. Ernest Renan. La divinité du Christ d’après Napoléon Ier et les plus grands génies du monde..., Paris, Humbert, 1863, 105 p.
Le R. P. Gratry, Paris, V. Palmé, (1862), 16 p.
Lettres de Louis XVI, correspondance inédite, discours, maximes, pensées, observations diverses, etc., avec une introduction et des notes, Paris, C. Dillet, 1862 (en ligne sur Hahti Trust Digital library).
L’Auteur de "La Religieuse et du Maudit", ou l’Abbé*** démasqué, Paris, V. Palmé, 1864, 61 p.
Voltaire au pilori, Paris, F. Bouquerel, 1867, 121 p.
Solidaire et chrétien, Paris, C. Dillet, 1868, 163 p.

Sources

Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS39(2) 681Mi65, lettre de Victor Hennequin, Semur-en-Auxois le 17 juin 1846 ; 10AS31(7) (681Mi52), registre du club des Socialistes unis, 1848.
Archives départementales de la Côte-d’Or, FRAD021_288, 5MI27R034, registre de l’état civil de Fontangy, acte de naissance n° 25 du 7 octobre 1820 (en ligne sur le site des Archives départementales de la Côte-d’Or, vues 25-26).
Archives départementales de la Côte-d’Or, 8M33, rapports périodiques de police et de gendarmerie 1844-1848 : n° 190, rapport du commandant de la 20ème légion de gendarmerie au préfet de la Côte-d’Or, 1er mai 1846 ; 20M700, troubles à l’ordre public survenus à Semur-en-Auxois 1836-15 février 1848  : rapports du commissaire de police de la Ville de Semur au sous-préfet, 28 et 30 avril 1846 ; brouillon du rapport du sous-préfet de Semur au préfet, 30 avril 1846.
Archives de Paris, V4E 4603, registre de l’état civil, 15e arrondissement, acte de décès n° 2405 du 18 août 1879 (en ligne sur le site des Archives de Paris, vue 9).
Charles Robin, Histoire de la Révolution française de 1848, tome premier, Paris, Eugène et Victor Penaud, [1849], p. 187 (en ligne sur Google livres).
Iouda Tchernoff, Associations et sociétés secrètes sous la Deuxième République, 1848-1851, d’après des documents inédits, Paris, Félix Alcan, 1905, p. 227 et p. 391 (en ligne sur Internet Archive.org).
La Démocratie pacifique, 8 octobre1848.
L’Ami de la Religion, n° 4675, 8 octobre 1848, p.84 (en ligne sur Gallica).
La Révolution démocratique et sociale, 8 décembre 1848, p. 4 (en ligne sur Gallica, vue 142).
La Révolution démocratique et sociale, 30 novembre 1848, p. 2 et p. 6 (en ligne sur Gallica, vues 107 et 109).
La Révolution démocratique et sociale, 13 décembre 1848, p. 4 (en ligne sur Gallica, vue 163).
La Révolution démocratique et sociale, 29 janvier 1849, p. 4 (en ligne sur Gallica, vue 348).
La Révolution démocratique et sociale, 23 février 1849, p. 4 (en ligne sur Gallica, vue 461).
Le Journal des débats politiques et littéraires, 28 septembre 1849, p. 2 (ne ligne sur Gallica, p. 2).
Paris qui s’en va, Paris qui vient, publication littéraire et artistique dessinée par Léopold Flameng ; texte par Arsène Houssaye, Théophile Gautier, Paul de Saint-Victor, Henri Murger, Champfleury, Charles Monselet, et al., Paris, Alfred Cadart, 1859-1860, p. 3 (en ligne sur Gallica, vue 189).
« Barnabé Chauvelot », L’Univers, 19 août 1879, p. 1 (en ligne sur Gallica).
L. Nemours Godré, « Barnabé Chauvelot », Revue du monde catholique, recueil scientifique, historique et littéraire, Paris, Bruxelles, Société générale de librairie catholique, 1879, tome 59, pp. 608-613 (en ligne sur Internet Archive.org).
Annales catholiques, 23 août 1879, pp. 424-425 (en ligne sur Gallica, vues 32-33).
Polybiblion, revue bibliographique universelle, partie littéraire, deuxième série, tome dixième, Paris, 1879, p. 271-272 (en ligne sur Gallica).

Bibliographie

Henry Lefranc, « Un moine libéral », Revue bleue, politique et littéraire, n° 19, 4e série, tome XVII, 10 mai 1902, pp. 577-581.(En ligne sur Internet Archive.org).
Jean-Baptiste Duroselle, Les Débuts du catholicisme social en France (1820-1870), Paris, Presses universitaires de France, 1951, p. 484.
Jean-Claude Sosnowski, « Jean-Jacques Collenot (1814-1892) ou la diffusion des théories de l’Ecole sociétaire dans une petite ville bourguignonne, Semur-en-Auxois », charlesfourier.fr, rubrique : “Etudes, articles inédits”, mars 2011, URL :http://www.charlesfourier.fr/spip.p....


Index

Lieux : Paris, Seine - Semur-en-Auxois, Côte-d’Or

Notions : Bonapartisme - Catholicisme - Club - Presse - Propagande - Proudhonisme - Royalisme - Socialisme - Ultramontanisme

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Chauvelot (ou Barnabé-Chauvelot), (Jean-Baptiste dit) Barnabé », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2013 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1146 (consultée le 10 décembre 2017).

 . 

 . 

 .