remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : décembre 2012

Maignot, Louis


Né le 9 nivôse an XIII (30 décembre 1804) et décédé le 26 août 1885 à Dijon (Côte-d’Or). Négociant-commissionnaire à Dijon au port du canal. Ancien saint-simonien.


Il est le fils de Prudent Maignot, cloutier à Dijon et de Marie Magnien. Il épouse à Dijon le 29 août 1836, Etiennette Magnien, native de Chevigny-saint-Sauveur (Côte-d’Or), fille d’un instituteur décédé. Négociant résidant au Port du canal à Dijon, il dirige une entreprise de commerce de roulage de charbon de terre par voie d’eau [1]. Son frère Nicolas et son beau-frère Jean Badet sont marchands de fer à Dijon.

Membre du degré préparatoire de l’Eglise saint-simonienne de Dijon, lors du schisme qui la frappe, il signe le 26 février 1832, dans Le Patriote de la Côte-d’Or avec d’autres membres de l’Eglise dijonnaise, une lettre dans laquelle il se désolidarise du Père Enfantin : « nous déclarons que nous protestons hautement contre les doctrines émises par M. Enfantin » au sujet du couple et de « la Femme ». « Nous les considérons comme éminemment fausses, profondément immorales et de tous points contraires à la conception de Saint-Simon. [...] Si jusqu’à ce jour nous n’avons pas protesté publiquement, c’est que n’ayant jamais fait partie de la hiérarchie saint-simonienne, nous avons pensé que notre retraite était suffisante pour dessiner notre position ».

Il est cité en 1839, par son ami Jean-Claude Oudot, parmi la trentaine de Dijonnais qui « se disent hautement phalanstériens » [2]. Jean-Claude Oudot est l’un témoin de la naissance de son fils Paul-Prudent le 26 mai 1837. Louis Maignot s’est abonné à La Phalange par son intermédiaire en août 1836 [3]. Ses contacts avec l’Ecole sociétaire et plus particulièrement avec Victor Considerant concernent des demandes de renseignements sur diverses inventions : machine à vapeur de Pelletan [4] adaptée aux bateaux, machine de Franchot [5], machine à air chaud destinée à remplacer l’eau. Dès 1839, Maignot se propose d’acquérir un modèle de cette machine dont la « découverte devrait profiter à l’établissement d’un phalanstère », Victor Considerant devant « en diriger l’exploitation » [6]. Il compte installer cette machine pour remédier au chômage de son moulin [7]. Il est l’un des signataires de l’appel lancé le 11 mars 1846 par les phalanstériens de Dijon aux phalanstériens de France en vue de sauver la colonie de Cîteaux, eu égard aux « sacrifices » et au « dévouement » d’Arthur Young en faveur de l’Ecole sociétaire. « Les intérêts de M. Young se lient aux intérêts moraux et matériels de l’Ecole sociétaire ». N’ayant jamais participé à cette expérience, les phalanstériens dijonnais ne peuvent être suspectés « de partialité » [8].

En 1869, il est rentier, résidant au 8 Port du canal ; son fils Paul est sous-officier. Lors de son décès en 1885, il réside 3 place Saint-Michel à Dijon.


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : avril 2017

Notes

[1Sébastien Bottin, Almanach-bottin du commerce de Paris, des départements de la France et des principales villes du monde, Paris, Bureau de Almanach du commerce, 1842, p. 607.

[2Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS41 (681Mi71), lettre de Oudot, 25 mars 1839.

[3Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS41 (681Mi71), lettre de Oudot, 6 août 1836.

[4Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS41 (681Mi71), lettre de Oudot, 21 juin 1839.

[5Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS41 (681Mi71), lettres de Maignot, 20 juin 1839, 31 novembre 1841. Voir la notice Louis Franchot.

[6Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS41 (681Mi71), lettre de Maignot, 20 juin 1839.

[7Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS41 (681Mi71), lettre de Maignot, 31 novembre 1841.

[8Bibliothèque municipale de Dijon, Fonds Mignard, manuscrit MS 2798, cahier A, pp. 215-224, copie de l’appel des phalanstériens de Dijon en faveur d’Arthur Young du 11 mars 1846. Par erreur de transcription, Thomas Voët, La Colonie phalanstérienne de Cîteaux, 1841-1846, Dijon, Ed. de l’Université de Dijon, 2001, p. 165 cite Louis Meugniot, vétérinaire, souvent confondu avec Maignot.


Ressources

Sources

Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS31 (1) (681Mi51) liste des « abonnés qui ont droit aux gravures de Chartres », [1836] ; 10AS40 (681Mi68), lettres de Louis Maignot, 20 juin 1839, 31 novembre 1841 ; 10AS41 (681Mi71), lettres de Oudot, 6 août 1836, 25 mars 1839.
Archives départementales de la Côte-d’Or, FRAD021, 239, 5MI09R136, registre de l’état civil de la ville de Dijon, acte de naissance n° 218 du 11 nivôse an XIII (en ligne sur le site des Archives départementales de la Côte-d’Or, vue 119).
Archives départementales de la Côte-d’Or, FRAD021_239, 5MI09R195, registre de l’état civil de la ville de Dijon, acte de mariage n° 126 du 29 août 1836 (en ligne sur le site des Archives départementales de la Côte-d’Or, vues 152-153).
Archives départementales de la Côte-d’Or, FRAD021_239, 2E239ART364, registre de l’état civil de la ville de Dijon, acte de décès n° 906 du 27 août 1885 (en ligne sur le site des Archives départementales de la Côte-d’Or, vue 234).
Archives départementales de la Côte-d’Or, FRAD021_239, 5MI09R196, registre de l’état civil de la ville de Dijon, acte de naissance de Paul-Prudent Maignot, n° 339 du 26 mai 1837 (en ligne sur le site des Archives départementales de la Côte-d’Or, vues 123-124).
Le Patriote de la Côte-d’Or, 26 février 1832.
« Machine à air présentée à l’Académie des Sciences par Mr. Franchot », La Phalange, 6 septembre 1840, n° 3, col. 61-64 (en ligne sur Gallica).
Sébastien Bottin, Almanach-bottin du commerce de Paris, des départements de la France et des principales villes du monde, Paris, Bureau de Almanach du commerce, 1842, p. 607 (en ligne sur Gallica).
Mlle E. Chandellier, Les Adresses dijonnaises, 1869, Dijon, impr. de J. Marchand , 1869, p. 70 (en ligne sur Gallica).

Bibliographie

Olivier Baudouin, Les Saint-simoniens en Bourgogne, 1831-1833, Dijon, Université de Bourgogne, 2002, mémoire de maîtrise, Histoire.
Anne-Dominique Laurin, Le Socialisme utopique en Côte-d’Or sous la monarchie de Juillet, 1830-1848, Dijon, mémoire de maîtrise d’Histoire contemporaine, 1974.
Pietro Redondi, L’Accueil des idées de Sadi Carnot et la technologie française de 1820 à 1860, de la légende à l’histoire, Paris, Vrin, 1980.


Index

Lieux : Cîteaux (commune de Saint-Nicolas-lès-Cîteaux, Côte-d’Or) - Dijon, Côte-d’Or

Notions : Groupe local - Invention - Saint-simonisme

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Maignot, Louis », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2012 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1054 (consultée le 12 décembre 2017).

 . 

 . 

 .