remonter 
Thomas Bouchet  |  mise en ligne : mars 2009

Confais, Hyacinthe


Né vers 1796 à Paris (?). Entrepreneur en peinture, tenancier de café, puis à nouveau peintre en bâtiment à Paris. Fondateur du café phalanstérien à Paris. Membre du comité de rédaction du journal Le Nouveau Monde en 1839. Vice-président du Comité pour la souscription universelle phalanstérienne pour la fondation d’un phalanstère et membre de l’Union harmonienne en 1840. Colon de Cîteaux en 1841-1842. Dirigeant-fondateur de l’Association fraternelle des ouvriers peintres et vitriers en bâtiment en 1848.


Hyacinthe Confais, entrepreneur en peinture résidant 267 rue Saint-Jacques à Paris est l’un des neuf associés fondateurs de la société d’entreprises générales « le Sociantisme, union des agents producteurs : capital, travail et talent », société « Henri Bertrand, André et compagnie » fondée le 9 juin 1837. La société a pour objectif « l’exploitation de plus en plus large de diverses branches d’industrie dans le but de faire travailler un plus grand nombres d’ouvriers. Cette exploitation aura lieu au profit combiné du capital, du travail, et du talent, afin d’associer ces trois éléments de la création des richesses, et de démontrer par une expérience [qu’elle] doit avoir les plus heureux résultats » [1].

Il est l’un des souscripteurs au « crédit de dix mille francs demandé pour les études d’un phalanstère d’enfants » [2]. Au 27 juillet 1838, il contribue pour la somme de vingt francs.

Proche des positions de Czynski, il est à la fin de l’année 1839 membre du comité de rédaction de la revue fouriériste dissidente Le Nouveau Monde. Il joue un rôle actif dans cette mouvance du fouriérisme. On lit dans Le Nouveau Monde du 11 septembre 1839 : « Monsieur Confais, l’un des premiers disciples de Fourier, vient d’ouvrir un Café et estaminet phalanstériens rue Saint-Jacques, 67. On y trouve en lecture tous les journaux et ouvrages de l’Ecole Sociétaire ». Dix jours plus tard, les lecteurs du Nouveau Monde apprennent qu’il « donne en lecture tous les livres de l’Ecole, même la Théorie des Quatre Mouvements » ; il « offre le modèle d’un travailleur éclairé ; il partage son temps en travaux qui font vivre sa famille et à l’étude de la théorie. Nous sommes fiers de le compter parmi nos amis. »

Le 13 janvier 1840 il reçoit chez lui à 20 heures les membres du Comité pour la souscription universelle phalanstérienne, dont il est vice-président ; cette annonce est accompagnée dans Le Nouveau Monde du 11 janvier par l’information suivante : « les phalanstériens de province trouvent des chambres commodes et bon marché chez lui. » Il est signataire le 21 janvier de l’« Appel des disciples de Fourier » : « Mettons-nous à l’œuvre, stipule cet appel, et le phalanstère surgira. » En février il vend des billets pour le bal organisé en vue de nourrir la souscription pour la réalisation du phalanstère (il en coûte 2 francs par cavalier et 1 franc pour les dames. Un peu plus tard (avril 1840), il ouvre chez lui un cours de phrénologie. La première séance se déroule le 20 avril. Selon l’Almanach social pour l’année 1840, il est correspondant de l’Union harmonienne, cité comme tenancier du café phalanstérien parmi les « principaux artistes et travailleurs de l’Ecole sociétaire » à Paris. L’année suivante, il est peintre en bâtiment.
C’est sans doute (entre autres) à lui que Le Nouveau Monde fait allusion dans sa livraison du 1er octobre 1841, à propos de la colonie phalanstérienne de Cîteaux : « Plusieurs de nos condisciples, quelques-uns de ceux que nous avons initiés à la science sociétaire, sont déjà partis pour prendre part à l’entreprise. » La présence de Confais à Cîteaux est attestée par le contrôle nominatif du 1er janvier 1842. Avec lui se trouvent sa mère Elisabeth, son frère cadet Théodore, sa belle-sœur et son neveu. Confais joue au printemps 1848 un rôle important. Il est dirigeant-fondateur de l’Association fraternelle des ouvriers peintres et vitriers en bâtiment. Il est l’auteur d’un très intéressant opuscule sur la manière de mettre en pratique l’organisation du travail : il dénonce la domination du capital sur le travail (il souligne en particulier les difficultés que rencontrent les peintres en bâtiment « à la discrétion des entrepreneurs »), prône les vertus de l’association, insiste sur la nécessité d’établir un tarif unique du prix, fondé sur le prix de revient. Il pense que l’Etat a un rôle à jouer : l’avance du capital à la corporation ouvrière. Il propose des solutions aux ravages exercés par le chômage ambiant. Il y a un léger parfum fouriériste dans le texte : Confais parle d’« analogie » entre les divers corps de métiers et branches d’industrie, il se prononce pour la suppression « des intermédiaires superflus » dans le commerce et les échanges.


Thomas Bouchet

Dernière mise à jour de cette fiche : décembre 2014

Notes

[1Archives nationales, minutier central ET/CII/810 (Étude 102) minutes de Me Lambert de Sainte-Croix, acte du 9 juin 1837 concernant la constitution de la société Le Sociantisme, Société Henri Bertrand, André et compagnie créée en nom collectif et commandite, article 2.

[2Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS31 (1) (681Mi51, vue 24), « crédit de dix mille francs demandé pour les études d’un phalanstère d’enfants, sommes versées au 27 juillet 1838 ». Voir en particulier la notice Jules Bing


Ressources

Œuvre

Organisation du travail proposée par Confais et adoptée par les membres de la commission de la corporation des ouvriers peintres, Paris, Librairie de la Révolution, 1848, 16 p. (reproduit dans 1848. La Révolution démocratique et sociale, Paris, Edhis, 1984 (pièce 7).

Sources

Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS31 (1) (681Mi51, vues 23-25), « crédit de dix mille francs demandé pour les études d’un phalanstère d’enfants, sommes versées au 27 juillet 1838 ».

Archives nationales, minutier central ET/CII/810 (Étude 102), minutes de Me Lambert de Sainte-Croix, acte du 9 juin 1837 concernant la constitution de la société Le Sociantisme, Société Henri Bertrand, André et compagnie créée en nom collectif et commandite.

Le Nouveau Monde, 11 et 21 septembre 1839, 1er novembre 1839, 11 et 21 janvier 1840, 11 février 1840, 1er mai 1840.

Almanach social pour l’année 1840, Paris, Librairie sociale, 1840, p. 179 et p. 185. (En ligne sur le site de la Bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers, Premiers socialismes).

Almanach social pour l’année 1841, Paris, Librairie sociale, 1841, p. 173. (En ligne sur le site de la Bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers, Premiers socialismes).

Bibliographie

Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français

Jonathan Beecher, Victor Considerant and the Rise and Fall of French Romantic Socialism, Berkeley, California UP, 2001

Thomas Voet, La colonie phalanstérienne de Cîteaux, 1841-1846. Les fouriéristes aux champs, Dijon, EUD, 2001.

Notes de Michel Cordillot et Jean-Claude Sosnowski


et sur ce site...

Michel Cordillot Thomas VOET : La Colonie phalanstérienne de Cîteaux, 1841-1846 (2001)
Cahiers - 2001 / n° 12 - décembre 2001
article en texte intégral


Index

Lieux : Cîteaux (commune de Saint-Nicolas-lès-Cîteaux, Côte-d’Or) - Paris, Seine

Notions : Association - Dissidents - Phalanstère - Presse - Réalisateurs - Union harmonienne

Pour citer cette notice

BOUCHET Thomas, « Confais, Hyacinthe », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2009 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article650 (consultée le 14 octobre 2017).

 . 

 . 

 .