remonter 
Jean-Yves Guengant  |  mise en ligne : mars 2011

Cuzent, René-Henry


Né à Lambézellec (Finistère) le 20 juillet 1794, mort à Brest (Finistère) le 11 juin 1875. Marchand tapissier. Avec sa femme et son fils, il illustre l’engagement d’une famille fouriériste au cours du XIXe siècle, du combat pour la création d’associations mutualistes jusqu’à la construction de la république à partir de 1870.


Il naît à Lambézellec, ville de l’agglomération brestoise, le 2 Thermidor de l’an II de la République (20 juillet 1794). Son père, Jean-Baptiste est sous-commis de la marine. René-Henry fait une formation de tapissier. En 1820, il épouse Marie-Jeanne Lorlat, dont il a un fils le 13 décembre 1820, Gilbert-Henri. En 1824, il s’affilie à la loge brestoise des Élus de Sully, où il a une activité constante (il aurait été initié en 1816, à Nantes). En 1838, il participe à une commission chargée d’examiner la doctrine phalanstérienne ou science sociale de Fourier [1] et mise en place au sein de l’atelier, afin d’étudier et d’exposer la doctrine de Fourier :

La commission chargée d’examiner les ouvrages de l’École sociétaire fait son rapport et porte à 43 F 50 le prix des ouvrages qu’elle signale comme utile pour se livrer à l’étude de la théorie de Fourier. L’atelier ne se trouvant pas suffisamment éclairé sur les développements donnés à chacun de ces ouvrages, renvoie le travail à la commission avec invitation à s’étendre davantage sur l’utilité de chacun d’eux. (Tenue du 2e jour du 3e mois 1838 - 2 mai 1838).


Dans un second temps sont initiés Jean-René Allanic, professeur de philosophie, (3 octobre 1838), puis Edouard de Pompéry, proposé à l’admission le 21 août 1839 ; « les témoignages les plus flatteurs sont accordés à ce profane [2] ». Plusieurs membres de l’atelier, dont Prosper Levot [3] (1801-1878), bibliothécaire de la marine, et René-Henry, poussent la loge à recevoir Pompéry « pour faire partager à tous la foi dont il est pénétré pour les belles destinées de l’homme, foi résultante des études approfondies de la science sociale de Fourier à laquelle il a voué son talent et sa vie. » Le 23 octobre, il est reçu apprenti. René-Henry Cuzent participe à l’organisation des conférences, puis à la diffusion des idées fouriéristes à Brest, par l’intermédiaire de la librairie de son épouse. En 1844, il devient membre de la Société d’émulation de Brest, au moment où les membres de la loge des Élus de Sully entrent en force dans l’association.
René-Henry, qui tient un magasin de marchand-tapissier et de meubles en centre-ville, fonde en avril 1845, avec l’aide de deux collègues tapissiers, Joseph-Louis Guézénec et Hippolyte Tousseux [4], l’Association de bienfaisance mutuelle [5], dont il devient le président. Première association mutualiste brestoise, elle regroupe 360 membres en 1848, « ouvriers civils », à qui elle alloue une indemnité journalière de 0,75 f par jour en cas de maladie, contre une cotisation mensuelle d’un franc. L’association regroupe des membres issus de l’artisanat : elle refuse l’adhésion de manœuvres du bâtiment ou de manutentionnaires, les risques à assurer étant trop élevés pour les caisses de la société de secours. L’association participe à une grande manifestation fraternelle de soutien à la nouvelle république, le 2 avril 1848, à laquelle plus de 7000 personnes prirent part. Toutes les associations mutuelles et les clubs y étaient représentés.
Après les événements de juin 1848, la répression du mouvement social amène à Brest, près de deux mille insurgés parisiens, qui sont emprisonnés sur des pontons ou au bagne. Les rares démocrates-socialistes et fouriéristes brestois sont alors réduits au silence. La loge des Élus de Sully évite de peu l’interdiction. Elle est suspendue quelques mois.
Membre influent des Élus de Sully, René-Henry participe sous l’Empire, à la rupture entre la loge (1855, les Amis de Sully) et le Grand Orient de France alors sous le contrôle du prince Murat. Il dirige la commission administrative, chargée de mener à bien la construction du nouveau temple maçonnique brestois en 1868.
René-Henry décède le 11 juin 1875, à son domicile brestois.


Jean-Yves Guengant

Dernière mise à jour de cette fiche : décembre 2013

Notes

[1Registre de la loge, séance du 2 mai 1838, 40 J 43, archives départementales du Finistère, Quimper.

[2Registre de la loge, 40 J 43, archives départementales du Finistère.

[3Le frère de Prosper Levot, Auguste-Félix, a rejoint la loge en 1832, il est professeur au collège de Brest, où s’est constitué un groupe de sympathisants fouriéristes autour d’Allanic.

[4Si Joseph-Louis Guézénec (17 mai 1798, Brest - 26 mai 1853, Brest) est membre des Élus de Sully depuis 1833, Hippolyte Tousseux (23 novembre 1808, Brest - 12 janvier 1892, Brest) intègre la loge juste après le cycle de conférences, en décembre 1839.

[5Règlement de la société de bienfaisance mutuelle de Brest. Créée le 24 août 1845, elle fonctionnera jusqu’en 1944. Dossier 5 Q 10 - 2, archives municipales de Brest.


Ressources

Sources

Archives municipales de Brest (état-civil, registres de délibération du conseil municipal, correspondances avec les associations).
Annuaire de la société d’émulation de Brest et du Finistère, en ligne sur Gallica.
Bulletin phalanstérien, 1846-1850, [en ligne sur Les premiers socialismes, bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers]
Bibliothèque municipale de Brest.
Fonds des élus de Sully, archives municipales de Brest.

Bibliographie
Jean-Yves Guengant, « ‘Les Élus de Sully et de Fourier’. Une rencontre durable entre francs-maçons brestois et fouriéristes (1839). Une rencontre durable entre francs-maçons brestois et fouriéristes (1839)”, Cahiers Charles Fourier, n° 18, décembre 2007, pp. 51-66 [disponible en ligne sur ce site].


et sur ce site...

Jean-Yves Guengant Les fouriéristes finistériens : promoteurs d’une société bretonne moderne ?
Cahiers - 2012 / n° 23 - octobre 2016
résumé | abstract | article en texte intégral


Index

Lieux : Brest, Finistère

Notions : Franc-maçonnerie - Secours mutuel - Sociétés savantes

Pour citer cette notice

GUENGANT Jean-Yves, « Cuzent, René-Henry », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2011 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article859 (consultée le 29 septembre 2017).

 . 

 . 

 .