remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : avril 2015

Sauzier, Théodore


Né le 15 septembre 1829 à Saint-Joseph (La Réunion), décédé le 8 décembre 1904 à Paris (Seine). Planteur, puis notaire, puis auteur de travaux scientifiques. Participant à un banquet fouriériste en 1849 à Port-Louis (île Maurice).


Théodore Sauzier fait ses études en Europe, puis il rejoint sa famille à l’île Maurice. En avril 1849, il est l’un des plus jeunes participants au banquet phalanstérien qui se déroule à Port-Louis. Il est alors planteur, d’après le compte rendu de la cérémonie. Il porte un toast « au travail, à la prospérité ».

La propriété n’est que le résultat, l’accumulation du travail. L’organisation sociétaire la rendra collective, sans qu’elle cesse d’être individuelle [1].

Sa présence n’est pas mentionnée lors du banquet d’avril 1850, la dernière manifestation fouriériste connue sur l’île Maurice. De 1868 à 1875, il exerce la profession de notaire. Puis il part en France et réside à Paris, même s’il continue à s’intéresser à son île natale et s’il y effectue quelques séjours.

Il se consacre désormais à des travaux historiques et scientifiques. Les premiers portent principalement sur les îles de l’Océan Indien, principalement sur Maurice et La Réunion. Il accumule une documentation de grande valeur sur cette question. Au milieu des années 1880, l’auteur d’une étude sur Les Origines de l’île Bourbon exprime sa gratitude envers

M. T. Sauzier, bibliophile émérite, dont la riche et unique collection spéciale aux îles indo-africaines, est complaisamment ouverte aux écrivains qui cherchent quelque livre, ailleurs introuvable, ayant trait à nos possessions de l’Océan Indien [2].

Une quinzaine d’années plus tard, l’auteur d’un article publié dans la Revue de géographie, souligne la qualité de la documentation réunie par l’ancien notaire.

Théodore Sauzier, le très estimé publiciste, […] possède, pour toutes les questions plus ou moins directement coloniales, la bibliothèque la plus considérable, une bibliothèque absolument unique [3].

Il est lui-même l’auteur de plusieurs travaux historiques, sur les monnaies, les calendriers utilisés à Maurice, etc. Lors d’un séjour sur son île natale, vers 1890, il préside le Comité des souvenirs historiques.

En même temps, Théodore Sauzier s’intéresse aux sciences naturelles. Lors de fouilles réalisées à Maurice, il retrouve les restes de plusieurs espèces disparues. Il est aussi l’auteur de plusieurs notes envoyées à diverses sociétés scientifiques, en particulier sur les tortues géantes. Il est admis en 1894 parmi les membres titulaires de la Société zoologique de France [4] ; il publie en 1899 dans le Bulletin de cette société des « Notes sur l’origine de la tortue terrestre géante » [5]. Il est aussi membre de la Société statistique de Paris [6].

Parallèlement, il participe à des actions philanthropiques. Il est dans les années 1880 et 1890 vice-président de l’Hospitalité de nuit, qui s’efforce d’accueillir la nuit les personnes sans domicile. [7].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : avril 2015

Notes

[1Raymond d’Unienville, Tentative socialiste à l’île Maurice, 1846-1851, Curepipe (île Maurice), Société de l’histoire de l’île Maurice, 2009, p. 99.

[2I. Guet, Les Origines de l’île Bourbon, Paris, L. Baudoin, 1885, p. 256.

[3M.-A. Leblond, « Mahé de la Bourdonnais », Revue de géographie, juillet-décembre 1899, p. 65.

[4Bulletin de la Société zoologique de France, liste des membres, 1897, p. XXVI, et 1905, p. XVIII.

[5Bulletin de la Société zoologique de France, 1899, p. 138-142.

[6Journal des économistes, avril-juin 1884, p. 321.

[7Maxime Du Camp, La Charité privée à Paris, Paris, Hachette, 1885, p. 478 ; Le Gaulois, 9 avril 1883 et 13 mars 1894.


Ressources

Œuvres :
Numismatique coloniale. Ile de France. La piastre Decaen, Paris, Imp. C. Maréchal et J. Montorier, s. d. [1886], 15 p. (extrait de la Revue numismatique, 1886).
Un Projet de république à l’île d’Eden (l’île Bourbon) en 1689, par le marquis Henri Du Quesne, précédé d’une notice par Théodore Sauzier, Paris, E. Dufossé, 1887, 120 p.
Notice bibliographique sur les calendriers et almanachs publiés à l’Ile Maurice de l’origine à ce jour, Maurice, The Central Printing Estb., 1889.
Les Tortues de terre gigantesques des Mascareignes et de certaines autres îles de la mer des Indes, Paris, Masson, 1893, 32 p. (Extrait de La Nature, 19 novembre 1892).
La Tortue terrestre gigantesque de Colombo, s. l., s. d. [1894], p. 166-168, extrait de La Petite Revue, 25 août 1894).
Sur une gigantesque tortue terrestre, d’après un spécimen vivant des îles Egmont, Paris, Gauthier-Villars, s.d. [1895], 3 p. (Extrait des Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, tome CXXI, 9 septembre 1895).
Articles dans La Nature, la Revue numismatique, etc.

Sources :
Archives nationales d’Outre-Mer, état civil de Saint-Joseph (La Réunion), acte de naissance du 19 septembre 1829 (en ligne sur le site des Archives nationales d’outre-mer, vue 44/52).
Journal des économistes, avril-juin 1884 (en ligne sur Gallica).
Maxime Du Camp, La Charité privée à Paris, Paris, Hachette, 1885, 113 p.
Isidore Guët, Les Origines de l’île Bourbon, Paris, L. Baudoin, 1885, 290 p. (en ligne sur Gallica).
Marius-Ary Leblond, « Mahé de la Bourdonnais », Revue de géographie, juillet-décembre 1899 (en ligne sur Gallica).
Le Gaulois, 9 avril 1883, 13 mars 1894 (sur l’œuvre de l’Hospitalité de nuit) (en ligne sur Gallica).
Bulletin de la société zoologique de France, 1896 à 1906 (en ligne Gallica.

Bibliographie :
Dictionnaire de biographie mauricienne – Dictionary of Mauritian Biography, n°3, juin 1941, p. 89-90.
Raymond d’Unienville, Tentative socialiste à l’île Maurice, 1846-1851, Curepipe (île Maurice), Société de l’histoire de l’île Maurice, 2009, X-178 p.


Index

Lieux : Port-Louis, île Maurice

Notions : Anniversaire - Assistance - Banquets - Histoire - Philanthropie - Sciences naturelles

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Sauzier, Théodore », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en avril 2015 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1589 (consultée le 16 juillet 2017).

 . 

 . 

 .