remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : juillet 2011

Ducrest de Villeneuve (ou du Crest de Villeneuve, ou Ducrest-Villeneuve), Emile (René Marie)


Né à Janzé (Ille-et-Vilaine), le 20 juin 1795 ; décédé à Rennes (Ille-et-Vilaine) le 5 septembre 1867. Employé de l’enregistrement et écrivain. Correspondant à Rennes de l’École sociétaire dans les années 1830 et 1840.


Emile Ducrest de Villeneuve [1] est le fils d’un ancien militaire, devenu employé de l’administration de l’enregistrement et du domaine à Rennes (vérificateur de première classe, puis inspecteur au moment de son décès). Lui-même entre aussi à l’enregistrement, où il exerce la fonction de « garde magasin du timbre ». Il se marie en 1837 avec Ovide Euphémie Jeanne Marie Tachet ; un fils naît en 1838, qui sera officier de cavalerie, puis, sous-préfet et préfet.

Parallèlement à son activité professionnelle, il est l’auteur de plusieurs ouvrages d’histoire et de littérature (romans, poésies) centrés sur le passé de la Bretagne ; il a notamment rédigé une Histoire de Rennes. Il est également membre de plusieurs sociétés savantes (Société académique de Nantes et de Loire-Inférieure ; Société de statistique des Deux-Sèvres). Il collabore à « toutes les revues ou recueils périodiques qui se publièrent en Bretagne de 1820 à 1848 », selon Kerviler (Répertoire de bio-bibliographie bretonne), dont Le Lycée armoricain, La Revue de Bretagne, les Annales de la Société académique de Nantes, Nouvelle revue de Bretagne, Revue bretonne...

Dans les années 1830 et 1840, il correspond avec Fourier et le centre de l’Ecole sociétaire. Il a apparemment découvert le fouriérisme en 1833 par un ami (probablement Gabriel Simon, le directeur du journal Le Breton à Nantes) ; « le désir de connaître vos oeuvres et l’impossibilité de me les procurer dans notre malheureuse cité [Rennes] me mettent dans la nécessité de m’adresser à vous pour les avoir », écrit-il à Fourier en septembre 1833 [2] ; il demande plus précisément que l’on remette pour lui à la diligence : le Traité de l’Association domestique agricole, Le Nouveau monde industriel et l’Appendice au Nouveau Monde industriel ; il ajoute à sa commande : « si vous pouvez me faire une remise, je vous prie de me traiter comme un adepte ». Et une dizaine de jours plus tard, fin septembre, il écrit à Fourier en se présentant comme « votre nouvel adepte » [3]. Enfin, à la mi-octobre, il dit être plongé dans la lecture de la Théorie des quatre mouvements et du Nouveau monde industriel ; « j’étudie votre admirable système, et j’entre dans un monde bien nouveau pour moi, monde trop peu connu, dont mon ami, M. Simon, n’avait fait que m’entrouvrir la porte. J’espère à mon tour travailler bientôt à dessiller les yeux aux aveugles » [4].
Il s’abonne, toujours en 1833, au journal Le Phalanstère qu’il apprécie beaucoup : « plus je l’étudie, plus je prends goût à la nouvelle et véritable science sociale » [5] ; dans les années suivantes, il apparaît, tout au moins à travers sa correspondance, comme l’animateur du groupe fouriériste rennais ; il prend contact avec les libraires de la ville, les cabinets de lecture et les comices agricole du département afin de diffuser les brochures et les idées fouriéristes. Il s’efforce de faire de nouveaux lecteurs aux périodiques fouriéristes en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan, et collecte le montant des abonnements qu’il envoie à Paris. Il place aussi, en 1844, une douzaine d’almanachs phalanstériens, et en demande six autres, qu’il pense aussi pouvoir écouler. Pourtant, se plaint-il régulièrement, le terrain breton est peu favorable au fouriérisme : « nos progrès ici sont lents » (lettre du 20 février 1844, à Cantagrel) ; « les vieilles habitudes » et « la prudence bretonne un peu défiante » sont des obstacles à la propagation des idées phalanstériennes ; « on goûte généralement notre journal, mais on ne s’y abonne pas » ; « quoi qu’il en soit, nous arriverons, mais lentement » (6 mai et 6 août 1844) ; « la question de temps sera lente à résoudre ici. Les bonnes volontés y sont trop isolées et nul effort n’est assez puissant pour les réunir » (lettre du 25 février 1846, à la rédaction de la Démocratie pacifique).

Ses dernières lettres disponibles dans les archives sociétaires datent de 1846. Il n’apparaît pas parmi les souscripteurs des différentes entreprises phalanstériennes (l’Union du Sig, ou, après les années 1850, la Société de Beauregard ou la colonie de Condé-sur-Vesgre).


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : mai 2013

Notes

[1Un jugement du tribunal civil de Rennes de 1897 a autorisé la famille à écrire « du Crest », plutôt que « Ducrest ».

[2Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 25 (681 Mi 39), lettre du 14 septembre 1833.

[3Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 38 (681 Mi 63), lettre du 26 septembre 1833.

[4Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 38 (681 Mi 63), lettre du 18 octobre 1833, à Fourier.

[5Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 25 (681 Mi 39), lettre du 30 décembre 1833.


Ressources

Œuvres
Le Bandoulier, histoire du temps de Pierre de Dreux (1212-1224), Paris, Schwartz et Gagnot, 1837, deux volumes.
Le Château et la commune, histoire bretonne. La Gacilly, Morbihan, Rennes, Mollien, 1842.
Histoire de Rennes (en collaboration avec Dominique Maillet), Rennes, Morault, 1845.
Guide historique et statistique d’Ille et Vilaine, Rennes, Imp. Landais et Oberthur, 1847.
Collaboration à la nouvelle édition du Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, par Ogée, Rennes, Mollien, 1843-1853, 2 volumes.
Guide itinéraire, historique et statistique du voyageur en Bretagne, Rennes, Imp. Oberthur, 1857.
Notice sur Möser, Nantes, Imp. Mellinet, 1864.
La Fronde en Bretagne, 1648 à 1653. Fragment de l’histoire inédite du Parlement, Nantes, Imp. Mellinet, 1867.
Collaboration à Album breton (collaboration pour la rédaction des notices), Rennes, Imp. Landais et Oberthur, s. d.
Et de nombreuses études, nouvelles, poésies, dans des revues de l’Ouest de la France.

Sources
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 25 (681 Mi 39), lettres de 1833 (vues 621 à 624) ; 10 AS 38 (681 Mi 63), lettres de 1833 et de 1844 à 1846 (vues 062 à 093).
Archives municipales de Rennes, état civil, acte de mariage du 26 avril 1837 (en ligne sur le site des Archives municipales de Rennes, vue 48).
Archives municipales de Rennes, état civil, acte de naissance de son fils, Emile René Marie, 23 novembre 1838 (la naissance date du 22) (en ligne sur le site des Archives municipales de Rennes, vue 234).
Archives municipales de Rennes, état civil, acte de décès du 6 septembre 1867 (le décès a eu lieu le 5 septembre) (en ligne sur le site des Archives municipales de Rennes, vue 180).
Annales de la Société royale académique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, 1833, « Rapport sur la présentation de M. Ducrest de Villeneuve, littérateur à Rennes », p. 136-138 (en ligne sur Gallica).

Bibliographie
René Kerviler, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne. Tome 11 (Couët-Dem), Rennes, Librairie générale Plihon et Hervé, 1899. La notice « Crest (du) » comprend la liste des publications de Ducrest de Villeneuve, y compris les articles publiés dans des revues.


Index

Lieux : Rennes, Ille et Vilaine

Notions : Groupe local - Littérature - Propagande

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Ducrest de Villeneuve (ou du Crest de Villeneuve, ou Ducrest-Villeneuve), Emile (René Marie) », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en juillet 2011 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article910 (consultée le 13 décembre 2017).

 . 

 . 

 .