remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : décembre 2012

Wurgler, André


Né le 14 avril 1815, à Mâcon (Saône-et-Loire), décédé le 20 juin 1897, à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Brasseur. Militant fouriériste, républicain, franc-maçon et libre-penseur.


André Wurgler est le fils de Jacob Wurgler, un tonnelier et brasseur né à Fribourg en Suisse, et de Jeanne Laville, fille d’un drapier de Mâcon [1]. Peu après sa naissance, la famille quitte Mâcon pour s’installer à Chalon (elle y est au moins en 1820, quand une fille y naît). Puis, André et son frère aîné Claude s’établissent comme brasseurs à Saint-Cosme, une commune située à la périphérie de Chalon, dont elle devient un quartier en 1855 [2].

Fouriériste et républicain

En 1895, Wurgler indique que son « initiation » au fouriérisme date de 1838 et qu’elle est due à Victor Considerant [3]. Il existe dans les années 1840 un groupe phalanstérien assez important à Chalon-sur-Saône, notamment animé par l’avocat Prudent Forest ; Flora Tristan dit y avoir trouvé en avril 1844 « un groupe de jeunes gens de 25 à 30 ans, sinon bien forts au point de vue de la science et de l’intelligence, au moins forts au point de vue de la foi et surtout remplie de cœur et de fraternité » [4]. Sans doute Wurgler en fait-il parte.

Quant à son engagement républicain, il serait extrêmement précoce si l’on en croit l’auteur d’un discours nécrologique, puisque Wurgler y est présenté comme « un fondateur du Patriote, vaillant journal républicain » créé en 1831, alors qu’il n’avait que 16 ans ! [5]

Quoi qu’il en soit, c’est sous la Seconde République que Wurgler apparaît comme l’une des principales personnalités des courants républicain et socialiste de Chalon-sur-Saône, les deux étant liés comme il le déclare lors d’un banquet organisé le 7 avril 1848 : « Nous sommes des socialistes, nous aimons la République, parce qu’elle promet et s’occupe de donner le bonheur au peuple. Elle a donc le droit de compter sur nous, elle n’aura pas d’enfants plus dévoués » [6]. Il se situe dans une perspective de rassemblement des forces progressistes : lors d’un banquet organisé le 7 avril 1849, afin de commémorer la naissance de Fourier, mais accueillant d’autres courants socialistes, Wurgler affirme ses convictions phalanstériennes, mais refuse d’être « exclusif » et porte un toast « à l’avenir du socialisme, aux démocrates socialistes » [7].

Ses activités lui valent, à partir de l’été 1848 et surtout du printemps 1849, d’être surveillé par les autorités. A vrai dire, il n’est pas toujours aisé de le différencier de son frère aîné Claude, parfois désigné sous le nom de Wurgler aîné, qui est recherché par la police en juin 1849 pour avoir distribué des cartouches à un habitant de son quartier, en lui disant : « dépêchons-nous, il nous faut charger nos armes et nous tenir prêt » [8]. Les listes recensant en 1849 les « individus suspects » de Chalons, « les principaux meneurs du parti démagogique » mentionnent un « Wurgler, brasseur à Saint-Côme », sans préciser lequel [9]. Un rapport de janvier 1851 précise que l’aîné « est communiste socialiste […], très exalté dans ses opinions et n’ayant que des capacités ordinaires », tandis qu’André est « socialiste, mais moins exalté » avec aussi « des capacités ordinaires » [10].

Ce rapport signale aussi que Claude Wurgler a rejoint Paris avec sa famille, sans doute au cours de l’année 1850. C’est donc bien chez André Wurgler que la police perquisitionne le 11 janvier 1851 afin d’y trouver des preuves de son appartenance à une société secrète. Dans son secrétaire, l’on trouve : « une chanson manuscrite intitulée L’an 1850 à 1860 » contenant dans un couplet « des paroles injurieuses pour le président de la République », chanson écrite par un habitant de Chalon et dédiée à « son ami André » ; une « chanson en patois des environs de Charolles, faisant allusion à la loi de déportation discutée par l’assemblée nationale » ; deux lettres adressées « aux démocrates de Chalon-sur-Saône » par des prisonniers de Clairvaux, l’une se terminant par « Vive la République démocratique et sociale » [11]. Devant ce maigre butin, la police laisse Wurgler libre.

Après le coup d’État du 2 décembre 1851, une liste élaborée par la police et adressée au préfet comprend les deux frères « Vulglaire » [sic], brasseur à Saint-Côme, mais précise que l’un est à Paris. Le nom de celui qui est resté en Saône-et-Loire, donc André, est précédé des lettres EFG, ce qui, d’après le code joint à la liste, signifie « émissaire et propagandiste », « chef de société secrète » et « dangereux » [12].

Libre penseur, franc-maçon et toujours fouriériste

Sous le Second Empire, les autorités continuent à exercer « une surveillance incessante » sur Wurgler, écrit en 1858 le préfet, qui le considère « comme un démagogue incorrigible » [13]. Il est en relation avec la Société de Beauregard, fondée par Couturier à Vienne (Isère) [14]. Cependant, l’on n’a pas d’informations sur les activités républicaines et fouriéristes de Wurgler pendant cette époque. Un moment associé avec un brasseur d’origine bavaroise nommé George Frederick (ou Friedrich) – probablement à partir de 1850 ou 1851, après le départ de son frère – il reprend son indépendance avec la dissolution de la société en 1865 [15].

En novembre 1872, il indique ce qu’il pense de la situation du mouvement sociétaire dans une lettre adressée à Eugène Nus, lui-même originaire de Chalon-sur-Saône et qu’il connaît suffisamment bien pour le tutoyer et lui exprimer franchement son désarroi :

Il y a dans la vie des moments où on ne peut rien. Matériellement et moralement, j’en suis là ! J’admire votre candeur (non [,] votre confiance) de croire qu’il vous sera possible de créer quelque chose. L’Ecole sociétaire est bien morte, assassinée par des ambitieux à courte vue qui ont cru être plus savants que le Maître, ou qui aveuglés par leur orgueil et le désir de briller, se sont servi de l’Ecole comme marchepied. Le marchepied a disparu. Vois ce qu’il reste de ceux qui ont monté dessus. J’ai connu une époque où le titre de phalanstérien était à juste titre honoré ; aujourd’hui, il faut être courageux pour oser dire qu’on l’a été ; il n’arrivera à personne le désir de le devenir pendant encore bien des années !! et je doute (pour ne pas dire je suis sûr) qu’il se trouve jamais en France un bras ou plutôt esprit assez fort pour faire que l’Ecole reprenne le rang qu’elle a perdu. Ne parlons plus de tout ceci, j’en ai la tête et le cœur brisé. La France est sur le bord d’un abîme. Tu sais ce que j’en augure.

Malgré ce pessimisme, il s’abonne au Bulletin du mouvement social [16].

En 1874, âgé de 59 ans, il se marie avec Joséphine Goyon (ou Gouyon), 50 ans, qui exerçait dans les années 1860 la profession de coiffeuse et était domiciliée à proximité de la brasserie (son condisciple Bessard, de Tournus, est l’un des témoins du mariage) [17]. Wurgler abandonne probablement ses activités professionnelles en même temps que son domicile associé à la brasserie ; les deux époux sont mentionnés comme rentiers dans le recensement de 1881, et la brasserie étant désormais exploitée par un neveu, Lesne, bientôt associé à un autre neveu, Poillot, pour former la Brasserie Poillot-Lesne. Wurgler est alors membre de la loge franc-maçonne « Progrès Égalité » (ou « loge du Progrès ») et contribue à la création d’une société libre-penseuse à Chalon.

Son épouse décède au cours des années 1880 (Wurgler est veuf, lors du recensement de 1886). Il déménage alors rue Nicéphore Niepce, toujours dans le quartier Saint-Cosme [18]. Il reste fidèle à ses convictions fouriéristes : quand Hippolyte Destrem lance en 1888 un nouvel organe fouriériste, La Rénovation, il s’y abonne et envoie de l’argent pour soutenir le périodique et faire envoyer des exemplaires à des personnes susceptibles de s’y abonner ; il adresse 100 francs pour la réalisation de la statue de Fourier, peu avant son décès [19].

« Une foule considérable », évaluée par l’Union républicaine à « au moins mille personnes », assiste à ses obsèques purement civiles. On y trouve notamment des délégations des loges franc-maçonnes de Chalon-sur-Saône et des environs, des membres de la Libre pensée et d’une société de secours mutuels. Les orateurs insistent sur la générosité et la tolérance de Wurgler, « distribuant à pleines mains ses largesses à tous les malheureux qu’il connaissait, sans jamais s’inquiéter de leur croyance », et sur sa fidélité aux principes républicains. Ses convictions phalanstériennes ne sont pas mentionnées [20].

Du côté de l’École sociétaire, son décès est signalé tardivement par La Rénovation, qui dit ne l’avoir appris « qu’indirectement » [21]. Wurgler est en effet le dernier témoin du groupe phalanstérien des années 1840, et il n’existe plus de fouriéristes à Chalon-sur-Saône pour communiquer l’information aux condisciples parisiens.


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : mai 2015

Notes

[1Archives départementales de Saône-et-Loire, état civil de Mâcon, acte de mariage du 27 brumaire an 14.

[2Ils y sont lors du recensement de 1836. Archives départementales de Saône-et-Loire, recensement de la commune de Saint-Cosme, 1836.

[3La Rénovation, n°69, 31 octobre 1895.

[4Flora Tristan, Le Tour de France. Journal 1843-1844, Paris, François Maspéro, 1980, tome 1, p. 98.

[5L’Union républicaine, 23 juin 1897, discours de Richard.

[6Cité par A. Jeannet, « Wurgler, André », Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Paris, l’Atelier, 1997, CD-Rom.

[7Banquet du 7 avril 1849, à Chalon-sur-Saône. Toasts et discours, Chalon-sur-Saône, Imp. Duchesne, s.d. [1849], p. 2-3.

[8Archives départementales de Saône-et-Loire, M 115 (4), rapport du commissaire de police de Saint-Côme, sur le mois de juin 1849.

[9Archives départementales de Saône-et-Loire, M115 (2), listes datant du premier trimestre 1849.

[10Archives départementales de Saône-et-Loire, M 117 bis, rapport du commissariat de police, 6 janvier 1851.

[11Archives départementales de Saône-et-Loire, M 117 (5), rapports du commissaire de police du 11 et 12 janvier 1851.

[12Archives départementales de Saône-et-Loire, M 121, « liste des individus du département de Saône-et-Loire, connus comme chefs et correspondants du parti démagogique, faisant partie de sociétés secrètes, ayant des ramifications avec les chefs lieux d’arrondissement, 20 janvier 1852.

[13Archives départementales de Saône-et-Loire, M 134 bis, lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 14 août 1858.

[14Bibliothèque municipale de Lyon (Part-Dieu), fonds Rude, carton 195, envoi du compte rendu de l’assemblée générale en 1866.

[15Archives départementales de Saône-et-Loire, recensement de Saint-Cosme, 1851 ; et 6 U 564, tribunal de commerce, acte de dissolution, 25 janvier 1865.

[16Archives nationales, 10 AS 42 (681 Mi 75), lettre du 22 novembre 1872, à Eugène Nus ; École normale supérieure, fonds Considerant, carton 4, dossier 3, chemise 2, registre des recettes (dont les abonnements) et des dépenses, 1877-1880 ; Wurgler est mentionné en avril 1878 et février 1879.

[17Archives départementales de Saône-et-Loire, état-civil, acte de mariage du 30 mai 1874 ; recensement de 1861 pour Chalon-sur-Saône.

[18Archives départementales de Saône-et-Loire, recensements de 1886, 1891 et 1896 pour Chalon-sur-Saône.

[19La Rénovation, , n°4, 20 juin 1888 ; n°12, 20 février 1889 ; n°76, 30 mai 1896 ; n°83, 31 janvier 1897.

[20L’Union républicaine, 21, 23 et 24 juin 1897.

[21La Rénovation, n°91, 30 septembre 1897.{}


Ressources

Sources
Archives nationales, 10 AS 42 (681 Mi 75), lettre d’André Wurgler, 22 novembre 1872.
École normale supérieure, fonds Considerant, carton 4, dossier 3, chemise 2, registre des recettes et des dépenses (1877-1880).
Archives départementales de Saône-et-Loire, état-civil de Mâcon (acte de mariage de Jacob Wurgler et Jeanne Laville, 27 brumaire an 14 ; acte de naissance d’André Wurgler, 14 avril 1815) et de Chalon-sur-Saône (acte de naissance de Claudine Wurgler, 6 juin 1820 ; acte de mariage du 30 mai 1874 d’André Wurgler et Joséphine Goyon (ou Gouyon) ; acte de décès d’André Wurgler, 20 juin 1897).
Archives départementales de Saône-et-Loire, recensements de Saint-Cosme (1836 à 1851) et de Chalon-sur-Saône (1856 à 1896).
Archives départementales de Saône-et-Loire, M 115, 115 bis, 117, 117 bis, 121, 134 bis (surveillance politique, sous la Seconde République et le début du Second Empire).
Archives départementales de Saône-et-Loire, 6 U 564, tribunal de commerce, actes concernant la société Wurgler, puis la société Lesne-Poillot.
Banquet du 7 avril 1849, à Chalon-sur-Saône. Toasts et discours, Chalon-sur-Saône, Imp. Duchesne, s.d. [1849], 15 p.
L’Union républicaine. Journal de la démocratie de Saône-et-Loire, 21 juin (annonce du décès), 23 et 24 juin (récit des obsèques).
La Rénovation, 1888 à 1897.
Flora Tristan, Le Tour de France. Journal 1843-1844, Paris, François Maspéro, 1980, 2 volumes.

Bibliographie
Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Paris, éditions de l’Atelier, 1997, CD Rom.


et sur ce site...

Annie Bleton-Ruget , Michel Cordillot , Bernard Desmars , Pierre Levêque À propos du groupe fouriériste de Chalon-sur-Saône (1840-1849)
Cahiers - 2012 / n° 23 - octobre 2016
résumé | abstract | article en texte intégral


Index

Lieux : Châlon-sur-Saône, Saône-et-Loire

Notions : Banquets - Franc-maçonnerie - Groupe local - Libre-pensée - République

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Wurgler, André », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2012 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1081 (consultée le 8 septembre 2017).

 . 

 . 

 .