remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : décembre 2010

Bratkowski, (Alexandre) Stanislas [Stanislaw]


Né à Leczycka (Lódż, Pologne) en 1791 [1]. Décédé à Paris (Seine) le 2 janvier 1871 [2]. Sous-intendant, lieutenant de l’armée patriotique polonaise lors de l’insurrection de novembre 1830. Membre de la Société patriotique en Pologne puis de la Société démocratique polonaise en France. Ecrivain, journaliste. Correspondant de la Librairie sociale à Nantes, dépositaire de La Phalange, un des chefs de file du cercle fouriériste nantais en 1846. Franc-maçon. Président de l’Alliance polonaise de toutes les croyances religieuses en 1866. Membre de l’Alliance religieuse universelle.


Après des études à Piotrkow, ville d’enseignement supérieur proche de Lódż, annexée à la Russie depuis 1815 et peuplée d’une importante communauté juive depuis le Moyen âge, Stanislaw Bratkowski devient commis greffier de la « Commission ministérielle des affaires religieuses et publiques des Lumières » à Varsovie. Il se lie alors, indirectement, avec des associations patriotiques secrètes. Officier d’état-major, lieutenant, sous-intendant dans l’armée patriotique polonaise en 1831, il est affilié le 9 août 1831 à la Société patriotique (Towarzystwo Patrityczne), organe regroupant les insurgés radicaux et dont Jean Czyński était vice-président. La Société patriotique accueille depuis 1820 les membres les plus libéraux de la Franc-maçonnerie polonaise interdite car symbole d’adhésion à l’esprit des Lumières.

Après l’écrasement, en 1831, de l’insurrection polonaise de Novembre 1830, il arrive en France en janvier 1832, via l’Allemagne du Nord. Il consacre alors sa vie à la cause nationale polonaise qu’il associe à la question sociale.

Envoyé tout d’abord au dépôt d’Avignon, il s’affilie au Comité national polonais (Komitet Narodowy Polski) fondé par le professeur d’histoire Joachim Lelewel, réformiste légaliste, dont il était déjà proche en Pologne. Il devient secrétaire du Conseil polonais à Avignon (Rada Polakow). Il édite, à partir de mars de cette même année, à Avignon et Lyon, en six livraisons, les Scènes politiques de la révolution polonaise, que L’Echo de la Fabrique signale dans un article annonçant la vente de la médaille gravée à l’initiative de la Société du Bazar [polonais] de Lyon, en souvenir de la Révolution polonaise. A partir de novembre 1832, il publie une revue temporaire Polacy we Francji, tygodnik awinionskiń (Les Polonais en France, revue hebdomadaire d’Avignon) dont l’objectif est de défendre Lelewel contre ses détracteurs qui l’accusent d’avoir museler ses propres partisans en faisant confiance au dictateur Józef Chłopicki. Chaque numéro porte le nom d’un militaire polonais illustre, donnant le sentiment d’un titre différent. Il suit un procédé déjà utilisé pour masquer le caractère périodique de la publication et contourner le cautionnement. Il affirme également par ces choix de titres, son opposition à l’idée de monarchie. Il écrit en octobre 1832 à Lelewel « Nous ne voulons pas de rois, même issus d’un bon nid, comme celui des Piasts et des Jagellons » [3]. Cependant, après un mois de publication, la revue disparaît, 156 militaires qualifiés de démocrates « fauteurs de troubles » dont Bratkowski sont alors transférés au dépôt de Bergerac. En mai 1833, il est affecté à celui de Mont-de-Marsan (Landes). Néanmoins, en 1834, il fait paraître, toujours à Avignon, l’éphémère hebdomadaire Tydzien (La Semaine). Bratkowski poursuit ainsi son œuvre littéraire débutée en Pologne et développe son action de publiciste au service de la cause polonaise. En 1830, il avait participé au Bard Oswobodzonej Polski (Le Barde de la Pologne libérée) et publié un poème « La faux de Raclawice », rappelant l’insurrection de 1794 et faisant du peuple le moteur de ce réveil national d’une Pologne unie. « Nous donnons du pain au pays/ Et le défendons si nécessaire » [4] concluait-il, paroles restées vaines, les démocrates radicaux n’ayant pu transformer l’insurrection en guerre populaire. Cette position est similaire à celle que développe Jan Czyński dans son Roi des paysans en 1838.

Au cours de l’année 1834, Stanislas Bratkowski se retrouve à Poitiers où il prononce un Discours à l’assemblée des Polonais du dépôt de Poitiers, réunis pour célébrer la mémoire de La Fayette. En 1835, il participe à la revue littéraire et philosophique Les Soirées d’hiver de Poitiers, essais sociaux et littéraires, animée par le rédacteur de L’Echo du peuple, Adolphe Caille, disciple de Barbès et Blanqui. Bratkowski réside encore, en août 1836, chez Mme veuve Dauvin, 18 place d’Armes à Poitiers d’où il correspond avec Lamennais, à qui il adresse un de ses ouvrages et demande, sans résultat, un soutien, celui-ci ayant d’autres engagements avec ses éditeurs. Mme Dauvin vend alors la Politique oriento-méridionale du cabinet de Pétersbourg de Jan Nepomucen Janowski, l’un des fondateurs de la Société démocratique polonaise (Towarzystwo Demokratyczne Polskie), créée en mars 1832 par les éléments républicains-démocrates issus du Comité national démocrate de Lelewel. Bratkowski est alors membre de la Société démocratique polonaise depuis novembre 1833. En 1835, il est membre du comité de la Société démocratique polonaise de Batignolles. Ses déplacements, sans passeport lui valent des poursuites des autorités françaises. Cette même année, il se présente à la Centralisation, directoire du Demokrata Polski (Démocrate polonais), journal d’un groupe qui exprime son programme dans le Manifeste de Poitiers du 4 décembre 1836 et qui se fixe « pour but l’unité nationale dans la liberté et l’égalité » [5]. Malgré un résultat de 309 voix, Bratkowski est écarté du fait d’un désaccord d’orientation. En 1838, à Paris, il est néanmoins collaborateur littéraire du Demokrata Polski.

Il se fixe finalement à Nantes en 1836. Flora Tristan lui écrit le 20 mars 1844 au 22 rue Crébillon afin de lui indiquer qu’elle le rencontrera lors de l’étape nantaise projetée de son Tour de France. Bratkowski, sans doute mise en contact avec Flora Tristan par le couple Chodzko - il a participé en 1835 à La Pologne historique, littéraire, monumentale et pittoresque dirigée par Léonard Chodzco - lui avait fait une demande en vue de souscrire à une « brochure ». L’adresse est celle de Louise Quantin, veuve Dauvin, d’Elisabeth-Eulalie et Marie-Elisabeth-Alphonsine Dauvin, toutes trois qualifiées de marchandes libraires lors du recensement nantais de 1841. Stanislas Bratkowski est alors employé de la librairie et a épousé en 1835 Marie-Elisabeth-Alphonsine dont il a une fille, Marie-Elisabeth-Blanche, née le 2 juin 1843. Bratkowski, lors de la naissance de sa fille est désigné comme « commis voyageur ». La famille réside à cette adresse jusqu’en 1845. En août, Jules Michelet qui vient de parcourir un « remarquable » drame que Bratkowski lui a adressé, prodigue « estime et soutien ». Il s’agit soit du Premier Retour, épisode de l’année 1833, en 5 actes et 6 tableaux que Bratkowski devait mettre en scène au théâtre de Nantes l’année suivante, représentation que la municipalité interdit, soit d’Olek le réfugié que diffuse la Librairie phalanstérienne. Il écrit à la même période à Edgar Quinet. En 1854, lors du décès de sa belle-mère, Bratkowski est agent d’assurance. Lors du recensement de 1856, Stanislas Bratkowski, alors qualifié d’officier, son épouse et leur fille résident toujours au 22 rue Crébillon, avec Elisabeth-Eulalie Dauvin, brevetée libraire du 4 juin 1852 jusqu’en 1860, année de sa démission.

En 1840, Bratkowski est mentionné comme correspondant de la Librairie sociale, même si d’après l’Almanach historique ou souvenirs de l’émigration polonaise, il est toujours affecté au dépôt de Poitiers. Cette même année, Stanislas Bratkowski publie à Nantes Kilka myśli dla Polski où il développe, à l’attention des Polonais, ses conceptions sociales. La coopération communale et l’association des agriculteurs producteurs doivent permettre de limiter l’égoïsme individuel, conduire à une parfaite harmonie et à l’amour du prochain, lien social le plus puissant. Il réclame pour ses compatriotes soumis au servage, l’abolition de la propriété individuelle de la terre, le transfert des outils de production entre les mains des fabricants. En 1846, un commentaire de l’ouvrage d’Alphonse Toussenel, Les Juifs, rois de l’époque d’après un tiré à part du Breton du 19 et 20 août 1846 est édité à Nantes chez « Mlle Dauvin ». Le 29 novembre 1846, Bratkowski prononce encore un discours lors du seizième anniversaire de la Révolution polonaise, célébré à Nantes, alors qu’en début d’année, la province de Cracovie s’est soulevée, sans succès. A l’appel aux armes de la Nation polonaise, aux références révolutionnaires d’une levée en masse et à celles de l’épopée napoléonienne, Bratkowski ajoute que « la grande question sociale qui se pose fatalement devant le XIXe siècle, est sans contredit l’organisation du travail et de la propriété. La solution de ce problème, que chez vous les uns poursuivent sans le résoudre, et dont les autres croient avoir résolu et demandent de le prouver ; la solution de ce problème occupe aussi les réfugiés. Nous savons, Messieurs, que le paysan polonais, proclamé l’égal de tous, devenu propriétaire, ne doit pas être abandonné à la merci de son ignorance, du morcellement agricole et de l’isolement social ». La situation polonaise concerne l’Europe et son avenir qui doit être celui de la « constitution d’une unité religieuse, politique et sociale ». Si les nations européennes adoptent la voie pacifique, pour la Pologne, elle ne peut être que sanglante, mais le but est identique. Il s’agit pour Bratkowski de former des soldats dans les institutions polonaises d’enseignement ouvertes en France. Son allocution est suivie de celle d’[Ange Guépin], président de la séance et dont l’intérêt en faveur de la science sociale est avéré.
Ses liens avec l’Ecole sociétaire sont également confirmés par le fait qu’il est dépositaire de la Phalange et apparaît lors de la Révolution de 1848 comme l’un des leaders du groupe fouriériste nantais. Le 11 avril 1848, lors d’une fête pour la République, il prononce un discours de remerciements aux Nantais, pour leur accueil, Nantais venus saluer le départ de Polonais partant « libérer leur patrie ». Il semble qu’il fasse partie de cette expédition qui avorte. Il est également à cette période, mais temporairement, membre de l’Association slave (Towarzystwo Slowianskie).

Sous le Second Empire, il poursuit sa recherche de l’harmonie universelle au sein de la maçonnerie et des organisations qui en émanent. Franc-maçon avant juin 1832, date à laquelle il approuve l’initiation d’un apprenti aux « Vrais amis réunis » d’Avignon, Grand Orient de France, il est également membre, à la même période, de la loge polonaise « Orla i Pogoni » (« L’Aigle blanc et le Cavalier »), à l’Orient des Polonais en France. En 1860, il contribue à L’Espérance d’Armand Lévy [6]. Il y publie un article « Commune agricole et école communale en Pologne ». En 1866, alors qu’il est membre de la municipalité polonaise de Batignolles-Clichy, il préside l’Alliance polonaise de toutes les croyances religieuses qu’avait initiée, en 1863, Jean Czynski. Le but de l’Alliance est de réconcilier les Polonais de toutes les croyances et de secourir tous les nécessiteux, indistinctement de leur religion. Cette société, d’influence maçonnique évidente [7], reçoit un soutien appuyé de L’Alliance religieuse universelle à laquelle Bratkowski appartient. Le rédacteur en chef de la revue du même nom, franc-maçon et libre penseur déiste, Henri Carle, est également secrétaire de la section française de l’Alliance polonaise. La revue appuie par ailleurs la souscription lancée pour la parution de l’Etude historique sur l’ancienne législation polonaise concernant les Israélites de Bratkowski. L’appel est vain malgré le soutien de l’historien Henri Martin, puisqu’en 1869, Bratkowski « attend un mécène amateur de la science historique » [8].

Stanislas Bratkowski, résidant alors 42 rue Boursault à Paris-Batignolles, s’occupe de la bibliothèque de l’Alliance polonaise de toutes les croyances religieuses et est secrétaire de la municipalité Clichy-Batignolles. Il sollicite à plusieurs reprises le ministre de l’Instruction publique pour des secours sur les fonds dédiés aux hommes de lettres. Il décède, dans la misère, le 2 janvier 1871 à son domicile rue des carrières, lors du siège de Paris.


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : juillet 2017

Notes

[1D’après les différents auteurs consultés. Lors de son mariage en septembre 1835, il est pourtant dit âgé de 29 ans et né en décembre 1805 à Kawenezyn, Palatinat de Sandomir.

[2Lors de son décès, il est dit âgé de 71 ans et né à Varsovie.

[3Michal Podczaszyński avait précédemment donné ainsi le nom de princes et rois de Pologne à sa revue Pamiętnick emigracji. Voir Ludvik Gocel, Louise Rapacka (trad.), « Les débuts de la presse de la Grande Emigration polonaise en France et son caractère clandestin (1832-1833), Revue de la Société d’Histoire moderne, tome 15, avril-juin 1968, pp. 305-320.

[4Franciszek Ziejka, Mythes polonais, autour de "La noce" de Stanisław Wyspiański, un siècle après la première théâtrale du plus connu des drames polonais, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001, p. 150.

[5Daniel Beauvois, La Pologne, histoire, société, culture, Paris, La Martinière, 2004, p. 240.

[6Archives nationales, F/17/3126, indemnités littéraires, dossier Bratkowski, 1855-1860, lettre de Stanislas Bratkowski au ministre de l’Instruction publique, Paris, 7 juin 1860

[7Les rédacteurs de la revue s’intéressent également au renouveau de l’Ecole sociétaire et aux écrits des disciples de Fourier. Voir en particulier « Aperçu des matières à traiter dans ce journal », Alliance religieuse universelle, 1ère année, n° 1, 15 avril 1865, p. 4 ; « Bibliographie. Lettres adressées aux personnes sympathiques aux idées sociales et providentielles par M. (Médius) Lemoyne... », Alliance religieuse universelle, 1ère année, n° 12, 15 mars 1865, pp. 7-8 ;

[8Archives israélites, recueil politique, religieux et littéraire, 30ème année, n° 12, 15 juin 1869, p. 383.


Ressources

Œuvres

Na zgon wiekopomnéy pamięci Alexandra I-go Cesarza Wszech Rossyi, króla Polskiego, Warszawa, N. Glücksberg , [1825], 4 p.
Pan Władysław, romans oryginalny, Warszawa, R. Jabłoński, 1826, 122 p.
Bielany, wiersz pisany w pierswzych [!] dniach wiosny, Warszawa, R. Jabłonski, 1826, 14 p.
Pieśni narodowe i sielanki, Warszawa, 1827, 36 p.
Helena i Kazimierz, romans treści narodowéy, Warszawa, J. Wróblewski, 1828, 138 p.
Początkowe prawodawstwa polskie cywilne i kryminalne do czasów jagiellońskich objaśnił Joachim Lelewel we 2 pismachi Władysław Ostrowski posłowie, wyznaczeni z Rady Administracijnéj do umawiania konwencyi z Wielkim Xsięciem Konstantym wypartym z Warszawy z swojém wojskiem rossyjskiém napisał Joachim Lelewel ; jako dokument historyczny ogłosił drukiem Stanisław Bratkowski, Warszawa, 1828, 403 p. (en ligne sur Cyfrowa Bibliotheka Narodowa, BN Polona).
Sonety i różne wiersze w upominku dla Polek na rok 1829, Warszawa, Druk. Rządowa,1829, 47 p.
Teorya pisania listów dla młodych Polek, Warszawa, Hugues et Kermen,1830, 189 p.
Ja i on, komedja oryginalna w I akcie, Warszawa, J. Wróblewski, 1830, 48 p.
Delegowani w Wierzbnie dnia 2 grudnia 1832 roku : Xiąże Adam Czartoryski, Xiąże Lubecki minister skarbu, Joachim Lelewel i Władysław Ostrowski posłowie, wyznaczeni z Rady Administracijnéj do umawiania konwencyi z Wielkim Xięciem Konstantym wypartym z Warszawy z swojém wojskiem rossyjskiém. Posz. 1-[2], Awenionie, Gichard ainé, 1832, 16 p. (partie 1 en ligne sur Cyfrowa Bibliotheka Narodowa, BN Polona).
Scènes politiques de la révolution polonaise..., I. Des femmes polonaises qui ont pris part à la révolution nationale, par Stanislas Bratkowski, II. La Garde d’honneur des universités polonaises, par Stanislas Bratkowski et Antoine Rylski, III. Le premier régiment des Krakusses, par Stanislas Bratkowski, IV. Entrevue diplomatique à Wierzbna, colonie voisine de Varsovie, document historique, écrit et communiqué par Joachim Lelewel, par Stanislas Bratkowski, V. Suite de l’entrevue diplomatique à Wierzbna, document historique, écrit et communiqué par Joachim Lelewel, par Stanislas Bratkowski, VI. Fin de l’entrevue diplomatique à Wierzbna, document historique, écrit et communiqué par Joachim Lelewel, par Stanislas Bratkowski, Lyon, impr. de A. Brunet, Avignon, impr. de Vve Guichard aîné,1832, 6 fascicules en 1 vol.
Zbiór Pamiętników i Pism Urzędowych Dotyczących Emigracji Polskiej. Część 1-[2], Poitiers, 1834, lithogr., 139 p. (en ligne sur Wielkopolska Bibliotheka Cyfrowa).

Prawo, porządek publiczny [Droit, les politiques publiques], Poitiers, lithogr. A. Pichot , 1834, 15 p.
Discours à l’assemblée des Polonais du dépôt de Poitiers, réunis pour célébrer la mémoire de Lafayette, Poitiers, Saurin F. A., 1834, 16 p.
Kilka myśli dla Polski [Quelques réflexions pour les polonais] (przez wydawcę Dziennika Awenionskiego w 1832), Nantes, lithogr. de Charpentier, 1840, 16 p.
Olek le réfugié, Paris, librairie slave, 1845, 136 p.
Le Premier Retour, épisode de l’année 1833, en 5 actes et 6 tableaux, Paris, librairie slave, 1845 et rééd. 1846, 1848, 44 p.
La Pologne en 1830, esquisse de moeurs, (Extrait du Breton des 27 et 28 mars 1846), (Signé : S. B., réfugié polonais), Nantes, impr. de Vve Mellinet, 1846, 14 p.
Le Czar et ses réformes en Pologne, Nantes, C. Mellinet, 1846, 11 p.
16e Anniversaire de la révolution polonaise, célébré à Nantes, le 29 novembre 1846, discours prononcé par Stanislas Bratkowski, Nantes, impr. de V. Mangin, (1846), 10 p. (en ligne sur Google livres) dans Anniversaire de la révolution de Pologne célébré à Nantes le 29 novembre 1846. (Discours prononcés par Léopold Gucki, François-Pierre Jasienski, Jules Guiberteau, Stanislas Bratkowski, Ange Guépin et, de nouveau par Léopold Gucki.), Nantes, Victor Mangin, 1846, 28 p.].
La Famille, pièce en 5 actes, en prose, Nantes, chez l’auteur, 1855, 80 p.
Gmina i szkola wiejska w Polsce po zniesieniu pańszczyzny [La commune et l’école communale en Pologne après l’abolition de la corvée], Paris, Librairie polonaise, 1860, 31 p.
Dwie pieśni na chwałę Bożą [Deux chansons à la louange de Dieu], Paryż, s.n., 1861, 4, 4 p.
[La Pologne contemporaine], Hymnes du réveil, monument religieux et patriotique du XIXe siècle, traduction en prose par Stanislas Bratkowski,... traduction de 4 hymnes en vers par M. Auguste Sour, Paris, E. Dentu, 1863, 24 p.
Littérature épistolaire des femmes en Pologne, au XIXe siècle. Etude littéraire de Stanislas Bratkowski lue en conférence à Paris, le 17 décembre 1867 par Pierre Plauszewski.... Son entrée en matière : lettre de l’auteur à M. Vincent Mazurkiewiecz, Paris, librairie du Luxembourg, 1868, 36 p.
Etude historique sur l’ancienne législation polonaise, concernant les Israélites, d’après les statuts royaux et les constitutions des diètes, de 1264-1788. La souscription n’a pas permis de publier l’ouvrage. Il existe un résumé dans les n° 14, du 15 juillet 1869, pp. 441-443 et n° 15 du 1er août 1869 pp. 473-477 de la revue Archives israélites, recueil politique, religieux et littéraire (en ligne sur Google livres).
Rady dla młodych Polek z okoliczności pisania listów, Poznań, w komisie T. Daszkiewicza, 1871, 96 p.

Sources

Archives nationales, F/17/3126, indemnités littéraires, dossier Bratkowski, 1855-1860 (notes de Bernard Desmars).
Archives départementales de la Vienne, état civil de Poitiers, 9 E 229/236, acte de mariage du 20 septembre 1835 (en ligne sur le site des Archives de Poitiers->http://archivesnumerisees.cg86.fr/cg86/visualiseur/visu_registre.php?id=860006570&PHPSID=f1cf375915259f2b094e1e361649d8b5&w=1366&h=768#], vue 101/131).
Archives départementales de Loire-Atlantique, Recensements de population, Nantes, 5ème canton, années 1841 (vue 10), 1856 (vue 28) (en ligne sur Loire-Atlantique.fr, Archives départementales).
Archives municipales de Nantes 1E723, registre des naissances de la Ville de Nantes, 3ème canton, acte n° 197 du 3 juin 1843 (en ligne sur www.archives.nantes.fr, vue 40).
Archives municipales de Nantes, état civil de Nantes, 1 E 964, 5e canton, acte de décès d’Élisabeth Quantin, épouse Dauvin du 1er juin 1854 (en ligne sur le site des Archives municipales de Nantes, vue 24/71).
Archives de la Ville de Paris V4E 4876, registre des décès, 18ème arrondissement, acte n° 131 du 4 janvier 1871 (en ligne sur Archives.Paris.fr, vue 17).

« Chronique polonaise depuis la chute de Varsovie jusqu’au 1er juillet 1833 (suite, 1) », Le Polonais, Journal des intérêts de la Pologne, tome 1er, juillet-décembre 1833, Paris, Au bureau du Journal, [1834], pp. 133-160.
L’Echo de la Fabrique, 9 septembre 1832, n° 46 (en ligne sur l’Echo de la fabrique et la petite presse ouvrière lyonnaise des années 1831-1835).
Léonard Chodzko (dir.), La Pologne historique, littéraire, monumentale et pittoresque..., Tome premier, Paris, au bureau central, 1835-1836, p.131 (en ligne sur Internet Archive.org).
Almanach social pour l’année 1840, Paris, Librairie sociale (1840), p. 191 (en ligne sur le site de la Bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers).
Adolphe Krosnowski, Almanach historique ou souvenir de l’émigration polonaise, Paris, Librairie polonaise, 1841, p. 32 (en ligne sur Google livres).
Les Juifs, rois de l’époque, histoire de la féodalité financière (extraits du Breton des 19 et 20 août 1846), [signés J.], se trouve à Nantes, chez Mlle Dauvin, M. Guéraud, et M. Sebire, 1846, 15 p. (en ligne sur Gallica).
Emile Péhant, Catalogue méthodique de la bibliothèque publique de la ville de Nantes, 3ème vol., Belles-Lettres, Nantes, A. Guéraud, 1864, p. 459 (en ligne sur Google livres).
« N° 2575. A Stanislas Bratkowski à Poitiers, 28 juillet [août] 1836 », dans Félicité de Lamennais, Correspondance générale, textes réunis... par Louis Le Guillou, tome VII, Paris, A. Colin, 1978, p. 223.
« N° 198. A Stanislas Bratkowski à Nantes ; Paris ; 20 mars 1844 », dans Flora Tristan, Lettres réunies, présentées par Stéphane Michaud, Paris, Le Seuil, 1980, p. 194 et note p. 220.
« N° 3627. A Stanislas Braskowski [sic] à Nantes, 20 mai 1845 », dans Jules Michelet, Correspondance générale, textes réunis... par Louis Le Guillou, 1843-1845, tome 4, Paris, H. Champion, 1995, p. 804.
La France théâtrale, journal des intérêts artistiques et littéraires, 15-19 février 1846 (en ligne sur Gallica).
« O obchodach 29 listopada na prowincyi... », Demokrata Polski, 19 grudnia 1846 (19 décembre 1846), tome 9, p. 111 (en ligne sur la Wielkopolska Biblioteka Cyfrowa, vue 114).
« Extrait du catalogue de la librairie sociétaire (15 septembre 1848) », Doctrine de l’harmonie universelle et de l’organisation du travail, publications de l’Ecole phalanstérienne fondée par Fourier, Paris, impr. Lange Lévy, 1848, 21 p. à la suite de Victor Considerant, Le Socialisme devant le vieux monde, ou le vivant devant les morts. Suivi de Jésus-Christ devant les conseils de guerre, 2nde éd., Paris, Librairie phalanstérienne, 1848. [p. 17, vue 290 (en ligne sur Gallica).
L’Alliance religieuse universelle. Organe philosophique des besoins de l’ordre moral dans la société moderne, 15 janvier 1866, 1ère année, n° 10, p. 8 (en ligne sur Gallica) ; 15 mai 1866, 2ème année, n° 2, p. 9 (en ligne sur Gallica) ; 15 juin 1866, 2ème année, n° 3, p. 20 (en ligne sur Gallica) ; 15 juillet 1866, 2ème année, n° 4, p. 31 (en ligne sur Gallica) ; 15 août 1866, 2ème année, n° 5, p. 39 (en ligne sur Gallica).
La Renaissance de l’éducation publique et privée, 13ème année, Paris, Librairie de la Renaissance, déc. 1867, p. 297 (en ligne sur Gallica).
Archives israélites, recueil politique, religieux et littéraire, 30ème année, n° 12, 15 juin 1869, p. 383 (en ligne sur Google livres).

Bibliographie

Roméo Arbour, Dictionnaire des femmes libraires en France (1470-1870), Genève, Droz, 2003, VI, Histoire et civilisation du livre, n° 26, p. 166.
Michel Aussel, Nantes sous la Monarchie de Juillet, 1830-1848, du mouvement mutualiste aux doctrines utopiques, Nantes, Ouest France, 2002, 252 p.
Daniel Beauvois, La Pologne, histoire, société, culture, Paris, La Martinière, 2004, 522 p.
François-Xavier Coquin, Michel Maslowski (dir.), Le Verbe et l’histoire, Mickiewicz, la France et l’Europe, Paris, Institut d’études slaves, Maison des Sciences de l’Homme, 2002, 423 p.
Ludvik Gocel, Louise Rapacka (trad.), « Les débuts de la presse de la Grande Emigration polonaise en France et son caractère clandestin (1832-1833), Revue de la Société d’Histoire moderne, tome 15, avril-juin 1968, pp. 305-320 (en ligne sur Gallica).
Ludwic Hass, Wolnomularze polscy w kraju i na śwíecíe 1821-1999, słownik biograficzny, Warzsawa, Oficyna Wydawnicza RYTM, 1999, p. 60.
Instytut filozofii i socjologii (Pologne), Filozofia w Polsce, słownik pisarzy, Wrocław, Warszawa, Kraków, Gdańsk, Zakład narodowy imienia Ossolińskich, wyd. Polskiej Akademii nauk, 1971, p. 30.
Gabrjel Korbut, Literatura polska, od początków do wojny światowej..., Warszawa, w Kąsie im. Mianowskiego, 1929-1931, 4 vol.
Luc Néfontaine, Jean-Philippe Schreiber, Judaïsme et franc-maçonnerie, histoire d’une fraternité, Paris, Albin Michel, 2000.
Marian Tyrowicz, Towarzystwo demokratyczne polskie, 1832-1863, przywódcy i kadry członkowskie, przewodnik biobibliograficzny, Książka i Wiedza, 1964, p. 61.
Jacques Valette, « Les Libéraux du Poitou et la monarchie de Juillet », Romantisme, vol. 10, n° 28-29, 1980, pp. 181-202 (en ligne sur Persée).
Ryszard W. Wołoszyński, Polacy w Rosji, 1801-1830, Warszawa, Kriażka i Wiedza, 1984, p. 272.
Franciszek Ziejka, Mythes polonais, autour de "La noce" de Stanisław Wyspiański, un siècle après la première théâtrale du plus connu des drames polonais, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001.
Presse et mémoire, France des étrangers, France des libertés, [exposition itinérante] conçue et réalisée par l’Association Génériques ; avec [la collab.] de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine et du Musée d’histoire, Paris, Mémoire-Génériques, Ed. ouvrières, 1990, pp. 135-140.


Index

Lieux : Avignon, Vaucluse - Nantes, Loire-Atlantique - Paris, Seine - Poitiers, Vienne - Pologne

Notions : Education - Europe - Franc-maçonnerie - Judaïsme - Librairie - Littérature - Nation - Patriotisme - Paysans - Presse - Propriété - Religion - Révolution

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Bratkowski, (Alexandre) Stanislas [Stanislaw] », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2010 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article779 (consultée le 17 octobre 2017).

 . 

 . 

 .