Bandeau
charlesfourier.fr
Slogan du site

Site internet de l’Association d’études fouriéristes et des Cahiers Charles Fourier

Miorcec, Pierre François
Article mis en ligne le 20 janvier 2013

par Guengant, Jean-Yves

Né le 5 décembre 1790 à Saint-Pol-de-Léon (Finistère), décédé le 8 septembre 1855 à Saint-Pol-de-Léon (Finistère). Notaire, maire de Saint-Pol-de-Léon.

Saint-Pol-de-Léon, la ville de naissance de Miorcec, est le siège d’un évêché. La ville abrite également un collège d’enseignement, où Jean-René Allanic, fouriériste brestois, est professeur jusqu’en 1837. Le père de Miorcec, Philippe, est notaire et procureur de la ville. Pierre François prend sa succession comme notaire. Il est maire de Saint-Pol-de-Léon de 1832 à 1846.

En juillet 1836, il s’abonne à La Phalange par l’intermédiaire de Joseph Pouliquen [1], et découvre l’ouvrage de Considerant, Nécessité d’une dernière débâcle politique en France. En décembre 1844, il est membre du groupe phalanstérien finistérien [2]. Il est apparenté à Daniel Louis Miorcec de Kerdanet – ils ont un bisaïeul commun –, également notaire à Lesneven, ami de Louis Rousseau, de Keremma en Tréflez (Finistère), et secrétaire de l’éphémère Tribu chrétienne, une association soutenue par la revue L’Université catholique et qui poursuit l’objectif de créer un « phalanstère » chrétien à Keremma. Il meurt en 1855, célibataire et sans enfant.


Aphorisme du jour :
Les sectes suffisent à elles seules à guider la politique humaine dans le labyrinthe des passions
puceContact puceMentions légales puceEspace privé puce RSS

1990-2024 © charlesfourier.fr - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 5.0.5