remonter 
Michel Cordillot  |  mise en ligne : août 2011

Psalmon


Lectrice assidue des œuvres de Fourier et de ses disciples, Madame Psalmon est une membre active de l’École sociétaire durant la monarchie de Juillet. Elle voit dans la révolution de février 1848 la confirmation de la justesse de ses théories.
Arrêtée au moment des journées de Juin sur une dénonciation calomnieuse, elle traverse Paris dans une voiture de prisonniers. Rapidement libérée, elle redouble de ferveur républicaine. Très active dans les rangs du parti démoc-soc naissant jusqu’en juin 1849, elle participe notamment aux côtés de Jean Macé à la fondation, puis au fonctionnement au jour le jour comme employée bénévole, de la Propagande démocratique et sociale européenne fondée par Gabriel Mortillet en octobre 1848 pour prendre en charge la propagande républicaine avancée. Après la déroute du 13 juin 1849 elle consacre l’essentiel de son énergie à venir en aide aux prisonniers politiques et à leurs familles.
Décédée soudainement, elle est inhumée le 14 mai 1851 au cimetière Montmartre. Son convoi est suivi par une centaine de démocrates, de journalistes, de membres des associations ouvrières et de femmes de toutes conditions. La quête effectuée à l’entrée du cimetière au profit des détenus politiques rapporte la somme de 32 francs.


Michel Cordillot

Dernière mise à jour de cette fiche : août 2011

Ressources

Source

Nécrologie rédigée par Jean Macé dans L’Almanach des femmes pour 1852 publié par Jeanne Deroin, p. 113-115.


Index

Lieux : Paris, Seine

Notions : Prison - Révolution

Pour citer cette notice

CORDILLOT Michel, « Psalmon », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en août 2011 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article921 (consultée le 20 août 2017).

 . 

 . 

 .