remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : juillet 2011

Etchegoyen (d’), (Vincent) Charles (Henri)


Né le 3 février 1818 à Paris, décédé le 8 février 1885 à Richmond (Surrey, Angleterre). Propriétaire, député en 1850-1851, actionnaire de la Librairie des sciences sociales.


Fils d’un banquier, Charles d’Etchegoyen appartient à une famille noble (il a le titre de vicomte). A la fin de l’année 1849, quand Cantagrel est déchu de son mandat de député du Loir-et-Cher, après avoir été condamné par la haute cour de Versailles pour sa participation à la manifestation du 13 juin, c’est Etchegoyen qui est désigné par des comités républicains pour représenter les socialistes à l’élection législative partielle ; depuis la Belgique, où il s’est réfugié, Cantagrel lui apporte son soutien en rappelant qu’ils avaient ensemble effectué sa campagne électorale du printemps 1849 [1] ; Etchegoyen est d’ailleurs considéré comme un candidat fouriériste. Il est largement élu le 10 mars 1850, avec près de 30 000 voix, contre un candidat soutenu par le comité napoléonien et le gouvernement. Il siège parmi les élus de la Montagne et vote contre les restrictions apportées par les conservateurs aux libertés et au suffrage universel.

Aux lendemains du coup d’État du 2 décembre 1851, craignant une arrestation, il quitte la France pour l’Angleterre ; il se marie en février 1852 à Londres avec Valentine de Talleyrand (1830-1913). Puis, constatant qu’il ne fait pas l’objet de poursuites, il revient ensuite en France et s’installe dans le château de Monflaux (commune de Saint-Denis-de-Gastines, près d’Ernée, en Mayenne), où naissent les deux premiers enfants du couple, en 1854 et 1856 (le troisième naît en 1859 dans le Loir-et-Cher, à Cour-Cheverny). Ses opinions socialistes et sa croyance en la métempsycose, que partage son épouse, lui auraient aliéné l’estime de la population des environs de Montflaux ; l’évêque de Laval finit, en 1857, par interdire aux prêtres de la paroisse d’aller servir la messe dans la chapelle de la propriété de Montflaux.

Membre de la Société de colonisation européo-américaine au Texas [2], il devient à la fin des années 1860 l’un des actionnaires de la société en commandite fondée par Barrier pour exploiter la Librairie des sciences sociales [3].

Au-delà de 1870, on ne le voit pas participer aux activités du mouvement sociétaire.


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : juillet 2011

Notes

[1Archives nationales, 10 AS 37 (651 Mi 59), lettre de Cantagrel, 19 novembre 1849.

[2Archives nationales, 10 AS 38, 681 Mi 63, lettre du 24 avril 1861.

[3Ecole normale supérieure, fonds Considerant, Carton 2, dossier 12, rapport de Le Rousseau et Lesage sur les comptes de la société en commandite, 1868.


Ressources

Sources

Archives nationales, 10 AS 37 (681 Mi 59), lettre de Cantagrel, 19 novembre 1849 ; 10 AS 38 (681 Mi 63), lettre d’Etchegoyen, 24 avril 1861.

Ecole normale supérieure, fonds Considerant, Carton 2, dossier 12, rapport de Le Rousseau et Lesage sur les comptes de la société en commandite, 1868.

Archives départementales de la Mayenne, Recensements de Saint-Denis-de-Gastines, 1861, 1866, 1872 et 1876 (en ligne sur le site des archives départementales)

Bibliographie

Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Paris, éditons de l’Atelier, 1997 (CD-Rom)

Dictionnaire des parlementaires français [...] depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1889 [...], sous la dir. d’Adolphe Robert et Gaston Cougny, Paris, Bourloton, 1889-1891, tome 2.

J. Hamon, Six siècles d’histoire à Montflaux. Un des plus hauts lieux du Bas Maine, Saint-Cénéré (Mayenne), éditions Saint-Michel, 1972, 174 p. Les quelques pages (p. 154-156 et 160-161) que cet ouvrage consacre à Etchegoyen et à son épouse leur sont très hostiles, en raison de leurs opinons socialistes et de leur abandon du catholicisme.


Index

Lieux : Cour-Cheverny, Loir-et-Cher - Saint-Denis-de-Gastines, Mayenne

Notions : Député - Election - Exil

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Etchegoyen (d’), (Vincent) Charles (Henri) », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en juillet 2011 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article905 (consultée le 6 septembre 2017).

 . 

 . 

 .