remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : février 2011

Juvin Joseph (-Antoine ou -Guérin, selon les sources)


Né le 10 août 1811 à Bourg Saint-Maurice (Savoie) - décédé en octobre 1894 à Grenoble (Isère). Médecin. Conseiller municipal et adjoint de Grenoble sous le Second Empire.


Portrait de Juvin
Isère - Dictionnaire biographique et album, Paris, Flammarion (Dictionnaires biographiques départementaux), 1907


Fils d’un médecin, Joseph Juvin effectue d’abord ses études au petit séminaire de la Côte Saint-André, puis obtient le baccalauréat à Grenoble. Il entreprend ensuite des études de médecine et devient, sur concours, élève externe à l’hôpital de Grenoble ; il s’intéresse très rapidement à l’homéopathie, dont la notoriété s’accroît en France après 1830. Comme d’autres disciples de Fourier, Juvin devient un ardent propagateur de la nouvelle doctrine médicale, qu’il présente dans plusieurs textes publiés dans Le Dauphinois (30 décembre 1834, 1er janvier 1835 ; 6 février 1835). Ceci lui vaut d’être radié de l’hôpital de Grenoble. Il obtient toutefois son doctorat en août 1837. Dans les années suivantes, il continue à propager les thèses homéopathiques et promeut une médecine préventive, notamment par le biais de cours d’hygiène publique. En juin 1839, un médecin suisse de la Société homœopathique lémanienne séjourne à Grenoble. Il y rencontre Albin Crépu, qui a introduit l’homœopathie dans la ville. Mais

ses occupations scientifiques et pratiques ne lui laissant pas le loisir nécessaire aux visites en ville, il a désiré s’adjoindre un confrère et il a fait un choix excellent dans la personne du Dr Juvin, dont la thèse sur l’homœopathie, publiquement soutenue à l’Ecole de Paris, a eu un si honorable retentissement. J’ai eu le plaisir de voir, d’entendre, d’entretenir tous les jours ce jeune homœopathe, chez son maître et confrère, le Dr Crépu, qui m’avait donné un logement ; et je puis, avec certitude, lui pronostiquer la carrière la plus honorable et la plus lucrative ; c’est à lui que déjà s’adresse une bonne partie de la population fashionable de Grenoble ; et la manière dont j’ai entendu parler de lui [par des] gens des plus honorables, me démontre qu’on rend pleine justice à son caractère et à ses talents [1].

Dans les années 1840, Juvin fait partie du petit groupe fouriériste de Grenoble, avec Albin Crépu, Théodore Guigonnet, Louis Petit, Casimir Roche... Alors que, qu’un membre de la Société des Arts et des Sciences de Grenoble, a violemment attaqué les « socialistes modernes », Juvin répond que ces attaques - dont il ne veut rien dire quand elles concernent Babeuf, Saint-Simon et Owen - sont injustifiées « relativement à la doctrine sociétaire de l’illustre Charles Fourier » ; il recommande à l’imprécateur de lire les ouvrages exposant la théorie phalanstérienne pour constater que « Fourier consacre le droit de propriété, le déploiement pondéré des passions, la légitimité du mariage, le bonheur et la sécurité de la famille ; enfin que ce socialiste éminemment religieux appuie sans cesse sa gigantesque organisation sociale sur les notions élevées d’un Dieu créateur et de l’immortalité de l’âme ».
Après la Seconde République, et alors que le groupe phalanstérien grenoblois a disparu, Juvin semble privilégier d’autres adhésions : les sociabilités intellectuelles, l’engagement républicain, les œuvres philanthropiques. En 1849, il entre dans une loge franc-maçonne grenobloise. Puis, en 1850, il est admis dans la Société de statistique, des sciences naturelles et des arts industriels du département de l’Isère. Dans les années suivantes, il est aussi membre de la Société des amis des arts, de l’Orphéon de Grenoble...
Partisan de la République - mais il ne paraît pas avoir joué de rôle important sous la Seconde République -, il est élu au conseil municipal de Grenoble en juillet 1865, puis nommé adjoint en septembre suivant ; il fait partie du comité électoral du candidat républicain aux élections législatives de 1869. Après la chute de l’Empire, le 4 septembre 1870, il fait partie de la commission municipale nommée par le gouvernement de la Défense nationale.
Pendant la guerre de 1870-1871, il préside le comité de la Société de secours aux blessés à Grenoble. Dans les deux décennies suivantes, il occupe des responsabilités dans plusieurs institutions d’assistance et sociétés philanthropiques : vice-président de la commission administrative des hospices, vice-président de la Société de patronage des apprentis.
Il reste certes actionnaire de l’Union agricole du Sig (il figure sur les listes des actionnaires de 1869 et 1880) ; il s’abonne au Bulletin du mouvement social dans la seconde moitié des années 1870 par l’intermédiaire de Guigonnet, qui essaie alors de ranimer la flamme fouriériste parmi ses condisciples grenoblois. Néanmoins, il ne participe pas véritablement aux différents efforts de reconstruction de l’Ecole sociétaire, des années 1860 aux années 1880.


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : décembre 2015

Notes

[1Dr Peschier, "Allocution adressée à la Société homœopathique lémanienne, séante à Vevey, le 15 août 1839", Bibliothèque homœopathique, n°6, septembre 1839, p. 293-294.


Ressources

Oeuvre
Considérations sur la matière médicale et la thérapeutique, Paris, thèse de médecine, 1837.
Etude sur l’Ecole préparatoire de médecine et de pharmacie de Grenoble, Grenoble, Maisonville, 1872, 67 p.

Sources

Aristide Albert, Le Dr Joseph-Guérin Juvin, vice-président du Comité de la société de patronage des apprentis - Extrait du rapport présenté à l’assemblée générale de la Sté de patronage des apprentis, le 9 décembre 1894, Grenoble, Imp. F. Allier père et fils, 1895, 7 p.
Isère - Dictionnaire biographique et album, Paris, Flammarion (Dictionnaires biographiques départementaux), 1907.
Eugène Chaper, Dictionnaire de biographie dauphinoise, manuscrit, vol. 18 (Bib. municipale de Grenoble).
Dr Peschier, "Allocution adressée à la Société homœopathique lémanienne, séante à Vevey, le 15 août 1839", Bibliothèque homœopathique, n°6, septembre 1839, p. 289-311.
Archives Nationales, 10 AS 38, Lettre de Guigonnet, 1er mai 1875.
ENS Fonds Considerant, Carton 4 Dossier 3 Chemise 2, Registre du Bulletin du mouvement social, 1877-1880.

Bibliographie

Maurice Comte, Le parti républicain de Grenoble aux élections législatives de 1869, Diplôme d’Etudes Supérieures soutenu à Grenoble le 26 juin 1950, 41 f. (mémoire déposé aux Archives départementales de l’Isère).

Iconographie

Portrait de Juvin dans Isère - Dictionnaire biographique et album, Paris, Flammarion (Dictionnaires biographiques départementaux), 1907


Index

Lieux : Grenoble, Isère

Notions : Homéopathie - Médecine - Philanthropie

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Juvin Joseph (-Antoine ou -Guérin, selon les sources) », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en février 2011 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article835 (consultée le 14 novembre 2017).

 . 

 . 

 .