remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : avril 2010

Bonnans, Firmin


Né au début du XIXe siècle à Pamiers (Ariège), décédé en 1885. Professeur de langue et littérature, poète et journaliste.


Professeur de langue et de littérature française résidant au 20 rue de Seine à Paris, il est présenté dans Le Nouveau Monde [1] comme « l’un des amis de la science sociale », et signalé parmi les « principaux artistes et travailleurs appartenant à l’Ecole sociétaire » dans l’Almanach social pour l’année 1840. Lors du rassemblement organisé pour le second anniversaire de la mort de Fourier par le groupe du Nouveau Monde devant la tombe de Fourier, il lit une « pièce de vers que ce triste anniversaire a inspirée à Mme Hermance Lesguillon » [2]. Il est probablement issu du groupe des saint-simoniens ayant rejoint les rangs de l’Ecole sociétaire.

En juillet 1848, il devient rédacteur en chef du Journal de l’Eure, créé le 16 mars 1848 et dont le dernier numéro paraît le 8 février 1849. En mai 1852, qualifié à nouveau de professeur de langues, résidant à Passy, il épouse une demoiselle Courtiol domiciliée 63 avenue Montaigne à Paris.

Professeur de français au lycée Lazar de Bucarest, il publie, en 1868, un recueil de fables imitées de La Fontaine. Son œuvre, ainsi que celle de Lachambeaudie, inspirent largement celles de Gheorghe Sion et Ion Heliade Rădulescu.

De retour en France, il collabore à l’Avenir de l’Ariège, où après avoir « effleuré la politique », il se consacre à de simples chroniques et articles de fantaisies. Son œuvre poétique est alors marquée de l’amour pour son pays natal et par ses souvenirs de jeunesse.


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : avril 2017

Notes

[1Le Nouveau Monde, 1er novembre 1839

[2Le Nouveau Monde, 21 octobre 1839.


Ressources

Œuvres

Fables par Firmin Bonnans, ancien rédacteur en chef du Journal de l’Eure, professeur au Gymnase Lazar, Paris, J. Hetzel, 1868, in-16, 268 p. (ou in-18, 272 p.) (en ligne sur Gallica).

Deux autres titres sont annoncés « sous presse » en 1868, mais ne semblent pas avoir été publiés : Les Ariégeoises et Légendes roumaines.

Sources

Le Nouveau Monde, 21 octobre 1839 et 1er novembre 1839.
Almanach social pour l’année 1840, Paris, Librairie sociale (1839), p. 184 (en ligne sur le site de la Bibliothèque virtuelle de l’Université de Poitiers).
« Publications de mariage », Le Journal des débats politiques et littéraires, 11 mai 1852 (en ligne sur Gallica).
Henri-Louis Duclos, Histoire des Ariégeois (comté de Foix et vicomté de Couserans), de l’esprit et de la force intellectuelle et morale dans l’Ariège et les Pyrénées centrales, Paris, Didier, 1881-1887, 7 vol. [vol. 1 p. 491-495 et vol. 6, p. 643.] (vol. 1 en ligne sur Internet Archive.org).

Bibliographie

Adelin Moulis, Dictionnaire biographique et généalogique des Ariégeois, vol. 1, Nîmes, Lacour, 2001.
Edouard Gachot, « Notice sur la presse ébroicienne, 1793-1893 », Recueil des travaux de la Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure, 5ème série, tome 3ème, année 1893, Evreux, Charles Herissey, 1896, p. 69-74, [p. 72, vue n°157] (en ligne sur Internet Archive.org).
Studii literare Romantismul românesc, Cluj-Napoca, Dacia, 1974, Studii literare, vol. 2.
Studii literare Ideologia literară a lui Heliade Rădulescu, Cluj-Napoca, Dacia, 1972, Studii literare, vol. 3.


Index

Lieux : Bucarest, Roumanie - Pamiers, Ariège - Paris, Seine

Notions : Littérature - Poésie - Presse

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Bonnans, Firmin », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en avril 2010 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article739 (consultée le 21 mai 2017).

 . 

 . 

 .