retour au sommaire

DEBOUT Simone : L’illusion réelle (2008)
Un film de Nicole Chosson, Annie Trassaert, Martin Verdet et Simone Debout, De Terre Neuve, 2008

Laurence Bouchet  |  2009 / n° 20 |  février 2010



Index

Personnes : Debout, Simone

Pour citer ce document

BOUCHET Laurence , « DEBOUT Simone : L’illusion réelle (2008). Un film de Nicole Chosson, Annie Trassaert, Martin Verdet et Simone Debout, De Terre Neuve, 2008  », Cahiers Charles Fourier , 2009 / n° 20 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article724 (consulté le 11 octobre 2017).

Texte intégral

Dans ce film Simone Debout retrace son cheminement intellectuel, un cheminement au cours duquel Fourier n’a cessé de l’accompagner au point d’être devenu part de sa pensée, d’elle-même et de son affectivité. Elle illustre par son existence l’idée qu’elle expose au cours de cet entretien sur Fourier : « les rencontres font toujours un mixte l’identités », « elles sont inquiétudes au cœur de l’être et tension vers l’ailleurs ». Dans son appartement parisien où s’entasse un bric-à-brac de livres, photographies, statuettes, tableaux, masques tibétains, nous la voyons allumer sereinement sa pipe puis se livrer dans un langage posé et précis à une interprétation, réappropriation lumineuse de la pensée de Fourier. Elle évoque son « amitié enthousiaste » avec Breton, son engagement politique, sa désillusion vis-à-vis du communisme et la découverte de Fourier rendue possible par cette brèche. « L’écart absolu » permet de voir surgir un monde à la portée du désir. L’utopie que nous propose Fourier est Eu-topos (lieu du bonheur), non pas attente de lendemains qui chantent dans un ailleurs lointain mais réalisation ici et maintenant de nos potentialités passionnelles.


Laurence Bouchet

Laurence Bouchet

Professeur de philosophie, elle a en particulier travaillé sur André Breton. Elle a écrit plusieurs articles dans les Cahiers Charles Fourier. Elle vit et travaille à la campagne (au bord du lac de Saint-Point).


Les autres articles de Laurence Bouchet





 . 

 . 

 .