retour au sommaire

Robert P. SUTTON : Les Icariens. The Utopian Dream in Europe and America (1994)

Urbana, University of Illinois Press, 1994, XIV, 202 p.


Allan Potofsky  |  1995 / n° 6 |  décembre 1995



Index

Notions : Expérimentations

Personnes : Cabet, Etienne - Johnson, Christopher - Prudhommeaux, Jules - Sutton, Robert P.

Pour citer ce document

POTOFSKY Allan , « Robert P. SUTTON : Les Icariens. The Utopian Dream in Europe and America (1994)  », Cahiers Charles Fourier , 1995 / n° 6 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article71 (consulté le 20 octobre 2017).

Texte intégral

En dépit de sa brièveté, cette monographie a une grande ambition : apporter un éclairage (nouveau) sur les conclusions de deux ouvrages majeurs de l’historiographie du XXe siècle concernant Étienne Cabet et l’icarisme. L’auteur estime en effet d’une part que Jules Prudhommeaux dans son Icarie et son fondateur Étienne Cabet (1907) s’est trop exclusivement consacré aux questions historiques concernant l’icarisme sous l’angle de la “biographie de son fondateur”, traitant à la légère l’histoire du mouvement après la mort de son dirigeant en 1856. Il estime d’autre part que l’ouvrage de l’Américain Christopher Johnson, The Origins of Communism (1974) est trop focalisé sur l’accueil fait aux idées de Cabet chez les artisans urbains du dix-neuvième siècle, niant, à tort selon lui, l’importance des idées de Cabet dans la formation des idéologies de la classe ouvrière (p. 1-3).

Robert Sutton, directeur du Centre d’études icariennes de l’Université Western-Illinois, propose quant à lui de traiter le phénomène icarien de manière globale. Il fait l’analyse à la fois de l’utopisme de Cabet et du mouvement icarien ; en outre, comme l’indique le titre du livre, il prend en compte la dernière phase américaine autant que les origines européennes. En effet, Sutton est particulièrement attentif au déclin de l’icarisme après le milieu du siècle quand, de mouvement utopique, la communauté s’est transformée en une poignée de communautés renfermées sur elles-mêmes, isolées dans le Mid-West ou dans le Sud des États-Unis, regroupant quelques centaines d’adeptes, ravagées par le choléra et criblées de dettes, frappées de poursuites en justice et victimes de dissensions internes.

La principale contribution de ce livre est d’enrichir notre compréhension de l’esprit sectaire propre à Icarie. Dans ses derniers chapitres, Sutton montre comment Cabet et quelques-uns de ses proches ont dérivé loin des idéaux européens originels. Dans ses pages les plus intéressantes, Suttton situe l’icarisme par rapport aux autres sociétés utopiques et religieuses qui se développèrent aux États-Unis durant la même période. Les fondateurs américains de Brook Farm ou de la Wisconsin Phalanx, par exemple, de même que des sectes comme les Mormons ou les Shakers, avaient pris soin de “glorifier la liberté des individus” (p. 101), tandis que les dirigeants icariens pratiquaient la fuite en avant en écrasant la voix des dissidents, à la recherche d’une voie austère et puritaine. En outre, c’est en reconstituant les détails de la vie quotidienne des Icariens - leur mode de vie spartiate, leurs fêtes, leurs budgets précaires témoignent de leur vie difficile durant les dernières années - que Sutton tire principalement avantage des sources, à l’évidence fort riches, du Centre d’études icariennes, qui comprennent journaux intimes, lettres et compte rendus des assemblées générales d’Icarie.

Pourtant, l’abondance de détails et la rigueur chronologique ne peut qu’amener le lecteur à exiger des conclusions plus fouillées et une conceptualisation plus ambitieuse que celles offertes par Sutton. Le manque d’approfondissement du contexte historique pourrait laisser penser que l’icarisme subsista presque au milieu d’un désert aux États-Unis. Notons ici que les effets de la guerre de Sécession (1861-1865), qui provoqua l’engagement d’une poignée de membres de la communauté de Cheltenham comme volontaires dans l’armée du Nord, mériteraient une discussion plus complète (p. 113, 119) ; de même, après 1871, la controverse soulevée par l’arrivée d’un petit groupe de Communards à l’Icarie de Corning (Iowa) est résumée trop vite en quelques phrases seulement (p. 127).

En conclusion, l’ouvrage de R. Sutton pose sur l’histoire de Cabet et de l’Icarie aux États-Unis un certain nombre de jalons, plus qu’il ne débouche sur une analyse véritablement achevée.


Allan Potofsky

Allan Potofsky

Les autres articles de Allan Potofsky





 . 

 . 

 .