Association
remonter 

mise en ligne : mai 2009

Compte rendu de l’AG de Salins, 4 avril 2009







L’AG est ouverte à 16 heures 15. Thomas Bouchet, au nom du bureau, souhaite la bienvenue aux présents et remercie la mairie de Salins (notamment Jean-Paul Favereaux, adjoint à la culture) de l’accueil qu’elle a réservé à l’association.

Rapport d’activité
(par Thomas Bouchet)

Avant toute chose, le rôle essentiel joué dans la préparation de l’Assemblée générale par les membres du bureau, et en particulier par Chantal Guillaume, est souligné.

Les Cahiers. Ils restent un axe fort de nos activités. Le numéro 19 est sorti en décembre 2008. Un financement du Centre Régional du Livre de Franche-Comté a été obtenu, qui a couvert 50% des frais de fabrication (HT). Le Cahier est conséquent (près de 250 pages) et davantage diffusé, valorisé que les précédents. Il reçoit des échos très positifs de la part des adhérents, dans les revues (L’Histoire, etc.)

Publications. La recherche d’un éditeur s’est poursuivie avec constance pour la traduction française du Considerant de Jonathan Beecher. Les Presses du Réel se sont engagées : elles ont acheté les droits de traduction, elles sont sur le point de signer le contrat de traduction avec Michel Cordillot.

Le site charlesfourier.fr se porte bien. Ouvert en 2006, il a trouvé son rythme et a gagné sans cesse en visibilité. Il est de plus en plus visité. Le « Dictionnaire de l’Ecole sociétaire », réalisé grâce au travail de Bernard Desmars et de Jean-Claude Sosnowski avance, il y a de plus en plus d’articles inédits dans la rubrique « Etudes », d’inventaires de fonds d’archives, de liens avec d’autres sites ; la rubrique « Actualités » est assez régulièrement nourrie.

L’ouverture de nos activités sur l’art se poursuit. Le Cahier 19 en témoigne, avec l’œuvre de Barbara Puthomme. Un pôle « création contemporaine » est ouvert dans l’exposition « Considerant, 1808-2009 : portrait sensible ».

Vie de l’association. L’AEF a pu s’appuyer sur les membres de son bureau et de son conseil d’administration, au fil des réunions. Merci aux membres de ces deux groupes. Un important travail au jour le jour a été mené : suivi des adhésions et des abonnements, vente de Cahiers, correspondance et rencontres, refonte de la trésorerie, participation à diverses initiatives : (salon de Genève avec le CRLFC ; salon de Salins) ; articles pour des revues ; projets partagés, comme l’exposition de Salins. Il convient au-delà d’alimenter et de développer les relations avec d’autres structures : la colonie de Condé-sur-Vesgre, les groupes d’études saint-simoniennes et proudhoniennes, les responsables de la Bibliothèque Virtuelle sur les Premiers Socialismes, le Centre d’Art mobile...

Eléments de conclusion et d’ouverture : l’AEF a deux vocations : contribuer au progrès et à la diffusion du savoir sur Fourier et l’Ecole sociétaire ; se montrer sensible aux actualités de l’« utopie », y réfléchir, les relayer. Le 2e aspect pourrait être travaillé davantage. La rubrique « Expérimentations » du Cahier aide à cela. Au-delà, il ne serait pas illégitime que l’AEF soit le lieu de débats renouvelés sur les présences effectives ou possibles d’idées fouriéristes dans la société d’aujourd’hui, parcourue de si extrêmes tensions

Rapport financier
(par Chantal Guillaume, au nom de Michel Guet, trésorier de l’AEF)

Caisse---Banque---Total---Rappel N-1 (2007)
Trésorerie (01-01-08)
16,59---1879,01---1895,60---1496,98
Recettes de l’exercice
4313,98 (total)---3079,93 (rappel)
Dépenses de l’exercice
5229,29 (total)---2681,31 (rappel)
Solde (31-12-08) à reporter
223,53---756,76---980,29---1895,60

Remarques

Recettes et dépenses sont nettement supérieures à l’exercice précédent, que qui s’explique par la publication du Cahier 19 comptant 236 pages au lieu de 148 pour le 18, avec cette fois un cahier couleur de 6 pages ; mais le surcoût a été compensé par la subvention de la Région Franche-Comté.

La trésorerie en fin d’exercice est inférieure de 915,31 euros à celle de l’exercice précédent ; cela n’est pas imputable au coût du Cahier 19 mais au fait que le tableau ci-dessus est un simple résultat comptable annuel et non un bilan/compte de résultat.

Coût comparatif Cahier 18 - Cahier 19
Cahier 18---Cahier 19
Impression
1518,36---3002,00
Maquette
360---360
Subvention
0---1614,00
Coût réel
1878,36---1748,00
Comme on le voit, grâce à la subvention, et compte non tenu des frais d’expédition supérieurs pour le Cahier 19, le solde est positif de 130 euros

Trésorerie
(N.B. : Comme chacun sait, un compte de trésorerie est un simple arrêt des comptes (avoir en début d’exercice + recettes - dépenses = avoir en fin d’exercice) alors qu’un bilan intègre dans un compte des sommes s’y rapportant alors qu’elles figurent aux comtes des exercices précédents ou suivants)
Bilan 2007
Résultat comptable : 1895,00
Résultat à augmenter du Cahier 17 imputable à 2006 mais payé en 2007 : +1305,00
Résultat à diminuer du Cahier 18 imputable à 2007 mais payé en 2008 : -1878,00
Résultat réel : +1322,00
Bilan 2008 : Le point de départ est le résultat réel (1322,00) et non le résultat comptable (980,00)
Recettes de l’exercice : +4313,00
Dépenses de l’exercice : -5229,00
A ajouter, le coût du Cahier 18 payé en 2008 mais imputable (et imputé) en 2007 : +1878,00
A retrancher les dettes en fin d’exercice, lesquelles seront payées en 2009 mais imputables à 2008 : -360,00
Résultat réel : +1924,00

Conclusion
En termes de bilan, l’exercice 2008 est supérieur à l’exercice 2007 (+602,00) mais au point de vue de la trésorerie l’AEF est toujours en position fragile ; beaucoup de cotisations sont entrées début 2009 et la trésorerie arrêtée à la mi-mars établit nos comptes à 1291 euros (dettes payées).

Mise aux voix des rapports

Adhérents présents : 27 ; procurations : 11
Vote sur le rapport d’activité : unanimité moins une abstention
Vote sur le rapport financier : unanimité moins une abstention

Renouvellement partiel
du conseil d’administration selon statuts

Quatre membres ont été renouvelés en 2007 à Saint-Claude par tirage au sort (Alain Cassiot, Jean-Claude Dubos, Michel Guet, Pierre Mercklé) ; quatre autres membres ont été renouvelés en 2008 à Lyon par tirage au sort (Jonathan Beecher, Gaston Bordet, Thomas Bouchet et Bernard Desmars). Pour 2009, le renouvellement porte sur les quatre derniers membres du CA : Laurence Bouchet, Philippe Duizabo, Chantal Guillaume, Louis Ucciani. Tous les quatre se représentent, aucun autre candidat ne se fait connaître, ils sont renouvelés à leur poste.
Il est décidé unanimement que lors de l’AG 2010, quatre membres sortants seront remplacés pour qu’un mouvement s’enclenche dans la composition du CA après plusieurs années de stabilité ; la taille du CA augmentera en outre.

Les Cahiers et le site

Les interrogations portent sur le mode de financement des prochains Cahiers. Le projet de Cahier 20 centré sur un dossier « Walter Benjamin lecteur de Charles Fourier » (sous la direction de Florent Perrier) ne pourra être finalisé faute de financement - ce financement était la condition sine qua non du projet. A revoir avec Florent Perrier, qui a déjà fait un travail de préparation scientifique remarquable. S’il fallait reporter au Cahier 21 le dossier, il faudrait songer très vite à un sommaire pour le Cahier 20. L’idée d’un Cahier spécial « anniversaire » (les vingt ans) est évoquée : des financements pourraient être demandés à la mairie de Besançon ou au Conseil général du Doubs - mais ces demandes sont lourdes et il faudrait ne pas perdre de temps ; on pourrait envisager de publier des études de ces vingt dernières années demeurées encore inédites et rendre compte du dynamisme de la recherche actuelle ; une introduction de la rédaction pourrait mettre tout cela en perspective. Pour financer, au-delà, des pistes sont sûrement à creuser : Mécénat ? Souscriptions ponctuelles ? Annonces pour d’autres structures amies dans le Cahier, moyennant contribution financière ? Cette dernière solution suppose qu’on se mettre d’accord sur un cahier des charges strict.

Pierre Mercklé présente un bilan approfondi de l’activité du site charlesfourier.fr. Il insiste sur son dynamisme. Il souligne également des irrégularités dans la fréquentation, dues probablement (entre autres) à un certain manque de rythme dans la rubrique « Actualités », celle qui attire les visiteurs intéressés par les nouveautés. Il serait utile qu’un-e membre de l’association s’occupe spécifiquement de cette rubrique.

Questions diverses

Plusieurs membres de l’association disposent de documents d’archives, qu’ils souhaiteraient confier à l’association. Tout cela est très dispersé, et assez mal conservé. L’idée d’ouvrir un local destiné à la conservation revient en discussion (ce projet est récurrent depuis des années). Pas de solution pour l’instant. Il faut y réfléchir sérieusement.

Les remarques d’adhérents de l’association sur le lien de l’association avec la société d’aujourd’hui, relayées dans le rapport d’activité, sont reprises. Beaucoup de présents considèrent qu’une plus grande sensibilité au présent n’est pas incompatible avec le travail scientifique qui prédomine dans les activités de l’AEF. A concrétiser également.

L’Assemblée générale de 2010 : elle pourrait se tenir à Besançon, en relation avec l’exposition Fourier qu’organisera le Musée des Beaux-Arts ; la demande de soutiens financiers aux collectivités locales prendrait ainsi davantage de légitimité. Il ne faut pas oublier pour autant le projet d’AG à Condé-sur-Vesgre (l’année suivante ?)

Le bureau de l’AEF





Pour citer ce document

« Compte rendu de l’AG de Salins, 4 avril 2009  » , charlesfourier.fr , rubrique « Assemblées générales (et CA) » , mai 2009, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article654 (consulté le 18 novembre 2017).



 . 

 . 

 .