retour au sommaire

TUNDO Laura : L’Utopia di Fourier, in camino verso Armonia (1991)
Bari, Edizioni Dedalo, 1991. 364 p.

Louis Ucciani  |  1992 / n° 3 |  décembre 1992



Index

Personnes : Kepler - Leibniz - Maistre (de), Joseph - Messmer - Newton, Isaac - Platon - Saint-Martin, Louis Claude de - Swedenborg - Tundo, Laura

Pour citer ce document

UCCIANI Louis , « TUNDO Laura : L’Utopia di Fourier, in camino verso Armonia (1991). Bari, Edizioni Dedalo, 1991. 364 p.  », Cahiers Charles Fourier , 1992 / n° 3 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article61 (consulté le 9 août 2017).

Texte intégral

La lecture de Laura Tundo dynamise Fourier en tentant de le sortir de l’atypisme qui l’isole. L’utopie n’est pas à comprendre comme une forme gestalt figée propulsée dans un futur lointain, mais “comme un projet que l’humanité construit et poursuit par étapes successives et dans des formes multiples”. En cela le projet de Fourier ne vient pas de nulle part, son utopie ne se fonde pas sur une a-topie. L’auteur va donc à l’encontre de l’idée qui voudrait voir en Fourier un autodidacte coupé des savoirs antérieurs. Kepler et sa structure ésotérico-analogico-mathématique de l’harmonie cosmique, Leibniz et sa conception ontologico-psychologique d’une harmonie, Newton et son modèle d’explication du monde, sont autant de bases sur lesquelles Fourier développe ses conceptions. Et quand il privilégie l’aspect humain et social, il retrouve les préoccupations premières de la philosophie développées par Platon.

D’autre part si le concept d’Harmonie prend définitivement corps dans un modèle de communauté politico-utopique, celui-ci n’est pas exempt d’influences. Il y a celle des Lumières ; Fourier avait lu Diderot, Rousseau et Condorcet. Mais aussi celle des occultes que sont Saint Martin, Joseph de Maistre, Swedenborg et Messmer.

Et si la préoccupation économique est omniprésente chez Fourier, sans doute est-ce de même à rapprocher des débats ouverts par les physiocrates, les tenants de la nouvelle école classique d’économie politique ou encore des utilitaristes.

Enfin l’aspect passionnel qui prend l’amour comme centre doit-il, lui aussi, beaucoup aux tendances libertines développées au XVIIIe siècle.

Ainsi arrimée, la théorie de Fourier se présente comme une construction tentaculaire qui se projette vers l’avenir ; l’auteur en parcourt dans une lecture détaillée et précise les axes que sont la passion, l’amour, le travail, l’harmonie, l’éducation, la cosmogonie et la perspective historique.


Louis Ucciani

Louis Ucciani

Louis Ucciani enseigne la philosophie à l’Université de Franche-Comté. Il collabore depuis leur création aux Cahiers Charles Fourier. Ses axes de recherche récents interrogent la genèse et la structure de l’art contemporain. Il a notamment publié Charles Fourier ou la peur de la raison (Paris, Kimé, 2000) ou encore de Saint-Augustin ou le livre du Moi (1998). Dernier ouvrage paru : Le geste du peintre (2003).


Les autres articles de Louis Ucciani





 . 

 . 

 .