remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : février 2008

Bonnemère, (Joseph-) Eugène


Né le 20 ou 21 février 1813 à Saumur (Maine-et-Loire), mort le 1er novembre 1893 à Louerre (Maine-et-Loire).


Petit-fils d’un député du Maine-et-Loire à l’assemblée législative, fils d’un conseiller général et maire de Saumur, Eugène Bonnemère fait d’abord ses études au collège de Saumur, puis au lycée Henri IV à Paris ; il entre à l’Ecole centrale en 1831, mais une grave maladie interrompt ses études. Il fait ensuite du droit et est reçu avocat. Cependant, il ne n’exerce pas cette profession, puisque très rapidement, il se consacre à la littérature et tout d’abord au théâtre ; il fait jouer en 1841 un vaudeville, Les Premiers fiacres, et une féerie, Micromégas. En 1843, il s’installe à Angers, où il collabore au Précurseur de l’Ouest, dirigé par son ami Edmond Adam. En 1844, il est admis dans la Société industrielle d’Angers, une société savante locale où son père siège déjà. Il continue à écrire des pièces et fait également représenter sur la scène locale un vaudeville, une revue et un opéra-comique. Dès cette époque au moins, il s’intéresse particulièrement à la situation des campagnes. En 1846, la Société académique de Nantes et de la Loire-Inférieure met au concours la question suivante : « Des causes qui engendrent le mouvement des populations agricoles vers les grands centres manufacturiers, et des moyens d’y remédier ». Le mémoire de Bonnemère est primé, publié en 1847 sous le titre Les Paysans au XIXe siècle. L’auteur propose comme solution à l’exode rural l’enseignement agricole, l’association et l’organisation du travail, mais de façon assez vague et sans référence explicite à Fourier. Il y critique les comportements de certains propriétaires à l’égard de leurs fermiers et de leurs métayers, ce qui suscite de vives réactions au sein de la Société industrielle d’Angers et amène Bonnemère à démissionner de cette association dont il était vice-secrétaire.
Revenu à Paris en 1848, il continue son œuvre littéraire et de publiciste, avec, outre des pièces de théâtre et des romans, des ouvrages d’histoire qui concernent souvent le monde rural, et en particulier les révoltes paysannes ; il s’intéresse aussi aux associations agricoles et obtient un prix de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon, pour un mémoire sur « Le Morcellement agricole et l’association ». Il collabore à différents journaux (Le Siècle) et revues (La Revue moderne, publiée en 1857-1858 par quelques membres de l’Ecole sociétaire ; L’Ami des sciences, fondé par le fouriériste Victor Meunier ; Le Journal d’agriculture pratique, un moment dirigé par Jean-Augustin Barral, également disciple de Fourier).
Bonnemère participe à la reconstitution du mouvement phalanstérien dans les années 1860, autour de Barrier. Il assiste aux banquets qui rassemblent les disciples de Fourier, chaque 7 avril, à partir de 1865. Actionnaire de l’Union du Sig, il siège au conseil d’administration de la société, mais en démissionne en 1869 en raison de son éloignement de Paris. En 1872, il fait partie du « Comité d’exécution » chargé de mettre en œuvre les décisions du congrès phalanstérien afin de réorganiser l’Ecole sociétaire. Il collabore au nouvel organe fouriériste, le Bulletin du mouvement social, pour lequel il rédige notamment une série d’articles sur « la désertion des campagnes » de 1873 à 1875. Avec quelques autres fouriéristes, il débat sur la réalisation prochaine de l’association agricole. Il continue à fréquenter les assemblées générales des actionnaires du Sig (il est à nouveau élu administrateur en 1880, mais abandonne cette fonction l’année suivante), ainsi que les banquets du 7 avril.
Pendant ces années 1870, il s’engage nettement dans le camp républicain, en s’efforçant de propager l’idée républicaine dans les campagnes : il fait partie des dirigeants de la Société d’Instruction Républicaine, pour laquelle il rédige plusieurs brochures (Les Paysans avant 1789 ; Les Paysans après 1789 ; Le Maître d’école) tout en collaborant à son organe, Le Patriote ; il publie également quelques textes dans la « Bibliothèque démocratique » de Victor Poupin. Il adhère à la Ligue de l’enseignement en 1877 et fait partie du comité du cercle parisien de la Ligue, dans lequel il siège jusqu’à sa mort. Il est par ailleurs membre des Amis de la Paix.
Bonnemère s’intéresse également beaucoup au spiritisme. En 1867, il publie Le Roman de l’Avenir, œuvre qui aurait été écrite « par un médium inconscient, philosophe et romancier malgré lui, qui n’a laissé [à Bonnemère] que le soin de leur donner une forme plus littéraire. Il devient d’ailleurs président de la Société des études spirites, après la mort de son fondateur, Allan Kardec. Il est par ailleurs titulaire de la Légion d’honneur.


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : novembre 2015

Ressources

Œuvres

Dolorès ou carlistes et christinos, vaudeville en un acte représenté pour la première fois le 15 décembre 1844 sur le théâtre d’Angers, Angers, Cosnier et Lachèse, 1844
Biographie des deux Bodin (Jean-François et Félix). Réfutation de M. Godard-Faultrier, Angers, Impr. de Cornilleau et Maige, 1846, VII-56 p.
Les Paysans au dix-neuvième siècle, Nantes, Impr. Veuve Mellinet, 1847, VI-50 p. (Mémoire couronné par la Société royale académique de Nantes et de la Loire-Inférieure)
Aux électeurs du Maine-et-Loire, Angers, Impr. de Cornilleau et Maige, s.d. [1848]
Histoire de l’association agricole et solution pratique, Paris, Dusacq, 1850, 166 p.
Histoire des paysans, depuis la fin du Moyen-Age jusqu’à nos jours, 1200-1850, précédée d’une introduction, an 50 avant J.-C.-1200 après J.-C., Paris, Chamerot, 1856, 2 vol., XI-543 p. et 503 p. (Ouvrage réédité en 1874, 1877, 1886 ; l’édition de 1856 est accessible en ligne sur Gallica, bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France).
La France sous Louis XIV (1643-1715), Paris, Lacroix, 1865, 2 vol. (plusieurs rééditions)
La Vendée en 1793, Paris, Lacroix, 1866, 338 p.
Le Roman de l’Avenir, Paris, Librairie internationale, 1867, XIII-292 p.
Etudes historiques saumuroises (La conspiration Berton. Le héros du 14 juillet 1789. Madame Dacier), Saumur, Roland, 1868, 148 p.
Louis Hubert, Paris, A. Lacroix Verboeckhoven et Cie, 1868, 316 p.
La Commune agricole, Paris, Librairie de la Bibliothèque nationale, 1871, 192 p. (réédité en 1872, dans la « Bibliothèque démocratique »)
Les Paysans avant 1789, Paris, A. Le Chevalier (Société d’instruction républicaine), 1872, 34 p. (plusieurs rééditions)
Les Paysans après 1789, Paris, Société du patriote (Société d’instruction républicaine), 1872 (7e édition en 1876), 34 p.
Histoire populaire de la France, Paris, Bellaire (Bibliothèque Franklin), 1873, 3 vol.
Histoire de la Jacquerie (1318), Paris, Bellaire, 1873, 172 p.
Le Maître d’école, Paris, Le Chevalier (Société d’Instruction Républicaine), 1873, 34 p.
Les Déclassées, Paris, Bellaire, 1874 (2e éd.), 328 p. (ouvrage accessible en ligne sur Gallica, bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France)
Théâtre enfantin. La mort de l’ogre, comédie en un acte, Paris, Ducrocq, 1875
La Dîme et l’origine des biens de l’Eglise, Paris, Société du patriote (Société d’Instruction Républicaine), 1878, 36 p.
1789. La prise de la Bastille. 14 juillet. 4 août, Paris, Martin, 1881, 158 p.
Histoire de quatre paysans. Le grand Ferré, Lèbre, Jean Cavalier, Roland Laporte, Paris, Librairie centrale des publications populaires (coll. Education morale et civique. Bibliothèque de la jeunesse française), 1881, 95 p. et fig.
Histoire des Camisards, Paris, Décembre-Alonnier, 1869, 340 p. (plusieurs fois réédité, sous le titre Les Dragonnades. Histoire des Camisards, Paris, Dentu, 1877 (3e éd.), Paris, Fischbacher, 1882 (4e éd.) ; ou sous le titre Histoire des Camisards, Nîmes, Lacour, 1996, 350 p., fac-similé de l’édition de 1877)
Hier et aujourd’hui. Les habitants des campagnes, Paris, Librairie centrale des publications populaires, 1882, 143 p. (réédité en 1884, en 1885)
Histoire des guerres de religion. XVIe siècle, Paris, Librairie centrale des publications populaires (coll. Education morale et civique. Bibliothèque de la jeunesse française), 1886, 292 p. et pl.
L’Ame et ses manifestations à travers l’histoire, Paris, Dentu, 1888, VIII-349 p.
Les guerres de la Vendée, Paris, Librairie d’éducation de la jeunesse, s. d., 320 p.
Outre des articles dans de nombreuses publications.

Sources

Archives de la Préfecture de Police de Paris, Ba 934, dossier Bonnemère
Archives de la Préfecture de Police de Paris, Ba 1035, Rapports de police sur les banquets phalanstériens, années 1870
Bulletin de l’Union agricole d’Afrique, de 1867 à 1881.
Ernest Glaeser (sous la dir.), Biographie nationale des contemporains, Paris, Glaeser, 1878
Théophile de Lamathière (sous la dir.), Panthéon de la Légion d’honneur, Paris, Dentu, 1875-1911
Jules Lermina (dir.), Dictionnaire universel illustré biographie et bibliographique de la France contemporaine, Paris, Boulanger, 1885.
Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, Paris, Hachette, 1893 (6e édition) ; et Supplément à la 6e édition, Paris, Hachette, 1895.

Bibliographie

Dictionnaire de biographie française, Paris, tome 6, 1954.
Nadine Burloude, « Etude des Bulletins de la Société Industrielle d’Angers 1830-1939 », mémoire de maîtrise, université de Metz, 1989-1990, vol. 2, notices biographiques d’Eugène Bonnemère et de son père Jacques-Clément Bonnemère-Targé.
Sudhir Hazareesingh, « The Société d’Instruction Républicaine and the Propagation of Civic Republicanism in Provincial and Rural France, 1870-1877 », The Journal of Modern History, vol. 71, n°2, juin 1999, p. 271-307
Pierre-Emmanuel Raffi, Le temps des cercles. La Ligue de l’enseignement à Paris, 1866-1881, Paris, Cahiers de la Ligue, 1993, 171 p. ; notices biographiques des membres du comité, p.145-164

Sitographie

Gallica, bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France : deux ouvrages y sont accessibles en ligne :
Histoire des paysans, depuis la fin du Moyen-Age jusqu’à nos jours, 1200-1850, précédée d’une introduction, an 50 avant J.-C. - 1200 après J.-C., Paris, Chamerot, 1856, 2 vol., XI-543 p. et 503 p.
Les Déclassées, Paris, Bellaire, 1874 (2e éd.), 328 p.


Index

Lieux : Angers, Maine-et-Loire - Saumur, Maine-et-Loire

Notions : Agriculture - Association - Education - Election - Littérature - Paysans - République - Spiritisme

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Bonnemère, (Joseph-) Eugène », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en février 2008 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article476 (consultée le 12 décembre 2017).

 . 

 . 

 .