remonter 
Thomas Bouchet  |  mise en ligne : février 2008

Bonnard


Chef d’atelier lyonnais au début de la monarchie de Juillet


Bonnard est membre de la commission des chefs d’atelier de la ville de Lyon et des faubourgs, en 1831. Il est l’un des signataires de l’adresse rédigée par des chefs d’atelier et remise au préfet du Rhône en octobre, pour lui demander sa médiation dans le conflit qui les oppose aux négociants sur les tarifs. Fin 1833, il fonde avec plusieurs de ses collègues une société commerciale de caractère coopératif, la « maison centrale de commerce entre les chefs d’atelier et les ouvriers de Lyon » pour la fabrication et la vente d’étoffes de soie, s’inspirant plus ou moins des idées de Fourier. On peut souscrire chez lui (3 rue Henri IV, à la Croix Rousse) pour soutenir cette initiative, lit-on dans L’Echo de la fabrique du 1er décembre 1833 où il est présenté comme plieur. Il n’est pas impossible que ce Bonnard ait un lien avec l’ouvrier tulliste lyonnais Louis Bonnard, poursuivi en 1818 pour coalition.


Thomas Bouchet

Dernière mise à jour de cette fiche : février 2008

Ressources

Sources

L’Echo de la fabrique, 23 octobre 1831, 1er décembre 1833.

Bibliographie

Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français

Sitographie

Site L’Echo de la fabrique, sous la direction de Ludovic Frobert à l’ENS Lyon.
http://echo-fabrique.ens-lsh.fr/


Index

Lieux : Lyon, Rhône

Notions : Commerce

Pour citer cette notice

BOUCHET Thomas, « Bonnard », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en février 2008 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article475 (consultée le 14 novembre 2017).

 . 

 . 

 .