remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : juin 2007

Adrian, Alfred, dit Adrian Saint-Héran


Né le 6 mars 1819 à Lempty (Puy-de-Dôme), décédé le 3 juin 1877 à Paris. Avocat à Gannat (Allier). Marié.


Après des études de droit à la faculté de Toulouse qui le conduisent à la licence, puis au doctorat, il s’installe comme avocat à Gannat, chef-lieu d’arrondissement de l’Allier. Dès sa jeunesse, il adhère aux idées fouriéristes ; il existe d’ailleurs à Gannat, à la veille de la Seconde République un petit groupe phalanstérien qui, le 7 avril 1847, commémore la naissance de Fourier [1].

Quand l’Ecole sociétaire se reconstitue sous la direction de François Barrier, dans les années 1860, il s’abonne à La Science sociale de 1867 à 1870, puis au Bulletin du mouvement social, dans les années 1870. De cette adhésion à la doctrine sociétaire, Alfred Adrian semble avoir conservé un intérêt particulier pour l’assistance, l’instruction publique et l’autonomie communale.

Son activité publique semble désormais principalement concerner le domaine politique. Dans les dernières années du Second Empire, il prend la tête de l’opposition dans sa ville de Gannat. Élu au conseil municipal en 1865, où les républicains obtiennent la majorité, il est nommé maire en 1868, poste qu’il occupe jusqu’en 1874, avant d’être remplacé par un conservateur par le gouvernement de l’Ordre moral. En octobre 1871, il est désigné par les électeurs du canton de Gannat au conseil général de l’Allier, assemblée dont il devient vice-président en 1874. Lors des élections législatives de février 1876 [Voir le document 1 : proclamation électorale], il est élu député. Son action à la Chambre reste très modeste. Il vote avec les républicains modérés de l’Union républicaine. Il décède à Paris dans la nuit du 2 au 3 juin 1877 d’un accès de variole.

Proclamation électorale d’Adrian pour les législatives de février 1876
Le Républicain de l’Allier, 13-14 février 1876

Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : janvier 2014

Notes

[1La Démocratie pacifique, 17-18 mai 1847.


Ressources

Oeuvres

Dans les contestations relatives aux servitudes, à qui incombe la charge de la preuve, Paris, Firmin-Didot, 1849, 12 p. (Composition de droit civil français, Faculté de droit de Paris)

Source

Archives nationales, Fonds Sociétaire, 10 AS 36, Lettre d’Adrian, du 13 mars 1869
Ecole Normale Supérieure (rue d’Ulm), Fonds Considerant, Carton 13, Chemise 1, Lettres de 1867 et 1868 ; Carton 13, chemise 6, Lettres de 1875 et 1876.
Le Républicain de l’Allier, 6 juin 1877 (Récit des obsèques d’Adrian à Versailles)

Bibliographie

Georges Rougeron, Les Consultations politiques dans le département de l’Allier - Le personnel politique bourbonnais (1789-1863), Moulins, Imp. A. Pottier et Cie, 1964, p. 129.
Georges Rougeron, « Les hommes de chez nous. Alfred Adrian », Le Réveil gannatois, 14 juin 1952.
Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français (...) depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1889, Paris, Bourloton, 1891, Tome 1.
Astrid Léger, « Le fouriérisme en Puy-de-Dôme de la monarchie de Juillet au coup d’Etat du 2 décembre 1851 : enjeux et conséquences des logiques de production/réception d’une ‘pensée critique’ », Maîtrise d’Histoire, université de Clermont-Ferrand, 2004 (notice « Adrian, annexe 1).


Index

Lieux : Gannat, Allier

Notions : Education - Presse

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Adrian, Alfred, dit Adrian Saint-Héran », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en juin 2007 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article417 (consultée le 24 août 2017).

 . 

 . 

 .