Association
remonter 

mise en ligne : mai 2007

Compte rendu de l’AG de Saint-Claude, 14 avril 2007






L’assemblée générale se déroule cette année à Saint-Claude (Jura), dans les locaux de La Fraternelle. La séance est ouverte à 15h15 par le président, qui remercie la quinzaine de présents d’avoir fait le (parfois long) voyage, et Alain Melo, le directeur de La Fraternelle, pour son chaleureux accueil.

Rapport moral (Thomas Bouchet, président de l’AEF)

La poursuite des travaux engagés

Les Cahiers, l’activité fondatrice de l’association, vont bien. Le numéro 17 a paru depuis l’Assemblée générale bisontine d’avril 2006. Le rythme est resté régulier, la qualité constante (sur le fond ; sur la forme aussi grâce à Lilian Vincendeau), les discussions ont été nombreuses et constructives. Il convient de remercier notamment les membres du comité de lecture pour leur travail.

L’association parvient désormais à planifier et à préparer la parution : le sommaire du Cahier 18 (décembre 2007) est presque établi. Il s’agit donc de penser dès maintenant aux numéros suivants : toutes les contributions sont les bienvenues. Certains articles sont d’ores et déjà promis. Des thématiques peuvent émerger sans peine : 2008 marquera à la fois le bicentenaire de la naissance de Victor Considerant, et le bicentenaire de la Théorie des Quatre mouvements. En outre, un dossier, ou un numéro spécial, pourrait être consacré à Fourier-Benjamin, dans le sillage de séminaires qui se tiennent depuis quelques mois à L’EHESS.
Le bureau et le conseil d’administration de l’association ont pu se réunir régulièrement depuis l’AG de 2006 : deux fois pour le bureau, une fois pour le conseil d’administration (le 1e avril 2007). A ce propos, il faudrait probablement songer à tenir notre CA à l’automne, pour équilibrer l’année. Un important travail au jour le jour a été mené avec constance, notamment par Jean-Claude Dubos, Chantal Guillaume, Michel Guet, Laurence Bouchet, Pierre Mercklé : suivi des adhésions et des abonnements ; correspondance avec des personnes intéressées par nos activités. La préparation de l’AG de Saint-Claude, ces trois derniers mois, doit beaucoup à Michel Guet.

L’association a continué à prendre part à diverses initiatives afin de se faire connaître : deux de ses membres sont intervenus sur France Culture le 12 avril 2007, dans l’émission La Fabrique de l’histoire, à propos des utopies ; un numéro de l’Australian Journal of French Studies, paru à l’automne 2006, a accueilli entre autres des articles de six de nos membres autour de la thématique « L’Utopie en mouvement » ; les Cahiers ont été présentés au Salon du livre par les Presses du Réel (Dijon), qui nous diffusent depuis un an ; cela permet d’accroître notre visibilité et d’améliorer nos ventes.

Le renforcement de l’activité

Pour les Cahiers, un comité de rédaction élargi a été mis sur pied. Il se compose de onze personnes. Il a une dimension internationale affirmée (Australie, Belgique, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Roumanie). Il renforce encore la crédibilité de notre publication.

Le site internet charlesfourier.fr connaît un développement remarquable, sous la houlette de Pierre Mercklé. Merci à lui pour ce travail remarquable en tous points (financements, conception, réalisation). Le site offre de nouvelles possibilités d’action ; il fait bien davantage connaître notre association.

Les assemblées générales, enfin, sont devenues notre principal rendez-vous. Nous leur avons donné de plus en plus d’importance. Celle de 2006 était en partenariat avec le musée des Beaux-Arts et le Centre d’art mobile (Dijon). Celle de 2007 résulte d’une collaboration fructueuse avec La Fraternelle ; elle invite à ouvrir nos activités au-delà du cercle des « fouriéristes ». En outre, la conférence (cette année par René Schérer : qu’il en soit remercié), la présentation du site, les visites, les repas et les discussions diverses sont autant d’éléments complémentaires qui enrichissent la rencontre.

Ouvertures et perspectives

Le site charlesfourier.fr, qui a déjà fait ses preuves, nous permet d’envisager de nouveaux chantiers. Porte d’entrée pour l’association au même titre que les Cahiers, il est appelé à évoluer pour devenir aussi un espace de discussion et d’information, pour accueillir des interviews (les premières viendront sous peu), pour héberger des ressources inédites, tel un « Dictionnaire de l’Ecole sociétaire » dont la phase de conception s’achève, et qui commencera à être mis en ligne sous peu (Bernard Desmars et Thomas Bouchet animent ce projet).

L’association continue à faire des efforts pour favoriser l’édition d’articles et d’ouvrages de ses membres. « Rivages harmonie », un recueil d’articles parus dans les 14 premiers numéros des Cahiers, sera très bientôt publié aux éditions des Saints-Calus, sous la direction de Loïc Rignol et de Thomas Bouchet, avec une préface de Jonathan Beecher. On continue à chercher activement un éditeur pour une traduction française du Considerant de Jonathan Beecher ; à l’initiative de Roberto Massari, une traduction en italien est sur le point d’aboutir.

Notre association, enfin, se doit de renforcer les liens déjà établis avec d’autres structures : la fondation Godin, la colonie de Condé-sur-Vesgre, l’ICEM-Pédagogie Freinet, La Fraternelle, le Centre d’Art mobile... Des contacts vont être pris avec Philippe Régnier et les « saint-simoniens », avec d’autres associations encore.

Le rapport moral est mis aux voix. Résultat du vote

- 35 voix pour (dont les pouvoirs)

- une abstention

Rapport financier (Jean-Claude Dubos et Michel Guet, trésorier et trésorier-adjoint de l’AEF)

La comptabilité de l’association est en pleine métamorphose. Les fichiers des adhérents ont été progressivement informatisés par Michel Guet, désigné nouveau trésorier - par permutation avec Jean-Claude Dubos - en Conseil d’administration (sous réserve de ratification par l’AG). Un historique précis des adhésions et des départs a été réalisé. Cela a rendu possible un certain nombre d’actualisations très utiles. L’association compte à ce jour 120 adhérents individuels et 15 adhérents institutionnels (bibliothèques).

Un gros effort a été mené pour garantir l’équilibre de notre budget par le suivi des cotisations, par la réalisation d’un ensemble d’économies. L’augmentation des ventes de Cahiers, le montant calculé au plus juste de sa mise en pages et de sa fabrication, contribuent à expliquer notre santé correcte - même si nous ne roulons pas sur l’or. Des financements complémentaires sont recherchés : Gaston Bordet, en particulier, s’active du côté des collectivités locales. On observe enfin une légère croissance globale des adhésions qui correspond à deux phénomènes : quelques départs sont largement contrebalancés par des arrivées, fruit de nos efforts pour faire connaître l’AEF. Notons un nombre non négligeable d’adhésions par le biais du site.

Au 1er avril 2007, les comptes de l’AEF sont excédentaires : elle a en banque 1572 euros et 72 centimes, et 35 euros en caisse. C’est grosso modo la somme nécessaire pour l’impression d’un Cahier (sans le travail de mise en page, sans les envois). D’où la nécessité de poursuivre l’effort financier.

Le rapport financier est mis aux voix. Résultat du vote

- 34 voix pour (dont les pouvoirs)

- deux abstentions

Les Cahiers Charles Fourier

Plusieurs idées sont avancées lors de la discussion.

Les contributions coordonnées par Chantal Guillaume sur « Expérimentations sociales, expérimentations économiques aujourd’hui » dans les Cahiers 16 et 17 feront désormais l’objet d’une rubrique spécifique des Cahiers.

Michel Antony s’interroge sur la possibilité d’un numéro thématique à venir sur les « utopédagogies ». Il signale qu’il existe déjà un intéressant matériau à ce propos sur le site qu’il anime (adresse récupérable sur charlesfourier.fr, rubrique « Ressources », sous-rubrique « Liens utiles »). Plusieurs membres présents considèrent que le projet est très intéressant.

Un article de Jean-Claude Sosnowski conduit à une interrogation collective sur l’usage des supports papier et/ou internet. L’article est excellent, mais sa longueur (82000 signes) excède les capacités d’accueil d’un numéro. Plusieurs solutions sont envisagées : la parution en deux fois est rejetée. Il est décidé que la version actuelle sera mise en ligne sur le site charlesfourier.fr, rubrique « Ressources », sous-rubrique « Etudes » ; un résumé de l’article sera présenté dans le Cahier 18 ; il sera enfin proposé à Jean-Claude Sosnowski de rédiger pour les Cahiers un article format papier lié à son texte en ligne. De façon plus générale, cette discussion permet de préciser les rapports entre le papier et l’internet ; il est souhaitable qu’ils ne soient pas considérés comme deux solutions incompatibles puisque l’un des supports peut toujours renvoyer à l’autre.

Le site Charlesfourier.fr

Pierre Mercklé fait une présentation de la structure et des évolutions récentes du site. Il insiste sur plusieurs points : l’activation de la rubrique « Bibliothèque », qui remobilise l’ensemble des comptes rendus d’ouvrages parus dans les Cahiers ; la présence en ligne depuis début avril du numéro spécial de Luvah consacré en 1989 à Charles Fourier, devenu introuvable ; les interviews qui sont sur le point d’être présentées sur le site (celle de Jonathan Beecher est pour ainsi dire prête ; celles de René Schérer et de Simone Debout, déjà réalisées, viendront ensuite). Cette présentation fait très forte impression : tous les présents félicitent Pierre Mercklé pour son travail. La discussion s’ouvre ensuite. Il serait en particulier très utile de mettre un jour en ligne les interventions au colloque déjà ancien d’Arc-et-Senans, pour la plupart inédites.

Questions diverses

Jean-Claude Dubos propose de recenser les articles publiés par Charles Fourier dans les journaux de Lyon, de Besançon et de Paris. Ces textes traduisent de la part de Fourier une volonté de synthèse et de lisibilité pour ses idées, ce qui rendrait légitime une publication spécifique, éventuellement sur le site. Ce travail pourrait être entrepris par des étudiants intéressés.

Bernard Desmars signale les activités récentes au familistère de Guise et la part qu’il y prend. Il indique aussi qu’il a retrouvé trace (grâce à un courrier reçu sur le site charlesfourier.fr) du journal d’un descendant du fouriériste Lemoyne et que ce journal est très certainement digne d’intérêt.

Pierre Mercklé informe que l’ENS de Lyon a passé un accord avec les Editions La Découverte pour des traductions d’ouvrages importants en sciences humaines et sociales. La biographie de Considerant par Jonathan Beecher pourrait être proposée dans ce cadre.

Plusieurs membres insistent sur l’intérêt que pourrait représenter un engagement de l’AEF pour le bicentenaire de la naissance de Considerant. Pourquoi ne pas envisager un colloque, à Salins ou ailleurs ?

On évoque enfin des lieux possibles pour les prochaines assemblées générales. Condé-sur-Vesgre (La Colonie) ? Lyon (cercle Derrion) ?

Renouvellement partiel du CA et votes divers

Par tirage au sort, trois membres du conseil d’administration sortant sont désignés au renouvellement. Il s’agit de : Alain Cassiot, Jean-Claude Dubos, Michel Guet, Pierre Mercklé. Les quatre membres sont de nouveau candidats. A l’unanimité, ils sont reconduits.

L’assemblé vote ensuite sur trois points qui ont fait l’objet d’une décision du conseil d’administration : changement du siège social, de l’ancien domicile de Jean-Claude Dubos (Besançon) à celui de Thomas Bouchet (Saint-Point) ; permutation entre Michel Guet et Jean-Claude Dubos (le premier devient trésorier et le second trésorier-adjoint) ; autorisation de signature pour Michel Guet. Unanimité les trois fois.

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 18h. L’AG est immédiatement suivie par la conférence de René Schérer.

La secrétaire,
Laurence Bouchet





Pour citer ce document

« Compte rendu de l’AG de Saint-Claude, 14 avril 2007  » , charlesfourier.fr , rubrique « Assemblées générales (et CA) » , mai 2007, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article414 (consulté le 7 novembre 2017).



 . 

 . 

 .