remonter 

René Schérer  |  mise en ligne : décembre 2006

Au séminaire "Benjamin" de l’EHESS : notice pédagogique sur Fourier dans Passagen-Werk de Walter Benjamin






Notice pédagogique sur Fourier
dans
Passagen-Werk de Walter Benjamin

René Schérer

Benjamin accorde à Charles Fourier, dans cette œuvre, une place de choix :
C’est le nom de Fourier qui apparaît au premier rang des auteurs mentionnés dans « Paris capitale du XIXe siècle » ; il donne son titre à la première subdivision : « Fourier ou les passages » ;
Son nom est un des points de repère remarquables de « Paris capitale... » : Fourier, Baudelaire, Grandville, Louis-Philippe, Haussmann, Blanqui ; son œuvre, dans les monographies qui jalonnent les exposés des Passages, est le plus abondamment citée, aux côtés de celles de Baudelaire, Grandville, Saint-Simon, Marx, Hugo.

Pour Benjamin, l’utopie de Fourier est l’illustration par excellence de l’imaginaire du XIXe siècle, de sa « fantasmagorie ».
Tout en se référant à la distinction établie par Marx et Engels entre « socialisme utopique » et « socialisme scientifique », Benjamin, qui ne manque pas d’insister sur l’admiration que ces auteurs ont toujours exprimée à l’égard du « génial » inventeur, et de sa « colossale » dérision du monde bourgeois, accorde à l’utopie, considérée en elle-même, une place différente de celle que lui réservaient simplement les fondateurs du « socialisme scientifique ». Elle n’est pas seulement préparatoire, anticipatrice, ni mensongère, idéologique. En tant qu’expression de l’imaginaire, elle est une force sociale créatrice et possède une valeur esthétique.
Fourier prend place aux côtés de Baudelaire comme une des principales figures d’un siècle qui allait faire de l’artiste, poète et peintre, un acteur social essentiel. Où photographie, diorama, chemin de fer sont les agents essentiels du progrès. Et pour lequel le « passage » urbain fournit à Benjamin « l’image dialectique » lui permettant un survol visionnaire, le tracé d’un plan de lecture où se détachent quelques grands noms
Deux remarques pour l’analyse du texte de Benjamin :
Au sens que Gilles Deleuze a donné à cette expression, lorsqu’il l’utilise pour définir sa propre méthode en histoire de la philosophie, il lui fait « un enfant dans le dos ». En effet, il est peu probable que Fourier ait été réellement inspiré par les passages parisiens, dont Benjamin dit lui-même qu’ils datent en majorité d’après 1822, étant donné que la Théorie des quatre mouvements a été publiée en 1808. Ce qui n’ôte rien à la force de l’interprétation benjaminienne, aux perspectives qu’elle ouvre. Benjamin nous propose, dans la ligne des « passages » une nouvelle lecture qui, à bien des égards, peut commander notre compréhension actuelle de l’œuvre de Fourier ;
Ce qui se confirme (2ème remarque) dans l’étude du choix des textes opéré par Benjamin. L’accent est mis sur le double aspect : matérialiste et sensualiste (passionnel) du mouvement social ; en correspondance avec l’intégration profonde du désir dans les forces sociales productives (la « production désirante », selon l’expression de Deleuze et de Guattari), ainsi qu’avec l’abolition de toute considération morale (monde immoral ou amoral, unmoral, dans le texte allemand). Par l’insistance sur la « fantasmagorie » propre au créateur du phalanstère, il souligne l’aspect esthétique sous lequel sont reprises en compte les promesses de la civilisation marchande, simultanément soumises à une critique radicale..
Enfin - et avec Marx cette fois -, c’est la force corrosive de l’humour « colossal » de Fourier qui est le trait dominant de la lecture benjaminienne. Le Fourier « du texte », Fourier l’écrivain, comme le soulignera aussi Roland Barthes dans son ouvrage de 1971, Fourier, Sade, Loyola.
Dans le grandiose « montage » benjaminien, à une conception causaliste de la relation dialectique se substitue celle de la relation d’expression. L’expressionnisme est le concept-clé de cette nouvelle dialectique. Loin d’être en contradiction avec elle, la pensée deleuzienne et guattarienne qui, elle aussi, a repris en charge l’œuvre de Fourier, apparaît manifestement, bien que sous une autre formulation, comme inscrite dans son prolongement.

Charles Fourier ; 1772-1837.
Théorie des quatre mouvements (1808) ; Traité de l’association domestique agricole (1822) ; Le nouveau monde industriel et sociétaire (1829) ; La fausse industrie (1834) ; Publication posthume : Le nouveau monde amoureux (1966).
Walter Benjamin, dans ses citations, se réfère à la Théorie des quatre mouvements, au Nouveau monde industriel, ainsi qu’à des « morceaux choisis », dont ceux publiés par Charles Gide, en 1932 et par Félix Armand et René Maublanc, en 1937.

René Schérer



René Schérer

René Schérer, né en 1922, est professeur émérite en philosophie à l’université Paris-8. Dernier ouvrage paru : Petit alphabet impertinent, Paris, Hermann, 2014.


Les autres articles de René Schérer

 . 

 . 

 .