Association
remonter 

mise en ligne : avril 2006

Compte rendu de l’AG de Besançon, 7 avril 2006






Cette Assemblée générale rassemble le 7 avril 2006 (jour anniversaire de la naissance de Fourier) vingt-et-une personnes au musée des Beaux-Arts de Besançon, avec le soutien du Centre d’Art mobile. La séance est ouverte à 18h15. Elle est précédée de la présentation d’une petite exposition autour de Fourier par Louis Ucciani et par Claire Stoulig, conservatrice en chef du musée ; d’une conférence de Bernard Desmars sur les anniversaires de Fourier (XIXe-XXe siècles) ; de l’ouverture du site « charlesfourier.fr » (Pierre Mercklé). Des photos de cette assemblée sont disponibles en ligne : cliquez ici !

Procurations : vingt-quatre.

Thomas Bouchet, président de l’AEF, remercie les présents, et notamment ceux qui sont venus de loin ou de très loin (Jonathan Beecher, Roberto Massari, René Schérer, Martin Stohler) ; Louis Ucciani dit la peine de l’association après le décès d’André Vergez. Thomas Bouchet rend compte d’un courrier de Maurice Agulhon qui préfère renoncer à siéger au conseil d’administration pour des raisons de santé.

I) Rapport moral (Thomas Bouchet)

La poursuite des travaux engagés

Les Cahiers. Quatre Cahiers Charles Fourier ont paru depuis l’Assemblée générale de décembre 2002. Le rythme a donc été régulier, la qualité des Cahiers constante, les discussions nombreuses et constructives pour chaque livraison. Merci en particulier aux membres du comité de lecture pour leur travail. Nous parvenons désormais à planifier et à préparer la parution : le sommaire du Cahier 17 (décembre 2006) est presque établi. Il s’agit de penser dès maintenant au numéro suivant. Toutes les contributions sont les bienvenues.

Conseil d’administration et bureau. Un travail important a été mené de façon régulière : suivi des adhésions et des abonnements (Jean-Claude Dubos, Chantal Guillaume, Laurence Bouchet), correspondance avec des personnes intéressées par nos activités, préparation des assemblées générales.

Participation à des initiatives et manifestations : l’AEF a notamment été présente au colloque « Fourier » de 2004 (université de Franche-Comté, MSH Ledoux) et au colloque de Condé-sur-Vesgre en avril 2006.

Le renforcement de l’activité

Les Cahiers. Les conditions de leur fabrication ont changé : à partir du numéro 16, la mise en page a été confiée à Lilian Vincendeau, l’impression à l’imprimerie Dicolor. Les résultats sont encourageants, tant sur le plan formel que sur le plan financier. Les Cahiers ont toujours eu un problème de diffusion. Pour le résoudre, l’AEF s’est mise en relation avec les Presses du Réel (Dijon). Les Cahiers apparaissent désormais au catalogue de cet éditeur, qui les présente lors des salons et des foires. Il est encore trop tôt pour juger les résultats de ce rapprochement, mais le principe semble bon.

Les finances. Avant même le rapport financier de Jean-Claude Dubos, il importe de préciser qu’un gros effort a été mené pour garantir l’équilibre de notre budget (régularité des cotisations, économies diverses). Merci à Jean-Claude Dubos pour le travail qu’il a fait en ce sens.

Les adhésions. On observe une stabilité globale qui correspond à deux phénomènes : des départs (en particulier chez les plus âgés des adhérents ou chez certains adhérents étrangers), des arrivées qui sont le fruit de nos efforts pour faire connaître l’AEF.

L’organisation des Assemblées générales. Ce sont pour l’instant nos principaux rendez-vous. Nous leur avons donné de plus en plus d’importance. En voici les principales étapes : l’AG de 2002 s’était greffée sur un colloque « Hugo ». Celle de 2004 s’est appuyée sur un colloque « Fourier » organisé par Louis Ucciani. Celle de 2006 existe en tant que telle, en partenariat avec le musée des Beaux-Arts et le Centre d’art mobile (Besançon) : la conférence et la présentation du site sont autant d’initiatives complémentaires qui enrichissent la rencontre.

Ouvertures et perspectives

Le site http://charlesfourier.fr est la principale nouveauté. Pierre Mercklé en est l’artisan majeur (financements, conception, réalisation). Ce site offre de nouvelles possibilités d’action ; il fera connaître notre association, qui jusque alors s’est montrée relativement discrète.

L’association fait des efforts pour contribuer à la valorisation d’articles et d’ouvrages de ses membres, avec des succès divers. La traduction française du livre de Jonathan Beecher sur Considerant n’est pas encore d’actualité. Certains projets ont pris du retard : c’est le cas du recueil « Rivages harmonie » à paraître aux Editions des Saints-Calus (cette maison d’édition, on s’en souvient, a eu l’excellente idée de publier en 2003 Du Libre Arbitre, de Charles Fourier).

L’AEF a établi des liens. A l’initiative de Laurence Bouchet : avec l’Association pour la fondation Godin, avec la colonie de Condé-sur-Vesgre, avec l’ICEM-Pédagogie Freinet, avec Le SEL (service d’échanges locaux) du Hauts-Doubs. A l’initiative de Michel Guet : avec La Fraternelle, à Saint-Claude ; il est prévu que notre prochaine AG s’y déroule. A l’initiative de Louis Ucciani : avec le Centre d’Art mobile. A l’initiative d’Alain Cassiot : avec le projet d’encyclopédie sur internet Wikipedia, etc.

II) Rapport financier (Jean-Claude Dubos)

Notre association a connu en 2005 des difficultés financières. Elles sont dues entre autres au coût des Cahiers. Le Cahier 15 a coûté près de 2000 euros, en raison de sa taille, de la qualité de la couverture (quadrichromie pour le très beau portrait de Considerant), des tarifs de l’imprimeur. Nous avons fait en sorte que le Cahier 16 nous coûte moins cher : 1450 euros au total.

La situation s’est également redressée grâce aux cotisations rentrées de manière plus régulière, aux dons (merci aux généreux donateurs), et à la remise par Gaston Bordet du reliquat du colloque Arc-et-Senans (1993) sur le compte de l’association. Nous espérons que la diffusion des Cahiers par les Presses du Réel assurera quelques rentrées supplémentaires.

Le coût des chèques venant de l’étranger continue à nous handicaper (11,12 euros par chèque).

Aujourd’hui, l’AEF a en caisse 1032 euros. Les cotisations pour 2006 vont améliorer encore la situation. Il est important de renforcer nos assises financières. Jean-Claude Dubos propose un relèvement du montant de la cotisation, à discuter en Assemblée générale.

Vote sur le rapport moral du président

Approbation (20 voix et 24 procurations pour, une abstention)

Vote sur le rapport financier du trésorier

Approbation (20 voix et 24 procurations pour, une abstention)

III) Renouvellement du conseil d’administration

Les conditions de cette opération sont discutées par les membres de l’Assemblée générale. Il est décidé que le renouvellement porte sur l’ensemble du conseil d’administration. Puis, chaque année, le CA est renouvelé par tiers (par remplacement de membres démissionnaires, par tirage au sort)

Mis à part Maurice Agulhon, tous les membres sortants se représentent. Les 9 sont reconduits à l’unanimité. Trois candidatures complémentaires se font connaître : Jonathan Beecher, Alain Cassiot, Philippe Duizabo. Les trois propositions sont votées à l’unanimité.

Composition du nouveau conseil d’administration de 12 membres :

Jonathan Beecher, Gaston Bordet, Laurence Bouchet, Thomas Bouchet, Alain Cassiot, Bernard Desmars, Jean-Claude Dubos, Philippe Duizabo, Michel Guet, Chantal Guillaume, Pierre Mercklé, Louis Ucciani.

Le bureau est ensuite désigné :

président : Thomas Bouchet

vice-présidente : Chantal Guillaume (en remplacement de Gaston Bordet, qui préfère renoncer et que l’AEF remercie pour le rôle essentiel qu’il joue dans nos activités)

secrétaire : Laurence Bouchet

secrétaire-adjoint : Louis Ucciani

trésorier : Jean-Claude Dubos

trésorier-adjoint : Michel Guet

IV) Projets, questions diverses

Cotisation, adhésion

L’Assemblée générale décide à l’unanimité que le montant de l’adhésion à l’AEF et le tarif des Cahiers seront désormais dissociés.

Prix du Cahier : 15 euros (inchangé)

Montant de l’adhésion, donnant droit au Cahier : 20 euros

Tarif étudiants : Cahier à 12 euros, adhésion à 15 euros.

Les Cahiers

Les participants à l’AG soutiennent le rapprochement avec les Presses du Réel. Il s’agit maintenant de fixer un cadre qui satisfasse les deux parties. Xavier Douroux, au nom des Presses du Réel, insiste sur l’intérêt porté par cette maison d’édition aux Cahiers.

Claude-Nicolas Ledoux

Gaston Bordet insiste sur l’importance et l’originalité de la pensée et de l’action de Claude-Nicolas Ledoux ; il signale des manifestations importantes à ce propos (17 octobre à la BNF-Paris, 18 octobre à Besançon, octobre toujours au ciné-club Becker de Pontarlier, etc.). Il présente ensuite des initiatives auxquelles il participe. Le Conseil général du Doubs organise les célébrations en plusieurs temps : à partir du printemps, présentations et initiatives en relation avec les collèges du département (Gaston Bordet est intervenu au théâtre Bacchus devant un public très nombreux) ; découverte de la Saline ; rencontres, colloques.

Jean-Claude Daumas (université de Franche-Comté, MSH Ledoux) intervient pour préciser les conditions d’organisation de deux colloques à Arc-et-Senans : 10-12 octobre, « Le sel, l’eau, la forêt » ; 25-27 octobre, « Ledoux, l’utopie, la ville ». Plusieurs membres de l’association ont proposé des communications pour le 2e colloque.

Céladonie

Xavier Douroux (pour le Centre d’Art mobile) et Thomas Bouchet rappellent l’histoire du projet présenté ce jour au musée des Beaux-Arts. Deux artistes (S. Heger et P. Dejanov) ont répondu il y a quelques années à un appel de la Fondation de France, avec le soutien de la ville de Besançon ; consulté, le bureau de l’AEF a émis des réserves face aux deux projets présentés mais a indiqué qu’il serait intéressant de rediscuter celui de S. Heger. Entre temps, la ville de Besançon a retiré son soutien et une partie du projet a été abandonnée. S. Heger a réalisé l’œuvre et Xavier Douroux serait heureux de connaître les réactions des membres de l’AEF, pour que l’avenir de « Céladonie » soit imaginé par les uns et les autres.

Une discussion s’engage alors. Certains font connaître leurs réticences vis-à-vis de l’œuvre et de la première localisation envisagée (un parking), d’autres disent qu’il faudrait expliciter d’une manière ou d’une autre le sens de « Céladonie », d’autres expriment leur intérêt pour l’œuvre. Le débat reste ouvert. Il se poursuivra pour ceux qui le désirent sur le site Fourier où une page sera ouverte, avec un cliché de l’œuvre.

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 19h45.

La secrétaire, Laurence Bouchet

Le président, Thomas Bouchet





Pour citer ce document

« Compte rendu de l’AG de Besançon, 7 avril 2006  » , charlesfourier.fr , rubrique « Assemblées générales (et CA) » , avril 2006, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article336 (consulté le 22 septembre 2017).



 . 

 . 

 .