retour au sommaire

MATHIEU Stéphane : Le phalanstère des langages excentriques (2005)
Ginko éditeur, 2005, illustrations de Michel Guérard

Michel Guet  |  2005 / n° 16 |  décembre 2005



Index

Notions : Langage

Personnes : Mathieu, Stéphane

Pour citer ce document

GUET Michel , « MATHIEU Stéphane : Le phalanstère des langages excentriques (2005). Ginko éditeur, 2005, illustrations de Michel Guérard  », Cahiers Charles Fourier , 2005 / n° 16 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article296 (consulté le 11 octobre 2017).

Texte intégral

Charmante promenade au jardin enchanté des langages excentriques - dont la carte est donnée dès les premières pages, sur le modèle de mademoiselle de Scudéry -, mais de phalanstère il n’y a que le titre et quelques allusions à Charles Fourier dont on sait l’attrait pour l’invention langagière. Notre bon Fourier n’a pas à rougir du voisinage, tous les excentriques du verbe sont convoqués, de Jean-Pierre Brisset à André Martel, de Louis Ménard à Restif ; tous les essais sont examinés : de la méthode Assimil (Pierre Dac avait surenchéri jusqu’à huit mille) à l’Europanto, du Solrésol à l’Espéranto, et tous les mariages permis (avec envoi en nombre d’un faire-peur, bien sûr, comme sait le faire si bien Watt Mer, l’éconducteur d’Alain-Pierre Pillet, banalyste à ses heures. Rien n’y manque, sauf peut-être quelques chefs d’œuvre Lettristes, et c’est la carte qui m’y fit songer avec Isidore Isou et sa carte du passionnel (doublée des équations de l’érotologie mathématique) in Je vous apprendrai l’Amour, 1957, - ô joies de l’amour infinitésimal - se démarquant elle aussi de la même demoiselle. Sans faire aux Lettristes la part trop belle, Isou avait sa place avec un (seul) de ses « Dix poèmes magnifiques » (tirés de Précisions sur ma poésie et moi (circa 1950), de même Maurice Lemaitre avec son Sistème de notasion pour les lètries (1952), et pour en finir avec cette bande, un extrait du Tombeau de Pierre Larousse de François Dufrêne (1958). Mais ne boudons pas notre plaisir, allons jusqu’au bout de ce parfait manuel, car s’y voit reproduit l’Oikéma de Claude-Nicolas Ledoux, son double vestibule surmonté, après quelques cellules en enfilade, d’un étroit sallon ovale débouchant sur une vue certainement imprenable...


Michel Guet

Michel Guet

Michel Guet est restaurateur de manuscrits et d’estampes pour les collections publiques et privées. Passionné de sciences humaines, sociales et politiques. Essayiste. Dernière publication : L’Artisme, considéré comme un des beaux-arts, sinon comme le tout, Paris, Jean-Pierre Faur éditeur, 2001. À paraître : L’Infini Saturé, espaces publics, pouvoirs, artistes.


Les autres articles de Michel Guet





 . 

 . 

 .