remonter 
Florent Perrier  |  mise en ligne : novembre 2022

Debout (née Devouassoux), Simone, Jeanne, Cécile


Née à Paris (17e arrondissement) le 29 mai 1919. Décédée à Paris (14e arrondissement) le 10 décembre 2020. Professeure de philosophie. Chercheuse au CNRS. Éditrice et interprète des œuvres de Charles Fourier. Vice-présidente de l’association Les Amis de Charles Fourier.


Simone, Jeanne, Cécile Devouassoux naît à Paris, dans le 17e arrondissement, le 29 mai 1919. Elle meurt dans le 14e arrondissement de cette même ville, dans l’appartement du 14 rue Cassini où elle vivait depuis les années 70, le 10 décembre 2020, à l’âge de 101 ans. Elle est enterrée à Saint Jean de Vaulx, non loin de Grenoble, ville où elle accomplit une grande partie de sa carrière de chercheuse au CNRS et où elle connut, auparavant, un parcours remarquable dans la Résistance.
Issue d’une famille bourgeoise [1], elle est régulièrement confiée par ses parents [2], avec sa sœur cadette, à ses grands-parents qui demeurent en forêt de Fontainebleau, expérience dont elle gardait un vif souvenir, préférant alors la proximité de la nature aux bancs de l’école dont une constitution fragile l’avait un temps éloignée.

Simone Debout-Oleszkiewicz en 1946 (DR)
Institut Mémoires de l’édition contemporaine- Fonds Debout-Oleszkiewicz, Simone (1919-2020) - Cote : 743SDO/1 - 743SDO/9

Le 12 septembre 1947, elle se marie à Ascona, en Suisse, avec Ludwig Oleszkiewicz [3] qui avait pris auparavant le nom de Debout dans la Résistance. Deux enfants naissent : Antoine et Étienne [4].
À la suite de son passage dans la Résistance et après son mariage, Simone Devouassoux signe aussi bien Simone Debout que Simone Debout-Oleszkiewicz. Pour le dernier ouvrage publié de son vivant, elle avait choisi de s’en tenir à Simone Debout [5].

Formation et Résistance

Simone Debout passe son baccalauréat en 1937-1938 et amorce ensuite, à la Sorbonne, des études de philosophie qui s’achèvent, en 1941, par un Diplôme d’études supérieures de Philosophie [6]. Cette période de formation universitaire est aussi celle de son engagement dans la Résistance.
Dès la dernière année du lycée, en 1938, Simone Debout adhère aux Jeunesses communistes et au Parti communiste, formations qu’elle quitte toutefois un an après, à l’annonce du pacte germano-soviétique. Mais c’est à partir d’octobre 1940, alors qu’elle va régulièrement écouter, aux côtés de François Cuzin, les cours de Maurice Merleau-Ponty à l’École normale [7], qu’elle participe à des activités clandestines : l’écriture et la diffusion de journaux interdits, de tracts, la transmission d’informations [8].
Dans une lettre au Président de la République du 2 décembre 1993 dans laquelle Simone Debout demande une prolongation d’activité de six mois au CNRS au vu de ses « services dans la Résistance », elle revient de manière synthétique sur ce parcours dans la Résistance : « Depuis octobre 1940, j’avais été constamment active, d’abord dans le groupe Sous la Botte puis au Comité Directeur de Socialisme et Liberté (avec Jean-Paul Sartre, Maurice Merleau-Ponty, Simone de Beauvoir, Jean-Toussaint Desanti), enfin et surtout au Front National à Paris et à Grenoble, en liaison avec les maquis de six départements Rhône-Alpes, jusqu’à la Libération où je pris la direction des Allobroges — journal auquel je participais depuis sa création clandestine en 1942. [9] »
Simone Debout réintègre le Parti communiste fin 1941 — début 1942 et dirige alors, avec Yvonne Picard, les Étudiants communistes de la Sorbonne, avant de quitter définitivement le Parti communiste en 1945, sur fond de lourdes désillusions idéologiques qui éclairent, par contraste, l’enthousiasme ressenti peu de temps après avec la découverte de l’œuvre et de la pensée de Charles Fourier.
En parallèle à ses activités dans la Résistance, Simone Debout devient professeure pour l’enseignement de la philosophie au lycée de jeunes filles de Grenoble entre 1942 et 1944. Après un congé demandé afin de lui permettre d’assurer, avec son mari, la direction des Allobroges, en septembre 1944, elle enseigne la philosophie à l’École normale de jeunes filles de Caen entre 1947 et 1948 puis, entre 1961 et 1963, au lycée de jeunes filles d’Annecy et au lycée Stendhal de Grenoble. À l’issue de cette dernière année, elle est détachée au CNRS en qualité d’Attachée de recherche, section Philosophie, position qu’elle ne quitte plus jusqu’à sa retraite [10].

Découverte de Charles Fourier et rencontre avec André Breton

C’est par la voie de l’amitié, mais aussi celle de l’engagement politique et de la Résistance que Simone Debout découvre l’œuvre et la pensée de Charles Fourier dans le courant des années 50 : « Un ami historien, Fernand Rude [11], me donna un beau jour des années 50 la Théorie des quatre mouvements : “Cela t’intéressera sans doute”, dit-il. Or, ce fut tel un enchantement, le retour au pays d’enfance, au pays des fées, un retour du sensible affectif qui rendait présent et à venir ce qui n’était plus qu’absence, les grandes espérances révolutionnaires, despotiquement piégées derrière un mur, un rideau de fer. [12] »
Comme elle le précise dans un des films qui lui sont consacrés à la fin de sa vie, si cette lecture est la cause d’un grand enthousiasme, c’est qu’elle y trouve en effet « tout à coup ce qui manque aux théories de l’émancipation telles qu’elles ont été pensées à travers le XIXe siècle et à travers, en particulier, la pensée marxiste [13] ». À cet égard, et sans avoir encore lu l’Ode à Charles Fourier publiée par André Breton en 1947 [14], elle rencontre là, par une forme de coïncidence heureuse, les mêmes préoccupations politiques que l’auteur de Nadja, et sa rencontre avec lui s’impose dès lors.
Cette rencontre n’est toutefois pas séparable d’un projet de thèse consacrée à Charles Fourier, une thèse restée inachevée et inédite, mais dont les modifications constantes, les évolutions, accompagnent tout le travail de Simone Debout sur Charles Fourier au fil des ans, telle une armature qu’elle s’efforce aussi bien de renforcer par moments que de fragiliser, à d’autres périodes, par des publications parcellaires régulièrement arrachées à cet opus magnum en cours.
L’inscription de Simone Debout sur les registres des thèses, à la Faculté des lettres de l’université de Paris, date du 10 juillet 1958. Le sujet de sa thèse principale, en vue d’un doctorat ès-lettres, s’intitule alors « Le système de Fourier » et son rapporteur en est le Professeur Henri Gouhier [15].
Or, la première lettre d’André Breton à Simone Debout, qui revient sur leur rencontre toute récente dans l’atelier de la rue Fontaine où vit l’écrivain à Paris, date quant à elle du 30 juillet 1958 et mentionne déjà la thèse de Simone Debout dont elle lui a soumis les grandes lignes et dont il souhaite aussitôt publier quelques extraits dans le Surréalisme, même. De fait, au printemps 1959, paraît le numéro 5 de cette revue surréaliste avec, au sommaire, le tout premier article jamais publié par Simone Debout et intitulé « La psycho-sociologie de Fourier [16] ».
Le travail de thèse amorcé par Simone Debout à l’été 1958 n’est donc pas séparable de sa relation privilégiée avec André Breton qui lui permet de publier très vite et à plusieurs reprises, notamment dans les catalogues des Expositions internationales du surréalisme de 1959-1960 et de 1965 dont, symptomatiquement, l’intitulé est, pour cette dernière, L’écart absolu.
Un « projet de travail » pour cette thèse principale [17] expose à ce stade sa construction suivant trois grandes parties :

1) La théorie des passions selon Fourier
2) L’éducation en harmonie
3) La cosmogonie [et la métaphysique]

Ce « projet de travail » mentionne comme référence récente l’ouvrage sur les cahiers manuscrits de Charles Fourier publié en 1957 par Émile Poulat avec Henri Desroche [18]. Simone Debout cite en outre « la thèse de M. Bourgin » comme étant la plus complète sur Charles Fourier [19], elle évoque également les travaux de Charles Gide [20] tout en précisant que « Fourier ne vise pas seulement à transformer le monde mais à changer la vie ». Surtout, Simone Debout se réclame plus directement de « deux articles et des notes de Charles Renouvier » qui « mettent en évidence la cohérence d’une pensée souvent méconnue » [21] », le nom de Renouvier marquant assurément ici son ancrage philosophique dans l’approche de la pensée de Charles Fourier.
Ses travaux pour « Le système de Fourier » supposent également, comme l’indique la lettre du 6 septembre 1958 à André Breton, la lecture des manuscrits inédits de Charles Fourier. Ces manuscrits viennent d’être très précisément décrits par Émile Poulat dans son ouvrage, mais André Breton lui-même n’est ignorant ni de leur existence, ni de leur intérêt et nourrit à leur endroit une véritable curiosité et même le désir de les publier. Il sait en effet, depuis 1947 et par l’intermédiaire de Pierre Naville [22], qu’existent à la bibliothèque de l’École normale supérieure « des manuscrits érotiques et obscènes de Fourier, du plus haut intérêt, Fourier y apparaissant comme une sorte de continuateur éthéré de Sade [23] ». Dans son Anthologie de l’humour noir, il indique pourtant, en note à sa présentation de Fourier : « Aux dernières nouvelles, ces cahiers auraient disparu lors de la récente guerre, au cours du transfert clandestin de la bibliothèque de l’École normale supérieure, répondant à l’intention de mettre en sécurité les documents les plus précieux qu’elle abritait. [24] »
En vérité, ces manuscrits n’ont pas disparu et la chance de Simone Debout est d’habiter, à Grenoble, juste au-dessus du bâtiment des Archives et d’obtenir l’autorisation de faire venir de Paris, par malles, les manuscrits originaux de Charles Fourier afin de travailler à sa thèse, puis surtout à l’édition des Œuvres complètes de Fourier dès lors qu’elle met pleinement au jour et établit le texte de ce qui devient, en 1967, la toute première édition du Nouveau Monde amoureux.
Aux fils de la découverte de l’œuvre et de la pensée de Charles Fourier, mêlés à ceux de la rencontre avec André Breton et le surréalisme, doivent donc s’ajouter ceux qui entrecroisent le travail de thèse mené par Simone Debout sur le « Système de Fourier » à son travail d’éditrice des Œuvres complètes de l’utopiste.

Une thèse sur Charles Fourier et l’édition de ses Œuvres complètes

La découverte par Simone Debout [25] et l’édition du manuscrit inédit du Nouveau Monde amoureux bousculent non seulement radicalement la réception de l’œuvre de Charles Fourier dans la seconde moitié du XXe siècle, mais elles modifient aussi considérablement la perspective des études amorcées avec « Le système de Fourier », leur donnant notamment une coloration psychanalytique qui n’est pas sans rapport avec les relations étroites nouées par Simone Debout, au long de son parcours, avec Sylvia Lacan, François Perrier ou encore Piera Aulagnier [26]. Cette dernière approche se constitue toutefois progressivement même si, dans le choix des extraits de textes de Simone Debout destinés au Surréalisme, même, André Breton hésite d’abord entre deux parties, l’une justement intitulée « Fourier et la psychanalyse » (lettre du 15 septembre 1958).
Avant toutefois que Le nouveau Monde amoureux ne soit publié, André Breton, qui ne reçut de l’ouvrage inédit paru juste après sa mort que des extraits, avait eu, dans cette même lettre du 15 septembre 1958, des mots presque prophétiques à l’endroit de Simone Debout et des bouleversements appelés à se produire dans la réception de l’œuvre de Charles Fourier : « Je suis absolument persuadé que vous seule, de par la structure affective qui vous est propre, êtes à même de provoquer, en faveur de Fourier, un vaste courant attractif que la sécheresse, la pusillanimité de ses commentateurs n’a fait jusqu’ici que contrarier. Si Fourier doit être — enfin ! — interrogé passionnément, comme il l’exige, et non plus du bout des lèvres […], c’est à vous qu’il le devra — et vous savez que, lorsque je vous dis cela, il y va, à mes yeux, de l’avenir du monde. »
Le centenaire de la mort de Charles Fourier en 1937 a certes permis la publication de nombreuses études destinées à remettre en lumière sa pensée, mais leurs auteurs, au sortir de la guerre, sont pour beaucoup discrédités du fait de leurs positions politiques respectives parfois antagonistes [27]. Qu’à la suite de la publication par André Breton de son Ode à Charles Fourier, les commentateurs passionnés de son œuvre s’avèrent tous être de grands résistants — citons, outre Simone Debout, Jean Gaulmier et Jacques Debû-Bridel —, cela marque une orientation de leur lecture vers l’émancipation, vers la question de la liberté, qui importe grandement à l’auteur d’Arcane 17 tant et si bien qu’il s’emploie sans réserve à soutenir leurs efforts — singulièrement ceux de Jean Gaulmier et de Simone Debout — pour qu’une autre image de Fourier se dessine à l’avenir dans les esprits.
Une lettre d’André Breton à un autre jeune chercheur qu’il souhaite également encourager, Émile Lehouck [28], éclaire le paysage qui se recompose alors au début des années 60 : « Depuis l’ouvrage de Bourgin (de 1905), les études fouriéristes n’avaient guère progressé mais votre lettre achève de me convaincre qu’une réparation s’amorce et qu’elle peut être éclatante. Madame Simone Debout, à Grenoble, doit avoir mis la dernière main à une thèse de doctorat sur Fourier qu’elle m’a fait lire et je sais qu’elle travaille maintenant à sa thèse complémentaire sur “les sources de Fourier” dont j’ai, comme vous, grande impatience qu’elles soient dévoilées. Par ailleurs, M. Jean Gaulmier, professeur à la Faculté des Lettres de Strasbourg, tient, je crois, prête à paraître une édition critique de mon poème : Ode à Charles Fourier, dont le plus grand attrait sera de comporter d’abondants extraits de la Théorie des quatre mouvements, introuvable en librairie. La richesse de l’œuvre de Fourier nous est garante de la parfaite autonomie des trois études considérées et j’attends un grand bonheur de leur conjugaison. [29] »
La recomposition de ce paysage se traduit aussi, sur le plan éditorial, par l’intervention vigoureuse de Jean-Jacques Pauvert qui, sur les instances d’André Breton, souhaite rééditer Charles Fourier. À cette fin, et toujours sur la recommandation d’André Breton, il écrit en juillet 1961 la même lettre à Simone Debout et à Jean Gaulmier pour leur proposer la conduite de ce travail : « Madame, je dois votre adresse à André Breton avec qui j’ai parlé récemment de Charles Fourier dont je me propose de rééditer la Théorie des quatre mouvements. André Breton me dit qu’à son avis les deux personnes les plus qualifiées en France pour présenter et commenter la Théorie des quatre mouvements sont d’une part vous-même, d’autre part Monsieur Jean Gaulmier que vous connaissez peut-être. [30] »
Dans une lettre à Jean Gaulmier, qui vient juste de rééditer et de commenter, avec la complicité d’André Breton, l’Ode à Charles Fourier, Jean-Jacques Pauvert indique avoir finalement « rencontré Madame Debout » à Paris et s’être entendu avec elle pour ce projet de réédition [31], ce que Simone Debout signifie par ailleurs à André Breton dès le 24 juillet 1961. Jean Gaulmier avait auparavant pris contact avec Simone Debout, « sur la recommandation d’André Breton », par une lettre du 21 février 1960 où, évoquant la thèse en cours de Simone Debout, il indique souhaiter « que des efforts comme le vôtre arrivent à créer autour de Fourier le mouvement d’études et de curiosité qui aboutiraient à ramener la lumière qu’il mérite sur ce grand inconnu ». Dans les échanges qui suivent, Simone Debout précise que l’Ode à Charles Fourier est le seul texte « qui ait donné à voir Fourier avec amour et dans sa vérité poétique » quand Jean Gaulmier indique, en retour, l’ambition de son commentaire au poème d’André Breton et notamment sa volonté de montrer que « de Balzac et Hugo jusqu’à André Breton, en passant par Leconte de Lisle, Barrès, etc. […] Fourier a constamment retenu l’attention de poètes et d’artistes et que ceux-ci lui doivent parfois le meilleur de leur inspiration. [32] »
Sans doute la conjugaison espérée par André Breton entre ces jeunes chercheurs n’advint-elle pas, Simone Debout vit à Grenoble, Jean Gaulmier est en poste à Strasbourg et Émile Lehouck poursuit sa thèse à Bruxelles ; tous sont en outre, vis-à-vis d’André Breton, placés dans une forme de concurrence, mais il n’empêche qu’en un peu plus de cinq années et comme l’espérait ardemment André Breton, leurs publications respectives bouleversent de fait le paysage des études fouriéristes et surtout, durablement, la manière d’appréhender la pensée de l’utopiste.
L’édition de l’Ode à Charles Fourier d’André Breton commentée par Jean Gaulmier date de 1961, l’année suivante paraît un numéro thématique de la Revue internationale de philosophie consacré à Charles Fourier, numéro ouvert par Simone Debout [33], l’ouvrage sur Fourier aujourd’hui par Émile Lehouck est publié en 1966 tout comme les premiers volumes des Œuvres complètes de Charles Fourier édités par Simone Debout chez Anthropos et c’est encore l’année suivante, en 1967, que paraissent, toujours éditées par Simone Debout, l’édition intégrale du Nouveau Monde amoureux (tome VII des Œuvres complètes chez Anthropos) et, aux éditions Jean-Jacques Pauvert, quelques semaines plus tard, une nouvelle édition de la Théorie des quatre mouvements et des destinées générales augmentée d’extraits du Nouveau Monde amoureux. Si l’on ajoute la parution, toujours en 1967 chez Pauvert, dans la collection « Libertés » dirigée par Jean-François Revel, d’un Charles Fourier, L’attraction passionnée édité et présenté par René Schérer [34], on ne peut s’empêcher de voir collectivement réalisé le vœu exprimé par Simone Debout dans une lettre à André Breton du 26 août 1959 : « Je souhaiterais donner faim de connaître cet étrange génie, qui voulut augmenter le bonheur et qui détint sans doute “la formule”. [35] »
En moins de dix ans, entre juillet 1958 et mars 1968, outre une dizaine d’articles importants dont la double page publiée dans Le Monde, le 18 mai 1967, sous le titre « Charles Fourier : notre contemporain » ou « La Terre permise de Charles Fourier » publié dans Les Temps modernes en juillet 1966 — vaste étude attentivement lue par André Breton à Saint Cirq-Lapopie peu de temps avant sa mort —, Simone Debout édite, indépendamment de la Théorie des quatre mouvements publié par Jean-Jacques Pauvert, douze volumes des Œuvres complètes de Charles Fourier.

Simone Debout, « La Terre permise de Charles Fourier », Les Temps Modernes, Juillet 1966.

À lire les rapports annuels qu’elle doit au CNRS [36] et qui détaillent précisément ses activités de recherche, cette activité éditoriale conséquente n’est certes pas sans inconvénients. Voici ce qu’elle indique dans un rapport du 15 décembre 1976 et alors qu’elle prépare l’édition de manuscrits inédits de Charles Fourier restés nombreux dans ses archives : « j’ai fait allusion au travail d’édition des manuscrits encore inédits que j’ai commencé. Mais j’ajouterais ici que je souhaite lier la préparation de ces textes pour l’impression à une mise en ordre et une analyse critique des livres et manuscrits déjà publiés. L’édition des Œuvres complètes publiée par les éditions Anthropos n’est en effet ni complète, ni bien raisonnée. Elle a été faite trop hâtivement et devrait être reprise entièrement. Ce qui ne signifie pas que l’on ne puisse utiliser et reproduire même directement de très longs fragments ou des livres entiers, mais l’ordre des manuscrits en particulier devrait être repensé. Et le texte des éditions originales (par exemple de La Théorie des quatre mouvements) rétabli à côté des variantes postérieures. J’avais fait ce travail pour l’édition J.-J. Pauvert de la Théorie et il est d’autant plus regrettable qu’il n’ait pas été utilisé pour l’édition dite complète des œuvres de Fourier. Il en va de même d’ailleurs pour le Nouveau Monde industriel et sociétaire qui n’a été corrigé et complété que sur mes instances réitérées et dans une édition publiée à part. Je serais prête à diriger une telle réédition critique, si toutefois j’étais certaine que l’éditeur respectera cette fois mes exigences. Cependant, tout en continuant mes recherches sur Fourier, son temps et ses sources, comme en témoigne mon présent rapport, je prépare à toutes fins utiles les matériaux et l’organisation d’une telle édition. »
L’ampleur de la tâche est considérable et l’on comprend, dans ces conditions, la nécessité, pour Simone Debout, de se concentrer progressivement sur des études plus personnelles, celle de solliciter, dans le même temps, des plumes contemporaines pour accompagner la diffusion de la pensée de Charles Fourier que la révolution de mai 68 a par ailleurs permis de décupler, celle enfin de répondre à d’autres lectures de l’œuvre désormais encouragées par la mise au jour des textes inédits.

Du révolutionnaire brut au penseur de l’éducation

Le 8 mars 1970, le directeur de thèse de Simone Debout, Henri Gouhier, lui écrit pour lui dire combien son travail sur l’œuvre de Charles Fourier est important et pour la féliciter « très vivement de ces pages » avant de conclure : « cette bonne thèse sera aussi un bon livre. » Les éditions Anthropos se sont déjà engagées à publier l’ouvrage à la suite des Œuvres complètes de Charles Fourier et sa composition est prévue pour l’été 70. Le nouveau plan fait apparaître une longue introduction appelée « L’illusion réelle » et l’on note, parmi les chapitres envisagés, celui intitulé « Un révolutionnaire brut », titre déjà donné à un article paru en juin 1968 dans la revue Coopération [37].
Dans la nouvelle mouture de son travail, l’ambition de Simone Debout est de « reprendre les idées à leur origine », c’est-à-dire de reprendre « les idées de Fourier à partir des événements de sa vie et de leur retentissement intérieur » en s’appuyant « sur tous les documents ou témoignages connus, susceptibles d’éclairer les circonstances de la découverte et sur les notes autobiographiques dispersées dans les livres et manuscrits de Fourier. » Dans le même rapport du CNRS, elle indique en outre que pour « compléter l’information nécessaire » à sa thèse, elle a « également recours, tout en poursuivant la rédaction, aux manuscrits et aux archives sociétaires » qu’elle souhaite pouvoir publier « pour compléter l’édition des œuvres complètes de Fourier. » L’influence des approches bien plus contextualisées de Jean Gaulmier et d’Émile Lehouck est ici perceptible, l’ancrage dans l’histoire se fait plus prégnant et l’importance de mai 1968 n’est sans doute pas à négliger dans ce changement de perspective quand le premier plan de la thèse, en 1958, se limitait à une vision plus strictement philosophique de l’œuvre.

Plan remanié de la thèse de Simone Debout en deux grandes parties (mars 1971).

En octobre 1970, ce n’est pourtant pas la thèse annoncée qui est publiée mais, sous la direction de Simone Debout, un double numéro spécial de la revue freudienne Topique [38], numéro consacré à Charles Fourier et dont l’article d’ouverture s’intitule précisément « L’illusion réelle ». Au sommaire, certains noms relèvent d’une proximité amicale avec Simone Debout (le surréaliste Philippe Audoin, Fernand Rude, Dominique Desanti, François Perrier), mais on relève aussi les noms plus inattendus de Maurice Blanchot, Michel Butor ou encore Pierre Klossowski. Ce même mois d’octobre 1970 paraît également, dans la revue Critique, sous le titre « Vivre avec Fourier », une recension des Œuvres complètes de Charles Fourier signée par Roland Barthes. Or, à s’en tenir à ces derniers noms (à l’exclusion de Maurice Blanchot), tous ces auteurs publient rapidement des ouvrages importants et novateurs sur l’œuvre de Charles Fourier : en 1970 La Monnaie vivante de Pierre Klossowski, La Rose des vents. 32 rhumbs pour Charles Fourier de Michel Butor auxquels doit être ajouté le Charles Fourier ou la contestation globale de René Schérer puis, en 1971, le Sade Fourier Loyola de Roland Barthes suivi notamment, en 1975, par le recueil de textes de Fourier Vers la liberté en amour présenté par Daniel Guérin [39].
Si ces publications saluent à leur manière l’importance du travail de Simone Debout pour faire connaître la pensée de Charles Fourier à travers l’édition de ses Œuvres complètes et surtout du manuscrit inédit du Nouveau Monde amoureux, elles l’enjoignent du même geste à marquer sa singularité d’interprète de l’œuvre par la publication d’un ouvrage susceptible d’interpeller lui aussi les esprits. L’immensité de la thèse encore inachevée tout comme son éclatement ne lui permettant pas d’accomplir cela dans des délais raisonnables, Simone Debout s’intéresse alors à une lettre de Charles Fourier d’abord mise en valeur par Émile Lehouck dans la revue surréaliste La Brèche en février 1963 [40], et donne à son étude l’ampleur d’un volume [41] qu’elle signe de manière symptomatique, et même si l’ouvrage ne paraît en réalité qu’au début de l’année 1974 : « Grenoble, 1972 ». Aux côtés de La Monnaie vivante, de La Rose des vents ou du Sade Fourier Loyola, l’ouvrage sur une « écriture inconnue de Charles Fourier » que Simone Debout publie sous le titre “Griffe au nez” ou donner “have ou art”, contribue à faire d’elle non plus seulement l’éditrice « historique » des œuvres de Charles Fourier dans la seconde moitié du XXe siècle, mais une de ses interprètes les plus importantes [42].
Les différentes orientations du travail de Simone Debout sur l’œuvre de Charles Fourier indiquées dans les rapports du CNRS confirment d’ailleurs, à côté de pistes poursuivies tout au long de son parcours pour des raisons strictement intellectuelles, que certaines approches relèvent d’enjeux stratégiques destinés à maintenir une pluralité de lectures de l’œuvre et à ne pas céder au risque d’une hégémonie interprétative toujours possible. Une lettre à Henri Desroche du 1er décembre 1975 l’indique sans détours : « Certes, je sais bien que je devrais clore mes recherches. Je suis décidée à trancher cette année, mais le renouveau d’intérêt pour l’utopie et pour Fourier spécialement, m’oblige néanmoins à situer mon interprétation par rapport à celles des commentateurs actuels, soit M. R. Barthes, d’une part, qui voit dans le discours de Fourier une systématisation infinie, “sans aucune prétention référentielle” et R. Schérer qui à l’inverse voit en Fourier la libération des feux du désir, au large des règles ou des lois. »
Simone Debout signifie très tôt la nécessité pour elle de tenir compte du bouleversement du paysage interprétatif autour de l’œuvre de Charles Fourier [43], mais c’est surtout à l’occasion d’un colloque de Cerisy-la-Salle consacré au Discours utopique, en juillet 1975, que se cristallisent ces oppositions qu’elle ne souhaite pas minimiser comme l’indique un rapport de décembre 1975 : « c’est au cours du colloque de Cerisy-la-Salle, tout particulièrement, que j’ai pu constater la convergence entre des travaux, en apparence fort éloignés [44], et mes propres recherches, et les divergences, par contre, de mon interprétation et de celles de commentateurs actuels de Fourier. J’indiquerai brièvement ces accords et désaccords, dans la mesure où ils orientent la dernière mise en forme de ma thèse et mes projets de recherches futures. » Et elle précise, au sujet des « commentateurs de Fourier » : « M. R. Schérer participait au colloque et les textes de M. R. Barthes furent évoqués. Or, le premier, sensible à l’audace de Fourier qui se libère de la culture et des règles imposées pour mieux déceler, à l’écart absolu, les pouvoirs originels de “production”, oublie que l’apôtre des passions est néanmoins convaincu de la puissance du langage, de la langue ou du langage mathématique ; et de la nécessité des médiations pour toute actualisation du désir. Fourier ne donne en effet droit de cité à l’informe qu’en tant que réserve de formes inconnues, et pour ne pas fausser ce qui se cherche et appelle un nouveau développement des raisons. M. R. Barthes, d’autre part, ayant mis en évidence, par opposition au système “dogmatique, fermé, monosémique”, les caractères de la systématique de Fourier, qui établit des “circulations, disséminations, pulvérisations” indéfinies des signifiants, affirme qu’elle n’a aucune prétention référentielle. Mais c’est faire bon marché de l’ardeur militante de Fourier, indigné du malheur réel des masses, et ignorer les pouvoirs sensibles, ouverts aux choses et à autrui, qu’il met en œuvre. C’est négliger l’ouverture des images d’Harmonie, en prise sur les deux pôles inépuisés du réel, les passions et les choses (matérielles et humaines). Or c’est le mouvement de va-et-vient ininterrompu entre la systématique et le référent passionnel, qui donne son véritable sens et son originalité, à l’entreprise de Fourier. [45] »
À travers ces passes d’armes, peuvent être relevées au moins deux directions de recherche prépondérantes dans le travail déployé par Simone Debout sur l’œuvre de Charles Fourier, des directions qu’elle prolonge jusqu’à la fin de sa vie et à l’interface desquelles se place une troisième thématique plus discrète et cependant fondamentale, plus singulière aussi et qui a à voir avec la place donnée aux exceptions dans les écrits de l’utopiste.
La première de ces directions est celle qui, en écho notamment aux surréalistes (mais déjà Marx et Engels l’avaient soulignée), s’intéresse de près à la question du langage chez l’utopiste, le livre“Griffe au nez” ou donner “have ou art” en étant le marqueur par excellence. Dans ce cadre, Simone Debout mentionne également les relations entretenues, plusieurs années durant, avec l’université de Grenoble [46] pour étudier, « par ordinateur », le langage de Fourier et voir ce qui, chez lui, résiste à la rationalisation scientifique systématique. Ainsi, note-t-elle non sans relation avec les études contemporaines de Michel Butor [47], Fourier forge « à même le langage, les êtres subversifs d’utopie. Mais la transgression, pour être médiatisée par l’écriture, ne renvoie pas moins à la manière dont Fourier appréhende la différence des sexes. » Ailleurs, elle indique combien les mots ont chez lui « une certaine chair substantielle et elle correspond à la chair réelle, au corps propre et aux corps du monde. Fourier pervertit la langue en utilisant exclusivement ce qui en elle résiste à la raison ; cette part du diable ou du sensible qui, malgré le sens convenu et les limites du dictionnaire, changent encore les éléments sonores du langage et les apparentent aux désirs inéluctables et au réel bouleversant qui s’articule avec eux. » Dès lors, « Fourier mettant l’accent sur cette sorcellerie irréductible défait l’ossature grammaticale, mais révèle le noyau résistant du langage. »
Une autre direction de recherche, pas moins influencée par le surréalisme mais avec une orientation psychanalytique également importante, est celle de l’exploration conjointe des œuvres de Sade et de Fourier, exploration dont le fruit est plusieurs fois annoncé sous forme de livre à paraître aux éditions Payot sous le titre « Sade et Fourier. Légitime défense, légitime entente » [48]. Ici, les compagnonnages avec Claude Lefort [49], Cornelius Castoriadis ou encore Miguel Abensour [50] et leur intérêt pour la question des totalitarismes valent autant que la complicité avec Jean Benoit et surtout avec Annie Le Brun et le désir, malheureusement jamais abouti, d’avoir avec cette dernière, sur la question « Sade et Fourier », un débat approfondi [51].
À l’interface de ces deux directions de recherche principales et les articulant, Simone Debout place de manière beaucoup plus singulière la question des exceptions, des écarts ou encore des ambigus chez Fourier, autant de transitions qui lui semblent nécessaires à l’unité harmonienne. Avec sa « théorie des exceptions » qui sont les véritables « chevilles de l’édifice » sociétaire explique-t-elle, « l’utopiste élabore une véritable pensée du mouvement. Les exceptions en effet ne surgissent pas sans disjoindre les règles ou les suites sérielles et si elles sont pourtant elles-mêmes “jointures”, c’est qu’elles reforment dans les brèches ouvertes de nouvelles organisations. Non principe de dissolution mais de recomposition, leurs vérités transitoires ne sont pas seulement absence de mensonge mais création risquée, et leur portée critique, destructrice, dépend elle-même des accords neufs qu’elles suscitent. » Ce que Simone Debout nomme les « exceptions bizarres » provoque ainsi dans les séries autant de « fissures » et les flux « encore incoordonnés du désir » n’agissent alors pas seulement « comme des puissances explosives, qui feraient partout éclater les cadres et les institutions établies », mais « ils assurent de nouveaux “passages” et, par la même, une organisation plus souple » : « Fourier étudiant “les ressorts de notre âme” et les mouvements naturels, anticipe des idées actuelles. L’ordre prépondérant, en quelque domaine que ce soit, ne doit pas faire négliger ou rejeter le désordre, ou le “bruit”, les exceptions ou les êtres marginaux, car ils sont capables d’inventions. Si le système est assez ouvert pour les accueillir, ils s’y intègrent, suscitant une organisation nouvelle, plus différenciée et plus englobante. » À cet égard, Fourier « ne cherche pas à colmater les brèches inopinées, il les favorise, il les creuse, sans renoncer à les circonscrire, voire à les investir rationnellement. »
Le développement dans de nombreux articles de ces trois directions de recherches principales — la question du langage chez l’utopiste, la confrontation Sade Fourier et la place des exceptions et des ambigus dans l’harmonie sociétaire — s’accompagne de projets d’édition toujours ambitieux, mais qui ne virent malheureusement jamais le jour : celui d’un volume de la Pléiade consacré à Fourier « qui comprendrait les textes publiés par l’auteur et les manuscrits inédits les plus importants, ainsi que des notes critiques et des introductions diversifiées », la refonte des Œuvres complètes de Charles Fourier envisagée la même année, soit en 1979, avec les éditions Slatkine à Genève, ce même éditeur qui annonce, en 1981, la publication à venir de 22 volumes des Œuvres complètes de Louis-Claude de Saint-Martin sous la direction de Simone Debout, projet pour lequel ne subsiste qu’une préface dans laquelle Simone Debout renouvelle son intérêt pour les sources occultes et ésotériques de Charles Fourier.
Mais, sans pouvoir revenir de manière exhaustive sur le contenu intellectuel d’un parcours d’écriture long de plus de soixante années de publications, c’est un ultime revirement du contenu de la thèse qui doit pouvoir retenir l’attention. En décembre 1977, Simone Debout indique achever, pour les éditions Payot — chez qui elle fait paraître l’année suivante un recueil de ses articles sous le titre L’Utopie de Charles Fourier —, « un volume sur l’éducation selon Fourier : De l’Émile à l’éducation sociétaire » et elle précise : « J’utilise pour ce faire une rédaction existante mais je la complète actuellement car je retrouve dans les vues de Fourier sur l’éducation les problèmes soulevés par la théorie des exceptions. Il s’agit en effet de constituer une théorie de l’éducation […] et de libérer chaque enfant des maîtres, des institutions ou des choses qui les forment ou les déforment, de leur permettre donc de trouver et d’inventer leurs chemins singuliers — et leurs formes propres. » Si ce projet n’est pas dénué d’intentions stratégiques [52], il indique aussi un infléchissement, même si cette question de l’éducation en harmonie figurait déjà dans le « projet de travail » de 1958. Simone Debout s’en explique dans un rapport de décembre 1979 : « J’ai envisagé un temps de soutenir ma thèse sur travaux en faisant état des livres publiés et de ceux que je prépare. Mais j’ai accumulé trop de matériaux pour ne pas souhaiter les utiliser immédiatement et constituer une étude d’ensemble. Afin cependant de ne pas me répéter et de m’appuyer néanmoins sur mes travaux antérieurs, j’ai décidé de repartir d’ailleurs — d’examiner l’œuvre de Fourier à la lumière de ce qui la couronne et représente la fonction propre de l’utopie sociétaire : l’éducation. Je prolongerai donc le livre projeté sur l’éducation stricto sensu, selon toutes les directions indiquées par l’auteur, en dégageant par là même la signification essentielle de la théorie. […] Je prends ainsi quelque distance par rapport aux travaux que j’ai déjà publiés, je relis autour d’un thème essentiel les différents textes pour les comprendre ensemble et dégager la fonction propre, éducative, de l’utopie sociétaire. » Deux années plus tard, l’ensemble de ce travail, désormais intitulé « L’Éducation en Harmonie », « forme un gros livre » que Simone Debout s’engage à réduire « avant de soutenir [sa] thèse », livre dont elle procure un plan détaillé [53] et qu’elle indique vouloir faire paraître rapidement ce qui, malheureusement, n’arriva pas.

Plan de « L’éducation en Harmonie », thèse de Simone Debout (15 décembre 1981)

Des statuts de l’Association à la statue de Charles Fourier

Lors de la création de l’Association d’Études fouriéristes en 1989 à Besançon et de la publication du premier des Cahiers Charles Fourier en mai 1990, Simone Debout, âgée de 70 ans, est proche de la retraite. Elle ne vit plus à Grenoble mais désormais à Paris et ne figure pas, contrairement à Émile Lehouck ou René Schérer, parmi les membres du premier Comité scientifique de l’Association. Cette absence reflète assurément une forme de condescendance qu’elle a trop longtemps entretenue vis-à-vis d’une association qu’elle jugeait parfois hâtivement. Le numéro 4 des Cahiers Charles Fourier (1993) mentionne son nom parmi les participants au colloque international « Fourier, Fouriérisme(s), Fouriéristes » avec une communication intitulée « Sade et Fourier, analyse des contraires », le numéro 7 (1996) propose une recension de son édition du texte de Charles Fourier Citerlogue chez Fata Morgana, le numéro 10 (1999) deux recensions d’ouvrages réédités et augmentés (Griffe au nez et L’Utopie de Charles Fourier), mais il faut attendre l’année suivante pour voir Simone Debout livrer un article aux Cahiers Charles Fourier et le numéro 13, en 2002, pour voir son nom apparaître parmi les membres du Comité scientifique, place qu’elle ne quitte plus jusqu’à sa disparition, étant dès lors régulièrement présente aux sommaires et cela jusqu’en 2020 (n° 31) et son dernier article publié par les Cahiers Charles Fourier intitulé « Charles Fourier et l’écologie » [54].
Cette forme de participation à une vie associative destinée à mieux faire connaître les œuvres et la pensée de Charles Fourier n’est pas inédite pour elle. En octobre 1971, est organisée, par Nicolaus Sombart et Jean-Pierre Faye notamment, dans les locaux des éditions Anthropos à Paris, une réunion préparatoire au « Bicentenaire Charles Fourier ». Simone Debout n’est pas présente ce jour [55], mais c’est à partir de cette initiative [56] que fut organisé le colloque Actualité de Fourier d’Arc-et-Senans, en septembre 1972, colloque publié ensuite chez Anthropos sous la direction de Henri Lefebvre et auquel elle participe [57].
À partir de 1986, c’est l’association Les Amis de Charles Fourier qui requiert Simone Debout : elle en est la vice-présidente, René Schérer en est le président et Guy Hocquenghem le directeur artistique [58]. Son objectif principal « est de restituer sur son socle resté vide une nouvelle statue de Fourier », ce qui passe par la réalisation d’un bulletin semestriel [59] ainsi que par l’organisation d’un colloque international de deux jours à la Sorbonne, « Modernité et utopie : Charles Fourier », en janvier 1988 [60]. Dans une lettre commune signée René Schérer et Simone Debout, ces derniers indiquent songer ainsi « au Fourier vivant, plus complet, mieux connu, dont la pensée s’est diffusée dans le monde entier. Nous désirons rendre visible, non seulement l’inventeur du Phalanstère et de l’association industrielle, mais le prophète, le poète d’une nouvelle manière de vivre, celui qui a aiguillonné le monde dans toutes ses conventions. »

Simone Debout-Oleszkiewicz en 2OO8 (© De terre neuve)
Charles Fourier : l’illusion réelle. Un film de Nicole Chosson, Annie Trassaert, Martin Verdet et Simone Debout. Réalisation : Martin Verdet, Nicole Chosson et Annie Trassaert, Paris, De terre neuve, 2008, 100 mn.

Avec le rêveur sublime, rendre conjointement visible le révolutionnaire brut, tel fut sans doute le désir porté par Simone Debout sa vie durant, à travers ses activités d’éditrice des Œuvres complètes de Charles Fourier comme par ses recherches toujours relancées, ses interprétations qu’elle ne cessait de revisiter pour mieux les déployer autant que les déplacer, mieux les faire vivre au rythme d’un mouvement qu’elle aura identifié comme au cœur de l’harmonie passionnelle.

Bibliographie des travaux de Simone Debout (1919-2020) établie par Florent Perrier.

Florent Perrier

Dernière mise à jour de cette fiche : octobre 2022

Notes

[1« J’étais issue d’une famille bourgeoise, disons d’une bourgeoisie récente. Mon père, d’origine savoyarde, était associé à l’assureur Worms. » Cf. Claude Collin, « Des JC aux FTP, entretien avec Simone Devouassoux », dans Histoire des Francs-tireurs et partisans. Isère, Savoie, Hautes-Alpes, sous la direction d’Olivier Cogne et Gil Emprin, Paris, PUG, 2017, p. 57. L’assureur Worms était le père de Roger Stéphane, exact contemporain de Simone Debout, né comme elle dans le 17e arrondissement de Paris, grand résistant dont elle restera proche.

[2Son père, Georges Devouassoux, était un ancien combattant de 1914-1918, médaillé militaire. Sa mère, Marguerite Laisse, était modiste. L’un et l’autre sont morts à Étampes où ils résidaient, au 7 rue de la Juiverie, respectivement le 14 mars 1985 et le 10 juillet 1982. C’est dans cette même ville qu’est également décédée sa sœur Jacqueline Devouassoux, le 5 juillet 2004, à l’âge de 84 ans.

[3Ludwig Debout-Oleszkiewicz est mort chez lui à Grenoble, au 22 avenue Saint-Ferjus, en novembre 1963. Il est enterré à Saint Jean de Vaulx. Après guerre, il avait créé une entreprise de fabrication de bureaux et tables à dessin, de fournitures de bureaux (OBA : Outillage Bureaux Administrations), entreprise notamment distributrice des meubles de Jeanneret-Le Corbusier et des Ateliers Jean Prouvé et qui employa volontairement plusieurs républicains espagnols réfugiés à Grenoble. À sa mort, Simone Debout assume seule la direction de l’entreprise jusqu’aux années 70.

[4Antoine est né le 26 novembre 1948, il meurt le 22 juin 2009. Étienne est né le 26 septembre 1953, il meurt le 23 mars 1988. Antoine a eu deux enfants, ayants-droits de Simone Debout, Adrien et Jonathan Oleszkiewicz.

[5Simone Debout & André Breton - Correspondance 1958-1966 suivie de « Mémoire. D’André Breton à Charles Fourier : la révolution passionnelle » & de « Rétrospections », édition établie, annotée et présentée par Florent Perrier, avec le concours d’Agnès Chekroun, Postface de Simone Debout, Paris, éd. Claire Paulhan, 2019, 288 p.

[6Certificat de Psychologie et certificat de Morale et Sociologie en 1939, certificats de Philosophie générale et logique, d’Histoire de la philosophie et d’Études littéraires classiques en 1940, puis certificat d’Ethnologie et certificat de stage (fait sous la direction de Simone de Beauvoir) en 1941.

[7Sur cette relation à Merleau-Ponty, voir la longue note dans Simone Debout & André Breton, op. cit., p. 104-106.

[8Cf. Simone Debout & André Breton, op. cit., où l’on trouve de nombreuses précisions sur le parcours de Simone Debout dans la Résistance.

[9Ce document comme tous ceux cités ici sans référence figurent dans les archives de Simone Debout déposées à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC). Quelques éléments proviennent également des archives de René Schérer également déposées à l’IMEC. D’autres encore des archives de Jean Gaulmier.

[10Elle devient en 1972 chargée de recherche au CNRS.

[11Grand historien des canuts lyonnais et historien du mouvement ouvrier, Fernand Rude (1910-1990) a notamment été nommé sous-préfet de Vienne à la libération de Grenoble. Dans son dernier ouvrage, Simone Debout revient sur une de leur entrevue clandestine (cf. Simone Debout & André Breton, op. cit., p. 274-277). Fernand Rude a par ailleurs régulièrement écrit sur Charles Fourier, par exemple dans la revue Topique consacrée à Charles Fourier sous la direction de Simone Debout (Fernand Rude, « Genèse et fin d’un mythe historique : le pré-fouriérisme de l’Ange », dans Topique, Paris, PUF, 1970, n° 4-5, p. 175-189) ou dans les actes du colloque d’Arc-et-Senans auquel participa également Simone Debout (Fernand Rude, « Proudhon et Fourier », dans Actualité de Fourier, sous la direction de Henri Lefebvre, Paris, Anthropos, 1975, p. 33-55). Le site www.charlesfourier.fr l’évoque à plusieurs reprises.

[12Simone Debout & André Breton, op. cit., p. 168-169.

[13Simone Debout dans Charles Fourier : l’illusion réelle. Un film de Nicole Chosson, Annie Trassaert, Martin Verdet et Simone Debout. Réalisation : Martin Verdet, Nicole Chosson et Annie Trassaert, Paris, De terre neuve, 2008, 100 mn. Texte de l’entretien revu et corrigé par l’auteur, PDF téléchargeable à partir du DVD, p. 1. Ce texte est également consultable sur le site www.charlesfourier.fr (À noter que le film a été tourné dans l’appartement de Simone Debout, 14 rue Cassini à Paris).

[14Sur le rapport d’André Breton à Charles Fourier, outre la correspondance avec Simone Debout, cf. notamment les deux Cahiers Charles Fourier intitulés « Dans l’orbe du surréalisme. Charles Fourier redécouvert » (dir. Florent Perrier et Gérard Roche) respectivement parus en 2016 (n° 27 : I. Avec Simone Debout-Oleszkiewicz) et 2018 (n° 29 : II. Si grand avec ses faucons et ses étoiles) . Le dernier volet est plus précisément consacré à l’Ode à Charles Fourier, à sa genèse comme à son commentaire érudit par Jean Gaulmier (1905-1997) dont l’intégralité de la correspondance avec André Breton figure au sommaire (Jean Gaulmier avait publié, avec André Breton, l’Ode à Charles Fourier commentée par ses soins, chez Klincksieck en 1961, rééd. Fata Morgana, 1994).

[15C’est Henri Gouhier (1898-1994) qui permit à Simone Debout d’intégrer le CNRS ; sans que les travaux de ce spécialiste de Descartes, Malebranche, Maine de Biran, Pascal ou encore Bergson soient particulièrement marqués par Charles Fourier, il était cependant familier des pensées socialistes du XIXe siècle et a notamment écrit trois importants volumes consacrés à La Jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme (Paris, Vrin, 1933, 1936, 1941). Il était aussi un grand connaisseur du théâtre moderne et contemporain. Georges Duveau, professeur à Strasbourg, fut auparavant sollicité par Simone Debout pour la direction de sa thèse, juste avant sa disparition en juin 1958. L’écriture de cette thèse fut en outre suivie de près par Yvon Belaval et par Henri Lefebvre.

[16Repris dans CCF 27, p. 55-63. Pour toutes les références précises aux travaux de Simone Debout, nous renvoyons à la bibliographie exhaustive que nous avons établie et qui est consultable dans le corps de l’article. De nombreux articles de Simone Debout sont par ailleurs accessibles sur le site www.charlesfourier.fr.

[17Pour sa thèse complémentaire, Simone Debout souhaitait présenter un mémoire sur Les sources de Fourier et notamment sur la reprise souterraine par l’utopiste de certains courants mystiques liés à Louis-Claude de Saint-Martin et à Jacob Bœhme. Ce projet, tout en en publiant certaines parties, fut maintenu jusqu’à la fin de sa vie, Simone Debout étant désireuse de mettre l’accent sur une inspiration religieuse transformée par Fourier en transcendance terrestre. La publication du recueil de ces différentes études était envisagée par elle sous le titre : Une transformation passionnelle de la révolte et des théories révolutionnaires.

[18Il s’agit de la publication d’Émile Poulat, Les Cahiers manuscrits de Fourier. Étude historique et inventaire raisonné, avec une introduction d’Henri Desroche intitulée « Fouriérisme écrit et Fouriérisme pratiqué. Notes sur les études fouriéristes contemporaines », Paris, Minuit, 1957, 223 p.

[19Hubert Bourgin, Fourier. Contribution à l’étude du socialisme français, Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition, 1905, 620 p.

[20Ce spécialiste de Fourier et de la coopération, professeur au Collège de France, est notamment l’auteur des Pages choisies de Charles Fourier publiées en 1890 et rééditées en 1932.

[21Cf. notamment Charles Renouvier, « Politique et socialisme. La philosophie de Fourier », dans La critique philosophique, politique, scientifique, littéraire, Paris, Librairie G. Baillière, Année XII, 1883, t. I et II, n° 14 (p. 209-220), n° 16 (p. 241-251), n° 21 (p. 321-333), n° 28 (p. 23-32) et n° 29 (p. 33-40).

[22Pierre Naville le tenait lui-même d’André Gide, neveu de Charles Gide.

[23Lettre de Pierre Naville à André Breton du 29 juillet 1946, reproduite dans le CCF 29 où figurent de plus amples informations sur la question, notamment p. 32-34.

[24André Breton, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1992, vol. 2, p. 912.

[25« Un long traité que j’ai trouvé un jour, qui avait déjà été répertorié, mais sans plus, et que les érudits avaient trouvé négligeable, et qui est un texte extraordinaire parce que, justement, il y était libre totalement de tout autrui, et il parlait à soi-même en toute liberté, et en toute liberté il allait aux limites de sa pensée. » Simone Debout dans Charles Fourier : l’illusion réelle. Un film de Nicole Chosson, Annie Trassaert, Martin Verdet et Simone Debout, op. cit., p. 13.

[26Au séminaire de laquelle elle participe régulièrement à l’hôpital Sainte-Anne. Piera Aulagnier a par ailleurs été la femme de Cornelius Castoriadis dont Simone Debout fut également très proche.

[27Citons seulement Hubert Bourgin, devenu antisémite et passé à la collaboration active ou Félix Armand et René Maublanc (par ailleurs grand résistant) dont l’ouvrage Fourier, publié en deux volumes aux Éditions Sociales Internationales en 1937, se signalait par des éloges appuyés à l’URSS de Staline.

[28Émile Lehouck (né à Bruxelles en 1935) préparait alors une thèse, soutenue en mai 1965 et intitulée « Charles Fourier, penseur et écrivain », thèse dirigée par le Pr. Roland Mortier (Université Libre de Bruxelles) et à la soutenance de laquelle assista Jean Gaulmier. Cette thèse est à l’origine de l’essai Fourier aujourd’hui (Denoël, Lettres Nouvelles/Maurice Nadeau, Paris, 1966). Outre de très nombreux articles, Émile Lehouck est aussi l’auteur d’une Vie de Charles Fourier (Paris, Denoël-Gonthier, 1978). Sur toute cette période, cf. sa correspondance avec André Breton et son témoignage « Mes rencontres avec André Breton » dans CCF 29, p. 136-152.

[29Cf. CCF 29, p. 136.

[30Lettre du 3 juillet 1961.

[31Lettre du 27 juillet 1961.

[32Pour tous ces échanges, cf. notamment CCF 29, p. 85 ainsi que Simone Debout & André Breton, op. cit., p. 101 et suiv.

[33Simone Debout fait paraître, à côté d’un article intitulé « L’analogie ou “Le poème mathématique” de Charles Fourier », des Textes inédits de Charles Fourier. André Breton devait à l’origine participer au numéro.

[34Charles Fourier, L’Attraction passionnée, Textes choisis et présentés par René Schérer, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1967, coll. « Libertés » n° 56. Jean-François Revel avait d’abord offert, toujours sur la suggestion d’André Breton, la construction de ce volume à Simone Debout, ce qu’elle avait accepté (voir sa lettre à André Breton du 26 octobre 1965). Mais regrettant de ne pas voir le travail se concrétiser, Jean-François Revel l’avait finalement proposé à son camarade René Schérer qui eut alors accès, aux éditions Pauvert, aux épreuves de la nouvelle édition de la Théorie des quatre mouvements et aux extraits du Nouveau Monde amoureux édités par Simone Debout. Ce dernier point fut l’occasion d’échanges fermes entre Jean-Jacques Pauvert et Simone Debout, cette dernière craignant de voir son travail rendu accessible avant toute parution. C’est à cette occasion que René Schérer et elle firent connaissance, de manière d’abord épistolaire et notamment par une lettre de René Schérer à Simone Debout du 23 septembre 1966 où il lui fait part de son intérêt pour l’article qu’elle venait de faire paraître sur Charles Fourier dans le numéro de juillet des Temps Modernes et où il lui indique, par ailleurs, « être persuadé de l’importance de l’œuvre de Fourier pour la pensée de notre temps, et de l’urgence de sa publication intégrale ». Sur la relation de René Schérer à André Breton et au surréalisme, cf. Simone Debout & André Breton, op. cit., p. 155-156.

[35Simone Debout & André Breton, op. cit., p. 78.

[36Nous mentionnerons par la suite les différents rapports établis entre 1969 et 1982, tous conservés à l’IMEC.

[37En hommage à Simone Debout, cet article a été repris en ligne, en avril 2021, par la revue Contretemps (www.contretemps.eu)

[38La revue est dirigée par Piera Castoriadis-Aulagnier et figure notamment au Comité de rédaction François Perrier. Le numéro en question, paru aux PUF, est le n° 4-5.

[39Cf. pour ces années 1970-1975 et sans prétention à l’exhaustivité : Roland Barthes, « Vivre avec Fourier », dans Critique, Paris, Minuit, Octobre 1970, n° 281, p. 789-812 ; Michel Butor, La Rose des vents. 32 rhumbs pour Charles Fourier, Paris, Gallimard, 1970 ; René Schérer, Charles Fourier ou la contestation globale, Paris, Seghers, 1970 ; Pierre Klossowski - Pierre Zucca, La Monnaie vivante, Paris, Éric Losfeld, 1970 ; Roland Barthes, Sade Fourier Loyola, Paris, Seuil, 1971 ; Charles Fourier, L’Ordre subversif, préface de René Schérer, postface de Jean Goret, Paris, Aubier Montaigne, 1972 ; Jean Goret, La Pensée de Fourier, Paris, PUF, 1974 ; Pierre Klossowski, Les derniers travaux de Gulliver suivi de Sade et Fourier, Montpellier, Fata Morgana, 1974 ; Charles Fourier, Vers la liberté en amour, textes choisis et présentés par Daniel Guérin, Paris, Gallimard, 1975 ; Henri Desroche, La Société festive. Du fouriérisme écrit aux fouriérismes pratiqués, Paris, Seuil, 1975. Pourraient être également signalés le numéro spécial de la revue Autogestion consacré à Charles Fourier (septembre-décembre 1972, n° 20-21) ou la publication des actes du colloque d’Arc-et-Senans, sous la direction de Henri Lefebvre : Actualité de Fourier (Paris, Anthropos, 1975).

[40Cf. CCF 29, p. 137.

[41Dans un rapport au CNRS de 1972, elle évoque ce glissement : « J’avais envisagé l’an dernier de publier la première partie de ma thèse à l’occasion du bicentenaire [de la naissance de Charles Fourier]. Mais l’étude d’un très curieux manuscrit, que je voulais présenter en appendice, a pris assez d’extension pour être publiée à part. »

[42Cela en dépit de la modestie de la maison d’édition qui la publie alors, Anthropos, qui était loin d’avoir l’envergure du Seuil pour R. Barthes, de Gallimard pour M. Butor, de Losfeld pour P. Klossowski ou de Seghers pour R. Schérer.

[43Dès 1971 : « j’ai été amenée à préciser mon interprétation par rapport aux intéressantes études parues récemment, celle en particulier de Mr. R. Schérer, et celle de Mr. R. Barthes (Sade, Fourier, Loyola, Paris, 1971). Je donne ce travail de mise au point en annexe à mon rapport sous le titre : Des écarts de gammes en faveur de l’Harmonie. »

[44Simone Debout mentionne notamment les travaux de Louis Marin, André Robinet, Daniel Charles ou encore Catherine Piron, l’une des organisatrices du colloque avec Maurice de Gandillac.

[45Dans un rapport de 1978, l’attaque est dirigée plus frontalement contre les « savants exégètes » de Charles Fourier : « Ceux-ci en effet sont toujours plus soucieux d’intégrer l’œuvre de Fourier à leur idéologie ou à leur systématique que de la situer en son temps, en son lieu et de la rapporter à l’inaliénable singularité de l’auteur. L’interprétation sémiologique notamment ne se soutient que d’ignorer ce qu’elle prétend comprendre. Car il ne suffit pas de montrer que les “textes” de Fourier n’ont pas d’équivalent ou de référent extérieur, il faut dire comment ce langage composé ouvre à ce qu’il n’est pas. »

[46Où Simone Debout a plusieurs fois délivré des cours, notamment à l’Institut de Philosophie et de Sociologie. En 1982-1983, elle remplace par ailleurs Jean-François Lyotard à l’université Paris 8 et y assure un cours sur le discours utopique et l’expression individuelle.

[47Voir sa préface à Charles Fourier, Le Nouveau Monde industriel et sociétaire, Paris, Flammarion, 1973. On note, de manière symptomatique, qu’après avoir souligné l’importance de l’Ode à Charles Fourier d’André Breton et loué le travail d’édition de Simone Debout et notamment la publication du Nouveau Monde amoureux (« le tome le plus séduisant sans doute de la nouvelle édition de ses œuvres qu’elle a préfacée aux éditions Anthropos, faite surtout de reproductions photographiques des publications de l’École Sociétaire, mais dans laquelle on nous annonce de nouveaux inédits et documents. »), Michel Butor mentionne, comme seuls exemples des études qui « se sont multipliées », celles de Roland Barthes et de Pierre Klossowski.

[48Jusqu’à la toute fin de son existence, Simone Debout a travaillé à l’aboutissement de ce projet dont la dernière version, relue et corrigée par elle, avec le concours de Florent Perrier et d’Agnès Chekroun, date de novembre 2020, soit un mois avant sa disparition. Outre un prologue et un épilogue inédits, l’ouvrage reprenait les deux articles « Légitime défense, légitime entente : Sade et Fourier » publiés chez Payot dans la revue Libre en 1977 (n° 1) et 1978 (n° 4) ainsi que l’article « La présence réelle dans l’image » publié dans Petits et grands théâtres du Marquis de Sade, publication dirigée par Annie Le Brun (Paris, Paris Art Center, 1989).

[49Au séminaire duquel elle participe à plusieurs reprises à l’EHESS (sans doute celui consacré aux « représentations politiques dans la France du début du XIXe siècle (1977-1983) ».

[50La revue Libre était notamment dirigée par ces trois amis de Simone Debout. On retrouvait Claude Lefort et Miguel Abensour au Comité de rédaction de la revue Passé présent, Simone Debout en étant aussi membre aux côtés d’un autre de ses grands amis, Charles Malamoud.

[51À la fin de sa vie, Simone Debout avait autorisé la reprise de deux de ses articles de la revue Topique (1981, n° 27 et 28) en un volume qui sera publié de manière posthume : Simone Debout, Payer le mal à tempérament (sur Sade & Fourier), présentation Emmanuel Loi, Forcalquier, Quiero, 2021. Le sous-titre (sur Sade et Fourier) est de l’éditeur.

[52En 1974, dans la collection « Libertés 2000 » dirigée par Jean-François Revel chez Robert Laffont, René Schérer publie l’ouvrage Émile perverti ou des rapports entre l’éducation et la sexualité à l’intérieur duquel la pensée de Charles Fourier occupe une place conséquente comme en témoigne notamment le Postlogue : « Contre la secte des instituteurs et des pédagogues (à la manière de Charles Fourier) ». On retrouve également Fourier dans le livre que René Schérer et Georges Lapassade publient ensemble en 1976 : Le Corps interdit. Essai sur l’éducation négative (Paris, ESF).

[53Un état de « L’éducation en Harmonie », annexé à un rapport envoyé au CNRS, représente un volume d’inédits d’environ 270 pages. À noter que la préface, « Armes d’enfance (selon Fourier) », a été retravaillée et publiée par Simone Debout pour le n° 6 de la revue Nautre-école (printemps 2004) puis, encore modifiée, dans un volume de Mélanges offerts à René Schérer en 2015, à L’Harmattan.

[54Simone Debout a évidemment suivi de près et participé grandement à l’élaboration du Cahier Charles Fourier numéro 27 (2016) qui se voulait un hommage à son travail : « Dans l’orbe du surréalisme. Charles Fourier redécouvert. I. Avec Simone Debout-Oleszkiewicz ». C’est grâce à cette publication que sa correspondance avec André Breton fut ensuite reprise en un volume autonome aux éditions Claire Paulhan.

[55Étaient également excusés : Roland Barthes, Michel Butor, Jean Gaulmier, Raymond Queneau, Jean-François Revel ou encore René Schérer. Dans la « liste indicative » du Comité d’animation figuraient également, entre autres, Pierre Klossowski, Michel Leiris, Matta ou André Vergez.

[56Notons parmi les autres initiatives suggérées pour ce Bicentenaire par les participants à la réunion : l’organisation d’une exposition à la Bibliothèque nationale, l’exécution de l’œuvre de Henri Pousseur « Invitation à l’utopie », la commande d’une œuvre musicale originale (« par exemple la mise en musique de l’Ode à Charles Fourier de André Breton »), la suggestion faite à Maurice Béjart de créer un ballet Fourier « Le nouveau monde contemporain », la demande à Jean-Luc Goddard [sic] d’une « série de films d’anticipation sur le monde Phalanstérien 2000 », la réutilisation de l’affiche Fourier-Butor-Hérold de 1968, l’émission d’un timbre commémoratif.

[57Le numéro d’Autogestion consacré à Charles Fourier en 1972 en rend compte sur plusieurs pages. Les membres du Comité International du Bicentenaire de Charles Fourier sont tous mentionnés. Outre les noms déjà cités plus haut, figurent également Dominique Desanti, Henri Desroche, Jean Duvignaud, Jean Goret, Anatole Kopp, Émile Lehouck, Elisabeth Lenk, Edgar Morin, Fernand Rude, Pierre Schaeffer ou encore Jean Servier.

[58L’association est hébergée chez Olivier Leclair à Paris, Bernadette Perrin en est la secrétaire et figurent comme autres membres fondateurs, aux côtés des premiers cités, Miguel Abensour et Jean-Paul Thomas.

[59Le numéro 1 de Janvier 1988 est le seul « Bulletin interne des Amis de Charles Fourier » à avoir été imprimé à notre connaissance. Long de 11 pages, il comporte des textes de René Schérer, Simone Debout, Olivier Leclair et Bernadette Perrin et présente une impressionnante liste de sympathisants de l’Association, dont : Kostas Axelos, Elisa Breton, Jean Benoit, Michel Butor, E. M. Cioran, Gilles Deleuze, Jean-Toussaint et Dominique Desanti, Henri Gouhier, Félix Guattari, Daniel Guérin, Hubert Juin, Pierre Klossowski, Annie Le Brun, Michel Leiris, Jean-François Lyotard, Michel Maffesoli, Gabriel Matzneff, Suzanne Merleau-Ponty, Franck Popper, Madeleine Rebérioux, Olivier Revault-d’Allonnes, Carlos Semprum, Philippe Sollers, Paul Virilio en France, Arrigo Colombo, Mireille Larriza, Roberto Massari, Laura Tundo en Italie, Nicolaus Sombart, Émile Lehouck, Fernando Sabater ou encore Octavio Paz.

[60Simone Debout ouvre le colloque avec « Sade et Fourier », la synthèse finale est assurée par René Schérer, par ailleurs communiquant avec « L’esthétique passionnelle de Fourier ».


Ressources

Œuvres

Debout Simone, « Griffe au nez » ou donner « have ou art » - écriture inconnue de Charles Fourier, Paris, Anthropos, 1974.
Debout Simone, L’Utopie de Charles Fourier. L’illusion réelle, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 1979.
Debout Simone, L’Utopie de Charles Fourier, Dijon, Les presses du réel, coll. « L’écart absolu », 1998. Rééd. augmentée de l’éd. de 1979.
Debout-Oleszkiewicz Simone, « Griffe au nez » - Fourier, Burroughs, Paris, Payot, coll. « Critique de la politique », 1998. Rééd. augmentée de l’éd. de 1974.
Simone Debout & André Breton - Correspondance 1958-1966 suivie de « Mémoire. D’André Breton à Charles Fourier : la révolution passionnelle » & de « Rétrospections », édition établie, annotée et présentée par Florent Perrier, avec le concours d’Agnès Chekroun, Postface de Simone Debout, Paris, éd. Claire Paulhan, 2019.
Debout Simone, Payer le mal à tempérament (sur Sade & Fourier), présentation de Emmanuel Loi, Forcalquier, Quiero, 2021. <éd. posthume>

Éditions scientifiques des œuvres de Charles Fourier par Simone Debout

Fourier Charles, Œuvres complètes de Charles Fourier, Paris, Anthropos, 1966-1968, 12 volumes (réimpression anastatique). Rééd. partielle (6 vol.) : Dijon, Les presses du réel, coll. « L’écart absolu », à partir de 1998.
Fourier Charles, Théorie des quatre mouvements et des destinées générales — nouvelle édition corrigée et augmentée du Nouveau Monde amoureux (extraits) publié pour la première fois, d’articles et de documents également inédits, d’une importante introduction de Madame S. Debout et d’une notice biographique sur l’auteur, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1967.
Fourier Charles, Le Nouveau Monde amoureux. Manuscrit inédit, texte intégral. Établissement, notes et introduction de Simone Debout-Oleszkiewicz avec un dessin original de Matta, Paris, Anthropos, 1967 (tome VII de l’éd. Anthropos des Œuvres complètes de Charles Fourier).
Fourier Charles, Le Nouveau Monde industriel et sociétaire, Paris, Anthropos, 1971. Rééd. corrigée de l’éd. de 1966.
Fourier Charles, Le Charme composé, établissement du texte par Madame Simone Oleszkiewicz-Debout, s. l., Fata Morgana, coll. « le grand pal », 1976.
Fourier Charles, Le Charme composé, nouvelle édition augmentée de Inconséquence des champions de la simple nature précédé de « L’invisible actif » par Simone Debout, Fontfroide, Fata Morgana, 1993.
Fourier Charles, Citerlogue, accord de la morale avec les droits naturels par absorption composée, précédé de « En quête de réalité » par Simone Debout, Fontfroide, Fata Morgana, 1994.
Fourier Charles, Le Nouveau monde amoureux. Texte intégral. Établissement, notes et introduction de Simone Debout-Oleszkiewicz, Paris, Stock, 1999.

Sources

Archives de Simone Debout à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) : les archives de Simone Debout déposées à l’IMEC de son vivant comprennent ses archives de travail, sa correspondance, des archives relatives à son parcours dans la Résistance, d’autres liées à son amitié avec Maurice Merleau-Ponty, des ouvrages de sa bibliothèque importants pour son parcours intellectuel ainsi qu’une bibliothèque d’étude comprenant l’ensemble de ses publications.
Archives de René Schérer à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC).
Archives de Jean Gaulmier.

Bibliographie

Cahiers Charles Fourier, « Dans l’orbe du surréalisme. Charles Fourier redécouvert. I. Avec Simone Debout-Oleszkiewicz », dir. Florent Perrier - Gérard Roche, Besançon, Association d’Études Fouriéristes, Presses du réel, décembre 2016, n° 27. Suppléments en ligne sur le site www.charlesfourier.fr
Collin Claude, « Des JC aux FTP, entretien avec Simone Devouassoux », dans Histoire des Francs-tireurs et partisans. Isère, Savoie, Hautes-Alpes, sous la direction d’Olivier Cogne et Gil Emprin, Paris, PUG, 2017.
Simone Debout & André Breton - Correspondance 1958-1966 suivie de « Mémoire. D’André Breton à Charles Fourier : la révolution passionnelle » & de « Rétrospections », édition établie, annotée et présentée par Florent Perrier, avec le concours d’Agnès Chekroun, Postface de Simone Debout, Paris, éd. Claire Paulhan, 2019.
Perrier Florent, « Simone Debout (29 mai 1919 - 10 décembre 2020) », dans Le Monde, Paris, samedi 19 décembre 2020, n° 23622, p. 17.

Filmographie

Charles Fourier : l’illusion réelle. Un film de Nicole Chosson, Annie Trassaert, Martin Verdet et Simone Debout. Réalisation : Martin Verdet, Nicole Chosson et Annie Trassaert, Paris, De terre neuve, 2008, 100 mn. Texte de l’entretien revu et corrigé par l’auteur, PDF téléchargeable à partir du DVD. Ce texte est également consultable sur le site www.charlesfourier.fr
Kermadec Liliane de, Paris ou l’Utopie perdue. Interviews de Simone Debout-Oleszkiewicz, Paris, BelAir media, 2018, 80 mn.


et sur ce site...

Pierre Mercklé Le testament perdu de Fourier
Cahiers - 1995 / n° 6 - décembre 1995
résumé | abstract | article en texte intégral

Laurence Bouchet L’enfance du désir
Cahiers - 1996 / n° 7 - décembre 1996
article en texte intégral

Chantal Guillaume Amour rédempteur
Cahiers - 1997 / n° 8 - décembre 1997
article en texte intégral

Louis Ucciani DEBOUT Simone : Griffe au nez (1999)
Cahiers - 1999 / n° 10 - décembre 1999
article en texte intégral

Laurence Bouchet DEBOUT Simone : L’Utopie de Charles Fourier (1998)
Cahiers - 1999 / n° 10 - décembre 1999
article en texte intégral

Bee Wilson La vraie Madame Strogonoff : une identification
Cahiers - 2001 / n° 12 - décembre 2001
article en texte intégral

Gérard Roche Les grands émancipateurs du désir
Fourier, les surréalistes et l’amour
Cahiers - 2003 / n° 14 - décembre 2003
résumé | article en texte intégral

René Schérer De Fourier à Pasolini
L’amour ralliant
Cahiers - 2003 / n° 14 - décembre 2003
résumé | article en texte intégral

Laurence Bouchet , Simone Debout Un entretien avec Simone Debout
Entretien réalisé le 22 avril 2003, complété par Simone Debout en septembre de la même année
Cahiers - 2003 / n° 14 - décembre 2003
résumé | article en texte intégral

Laurence Bouchet Simone Debout en juin 2005
Actualités - décembre 2005
article en texte intégral

Les conférences du colloque de Condé-sur-Vesgre peuvent être lues et écoutées en ligne !
Actualités - avril 2006
abstract | article en texte intégral

Charles Fourier : l’illusion réelle
Participez à la souscription pour le lancement du DVD d’entretiens avec Simone Debout
Actualités - janvier 2009
article en texte intégral

Charles Fourier : l’illusion réelle
Le DVD d’entretiens avec Simone Debout disponible à la commande
Actualités - août 2009
article en texte intégral

Laurence Bouchet DEBOUT Simone : L’illusion réelle (2008)
Un film de Nicole Chosson, Annie Trassaert, Martin Verdet et Simone Debout, De Terre Neuve, 2008
Cahiers - 2009 / n° 20 - février 2010
article en texte intégral


Index

Lieux : Grenoble, Isère - Paris, Seine

Notions : Bicentenaire de la naissance de Charles Fourier - Centenaire du décès de Charles Fourier - CNRS - Edition - Éducation sociétaire - Émancipation - Exceptions, écarts et ambigus - Langage - Mai 1968 - Manuscrits de Charles Fourier - Nouveau monde amoureux - Oeuvres complètes de Charles Fourier - Parti communiste - Philosophie - Psychanalyse - Résistance - Surréalisme - Thèse - Transitions - Université

Pour citer cette notice

PERRIER Florent, « Debout (née Devouassoux), Simone, Jeanne, Cécile », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en novembre 2022 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2452 (consultée le 3 décembre 2022).

 . 

 . 

 .