remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : juin 2022

Mure (épouse Lebon), Camila Leocádia


Née avant 1830. Membre de la colonie du Sahy ou Saí (São Francisco do Sul, Santa Catarina, Brésil).


Camila Leocádia est la fille de Benoît Mure, l’un des initiateurs de l’expérience phalanstérienne au Brésil dans la province de Santa Catarina, et d’Úrsula Eugênia Lallemant [1]. Le couple Mure et leur fille entrent dans le port de Rio de Janeiro, à bord de L’Eole en provenance du Havre, le 21 novembre 1840 [2] du 27 février 1841, Benoît Mure annonce l’arrivée de sa fille et de sa femme à São Francisco do Sul (Santa Catarina, Brésil). Camila Leocádia Mure épouse vers 1850, Gustave Louis Lebon, l’un des colons belges embarqués à Bruges le 23 août 1844 pour Ilhota dans la province de Santa Catarina. Deux enfants naissent de cette union ; Luisa Eugênia Lebon, - le 14 avril 1851, baptisée à Itajaí, le 3 mai 1852 - et Eduardo Luiz Lebon en 1853, baptisé le 12 novembre 1853, à São Francisco do Sul. Les parrain et marraine de ce dernier sont Édouard Jules Deyrolle et son épouse Joséphine Ligenne [3]. Gustave Louis Lebon est également un proche de Nicolas Mangin [4].


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : juin 2022

Notes

[1Le nom de famille de l’épouse de Benoît Mure est Lallemant d’après la liste de décès de la paroisse de San José de Rio de Janeiro parue dans Jornal do Commercio (RJ) du 2 mai 1846. Elle décède à l’âge de 39 ans et est dite parisienne. Antônio Roberto Nascimento, « Gustave Luiz Lebon », Ágora, Arquivologia Em Debate, 8 (18), 1993, p. 19 donne le nom de Lalhiniavo. Faut-il imaginer une erreur de transcription ?

[2O Despertador (RJ), 22 novembre 1840, p. 4. La mention de « filho » est erronée.

[3Antônio Roberto Nascimento, « Gustave Luiz Lebon », Ágora, Arquivologia Em Debate, 8 (18), 1993, p. 19.

[4Ibidem, p. 22.


Ressources

Sources

« Movimento do porto », O Despertador (RJ), 22 novembre 1840, p. 4 (en ligne sur Biblioteca Nacional Digital Brasil).

« Obitos – Pessoas livres adultas », Jornal do Commercio (RJ), 2 mai 1846, p. 4 (en ligne sur Biblioteca Nacional Digital Brasil).

Bibliographie

Carlos Ficker, « Os Francêses na Baí a Babitonga : a colonização », Blumenau em Cadernos, Tomo V, n° 11-12, novembre-décembre 1962, p. 165-168 (en ligne sur Hemeroteca digital catarinense).

Maria Bernadette Ramos Flores, Emerson César de Campos, Carina Sartori, « Les traces de la présence française dans les terres du Saί : le cas de la famille Ledoux », dans Laurent Vidal, Tania Regina de Luca, Les Français au Brésil, XIXe-XXe siècles, 2e éd. augm., Paris, Les Indes Savantes, 2016, p. 481-497.

Antônio Roberto Nascimento, « Gustave Luiz Lebon », Ágora, Arquivologia Em Debate, 8 (18), 1993, p. 19-23 (en ligne sur Ágora).

Sitographie

« Etat nominatif des colons embarqués à Bruges à bord du brick belge, le Jean Van Eÿck, en destination pour la province de Ste Catherine du Brésil » (en ligne sur Patrimônio belga no Brasil).


Index

Lieux : Brésil - Sahy ou Saí (São Francisco do Sul, Santa Catarina), Brésil

Notions : Essai sociétaire - Femmes (genre) - Réalisateurs

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Mure (épouse Lebon), Camila Leocádia », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en juin 2022 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2443 (consultée le 9 août 2022).

 . 

 . 

 .