remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : novembre 2021

Boulogne, (Frédéric Olivier) Auguste


Né le 17 novembre 1831 à Ribemont (Aisne), décédé le 12 février 1895 à Compiègne (Oise). Receveur de l’enregistrement et des domaines. Abonné à La Science sociale et au Bulletin du mouvement social. Auteur d’une brochure sur le mutualisme.


Auguste Boulogne est le fils d’un bijoutier. Dans les années 1850, il entre dans l’administration de l’enregistrement et des domaines, d’abord comme surnuméraire à Saint-Quentin ; c’est cette position qu’il occupe en avril 1854, quand il se marie avec Augustine Émilienne Decaisne, fille d’un ancien greffier de justice de paix. Il obtient ensuite un poste dans l’Allier, puis est affecté à la recette de Châtillon-sur-Marne (Marne), où naît une fille, en 1859. Il effectue ensuite sa carrière principalement dans les départements des Ardennes, de l’Aisne et de l’Oise.

Son engagement dans le mouvement fouriériste remonte sans doute à la seconde moitié des années 1850 [1]. En 1866, les dirigeants de l’École sociétaire envisagent la création d’un périodique ; ils sollicitent leurs condisciples afin de connaître leurs intentions, et notamment s’ils pensent s’abonner. Boulogne répond qu’il s’abonnera dès que la revue paraîtra [2].

La Société académique de Saint-Quentin met à son concours d’économie sociale de 1867 le sujet suivant : « Des diverses applications du mutualisme. En rechercher les progrès possibles ». Deux mémoires sont adressés à la société savante ; l’un est manifestement très faible ; l’autre, dû à Boulogne, alors receveur à Saint-Simon (Aisne), « est au contraire un travail longuement médité » :

il atteste chez son auteur des études sérieuses, la connaissance des principaux ouvrages des socialistes et des économistes modernes. […]

En ce qui concerne les socialistes, [Boulogne] est opposé à tout système fondé sur l’intervention de l’État, ou sur l’autorité d’un chef ; mais il se montre favorable au Fouriérisme, qui est basé sur l’association libre et volontaire des trois éléments de production, capital, travail et talent. Il trouve dans Fourier l’indication des sociétés coopératives, dont le principe ne rencontre plus d’adversaires [3].

Boulogne souhaite le développement de « sociétés complexes », c’est-à-dire concernant à la fois la production, la consommation, le crédit, l’habitat, l’éducation et les loisirs. « C’est même, à mon avis, le seul moyen de supprimer le prolétariat et de faire marcher la société dans la voie du progrès » [4] ; ces « sociétés complexes » doivent aboutir à « l’association intégrale » [5], la Société agricole et industrielle de Beauregard étant sur cette voie [6]. Boulogne mentionne aussi le Familistère de Guise [7] et la Maison rurale d’expérimentation sociétaire de Ry [8]. Pour son mémoire, il reçoit une médaille d’or de la Société académique qui l’admet parmi ses membres correspondants [9]. Il adresse son travail à L’Économiste français, dirigé par Jules Duval, qui se contente de le signaler dans la liste des ouvrages reçus [10].

Il est encore à Saint-Simon en mars 1869 quand il renouvelle son abonnement à La Science sociale et commande les Principes de sociologie de François Barrier [11].

Peu après, il est muté à La Capelle (Aisne), puis à Bohain-en-Vermandois (Aisne). Il envoie 6 francs en 1871 à la Maison rurale d’expérimentation sociétaire, fondée à Ry, près de Rouen, par Adolphe Jouanne, à qui il adresse encore 5 francs en 1874 [12].

Il s’abonne au Bulletin du mouvement social, publié à partir de 1872 [13]. En 1876, il commande un ouvrage de d’Étienne Barat sur l’association, un de Paul-Émile Laviron sur les retraites, ainsi que des Manuscrits de Fourier, publiés par l’École sociétaire [14]. À la fin des années 1870, on le retrouve à Rethel (Ardennes) ; il est toujours abonné au Bulletin du mouvement social. Vers 1880, il est muté à Compiègne (Oise). Quand quelques-uns de ses condisciples, en particulier Étienne Barat et Hippolyte Destrem fondent la Ligue du progrès social en 1885-1886, il envoie son adhésion [15]. En 1888, la Ligue crée un organe, La Rénovation  ; Boulogne s’y abonne [16]. Il est aussi abonné au Devoir, publié par Jean-Baptiste Godin, le fondateur du Familistère de Guise [17].

Il termine sa carrière à la fin des années 1880 et reste avec son épouse à Compiègne. Il est visiblement bien inséré dans la société locale : d’après le récit de ses obsèques paru dans la presse locale, « une nombreuse assistance […] avait tenu malgré la rigueur de la température, à manifester ses sympathies pour la famille Boulogne, qui ne compte que des amis à Compiègne » [18].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : novembre 2021

Notes

[1Il figure dans un répertoire d’adresses élaboré sous le Second Empire (École normale supérieure, fonds Considerant, carton 13, dossier 8, répertoire Noirot) ; il y apparaît pour la première fois alors qu’il réside dans l’Allier.

[2École normale supérieure, fonds Considerant, carton 13, dossier 1, lettre de Boulogne, 7 août 1866.

[3« Rapport de M. L. Blin sur le concours d’économie sociale », dans Société académique des sciences et arts, belles-lettres, agriculture et industrie de Saint-Quentin, Travaux de 1866 et 1867, 1867, 3e série – tome VII, p. 35-46.

[4« Mémoire sur le mutualisme – Extraits », dans Société académique des sciences et arts, belles-lettres, agriculture et industrie de Saint-Quentin, Travaux de 1866 et 1867, 1867, 3e série – tome VII, p. 205.

[5Ibid., p. 209.

[6Ibid., p. 214-216.

[7Ibid., p. 216-217.

[8Ibid., p. 213.

[9Société académique des sciences, arts, belles-lettres, agriculture et industrie de Saint-Quentin, Travaux de 1870 à juillet 1872, 1873, 3e série, tome X, liste des membres correspondants. Mémoires de la Société académique des sciences, arts, belles-lettres, agriculture et industrie de Saint-Quentin, 1881, liste des membres correspondants.

[10L’Économiste français, 14 novembre 1867.

[11Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 36 (681 Mi 58, vue 183), lettre du 16 mars 1869, de Saint-Simon.

[12École sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure), mai-juin 1871, p. 1 ; Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure. Bulletin trimestriel - Supplément au Bulletin d’avril 1874, 4e année, avril 1874, p. 8.

[13École normale supérieure, fonds Considerant, carton 4, dossier 3, chemise 2, registre des recettes, abonnements en janvier 1878 et janvier 1879 ; carton 13, dossier 6, chemise 1 ; carton 13, dossier 6, chemise 1, lettre du 21 novembre 1876, depuis Bohain, et du 5 janvier 1868, depuis Rethel ; Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 36 (681 Mi 58, vue 182), lettre du 16 janvier 1879, de Rethel.

[14École normale supérieure, fonds Considerant, carton 13, dossier 6, chemise 1, lettre du 21 novembre 1876.

[15Ligue du progrès social, Bulletin n°2, s. d. [1886].

[16La Rénovation, n°27, 20 juin 1890 ; la direction de la revue remercie Boulogne pour son troisième abonnement.

[17Archives du Familistère de Guise, registre des abonnés au Devoir, 1881.

[18Le Guetteur de Saint-Quentin, 22 février 1895.


Ressources

Œuvres :
Mémoire sur le mutualisme, Saint-Quentin, Moureau, 1867, 34 p. Des extraits de ce mémoire paraissent dans : Société académique des sciences, arts, belles-lettres, agriculture et industrie de Saint-Quentin, Travaux de 1866 et 1867, 1867, 3e série, tome VII, p. 204-237 (en ligne sur Gallica).

Sources :
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 36 (681 Mi 58, vues 182 et 183), lettre d’Auguste Boulogne, 16 janvier 1879 et 16 mars 1869.
École normale supérieure, fonds Considerant, carton 4, dossier 3, chemise 2, registre des recettes, abonnements en janvier 1878 et janvier 1879.
École normale supérieure, fonds Considerant, carton 13, dossier 1, lettre de Boulogne, 7 août 1866 ; dossier 6, chemise 1, lettre de Boulogne, 21 novembre 1876 et 5 janvier 1868 ; dossier 8, répertoire Noirot.
Archives départementales de l’Aisne, 5 Mi 1522, état civil de Ribemont, acte de naissance le 16 novembre 1831 (en ligne sur le site des Archives départementales de l’Aisne, vue 239/241).
Archives départementales de l’Aisne, 5Mi1271, état civil de Saint-Quentin, acte de mariage 24 avril 1854 (en ligne sur le site des Archives départementales de l’Aisne, vue 65/372).
Archives départementales de la Marne, 2 E 153/11, acte de naissance, 18 septembre (en ligne sur le site des Archives départementales de la Marne, vues 47-48/283).
Archives départementales de l’Oise, 3E159/160, état civil de Compiègne, acte de décès, 12 février 1895 (en ligne sur le site des Archives départementales de l’Oise, vue 146/163).
Archives du Familistère de Guise, registre des abonnés au Devoir, 1881.
« Rapport de M. L. Blin sur le concours d’économie sociale », dans Société académique des sciences et arts, belles-lettres, agriculture et industrie de Saint-Quentin, Travaux de 1866 et 1867, 1867, 3e série – tome VII, p. 35-46 (en ligne sur Gallica).
Société académique des sciences, arts, belles-lettres, agriculture et industrie de Saint-Quentin, Travaux de 1870 à juillet 1872, 1873, 3e série, tome X (en ligne sur Gallica).
Mémoires de la Société académique des sciences, arts, belles-lettres, agriculture et industrie de Saint-Quentin, 1881 (en ligne sur Gallica).
L’Économiste français, 14 novembre 1867.
École sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure), mai-juin 1871.
Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure. Bulletin trimestriel - Supplément au Bulletin d’avril 1874, 4e année, avril 1874.
Ligue du progrès social, Bulletin n°2, s. d. [1886].
La Rénovation, n°27, 20 juin 1890 ; n°31, 20 octobre 1890 ; n°37, 20 juillet 1891.
Le Guetteur de Saint-Quentin, 22 février 1895 (en ligne sur Retronews).


Index

Lieux : Bohain-en-Vermandois, Aisne - Châtillon-sur-Marne, Allier - Compiègne, Oise - La Capelle, Aisne - Rethel, Aisne - Saint-Quentin, Aisne - Saint-Simon, Aisne

Notions : Coopération - Familistère de Guise - Maison rurale de Ry - Mutualisme - Sociétés savantes

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Boulogne, (Frédéric Olivier) Auguste », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en novembre 2021 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2398 (consultée le 3 avril 2022).

 . 

 . 

 .