remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : décembre 2020

Lefèvre ou Lefebvre


Agriculteur. Membre du conseil d’administration de l’Union industrielle à Paris en avril 1841. Réside à São Francisco do Sul (Santa Catarina, Brésil) en 1842.


Lefèvre est membre du conseil d’administration de l’Union industrielle en avril 1841. La société est fondée à Paris le 18 avril 1841 par Derrion, Jamain et Arnaud, lors d’une assemblée générale réunissant les cent premiers signataires de l’acte de fondation. Il s’agit de recruter des volontaires pour l’établissement d’un phalanstère au Brésil et d’organiser la vie et le travail dans la colonie. Lefèvre et son épouse embarquent en octobre 1841 avec les premiers colons recrutés pour le Brésil.
En février 1842 [1], Lefèvre dépose une plainte auprès des autorités de São Francisco do Sul dans une affaire concernant sa nièce Joséphine Croissonier, jeune fille de 12 ans victime d’un sordide marchandage organisé par sa propre mère et dont Benoît Mure est l’instigateur. Mure propose à un autre oncle de la jeune fille, Burier, de présenter sa nièce au colonel Oliveira Camacho qui pourrait l’adopter. Ainsi Burier pourrait l’épouser. Camacho voit le projet phalanstérien avec bienveillance d’où l’intérêt de Mure. Camacho remet 10 000 réis et un couteau à la mère de la jeune fille. Cependant la jeune fille réussit à se réfugier auprès d’une autre femme de la colonie et échappe aux avances de Burier. Sa mère menace de la tuer ou de la vendre si elle ne répond pas favorablement aux demandes de Burier et Mure. Joséphine trouve alors refuge chez l’épouse de Lefèvre à São Francisco do Sul. Benoît Mure nie tout de l’affaire et prétend ne pas pouvoir « dompter la Nature » [2]. Lefèvre s’insurge plus particulièrement contre l’attitude de Mure que contre celle de sa sœur. Il l’accuse d’avoir eu une vie dissolue en France, d’avoir épousé une fille de Saint-Amand Bazard, l’un des chefs saint-simoniens, puis de l’avoir abandonnée pour une ex-figurante de l’opéra, Mme Alibert. Celle-ci usurpe le titre d’épouse « pour cacher aux yeux du monde la honte d’une alliance scandaleuse. Voici donc l’homme qui se dit protecteur de l’innocence » affirme Lefèvre. Mais la plainte n’a pas de suite, les autorités brésiliennes étant avant tout préoccupées par leur investissement dans l’établissement des colons venus dans le cadre du projet phalanstérien.
Aucun élément ne permet de savoir si le couple contribue à l’une ou l’autre des colonies établies par Mure et Derrion [3].


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : décembre 2020

Notes

[1Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde, Paris, Flammarion, 2014, p. 209-211, « Plainte de Lefebvre », février 1842 (Archives historiques de Joinville – Coleçáo Carlos Ficker).

[2Ibidem, p. 210.

[3Selon Laurent Vidal, opus cité, p. 275, un colon nommé Lefebvre rejoindrait Rio de Janeiro le 5 août 1843. Un français dénommé « Lefledre » est annoncé débarquant à Rio de Janeiro. Il a fait le voyage sur le Dezoito de Janeiro en provenance de Rio de San Francisco, en compagnie de deux autres français, Augusto Octavio Dellene et Julia Bardelle (Diário do Rio de Janeiro, 7 août 1843). Le 28 novembre, c’est Ulysse Lefebvre, en compagnie de Laurent Bénistant et de Claude Nicolas qui débarque à Rio de Janeiro (« Movimento do porto », Diário do Rio de Janeiro, 29 novembre 1843, p. 4).


Ressources

Sources

« Movimento do porto », Diário do Rio de Janeiro, 7 août 1843 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).

« Movimento do porto », Diário do Rio de Janeiro, 29 novembre 1843, p. 4 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil)

Bibliographie

Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde, Paris, Flammarion, 2014, p. 101, p. 209-211.


Index

Lieux : Brésil - Paris, Seine - São Francisco do Sul (Santa Catarina), Brésil

Notions : Famille - Réalisateurs

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Lefèvre ou Lefebvre », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2020 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2276 (consultée le 9 janvier 2021).

 . 

 . 

 .