Découverte
remonter 

mise en ligne : mai 2020

Tome 10, L-MEMN (index, page 89)






Numérisation indisponible sur Gallica

Page 297

Lechevalier, Jules.

Économiste et publiciste français, né vers 1800, mort en 1850.

Il devint, après 1830, un des apôtres les plus fervents du saint-simonisme, à Paris et dans les départements. Peu constant dans ses opinions, il passa ensuite dans le camp des phalanstériens, fit, en 1838 et 1839, un voyage aux Antilles et à la Guyane, et, en 1843, accepta du gouvernement l’emploi de secrétaire de la commission coloniale. Il se fit remarquer, après les journées de Février, par ses discours dans les clubs et par ses écrits en faveur de l’organisation du travail. Mis en accusation comme complice de l’affaire du 8 août 1849, il fut condamné à la déportation comme contumace. Il avait été rédacteur en chef de La Paix et de La Tribune des peuples (1848). Nous citerons parmi ses ouvrages : Leçons sur l’art d’associer les individus et les masses (Paris, 1832) ; Question sociale (Paris, 1833) ; Études sur la science sociale (Paris, 1832-1834) ; Vues politiques sur les intérêts moraux et matériels de la France (Paris, 1837) ; De l’avenir de la monarchie représentative en France (Paris, 1845) ; Qui doit organiser le travail ? (Paris, 1848) ; Au peuple (Paris 1849). Citons aussi son important Rapport sur les questions coloniales (Paris , 1844, 3 vol. in-fol.). Lechevalier, ayant purgé sa contumace, devint rédacteur du Havre. Il était à la tête de ce journal lorsqu’il mourut.





Pour citer ce document

« Tome 10, L-MEMN (index, page 89)  » , charlesfourier.fr , rubrique « Les articles » , mai 2020, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2211 (consulté le 8 septembre 2020).



 . 

 . 

 .