remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : mars 2020

Witfeld (ou Widfeld), Jean


Décédé en juillet 1841. Probablement domicilié à Paris. Menuisier ou tapissier. Membre du groupe du Nouveau Monde.


Jean Witfeld est mentionné en janvier 1841 parmi les « Travailleurs de l’École phalanstérienne » [1]. Il est « fabricant de tierces, bâtons, fantaisies en bois des îles, châssis, baldaquins et ornement en tapisserie ». Aucune adresse n’est mentionnée mais tous les autres travailleurs cités sont domiciliés à Paris.

En août 1841, Le Nouveau Monde signale son décès récent [2]. Il le présente comme un « honnête travailleur » et un « ouvrier modèle »

Il a rempli tous les devoirs que lui imposaient la religion et la société. Il était laborieux et sobre. Bon père, il a veillé avec soin à l’éducation de ses enfants ; bon mari, il offrait à la femme qu’il aimait, aide et appui ; bon citoyen, il était prêt à faire le sacrifice de ses jours pour défendre l’indépendance et la gloire de son pays. Économe, il ne dépensait pas un sou inutilement. Mais les 6 francs qu’il gagnait en travaillant douze heures par jour, suffisaient à peine au soutien de ses quatre enfants, de sa femme et de sa vieille mère. Enfin la fatigue a brisé son corps, il a succombé, l’outil en main, en laissant 15 francs, pour tout héritage, à six personnes dont il était la providence.

Aux obsèques de Witfeld, son condisciple Eugène Stourm prononce un discours dans lequel il fait l’éloge du défunt :

cet honorable producteur avait compris que le monde social aspirait vers de meilleures destinées ; il connaissait mieux que bien des docteurs le remède à nos maux ; il avait lu la théorie du grand régénérateur, et son âme de prolétaire en avait saisi toute la sublimité. Jean Witfeld est mort disciple de Charles Fourier ! […]

Ses compagnons de travail l’ont plus d’une fois entendu déplorer la lenteur de la transformation sociale que nous désirons tous ; il avait hâte de voir lever le grand jour de justice, le soleil de vérité ; il lui tardait d’assister à l’anéantissement de toute exploitation, et surtout de celle qui pèse si odieusement sur les hommes de peine et de labeur [3].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : mars 2020

Notes

[1Le Premier Phalanstère, 15 janvier 1841. Son nom est orthographié Widfeld.

[2Le Premier Phalanstère du 15 août 1841 mentionne aussi le décès de Jean Witfeld, sans apporter d’informations nouvelles.

[3Le Nouveau Monde, 1er août 1841, n°7.


Ressources

Sources :
Le Nouveau Monde, 1er août 1841, n°7.
Le Premier Phalanstère, 15 janvier et 15 août 1841.


Index

Lieux : Paris, Seine

Notions : Dissidents - Groupe local

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Witfeld (ou Widfeld), Jean », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2179 (consultée le 9 juillet 2020).

 . 

 . 

 .