remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : mars 2020

Cochet Georges


Restaurateur parisien. Il accueille les banquets fouriéristes au début des années 1880. Abonné à La Rénovation. Lié au mouvement spirite.


Les Annuaires mentionnent le restaurant de Georges Cochet à Paris à partir de 1878 ; son établissement est situé au Palais-Royal, galerie de Valois. C’est chez lui que se tiennent les banquets organisés lors des anniversaires de la naissance de Fourier de 1880 à 1882 [1]. En 1881, d’après le compte rendu paru dans la Revue du mouvement social, « le directeur du restaurant, qui est lui-même un phalanstérien, avait arboré le drapeau aux sept couleurs sur fond blanc et introduit des noms de la nomenclature phalanstérienne dans le menu » ; le restaurant accueille « cinquante-cinq phalanstériens et personnes sympathiques à l’École sociétaire » [2]. L’année suivante, Cochet reçoit ses amis phalanstériens avec le même drapeau [3]. Comme d’autres fouriéristes, il fait partie de l’association des Orphelinats agricoles d’Algérie, fondée en 1881 par son condisciple Henri Couturier et qui, sur le domaine de l’Union agricole d’Afrique, à Saint-Denis-du-Sig, accueille des enfants [4].

Dans son restaurant, se déroulent aussi des banquets organisés par des groupes spirites ; il est lui-même membre de l’Union spirite française au nom de laquelle il prononce un discours lors des obsèques de la veuve d’Allan Kardec, décédée en janvier 1883 [5].

Son restaurant du Palais-Royal n’apparaît plus dans les Annuaires après 1884. À partir de 1885 et jusqu’en 1891, un Georges Cochet – sans doute le même – est restaurateur rue Paul Lelong (la rue où a vécu Charles Fourier dans ses dernières années). Il transfère ensuite son activité dans le passage Jouffroy.

Dans la première décennie du XXe siècle, il est en relation avec l’École sociétaire dirigée par Adolphe Alhaiza ; il est abonné à La Rénovation [6].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : janvier 2020

Notes

[1« 108e anniversaire de la naissance de Charles Fourier », Revue du mouvement social, avril 1880, p. 122-123.

[2« Le banquet du 7 avril », Revue du mouvement social, mai 1881, p. 184.

[3« Le banquet phalanstérien », Revue du mouvement social, avril 1882, p. 128.

[4Les Orphelinats agricoles d’Algérie fondés en 1881, 1er établissement, à Saint-Denis du Sig – Bulletin n°1, août 1882, p. 15-20. Cochet figure sur la liste des « fondateurs », c’est-à-dire des premiers adhérents.

[5Revue spirite. Journal d’études psychologiques, février 1883, p. 50 ; mars 1883, p. 133 ; Compte rendu des obsèques de Mme Allan Kardec, Lagny, Impr. F. Aureau, s. d. [1883], 9 p.

[6La Rénovation, 31 mars 1906 et mars-avril 1908.


Ressources

Sources :
Revue du mouvement social, avril 1880, mai 1881, avril 1882 (en ligne sur Gallica).
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration, ou almanach des 500 000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Paris, Firmin-Didot frères, 1880 à 1900 (en ligne sur Gallica).
« Le banquet du 7 avril », Bulletin du mouvement social, 1881.
Revue spirite. Journal d’études psychologiques, février 1883 ; mars 1883 (sur le site de l’Encyclopédie spirite).
Compte rendu des obsèques de Mme Allan Kardec, Lagny, Impr. F. Aureau, s. d. [1883], 16 p.
La Rénovation, 1904-1908.


Index

Lieux : Paris, Seine

Notions : Anniversaire - Banquets - Spiritisme

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Cochet Georges », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2020 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2175 (consultée le 19 mars 2020).

 . 

 . 

 .