remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : janvier 2020

Forest, André


Né vers 1816. Décédé le 22 mai 1888 à Rio de Janeiro (Brésil). Gainier, fabricant de boîtes et d’écrins, commissionnaire à Rio de Janeiro. Membre d’une des colonies phalanstériennes du Sahy ou du Palmital en 1843. Membre du groupe phalanstérien de Rio de Janeiro. Membre actif de la Société française de secours mutuels de Rio de Janeiro à partir de 1878. Membre de la Société française de Bienfaisance de Rio de Janeiro en 1883.


Arrivé au Brésil sur le brick La Virginie parti de Dunkerque le 26 août 1842 [1], il est membre d’une des colonies phalanstériennes du Sahy ou du Palmital. Cependant, dès le 3 août 1843 il est de retour à Rio de Janeiro [2].
En 1845, il prend la succession de J. B. Olive à la tête de la fabrique « Casa da Rosa », 107 rua do Ouvidor à Rio de Janeiro. Gainier, il confectionne des « coffres à bijoux et tout ce qui appartient au commerce de la salle de bain, comme la laque, etc. Il fabrique également des portefeuilles de toutes les qualités et formes, des chemises pour les ministres, etc. » [3]. En 1851, il est inscrit dans l’Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro dans la rubrique « bainheiros », 19 rua d’Ajuda. Il fabrique toujours « des boîtes de fantaisie pour bijoux, couverts, portefeuilles, cigarettes, boîtiers de montres et tous les articles brodés » mais également des « boîtes pour bouquets homéopathiques dans le dernier goût [...] » [4]. À compter de 1854 et jusqu’en 1860, il tient également un entrepôt de fret, rua do Imperor puis rua de Bourbon à partir de 1858. Il est installé à ces adresses avec son épouse Luiza Forest, couturière et une autre membre de la famille Paulina Forest [5]. Il assure les transports de Rio de Janeiro à Petropolis [6]. Il reprend son commerce de boîtes en 1861, 69 rua do Cano, puis 68 rua do Ourives. Il tient une « fabrique d’écrins [et] fait des écrins et mascates, étuis de chirurgie, boîtes à couteaux, porte-feuilles, porte-cigares, porte-montre brodés, boîtes pour les pharmacies homeoeopathiques. [Il] se charge de tous les raccommodages d’objets de fantaisie » [7].
Après 1863, il n’est plus cité dans l’Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro et ce jusqu’en 1870. Il est alors inscrit comme domicilié rua Sete de Setembro, adresse qui était alors indiquée, depuis 1864, pour son épouse Luiza Forest [8], modiste et couturière. Les deux sont associés dans ce commerce à partir de 1883 [9].

Il participe au groupe phalanstérien de Rio de Janeiro constitué autour de Michel Derrion en 1846. Il contribue alors aux souscriptions pour une « médaille à offrir à Eugène Sue, défenseur des classes sacrifiées et promoteur de l’organisation du travail » [10] et pour financer la tombe de Flora Tristan [11]. En 1857, il participe à la souscription en faveur de la veuve et de la fille de Cabet, « mort en Amérique » [12]. En 1860, il appartient au comité qui se constitue en vue d’ériger un monument à Charles Ribeyrolles décédé [13]. De 1879 [14] à 1883 [15], il est cité parmi les administrateurs de la Société française de secours mutuels de Rio de Janeiro. En 1883, il participe à la souscription organisée sous les auspices du journal L’Alsacien-Lorrain, pour élever une statue à Gambetta à Paris [16]. À partir de juin 1883, il est inscrit parmi les membres de la Société de bienfaisance de Rio de Janeiro [17].
Lors de son décès, L’Étoile du sud, revue commerciale et financière et maritime [18] dresse son portrait. Il est présenté comme

un de nos compatriotes les plus respectables et les plus respectés. […] sa vie n’a été qu’une longue série de luttes, de travail, de dévouement et d’abnégation. Tous nous avons vu et connu ce bon et charmant type de notre caractère national, courant, allant, venant : toujours gai, content, aimable et ne se plaignant jamais du sort peu enviable qui lui était échu. M. Forest n’a eu dans sa longue existence que des admirateurs de son courage et ne comptait que des amis dans toutes les classes sociales brésiliennes et étrangères. Il fut, dans sa plus large expression, le modèle de l’honnêteté et de la droiture. Il assistait à toutes nos fêtes et y apportait de la gaieté, de l’entrain de son heureux caractère, mais on le trouvait également au chevet des malades et des mourants. […] M. Forest était le chef d’une nombreuse et intéressante famille que sa mort vient de plonger dans le deuil […].

Rien ne perce au travers de ces louanges sur son engagement phalanstérien. Une souscription est organisée par des compatriotes « dont le produit est destiné à élever une modeste tombe » au défunt.
Une annonce paraît dans la presse brésilienne [19] au nom de son épouse, de ses enfants et petits-enfants, neveux ou nièces, de son beau-frère. Parents et amis sont invités à accompagner la dépouille du défunt de son domicile au cimetière São João Baptista de Rio de Janeiro, le 23 mai 1888. Une messe est donnée le 9 juin suivant [20].


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : janvier 2020

Notes

[1Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde, Paris, Flammarion, 2014, p. 312.

[2Diário do Rio de Janeiro, 4 août 1843, p. 4. Il est inscrit parmi les passagers de l’Ave Maria sous le nom d’Antoine Forrest mais identifié comme étant André Forest par Laurent Vidal, op. cité, p. 275. Il accompagne Jean-Louis Boulay et sa femme, Nicolas Gilbert et sa femme, et Hippolyte Gouvert.

[3Jornal do Commercio (Rio de Janeiro), 1er octobre 1845, p. 4. « André Forest tem a honra de participar so respeitavel publico, e particularmente aos Srs ourives, que elle comprou ao Sr J. B. Olive sua fabrica de fazer caixinhas para joais, e tudo o que pertence ao officio de banheiro, como laqueiros, etc., etc. Faz tambem carteiras de todas as qualidades e feitios, pastas para ministros, etc. As pessoas que o quizerem honrar com a sua confiança acharao todas as garantias que desejarem ».

[4Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno bissexto de 1852, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1852, p. 479. « Fabrica caixinhas de fantasia para joias, faqueiros ; carteiras, charuteiras, estojos para relogios e todos os objectos bordados, caixas para boticas homoeopathicas no ultimo gosto e tudo que pertence a seu oficio ».

[5O Parahyba, 2 septembre 1858, p. 3.

[6Courrier du Brésil, 20 janvier 1856, p. 8.

[7Courrier du Brésil, 7 juillet 1861, p. 8.

[8Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1870, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1870, p. 6 et p. 666. Dans l’Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1878, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1878, p. 961, le prénom de son épouse reprend sa forme française, Louise.

[9Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1883, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1883, p. 725.

[10« Médaille à offrir à Eugène Sue, défenseur des classes sacrifiées et promoteur de l’organisation du travail », La Démocratie pacifique, 24 mai 1846, p. 6.

[11« Souscription à la tombe de Flora Tristan », La Démocratie pacifique, 24 mai 1846, p. 6.

[12Courrier du Brésil, 11 janvier 1857, p. 5.

[13Courrier du Brésil, 9 décembre 1860, p. 1.

[14Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1879, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1879, pp. 527-528.

[15Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1883, 2e volume, Indicador ou Lista alphabetico dos habitantes da Corte e Nitherohy, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1883, p. 59.

[16Le Messager du Brésil, 12 avril 1883, p. 4.

[17« Liste des membres de la Société [française de bienfaisance de Rio de Janeiro] », Le Messager du Brésil, 31 mai 1883, p. 6.

[18L’Étoile du sud, revue commerciale et financière et maritime, 21 mai au 5 juin 1888, p. 2

[19Jornal do Commercio (Rio de Janeiro), 23 mai 1888, p. 5.

[20Jornal do Commercio (Rio de Janeiro), 7 juin 1888, p. 5.


Ressources

Sources

Diário do Rio de Janeiro, 4 août 1843, p. 4 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Jornal do Commercio (Rio de Janeiro), 1er octobre 1845, p. 4 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
« Médaille à offrir à Eugène Sue, défenseur des classes sacrifiées et promoteur de l’organisation du travail », La Démocratie pacifique, 24 mai 1846, p. 6 (en ligne sur Gallica).
« Souscription à la tombe de Flora Tristan », La Démocratie pacifique, 24 mai 1846, p. 6 (en ligne sur Gallica).
Courrier du Brésil, 20 janvier 1856, p. 8 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 12 octobre 1856, p. 8 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 24 mai 1857, p. 5 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 9 décembre 1860, p. 1 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 7 juillet 1861, p. 8 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 12 octobre 1862, p. 6 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
O Parahyba, 2 septembre 1858, p. 3 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 23 octobre 1859 p. 4 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Jornal do Commercio (Rio de Janeiro), 23 mai 1888, p. 5 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Jornal do Commercio (Rio de Janeiro), 7 juin 1888, p. 5 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1851, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1851, p. 383 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno bissexto de 1852, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1852, p. 479 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1854, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1854, p. 157 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1860, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1860, p. 249 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1861, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1861, p. 599 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1862, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1862, p. 610 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1863, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1863, p. 612 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1870, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1870, p. 666 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) (suivi de) Guio do Rio do Janeiro ou Indicador alphabetico, p. 6 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil, vue 1444).
Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1878, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1878, p. 961 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1879, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1879, pp. 527-528 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1883, 1° volume, Almanak da Corte, p. 725 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Almanak administrativo mercantil e industrial da corte e provincia do Rio de Janeiro para o anno de 1883, 2e volume, Indicador ou Lista alphabetico dos habitantes da Corte e Nitherohy, Rio de Janeiro, Eduardo e Henrique Laemmert, 1883, p. 59 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Le Messager du Brésil, 12 avril 1883, p. 4 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
« Liste des membres de la Société [française de bienfaisance de Rio de Janeiro] », Le Messager du Brésil, 31 mai 1883, p. 6 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
« Liste des membres de la Société [française de bienfaisance de Rio de Janeiro] », Le Messager du Brésil, 1er juin 1884, p. 6 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
L’Étoile du sud, revue commerciale et financière et maritime, 21 mai au 5 juin 1888, p. 2 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Bibliographie

Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde, Paris, Flammarion, 2014, pp. 275, 282-283, 312.


Index

Lieux : Brésil - Palmital (Garuva, Santa Catarina), Brésil - Sahy ou Sai (São Francisco do Sul, Santa Catarina), Brésil

Notions : Groupe local - Réalisateurs - Secours mutuel

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Forest, André », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en janvier 2020 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2167 (consultée le 16 février 2020).

 . 

 . 

 .