remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : janvier 2020

Robillon, Auguste


Compositeur et professeur de musique à Rio de Janeiro (Brésil). Membre du groupe phalanstérien de Rio de Janeiro en 1850. Auteur de la musique d’un Hymne à Fourier. Sociétaire de l’Association des artistes musiciens.


Il est sociétaire de l’Association des artistes musiciens, recensé de 1846 à 1850 sous le numéro 1547. En 1850, l’anniversaire de la naissance de Fourier est exceptionnellement célébré le 14 juillet en raison de l’épidémie de fièvre jaune qui a emporté Michel Derrion et celle du choléra qui a sévi dans la ville au printemps. Jacques Piel préside le banquet qui réunit « cent-dix personnes [qui] ont pris part à cette fête, parmi lesquels seize femmes et six enfants » [1]. Parmi les participants, « celui qui a obtenu le beau triomphe de la soirée, c’est Auguste Robillon, auteur de la musique de l’Hymne à Fourier, dont les paroles sont de [Eugène-Félix Huger]. Exécutés par des ouvriers, ce chœur et celui du Chant des Travailleurs, par Pierre Dupont, l’ont été avec une précision que [le groupe n’a] pas rencontrée souvent dans [ses] représentations théâtrales... ».
Il est inscrit comme professeur de musique dans le répertoire des contacts de la librairie sociétaire constitué au cours des années 1850.


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : janvier 2020

Notes

[1Assemblée générale des actionnaires des sociétés des 15 juin 1840 et 10 juin 1843 tenue le 15 septembre 1850, p. 11, « Lettre de Huger, 24 juillet 1850 ».


Ressources

Œuvres

Le bon Vieillard ! Romance,..., paroles de A. de Maldigny, musique de Auguste Robillon, Paris, Chabal, [1841], in fol. (Seule référence au Catalogue collectif de France).
Le Joueur, paroles de A. de Maldigny, musique d’Auguste Robillon, A Paris, chez Lacoste, 1842.
Madeleine, mélodie, paroles de A. de Maldigny, musique d’Auguste Robillon, A Paris, chez Lacoste, 1842.
Hymne à Fourier, paroles d’Eugène-Félix Huger, musique d’Auguste Robillon [1850 ?].
O Trovador, musique (fantasia) pour pianiste débutant de Auguste Robillon [1855 ?].
Linda de Chamonix, musique (fantasia) pour pianiste débutant de Auguste Robillon [1855 ?].

Sources

École Normale Supérieure, fonds Considerant, carton 13, dossier VIII, « Correspondance - Répertoire - M. Noirot - 13, rue des Saints-Pères », ante 1860.
Assemblée générale des actionnaires des sociétés des 15 juin 1840 et 10 juin 1843 tenue le 15 septembre 1850, p. 11, « Lettre de Huger, 24 juillet 1850 » (en ligne sur le site de la Bibliothèque virtuelle, Les Premiers socialismes, Université de Poitiers).
Bibliographie de la France ou Journal général de l’imprimerie et de la librairie, n° 19, 7 mai 1842, p. 271 (en ligne sur Google livres).
Jornal do Commercio, 24 février 1855, p. 3 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 6 mars 1855, p. 4 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 16 avril 1855, p. 3 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Annuaire de l’Association des artistes musiciens fondée en janvier 1843 par M. I. Taylor, membre de l’Institut, 1850, p.156 (en ligne sur Hathitrust).

Sitographie

Association des artistes musiciens, Iremus, Institut de recherche en musicologie.


Index

Lieux : Brésil - Rio de Janeiro, Brésil

Notions : Anniversaire - Banquets - Groupe local - Musique

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Robillon, Auguste », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en janvier 2020 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2163 (consultée le 27 novembre 2020).

 . 

 . 

 .