remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : septembre 2019

Gierkens (également orthographié Jierkiens, parfois Jeirkins ou Jerkiens), Albert


Né à Chaumont (Haute-Marne) le 20 ventôse an X (11 mars 1802). Décédé à Rio de Janeiro (Brésil) le 5 (?) octobre 1884. Ouvrier cordonnier à Lyon puis cordonnier à Rio de Janeiro de 1846 à 1860. Président de l’Union harmonienne avant août 1839 à Lyon. Membre du Groupe phalanstérien des travailleurs lyonnais. Proche du docteur Mure qu’il rejoint au Brésil en 1843. Trésorier de la société de colonisation l’Union industrielle à Rio de Janeiro. Participe au banquet anniversaire du 7 avril 1846 à Rio de Janeiro. Souscripteur pour la tombe de Flora Tristan en 1846. Membre actif de la Société française de secours mutuels de Rio de Janeiro.


Albert Gierkens [1] est fils de Jean-Louis Girkins, tonnelier à Chaumont, et de Marie Compagnot. Ouvrier cordonnier petite rue Mercière à Lyon, le 18 novembre 1823, il épouse, en premières noces, Benoîte Toutant. Un enfant, Louis-Jean, naît le 2 août 1824. Benoîte Toutant décède le 27 mai 1825. Albert Gierkens réside alors 32 rue Dubois. Il épouse en secondes noces Françoise Guygon le 15 juillet 1828. Il est domicilié rue Groslié. Le couple a trois enfants : Albert Joseph, né le 8 mars 1829, Marguerite Anaïs, née le 7 août 1830 et enfin Elmire née le 1er mai 1836. Le couple Gierkens habite 18 rue Petit-Soulier à Lyon. Gierkens est toujours ouvrier cordonnier et sa femme ouvrière en soie selon le recensement fiscal de l’année 1830. Leur situation est identique en 1835 lorsqu’avec sa femme, Albert Gierkens [2] contribue au projet lyonnais de fondation de l’épicerie sociale ou commerce véridique de Michel Derrion pour la somme de 2 francs. Le couple n’est plus recensé à ce domicile après 1842.

C’est probablement Albert Gierkens [3] qui participe au banquet anniversaire de la naissance de Fourier donné à Lyon en avril 1840 par le Groupe phalanstérien des travailleurs lyonnais. Il est présenté comme ancien président de l’Union harmonienne. Dans un discours improvisé, il rend hommage à Zoé Gatti de Gamond et à son ouvrage Fourier et son système. « Cette publication [...] doit servir de lien fraternel parmi les disciples de Fourier » déclare-t-il. Il estime que « la France par l’élite de ses travailleurs » est « le candidat de l’union [...] pour fonder le premier phalanstère ». Il [4] intervient également lors du banquet organisé pour l’anniversaire de la mort de Fourier par le Groupe phalanstérien des travailleurs lyonnais en octobre 1841 en donnant lecture d’une lettre du groupe parisien du Nouveau Monde.
En 1843 (avril ou décembre), avec Rouffinel, il effectue le voyage du Brésil lors d’une des deux expéditions du Curieux affrété pour le transport de nouveaux colons destinés à l’établissement d’un phalanstère [5]. Albert Gierkens et l’un de ses fils [6] retrouvent probablement le docteur Mure qui a quitté la colonie du Sahy avec sa femme, une nièce et une servante en août 1843 [7]. Albert Gierkens et son fils [8] sont signataires d’un courrier de soutien adressé par le groupe phalanstérien de Rio de Janeiro à Joseph Reynier à Lyon. Reynier doit s’expliquer devant la Société mutualiste de Devoir mutuel dont il est membre suite aux accusations de deux colons désenchantés par l’expérience brésilienne. Ces deux anciens colons l’accusent d’avoir « envoyé de nombreuses familles en esclavage » [9]. Albert Gierkens est alors trésorier de l’Union industrielle à Rio de Janeiro. Il s’agit de la société fondée par Derrion, Jamain et Arnaud, ce dernier en étant président, pour recruter les colons pour l’établissement d’un phalanstère au Brésil. Albert Gerkiens participe au banquet du 7 avril 1846 célébrant la naissance de Charles Fourier, organisé par le groupe phalanstérien réunifié autour de Michel Derrion à Rio de Janeiro. Il y prononce un toast « à l’influence morale des femmes » [10]. Cette même année, il contribue pour 500 reis à la souscription relayée à Rio de Janeiro pour la tombe de Flora Tristan [11].
Il s’est tout récemment installé comme cordonnier, 61 rua dos Latoeiros. Son magasin est alors spécialisé dans les chaussures pour femmes ; il recherche par ailleurs un apprenti [12]. De 1847 à 1860, il est cité dans l’Almanak administrativo mercantil e industrial do Rio de Janeiro parmi les cordonniers de la ville. Il propose des chaussures pour hommes, femmes et enfants. Gierkens est investi dans la Société française de secours mutuels fondée en octobre 1856. Il appartient à l’une des commissions chargées du suivi des malades [13]. Il est encore commissaire de la société du 15 septembre au 15 octobre 1860.
Il cesse alors son activité de cordonnier en octobre 1860. Une vente aux enchères de son fonds est annoncée pour le 13, Gierkens retournant en Europe (« que se retira para Europa ») [14]. Le 25 octobre 1860 [15] il embarque pour Bordeaux sur le paquebot Béarn de la Compagnie des messageries impériales. Cependant le 26 mars 1861, le nom d’Albert Gierkens est enregistré parmi les passagers de l’Estrémadure, bateau de la même compagnie en partance pour le Brésil [16]. Le 17 avril, il débarque à Rio de Janeiro [17]. Il s’investit de nouveau au sein de la Société française de secours mutuels. Le 30 janvier 1862, il est désigné membre du bureau provisoire chargé d’organiser immédiatement l’élection d’un nouveau comité, le comité sortant désavoué ayant démissionné. Gierkens n’appartient à aucun des deux comités [18].
En 1865, une reconnaissance de privilège concernant la construction d’un appareil destiné à lever et transférer des liquides est accordée à Alberto Gierkens sans que nous puissions déterminer lequel du père ou du fils est concerné [19]. En février 1867, Alberto Gierkens, résidant à Rio de Janeiro, est associé à Régis Conteville, directeur à Paris, dans une entreprise de serrurerie, de machines à coudre, de cuisinières, et de balances et leurs accessoires installée 101 rue de San José [20]. Des annonces publicitaires paraissent au cours de l’année 1868 [21]. Le 24 mars 1869, la société est dissoute à l’amiable [22]. Le 9 octobre 1869, Le Journal officiel de l’Empire français annonce la dissolution de la société Conteville et Gierkens, par acte de Me Robert, notaire, en date du 2 octobre [23]. On peut supposer que l’associé de Conteville est Albert Gierkens, père. En effet, un avis de funérailles est paru dans le Jornal do Commercio (Rio de Janeiro) des 2 puis 6 janvier 1868 annonçant le décès d’Albert Gierkens fils pour lequel une messe doit être célébrée le 7 janvier dans l’église San Francisco de Paulo. La famille semble parfaitement intégrée à la ville très catholique de Rio de Janeiro. Un an plus tard, Albert « Gierkens, ses petits fils [sic] et filles, M. et Mme Hallier prient les personnes de leur connaissance de bien vouloir assister à la messe du bout de l’an de leurs fils, père, frères, beau-frère [...] » [24] donnée dans la même église le 2 janvier. Une dissension semble exister entre la veuve non citée dans l’annonce et son beau-père. Le jour même la veuve en son nom et ceux de son fils « Cloves » et du beau-frère Alphonse Sauvat fait paraître une annonce pour célébrer une messe anniversaire à l’église Santissimo Sacramento, 30 minutes avant l’office commandé par Albert Gierkens [25].
Le nom d’Albert Gierkens est encore mentionné en mars 1878 comme mandataire des héritiers de « Diniz Rosée » [26] lors d’un inventaire dressé pour la succession de celui-ci. Mais, le 10 octobre 1884, le Jornal do Commercio annonce le décès d’Albert Gierkens. Ce sont ses filles Elmire Hallier et Anaïs Dos Santos Cabral, ses petits-enfants dont Clovis Gierkens qui invitent proches et amis à une messe du septième jour (« missa de setimo dia ») à l’église San Francisco de Paula le samedi 11 octobre 1884 [27].


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : septembre 2019

Notes

[1C’est selon cette orthographe qu’il signe ses deux actes de mariage et ceux de la naissance de ses enfants. Son frère Louis quant à lui signe Girkens.

[2Nommé Lïerkens dans une première liste donnée par L’Indicateur, journal industriel de Lyon, 15 février 1835, p. 2, son nom est rectifié en Gierkens (Albert) dans L’Indicateur, journal industriel de Lyon, 22 février 1835, p. 4.

[3« Science sociale. Groupe des travailleurs de notre école à Lyon », Le Nouveau Monde, 1er mai 1840, p. 1. La graphie de son nom est alors Jeirkins.

[4Son nom est alors orthographié Jerkiens.

[5Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde, Paris, Flammarion, p. 312. Laurent Vidal utilise la graphie Jierkiens.

[6Jean Gaumont, « Le Commerce véridique et social (1835-1838) et son fondateur Michel Derrion (1803-1850), Annuaire de la coopération, 1935, p. 139, note 195. Orthographié Jierkiens. Il s’agit probablement de son fils Albert (Joseph). Celui-ci est cité dans un répertoire d’adresses établi par la direction du mouvement à la fin des années 1850 et dans les années 1860 comme résidant à Rio de Janeiro (École normale supérieure, fonds Considerant, carton 13, dossier 8, répertoire Noirot (circa 1860). Albert Gierkens père y est inscrit comme cordonnier à Rio de Janeiro. Si ces mentions ne signifient pas qu’ils avaient à cette période encore un lien avec l’École sociétaire, elles confirment leurs liens antérieurs avec elle.

[7Laurent Vidal, op. cit., p. 251.

[8La graphie du nom pour les deux est Jierkiens.

[9Laurent Vidal, op. cit. p. 291 d’après Joseph Reynier, Mémoires de Joseph Reynier, ancien tisseur, Lyon, aux Temples de la rue Garibaldi, 45, et de la rue Hénon, 40, 1898.

[10L’Écho de l’industrie, 22 août 1846, p. 4, mentionne l’intervention de « Jierkienss ».

[11La Démocratie pacifique, 24 mai 1846, p. 6.

[12Jornal do Commercio, 18 avril 1846, p. 4, annonce publicitaire.

[13« Société française de secours mutuels », Courrier du Brésil, 22 mars 1857, p. 2 ; 3 mai 1857, p. 3 ; 10 mai 1857, p. 6.

[14Diario do Rio de Janeiro, 11 octobre 1860, p. 3.

[15Correio da tarde : Publica-se Diariamente (Rio de janeiro), 25 octobre 1860, p. 2.

[16Selon le dépouillement effectué sur le site Les visas en Bordelais. L’émigration au départ de Bordeaux au cours du 19e siècle d’après le « Registre des sorties des navires du port de Bordeaux », Archives départementales de Gironde, cote 4S282.

[17Diario do Rio de Janeiro, 18 avril 1861, p. 3.

[18« Société française de secours mutuels », Courrier du Brésil, 2 février 1862, p. 1 et p. 4.

[19Diario do Rio de Janeiro, 3 mai 1865, p. 3.

[20Correio mercantil, 25 février 1867, p. 2. Une annonce de l’activité de fabrication de balances romaines par Conteville à Rio de Janeiro est parue dans le Courier du Brésil du 3 mai 1857, p. 7 cité ci-dessus.

[21Diario do Rio de Janeiro, 14 juillet 1868, p. 4 ; 5 août 1868, p. 3 ; 9 août 1868, p. 4 ; 8 septembre 1868, p. 3. Jornal do Commercio (Rio de Janeiro), 30 août et 3 septembre 1868, p. 3.

[22Jornal do Commercio (Rio de Janeiro), 18 avril 1869 p. 2.

[23Le Journal officiel de l’Empire français, 9 octobre 1869, p. 1325.

[24Jornal do Commercio (Rio de Janeiro), 1er janvier 1869, p. 6

[25Jornal do commercio (Rio de Janeiro), 2 janvier 1869, p. 3.

[26Jornal do commercio (Rio de Janeiro), 17 mars 1878, p. 4.

[27Jornal do commercio (Rio de Janeiro), 10 octobre 1884, p. 5. 11 octobre 1884, p. 5.


Ressources

Sources

Archives départementales de la Haute-Marne, 1E121 24, collection départementale, registre de l’état civil de Chaumont, acte de naissance n° 72 du 20 ventôse an X (en ligne sur le site des Archives départementales de la Haute-Marne, vue 316).
Archives municipales de Lyon, 2E216, registre de l’état civil de Lyon, acte de mariage n° 977 (Gierkins Albert) du 18 novembre 1823 (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 168).
Archives municipales de Lyon, 2E219, registre de l’état civil de Lyon, acte de naissance n° 3058 du 3 août 1824 (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 54).
Archives municipales de Lyon, 2E228, registre de l’état civil de Lyon, acte de décès n° 1971 du 28 mai 1825 (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 200).
Archives municipales de Lyon, 2E244, registre de l’état civil de Lyon, acte de mariage n° 752 (Gierkeins Albert) du 15 juillet 1828 (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 29).
Archives municipales de Lyon, 2E246, registre de l’état civil de Lyon, acte de naissance n° 1124 du 9 mars 1829 (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 142).
Archives municipales de Lyon, 2E253, registre de l’état civil de Lyon, acte de naissance n° 3384 du 9 août 1830 (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 66).
Archives municipales de Lyon, 2E321, registre de l’état civil de Lyon, acte de naissance n° 1631 du 2 mai 1836 (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 66).
Archives municipales de Lyon, 921 WP 137, registre de recensement annuel, 2e arrondissement, section hôpital ou hospice, rue du Petit-Soulier, 1830 (en ligne sur le site des archives municipales de Lyon->http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/010571126e81bb4b9884889dd8f988da], vue 655).
Archives municipales de Lyon, 921 WP 167, registre de recensement annuel, 2e arrondissement, section hôpital ou hospice, rue du Petit-Soulier, 1835 (en ligne sur le site des archives municipales de Lyon->http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/1b5f4aad1e49a5661ccf733b6db8e4e7], vue 43).
Archives municipales de Lyon, 921 WP 190, registre de recensement annuel, 2e arrondissement, section hôpital ou hospice, rue du Petit-Soulier, 1838 (en ligne sur le site des archives municipales de Lyon->http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/0bde8e80f38ad6259c797448f872d35c], vue 80).
Archives municipales de Lyon, 921 WP 222, registre de recensement annuel, 2e arrondissement, section hôpital ou hospice, rue du Petit-Soulier, 1842 (en ligne sur le site des archives municipales de Lyon->http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/19f6e49c430cef9166476331123d3b73], vue 77).
« Souscription gratuite pour la fondation d’une vente sociale d’épiceries, devant commencer la réforme sociale », L’Indicateur, journal industriel de Lyon, 15 février 1835, p. 2 (en ligne sur la bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Réclamation », L’Indicateur, journal industriel de Lyon, 22 février 1835, p. 4 (en ligne sur la bibliothèque numérique de Lyon,Numelyo).
« Science sociale. Groupe des travailleurs de notre école à Lyon », Le Nouveau Monde, 1er mai 1840, p. 1.
« Faits divers », Le Nouveau Monde, 1er novembre 1841, p. 4.
« Variétés », L’Écho de l’industrie, 22 août 1846, p. 4 (en ligne sur la bibliothèque numérique de Lyon,Numelyo).
La Démocratie pacifique, 24 mai 1846, p. 6 (en ligne sur Gallica).
Jornal do Commercio (Rio de Janeiro), 18 avril 1846, p. 4 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 19 avril 1846, p. 4 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 20 avril 1846, p. 3 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 2 septembre 1846, p. 4 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 3 septembre 1846, p. 4 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 8 septembre 1846, p. 4 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 2 janvier 1868, p. 3 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 6 janvier 1868, p. 6 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 20 août 1868, p. 3 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 3 septembre 1868, p. 3, (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 1err janvier 1869, p. 6 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 2 janvier 1869, p. 3 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 18 avril 1869 p. 2 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 17 mars 1878, p. 4 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 10 octobre 1884, p. 5 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 11 octobre 1884, p. 5 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil).
Almanak administrativo mercantil e industrial do Rio de Janeiro para o anno de 1847, p. 402 (en ligne sur Hathitrust, Digital library, vue 420).
Almanak administrativo mercantil e industrial do Rio de Janeiro para o anno de 1859, pp. 719 et 721 (en ligne sur Hathitrust, Digital library, vues 733 et 735).
Almanak administrativo mercantil e industrial do Rio de Janeiro para o anno de 1860, pp. 738 et 741 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil, vues 777 et 780).
Correio mercantil, 13 août 1856, p. 2 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 25 février 1867, p. 2 (en ligne sur la Bibliotheca National Digital Brazil).
Courrier du Brésil, 22 mars 1857, p. 2 (en ligne sur la Bibliotheca National Digital Brazil) ; 3 mai 1857, p. 3 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 10 mai 1857, p. 6 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 14 novembre 1858, p. 3 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 30 septembre 1860, p. 6 (en ligne sur Bibliotheca National Digital Brazil) ; 2 février 1862, pp. 1 et 4 (en ligne sur la Bibliotheca National Digital Brazil->http://memoria.bn.br/DocReader/709719/2403]).
Correio da tarde : Publica-se Diariamente (Rio de janeiro), 25 octobre 1860, p. 2 (en ligne sur la Bibliotheca National Digital Brazil->http://memoria.bn.br/pdf/090000/per090000_1860_00242.pdf]).
Diario do Rio de Janeiro, 11 octobre 1860, p. 3 (en ligne sur la Bibliotheca National Digital Brazil), p. 3 ; 3 mai 1865, p. 3 (en ligne sur la Bibliotheca National Digital Brazil) 14 juillet 1868, p. 4 (en ligne sur la Bibliotheca National Digital Brazil) ; 5 août 1868, p. 3 (en ligne sur la Bibliotheca National Digital Brazil) ; 9 août 1868, p. 4 (en ligne sur la Bibliotheca National Digital Brazil) ; 8 septembre 1868, p. 3 (en ligne sur la Bibliotheca National Digital Brazil).
Le Journal de l’Empire français, 9 octobre 1869, p. 1325 (en ligne sur Gallica).
Brazil, 11 octobre 1884, p. 2 (en ligne sur la Bibliotheca National Digital Brazil).

Bibliographie

Jean Gaumont, « Les Fouriéristes et le mouvement précoopératif : les "Associations pour la vie à bon marché" », Revue d’économie politique, 1926, vol. 40, n° 4, p. 1017.
Jean Gaumont, « Le Commerce véridique et social (1835-1838) et son fondateur Michel Derrion (1803-1850) », Annuaire de la coopération, 1935, p. 139, note 195 (en ligne sur Gallica).
João Carlos Piedade Vannucci, As invenções técnicas brasileiras no segundoreinado. Estudo das Comissões Técnicas da Sociedade Auxiliadora da Indústria Nacional nas concessões de privilégios de patentes entre 1833 a 1862, Doutorado em Historia da Ciência, São Paulo, 2016, p. 63 (en ligne : https://tede2.pucsp.br/bitstream/handle/19257/2/Jo%C3%A3o%20Carlos%20Piedade%20Vannucci.pdf).
Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde, Paris, Flammarion, 2014, pp. 291, 312-314.

Sitographie

Les visas en Bordelais. L’émigration au départ de Bordeaux au cours du 19e siècle, base passagers (Recherche Gierkens Albert) en ligne : https://www.visasenbordelais.fr/resultat_passagers.php.


Index

Lieux : Lyon, Rhône - Rio de Janeiro, Brésil

Notions : Anniversaire - Banquets - Catholicisme - Famille - Groupe local - Invention - Réalisateurs - Secours mutuel - Union harmonienne

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Gierkens (également orthographié Jierkiens, parfois Jeirkins ou Jerkiens), Albert », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en septembre 2019 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2137 (consultée le 16 novembre 2019).

 . 

 . 

 .