remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : juin 2018

Spiess (ou Spies) Cyprien


Né le 16 juin 1810 à Flaxlanden (Haut-Rhin), décédé le 21 décembre 1887 à Asnières (alors dans le département de la Seine, aujourd’hui dans les Hauts-de-Seine). Professeur de musique. Collaborateur de la Revue moderne.


Cyprien Spiess est le fils d’un cordonnier. Son frère aîné Laurent Spiess est fouriériste au début des années 1830 à Strasbourg, puis à Marseille où il est maître de pension. Cyprien l’y rejoint en 1839, sans doute pour y enseigner la musique [1]. On ignore la durée de sa présence dans la cité phocéenne.

En 1857, il collabore à la Revue moderne, un mensuel créé par différents fouriéristes dont Charles Sauvestre. Cyprien Spiess y publie une série d’articles sur la musique [2]. D’après Jules Levallois, qui collabore aussi à cette revue, Cyprien Spiess est « surnommé l’Homme en bois ou encore l’Automate de Vaucanson », sans que l’on connaisse l’origine de ce surnom [3].

À la fin du Second Empire, il vit à Asnières. En août 1870, il figure sur la « liste démocratique » qui se présente aux élections municipales [4]. Dans les années suivantes, il siège au conseil municipal de la ville [5]. Il participe à la création de la bibliothèque populaire d’Asnières.

Dans les années 1870, et 1880, il continue à être en relation avec l’École sociétaire. En 1873, il annonce le versement d’une contribution financière à l’École. Il déclare avoir « fait un disciple très intelligent », un négociant de houblon de Mulhouse installé à Lyon ».

Veuillez m’envoyer le petit Briancourt [sans doute L’organisation du travail et l’association, de Mathieu Briancourt (1845)] et Solidarité [d’Hippolyte Renaud]. Mon initié est très impatient de recevoir les livres sus-nommés, pour commencer son éducation [6].

Il est abonné au Bulletin du mouvement social [7]. Quand la Librairie des sciences sociales est menacée de disparition, il effectue quelques versements afin d’assurer la survie de l’établissement [8].

Son frère Laurent décède en octobre 1875 à Marseille. Cyprien y séjourne quelque temps et rencontre Jean-Baptiste Guizou, l’animateur du groupe phalanstérien local, dont il souligne l’activité en faveur de la cause phalanstérienne. Sans doute hérite-t-il des actions de l’Union agricole d’Afrique jusqu’alors détenues par son frère. Il figure dès lors sur la liste des actionnaires de cette société qui exploite un domaine à Saint-Denis-du-Sig [9]. Au début des années 1880, les terrains de l’Union agricole sont mis à la disposition des Orphelinats agricoles d’Algérie, une œuvre philanthropique également dirigée par des fouriéristes. Cyprien Spiess est sur la liste des membres de cette association [10].

En février 1879, un comité d’aide aux amnistiés lance une souscription afin de recueillir des fonds au bénéfice des Communards de retour en métropole. Cyprien Spiess envoie 5 francs, en précisant après son nom, « disciple de Fourier » [11]. Lors de la longue grève des mineurs d’Anzin, en 1884, il adresse la même somme au profit des grévistes, en indiquant encore : « disciple de Fourier » [12].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : mai 2018

Notes

[1Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 41 (681 Mi 72, vues 521-523), lettre de Laurent Spiess, 16 juin 1839.

[2« De l’art musical depuis le 16e siècle jusqu’à nos jours », Revue moderne, septembre, octobre et novembre 1857.

[3Mémoires d’un critique : milieu du siècle, Paris, Librairie illustrée, 1895, p. 165.

[4Le Rappel, 6 août 1870.

[5La Presse, 5 mars 1876, « Chronique électorale », texte signé par des « conseillers municipaux » d’Asnières.

[6Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 41 (681 Mi 72, vue 306), lettre de Cyprien Spiess, 21 janvier 1873.

[7École normale supérieure, carton 4, dossier 3, chemise 2, liste d’abonnés au Bulletin du mouvement social, janvier 1878 et février 1879.

[8Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 32 (681 Mi 53, vues 66-69), subvention à la Librairie des sciences sociales ; École normale supérieure, fonds Considerant, carton 2, dossier 8, liste de souscripteurs pour 1880, 1881 et 1882.

[9Bulletin de l’Union agricole d’Afrique, 1880, liste des actionnaires. Cyprien Spiess était absent de la précédente liste, datée de 1869 (Bulletin de l’Union agricole d’Afrique, 1869).

[10Les Orphelinats agricoles d’Algérie fondés en 1881, 1er établissement, à Saint-Denis du Sig – Bulletin n°1, août 1882, Paris, Imp. Tolmer et Cie, 1882, p. 15-20.

[11Le Rappel, 19 février 1879, quatrième liste de souscription.

[12L’Intransigeant, 9 mars 1884 point


Ressources

Sources :
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 32 (681 Mi 53, vues 66-69), subvention à la Librairie des sciences sociales.
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 41 (681 Mi 72, vues 301-306), lettres de Cyprien Spiess, 21 janvier 1873, 4 et 17 novembre 1875.
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 41 (681 Mi 72, vues 521-523), lettre de Laurent Spiess, 16 juin 1839.
École normale supérieure, fonds Considerant, carton 2, dossier 8, liste de souscripteurs pour 1880, 1881 et 1882.
École normale supérieure, fonds Considerant, carton 4, dossier 3, chemise 2, liste d’abonnés au Bulletin du mouvement social, janvier 1878 et février 1879.
Archives départementales du Haut-Rhin, état civil de Flaxlanden, 16 juin 1810 (en ligne sur le site des Archives départementales du Haut-Rhin, vue 141/168)
Archives départementales des Hauts-de-Seine, recensement de la population d’Asnières en 1881, D_NUM_ASN_18811881 (en ligne sur le site des Archives départementales des Hauts-de-Seine, vue 91/191).
Archives départementales des Hauts-de-Seine, recensement de la population d’Asnières en 1886, D_NUM_ASN_1886 (en ligne sur le site des Archives départementales des Hauts-de-Seine, vue 161/259).
Archives départementales des Hauts-de-Seine, état civil d’Asnières, E_NUM_ASN_D1887, acte de décès, 22 décembre 1887 (en ligne sur le site des Archives départementales des Hauts-de-Seine, vue 81/85).
Mémoires d’un critique : milieu du siècle, Paris, Librairie illustrée, 1895, XIX-314 p. (en ligne sur Gallica).
Le Rappel, 6 août 1870 et 19 février 1879 (en ligne sur Gallica).
La Presse, 5 mars 1876 (en ligne sur Gallica).
Les Orphelinats agricoles d’Algérie fondés en 1881, 1er établissement, à Saint-Denis du Sig – Bulletin n°1, août 1882, Paris, Imp. Tolmer et Cie, 1882, 23 p.
L’Intransigeant, 9 mars 1884 (en ligne sur Gallica).
Remerciements à M. Lerault, descendant de la famille Spiess, pour les informations et les documents qu’il m’a transmis.


Index

Lieux : Asnières, Seine puis Hauts-de-Seine

Notions : Bibliothèque - Education - Education populaire - Musique

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Spiess (ou Spies) Cyprien », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en juin 2018 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article2027 (consultée le 12 décembre 2018).

 . 

 . 

 .