retour au sommaire

Nouvelles brèves

2000 / n° 11 |  décembre 2000



Pour citer ce document

, « Nouvelles brèves  », Cahiers Charles Fourier , 2000 / n° 11 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article201 (consulté le 19 octobre 2017).

Texte intégral

Distinctions

L’ouvrage de notre président Gaston Bordet La Grande mission de Besançon (1825), à qui l’Académie française avait décerné l’an dernier le prix Raymond de Boyer de Sainte-Suzanne, a obtenu le prix comtois du livre 2000 décerné dans les salons du Conseil Régional de Franche-Comté.

L’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Franche-Comté, qui comptait déjà parmi ses membres un certain nombre de nos adhérents (Hélène Richard, Jonathan Beecher, Jacques-Rémi Dahan, Jean-Claude Dubos, Françoise Hérail, Janine Joliot, Michel Vernus), a élu en décembre 1999 associé correspondant André Vergez, membre du Comité scientifique des Cahiers Charles Fourier. Le 15 mai 2000, André Vergez a présenté à l’Académie une communication sur « La métaphysique de Fourier », qui sera publiée dans les Procès-Verbaux et Mémoires de l’Académie de Besançon, années 2000-2001.

Colloques

Deux de nos adhérents ont participé au Colloque sur Les Arts de la Table, qui s’est tenu du 5 au 7 juillet 2000 à Adélaide (Australie) : Gabrielle Cadier-Rey a prononcé la conférence inaugurale « Alcool et sociabilité dans la littérature et les arts français à la fin du XIXe siècle » et présenté une communication sur « Les budgets ouvriers à partir des enquêtes de Frédéric Le Play ». Thomas Bouchet a parlé de « Table d’Harmonie : gourmandise, gastronomie et gastrosophie chez Charles Fourier ».

Le 6 octobre 2000, la Bibliothèque Nationale de France a organisé, site François Mitterand, une journée d’études sur « Les cités radieuses ». Parmi les intervenants, nous avons noté René Schérer (L’Utopie hospita¬lière), Michèle Riot-Sarcey (Le réel de l’Utopie), Michèle Madonna Desbazeille (Fourier, Godin, Zola, utopie écrite et pratiquée), et Ronald Creagh (De la destruction des villes en temps de paix : la cité comme dystropie).

Les troisièmes Rendez-vous de l’histoire, organisés à Blois les 13-14 et 15 octobre 2000, sous le patronage de l’Unesco, avaient cette année pour sujet « Les Utopies, moteurs de l’Histoire ? ». Parmi les nom¬breuses manifestations, signalons le 13 octobre un débat « Qu’est-ce que l’Utopie ? », organisé par Michèle Riot-Sarcey, avec notamment Miguel Abensour et René Schérer ; le 14, une conférence « Le féminisme, une utopie ? », par Michèle Riot-Sarcey et une autre de Thomas Bouchet - qui a présenté aussi les Cahiers Charles Fourier - sur « Le Nouveau Monde Amoureux » de Charles Fourier. Enfin, le 15, une conférence de Michèle Madonna Desbazeille : « Actualité de l’Utopie ».

Les 14 et 15 octobre 2000, l’Association Liber Terre a organisé à Bieuzy-les-Eaux près de Pontivy, un colloque « Garderem l’Utopie ». Parmi les interventions, une présentation de Thomas More par Michèle Madonna Desbazeille, « Utopie et Réalité » par René Schérer, « Actualité de Charles Fourier » par Michel Giroud et « Godin chauffe l’Utopie » par J.-J. Cellier.

Enfin le 11 novembre 2000, le Studiengesellschaft für Direkte Demokratie und socialistische ideen (SDS) a organisé à Bâle une journée consacrée à Charles Fourier, Victor Considerant et Karl Bürckli avec des communications de Karin Vogt : Charles Fourier und die Theorie der vier Bewegungen ; Martin Stohler : Victor Considerant und die Verfeinerung der dirkten Demokratie et Andreas Gross : Karl Bürckli, die Aktualitat des ersten schweizerischen utopischen Sozialisten.

Appel à contribution

La Société d’Histoire de la Révolution de 1848 organise à Lyon en décembre 2001 un colloque international sur le thème : Comment meurt une république : autour du 2 décembre, orienté autour de cinq grands thèmes (l’un d’entre eux fait explicitement référence à la démocratie directe de Rittinghausen et Considerant).

Les propositions de communication doivent être envoyées au plus tard le 15 janvier à :

Laurent Clavier

ISH - Centre Pierre Léon

14 avenue Berthelot

69363 Lyon Cedex 07

Courrier : Laurent.Clavier@ish-lyon.cnrs.fr

Journée Charles Renouvier

Le 23 avril 2001 aura lieu à Montpellier III une journée « Renouvier, une pensée internationale ».

Contact :

Laurent Fedi

12 Avenue de la Résistance

59500 Douai

03.27.96.43.99

Maîtrises d’Histoire

Trois maîtrises d’Histoire en relation directe avec le fouriérisme ont été soutenues ces dernières années à l’Université de Dijon :

- Sylvain Clément, La critique de la société dans l’œuvre de Victor Considerant, 1834-1849 (juin 1999)

- Boris Enet, Étude comparée de deux socialismes. Ambiguïtés, hési¬tations et contradictions dans les pensées de Robert Owen et de Charles Fourier (juin 2000)

- Thomas Voët, La colonie phalanstérienne de Cîteaux, 1841-1846 (juin 1999).

La maîtrise de Thomas Voët a obtenu en juin 2000 le prix Jean-René Suratteau (Université de Bourgogne, Société d’Études robespierristes, Musée de la Résistance de Saint-Brisson). Elle sera publiée sous forme d’ouvrage dans l’année 2001.

L’embaumeur de Charles Fourier

À propos de l’embaumement de Fourier, le lendemain de sa mort, donc le 11 octobre 1837, par Gannal (Cahiers Charles Fourier, n° 8, p. 47), nous avons reçu de M. Lucien Orsane les précisions suivantes, extraites d’une biographie d’Elie Faure par Martine Courtois et Jean-Paul Morel (Séguier, 1989) :

« Jean-Nicolas Gannal (1791-1852), un chimiste très inventif, avait trouvé grâce à ses recherches sur la conservations des aliments un procédé pour conserver les cadavres. Il prit un brevet et s’installa comme embau¬meur en 1837. Cette année-là, il inscrivit sur son registre « M. Fourier, théorie des 4 Mouvements, 300 f. ». La page du registre d’embaumement indique comme date le 10 octobre (et non le 11).

Jean-Nicolas Gannal eut pour successeurs son fils et son petit-fils qui, en 1903, cédèrent leur industrie à Elie Faure, le célèbre historien de l’art. Sur ces registres, parmi les embaumés par la méthode Gannal, on relève les noms d’Hortense Schneider, d’Anna de Noailles, de Paul Doumer, du maréchal Joffre et de bien d’autres célébrités...

Exposition

- Utopie, la quête de la société idéale en Occident, sous la dir. de Lyman Tower Sargent et de Roland Schaer.

Une exposition présentée du 4 avril au 9 juillet 2000, Paris, Bibliothèque Nationale de France ; puis du 14 octobre 2000 au 27 janvier 2001, New York, The New York Public Library.

Un catalogue de l’exposition est coédité par la BNF et Fayard (367 p., 430 F).

L’exposition est construite en quatre étapes qui se suivent chronologi¬quement.

Dans la première, intitulée « Les sources de l’utopie », sont exami¬nées des représentations traditionnelles et religieuses de l’âge d’or et du paradis. A travers divers manuscrits enluminés de la Bible et de livres où l’histoire naturelle et le mythe se confondent sont exposées des images et des cartes figurant des lieux de rêves et d’imagination.

La deuxième partie s’intitule « D’autres mondes. L’épanouissement de l’imagination utopique. De Thomas More au Siècle des lumières ». La découverte du nouveau monde est entrée en interférence avec la pensée de l’utopie. Le lieu imaginaire est apparu comme un lieu réel et le lieu réel à été appréhendé à travers les catégories mythiques du lieu imaginaire. C’est à la suite de la découverte de Colomb et dans le contexte des difficultés politiques et religieuses du XIVe siècle que sont présentés les travaux de Thomas More qui tente dans son Utopie d’imaginer une nouvelle organi¬sation sociale. Cela conduira à repenser aussi le plan de la cité : à ce titre, les projets d’architecture visionnaire de Vinci, Ledoux, Lequeu sont expo¬sés.

Dans la troisième partie, « L’utopie dans l’histoire. Du temps des révolutions à l’aube du XXe siècle », est abordée la question du rôle de l’utopie comme moteur de l’histoire et des révolutions. On peut lire la copie manuscrite de la Déclaration d’indépendance par Thomas Jefferson. C’est au XIXe siècle que les aspirations utopiques dans la lignée de Thomas More se lient au projet socialiste de résoudre le problème de la pauvreté par la mise en place d’un système de propriété collective. Sont présentés les projets et les réalisations d’Owen de New Lanark et de New Harmony ainsi que le familistère de Godin à Guise. Entre autres curiosités figure le gilet du père Enfantin et son collier saint-simonien. En ce qui concerne Charles Fourier, l’exposition présente le manuscrit du Nouveau Monde amoureux, le Plan du traité de l’attraction passionnelle, des litho¬graphies et une aquarelle représentant des phalanstères ainsi qu’un exem¬plaire de la Phalange.

La dernière partie de l’exposition, « Rêves et cauchemars. Utopie et contre-utopie au XXe siècle » présente différentes tentatives de réalisation d’utopie dont les totalitarismes stalinien et nazi. Ainsi se révèlent semble-t-il les dimensions destructrices de rêves qui tournent au cauchemar. L’utopie est dénoncée dans les contre-utopies littéraires de Zamiatine, d’Orwell et d’Huxley. Même si l’exposition se termine par des images rappelant les aspirations des années soixante en France et aux États-Unis, l’utopie au vingtième siècle apparaît sous un jour sombre et l’organisa¬tion chronologique de l’exposition peut susciter une interprétation téléo¬logique dévalorisant cette forme d’espoir vers une société autre et meil¬leure.

Infini

Dans sa collection « Archives de l’Imaginaire », INFINI (Association Professionnelle de la Science-fiction d’Expression Française, de la Littérature et des Arts de l’Imaginaire) réédite, sous forme d’anthologies thématiques, des articles de fond, indisponibles ou difficiles d’accès, consacrés aux genres qui lui sont chers. Tandis que le premier volume de la série, Science et fiction est sorti en août 2000, le suivant, De l’utopie à la dystopie, est en cours d’élaboration. Les auteurs d’études intéressés par le projet ne doivent pas hésiter à proposer un ou plusieurs textes en copie papier (une photocopie lisible suffit) avec les références bibliographiques. Les articles inédits sont éventuellement les bienvenus, mais il est préfé¬rable de consulter l’anthologiste auparavant.

Écrire à Sébastien Cixous, 1119 Bd Joseph-Collomp - 83300 Draguignan tél. 04.94.68.36.25.

Colloque

Pour le bicentenaire de la naissance de Victor Hugo, l’Université de Besançon organise en décembre 2002 un colloque international - sur lequel nous reviendrons - Victor Hugo politique.

Renseignements : Marie-Claude Charles, secrétaire du Colloque - UFR des Sciences du Langage, de l’Homme et de la Société - 30 rue Mégevand - 25030 Besançon cedex. Tél. fax : 03.61.66.54.33

Gaston BORDET - 36 avenue du Commandant Marceau - 25000 Besançon. Tél. : 03.81.50.01.32

Séminaires

Le groupe de recherches « Utopies, autrement » (EHESS, 105 bd Raspail - 75006 Paris), organise un séminaire (vendredi, 18 h-20 h, salle 2).

Programmes des séances à venir :

- 15 décembre 2000 : F. Sylvos (La Réunion), « Les ailes de l’utopie »

- 26 janvier 2001 : J.-P. Airut (EHESS), « Jésus, Marx de Darwin »

- 23 février 2001 : R. Schérer (Paris VIII), « L’utopie de Gabriel Tarde »

Pour les séances suivantes, les sujets seront affichés ultérieurement à l’EHESS.

Renseignements : Michèle Madonna Desbazeille. Tél. : 01.48.04.77.28 ; madonna.desbazeille@free.fr







 . 

 . 

 .