remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : décembre 2017

Harmand, François Dieudonné


Né le 11 nivôse an V (31 décembre 1796) à Gand (Belgique). Décédé le 6 juillet 1860 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Avocat, préposé en chef de l’octroi à Metz (Moselle) puis substitut, juge au tribunal de première instance de Louhans (Saône-et-Loire) puis en Algérie. Propriétaire et gérant du Courrier de la Moselle en 1829-1830. Soutien à La Démocratie pacifique.


Il est le fils de François Harmand, directeur des Domaines à Chaumont (Haute-Marne), décédé le 26 mars 1815 et de Jeanne Suzanne Toussaint, décédée à Metz le 23 novembre 1827. Elle se marie en secondes noces à un ancien officier à la retraite, officier de la Légion d’honneur, Jean-Baptiste Guérin. La famille s’installe 5 rue de la Fonderie à Metz au cours de l’année 1827 ; François Dieudonné Harmand y est recensé comme avocat à partir de 1828 avec ses frères François Hector Harmand (17 ans) né à Chaumont et Léon Guérin (10 ans) né à Metz.
Par décision du ministre des Finances du 29 novembre 1830, Harmand est nommé préposé en chef de l’octroi de la ville de Metz pour un traitement annuel de 2500 francs. Il jure fidélité au Roi des Français et obéissance à la Charte constitutionnelle et aux lois, le 13 décembre 1830. A partir de 1831 et jusqu’en 1838, il est recensé dans les états de population ou cité dans l’Annuaire du département de la Moselle, comme préposé en chef, contrôleur de l’octroi. En 1833, son frère Léon Guérin a quitté le domicile ; son frère François Hector Harmand réside au 4e régiment de hussard. François Dieudonné Harmand déménage 18 place Saint-Étienne au bureau de l’octroi puis 51 place de le Chambre et 1 rue de la Cathédrale ; il y est recensé jusqu’en 1838. Le 30 juillet 1838 il est nommé substitut au tribunal de première instance de Louhans puis juge du même tribunal par ordonnance royale du 14 mai 1847.
Le 15 mai 1839 à Louhans, il épouse Constance Julie Demôle, née dans la commune, le 1er avril 1818 ; elle est la fille d’un avoué de la localité, Claude Demôle et de Marie Julienne Constance Moissonnier. Parmi les témoins, on peut noter les noms du sous-préfet de l’arrondissement, chevalier de la Légion d’honneur et décoré de Juillet, des juge et procureur du tribunal civil de Louhans. Un premier fils Dieudonné Adolphe naît le 17 avril 1840 et décède le 28 novembre 1845. Un second Alexis Charles François naît le 6 juillet 1841. Une fille Jeanne Antoinette Eugénie voit le jour le 25 décembre 1846. Le couple réside alors faubourg des Bordes à Louhans. Le 16 août 1848 naît Marie Félicie. Claude Demôle, beau-père de François Dieudonné Harmand, témoin de la naissance est alors sous-préfet de l’arrondissement.

Sans être connu comme une des figures de proue de l’opposition messine, Harmand a un engagement marqué au sein du mouvement républicain. En 1830, il est poursuivi à plusieurs reprises comme propriétaire et responsable gérant du Courrier de la Moselle, organe du « parti républicain du département » [1]. Le journal fondé par la Société patriotique et populaire de Metz - Harmand est propriétaire pour un quart, « les trois autres quarts sont fournis par une société en commandite » [2] - est accusé entre autres d’avoir publié dans l’édition du 6 octobre 1829 le « prospectus de l’Association bretonne » fondée pour s’opposer à l’impôt et au ministère Polignac. Harmand et l’imprimeur Lamort sont acquittés lors de l’audience du 16 janvier 1830. Cependant les poursuites sont incessantes. La reproduction de trois articles issus d’autres publications est incriminée ; le premier de ces articles alerte sur la nécessite d’une Gazette des cultes pour lutter contre « les intrigues du parti-prêtre » [3] ; le deuxième s’interroge sur la politique étrangère du ministère Polignac ; le dernier, extrait d’un ouvrage de Montlosier, traite de la relation du ministère et de la chambre des députés. Aucun de ces propos n’a initialement été poursuivi lors de leur publication. Harmand est pourtant « condamné [...] à une année et un jour d’emprisonnement, à 1000 francs d’amende, et Sigisbert Lamort, à trois mois d’emprisonnement, 600 francs d’amende, et tous deux solidairement aux frais » [4]. L’arrêt est cependant déféré en cassation ; Harmand obtient une libération sous caution moyennant 2000 francs. Le 3 juin, il annonce aux abonnés que le journal ne paraîtra plus [5]. Sa promotion professionnelle dès les premiers mois du nouveau régime est probablement un dédommagement à ce harcèlement judiciaire. Cependant, en 1833, la Société est nettement marquée par les idées républicaines et s’indigne de la restriction du suffrage électoral aux seuls « plus imposés » [6]. Harmand est alors élu membre du comité qui dirige la Société. Les motivations de son engagement au sein du mouvement phalanstérien sont inconnues. En 1837-1838, il est abonné à La Phalange selon la « liste des « abonnés qui ont droit aux gravures de Chartres » [7] À l’automne 1844, il rencontre Cantagrel à Chalon-sur-Saône lors du périple de ce dernier en province afin de structurer l’École sociétaire et de sauver La Démocratie pacifique qui connaît de lourdes difficultés financières. Lui-même et ses condisciples Constantin et Chabert de Verdun-sur-le-Doubs « sont d’avis qu’il faut que le journal soit maintenu, et feront ce qu’il faudra » [8]. note Cantagrel.
Dans un rapport du 7 avril 1850 le procureur général de la cour d’Appel de Dijon écrit que le nouveau procureur de Louhans « a fort à faire dans cet arrondissement et sous le rapport politique et sous le rapport judiciaire. Sa tâche y est d’autant plus difficile qu’il trouve autour de lui beaucoup de résistances et fort peu d’appuis. La composition du tribunal est loin d’être complètement satisfaisante. Un des juges, Mr Harmand, [...], est un socialiste hautement déclaré et des plus exaltés [...] » [9]. Au cours de l’année 1850, Harmand est suspendu durant un mois « pour avoir reçu chez lui un condamné politique » [10]. Par trois fois le sous-préfet lance un « mandat d’amener, que ces [sic] collègues se refusèrent à exécuter, aimant et estimant trop M. Harmand. Il fut alors traqué par la gendarmerie et forcer de se cacher pour ne pas être emprisonné jusqu’au jour où il donna sa démission » [11]. Un parent intervient pour lui faciliter sa réintégration aux mêmes fonctions et par décret du 2 février 1852, il est muté à Constantine en remplacement de des Barres qui prend sa place à Louhans. « M. Harmand dut accepter sa position pécunniaire [sic] et de père de famille l’y forçant » [12]. En juillet 1854, alors qu’il est juge au Tribunal de première instance de Philippeville, il est nommé juge d’instruction au même siège. Il y exerce encore lors de son décès à Clermont-Ferrand, 8 rue Blatin. Son beau-frère, Auguste-Armand Demôle, négociant est l’un des témoins. Sa veuve réclame réparation dans le cadre de la loi de réparation nationale du 30 juillet 1881 mais les faits étant antérieurs au coup d’État du 2 décembre et Harmand ayant accepté une nomination en février 1852, la demande est rejetée, malgré les arguments invoqués et les références qu’elle fait de sa parenté avec les sénateurs Humbert et Demôle [13].


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : décembre 2017

Notes

[1Jean-Julien Barbé, Les Journaux de la Moselle. Bibliographie et histoire, Metz, Impr. Lorraine, 1928, p. 28.

[2Archives départementales de la Moselle, 1 T 109, surveillance de la presse, 1800-1870, « tableau du 1er avril 1829 ».

[3« Chronique judiciaire. Départemens », Gazette des Tribunaux, 5 mai 1830, pp. 618-619.

[4« Justice criminelle. Tribunal correctionnel de Metz », Gazette des Tribunaux, 2 juin 1830, p. 709.

[5« Lettre aux abonnés », Le Courrier de la Moselle, Metz, imprimerie Lamort, 3 juin 1830.

[6Société patriotique et populaire de Metz, [« Séance générale du 15 février 1833 »], p. 21.

[710AS31(1) Liste des « abonnés [à La Phalange] qui ont droit aux gravures de Chartres », (1837 ?) (681Mi51, vue 10).

[8Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10 AS 37 (681 Mi 59, vues 234-237), lettre de Cantagrel à Allyre Bureau, Valence le 24 novembre 1844, vue 235.

[9Les Rapports des procureurs généraux de la Cour d’appel de Dijon (décembre 1849 - juillet 1870), texte recueilli, présenté et annoté par Jean-Claude Farcy, Dijon, EUD, 2003, p. 83, note 2. D’après Archives nationales, BB/6/(II)/278.

[10Archives nationales, F/15/4080/B Hospices et secours, dossier 92, « note concernant Monsieur Harmand » (1882-1886 ?).

[11Idem

[12Idem

[13Archives nationales, F/15/4080/B Hospices et secours, dossier 92, Lettre de madame Julie Demôle, veuve Harmand, 18 janvier 1881.Il s’agit de Gustave-Amédée Humbert et de Charles Demôle.


Ressources

Sources

Avec mes chaleureux remerciements à Bernard Desmars.
Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10 AS 37 (681 Mi 59, vues 234-237), lettre de Cantagrel à Allyre Bureau, Valence le 24 novembre 1844 ; 10AS31(1) (681Mi51, vues 10-22), liste des « abonnés [à La Phalange] qui ont droit aux gravures de Chartres » (1837 ?).
Archives nationales, F/15/4080/B Hospices et secours, dossier 92, 1881-1886.
Archives départementales de la Saône-et-Loire, état civil de Louhans, 5 E 263/15 registre des mariages, acte n° 12 du 15 mai 1839 (en ligne sur le site des Archives départementales de la Saône-et-Loire, vues 6-7).
Archives départementales du Puy-de-Dôme, état civil de Clermont-Ferrand, 6 E 113 255 registre des décès, acte de décès de François Dieudonné Harmand n° 661 du 7 juillet 1860 (en ligne sur le site des Archives départementales du Puy-de-Dôme, vues 119-120).
Archives départementales de la Saône-et-Loire, état civil de Louhans, 5 E 263/14 registre des naissances, acte de naissance n°36 du 18 avril 1840 de Dieudonné Adolphe Harmand (en ligne sur le site des Archives départementales de la Saône-et-Loire, vues 52-53).
Archives départementales de la Saône-et-Loire, état civil de Louhans, 5 E 263/14 registre des naissances, acte de naissance n°62 du 7 juillet 1841 de Alexis Charles François Harmand (en ligne sur le site des Archives départementales de la Saône-et-Loire, vue 82).
Archives départementales de la Saône-et-Loire, état civil de Louhans, 5 E 263/17 registre de décès, acte de décès n° 90 du 29 novembre 1845 de Dieudonné Adolphe Harmand (en ligne sur le site des Archives départementales de la Saône-et-Loire, vue 65).
Archives départementales de la Saône-et-Loire, état civil de Louhans, 5 E 263/16 registre des naissances, acte de naissance n° 97 du 26 décembre 1846 de Jeanne Antoinette Eugénie Harmand (en ligne sur le site des Archives départementales de la Saône-et-Loire, vue 78).
Archives départementales de la Saône-et-Loire, état civil de Louhans, 5 E 263/16 registre des naissances, acte de naissance n°48 du 16 août 1848 de Marie Félicie Harmand (en ligne sur le site des Archives départementales de la Saône-et-Loire, vue108).
Archives départementales de la Moselle, 1 T 109, surveillance de la presse, 1800-1870.
Archives municipales de Metz, état civil de Metz, 1E/b246 registre des décès, section 2, acte de décès de Jeanne Suzanne Toussaint n° 159 du 24 novembre 1827 (en ligne sur le site des Archives municipales de Metz, vue 40).
Archives municipales de Metz, Recensement de population, 1F/b139 Registres des tableaux de population, 2e section, 1828 (en ligne sur le site des Archives municipales de Metz->https://archives.metz.fr/4DCGI/Web_RegistresLance/ILUMP8406], vues 316-317).
Archives municipales de Metz, Recensement de population, 1 F/b 144 Registres des tableaux de population, 2e section, 1829 (en ligne sur le site des Archives municipales de Metz->https://archives.metz.fr/4DCGI/Web_RegistresLance/ILUMP8406], vues 316-317).
Archives municipales de Metz, Recensement de population, 1 F/b 149 Registres des tableaux de population, 2e section, 1830 (en ligne sur le site des Archives municipales de Metz->https://archives.metz.fr/4DCGI/Web_RegistresLance/ILUMP8406], vues 318-319).
Archives municipales de Metz, Recensement de population, 1 F/b 154 Registres des tableaux de population, 2e section, 1831 (en ligne sur le site des Archives municipales de Metz->https://archives.metz.fr/4DCGI/Web_FondsListeRegistres/383/ILUMP21746], vues 294-295).
Archives municipales de Metz, Recensement de population, 1 F/b 159 Registres des tableaux de population, 2e section, 1832 (en ligne sur le site des Archives municipales de Metz->https://archives.metz.fr/4DCGI/Web_FondsListeRegistres/383/ILUMP21746], vues 286-287).
Archives municipales de Metz, Recensement de population, 1 F/b 164 Registres des tableaux de population, 2e section, 1833 (en ligne sur le site des Archives municipales de Metz->https://archives.metz.fr/4DCGI/Web_FondsListeRegistres/383/ILUMP21746], vues 291-292).
Archives municipales de Metz, Recensement de population, 1 F/b 180 Registres des tableaux de population, 3e section, 1836 (en ligne sur le site des Archives municipales de Metz->https://archives.metz.fr/4DCGI/Web_FondsListeRegistres/383/ILUMP21746], vues 72-73).
Archives municipales de Metz, Recensement de population, 1 F/b 185 Registres des tableaux de population, 3e section, 1837 (en ligne sur le site des Archives municipales de Metz->https://archives.metz.fr/4DCGI/Web_FondsListeRegistres/383/ILUMP21746], vues 236-237).
Archives municipales de Metz, Recensement de population, 1 F/b 190 Registres des tableaux de population, 3e section, 1838 (en ligne sur le site des Archives municipales de Metz->https://archives.metz.fr/4DCGI/Web_FondsListeRegistres/383/ILUMP21746], vues 242-243).
Archives municipales de Metz, 2 K/b 426, dossier François Harmand ; 5 Q/b 10, registre du personnel municipal.
Charles-Louis Lesur, Annuaire historique universel pour 1829..., Paris, Alexis Pillot, novembre 1830, « Appendices. Documents historiques », pp. 257-258 (en ligne sur Gallica).
Almanach royal et national pour l’an MDCCCXXXIX, Paris, A. Guyot et Scribe, 1839, p. 389 (en ligne sur Gallica).
Almanach royal et national pour l’an MDCCCXL, Paris, A. Guyot et Scribe, 1840, p. 384 (en ligne sur Gallica).
Almanach royal et national pour l’an MDCCCXLI, Paris, A. Guyot et Scribe, 1841, p. 389 (en ligne sur Gallica).
Almanach royal et national pour l’an MDCCCXLII, Paris, A. Guyot et Scribe, 1842, p. 394 (en ligne sur Gallica).
Almanach royal et national pour l’an MDCCCXLIII, Paris, A. Guyot et Scribe, 1843, p. 410 (en ligne sur Gallica).
Almanach royal et national pour l’an MDCCCXLIV, Paris, A. Guyot et Scribe, 1844, p. 405 (en ligne sur Gallica).
Almanach royal et national pour l’an MDCCCXLV, Paris, A. Guyot et Scribe, 1845, p. 415 (en ligne sur Gallica).
Almanach royal et national pour l’an MDCCCXLVI, Paris, A. Guyot et Scribe, 1846, p. 427 (en ligne sur Gallica).
Almanach royal et national pour l’an MDCCCXLVII, Paris, A. Guyot et Scribe, 1847, p. 430 (en ligne sur Gallica).
Almanach national. Annuaire de la République française pour 1848-1849-1850, Paris, Guyot et Scribe, 1850, p. 402 (en ligne sur Gallica).
Almanach national. Annuaire de la République française pour 1851, Paris, Guyot et Scribe, 1851, p. 418 (en ligne sur Gallica).
Annuaire du département de la Moselle, 1830-1839.
L’Ami de la religion et du roi, Paris Librairie ecclésiastique d’Adrien Le Clere, 1830, « n° 1615 du 30 janvier 1830 », p. 364 (en ligne sur Gallica) ; « n° 1643 du 9 mai 1830 », p. 394 (en ligne sur Gallica) ; « n° 1648 du 28 mai 1830 », p. 75 (en ligne sur Gallica).
L.C. Valette, Extrait du Courrier des tribunaux du 15 janvier 1830 (en ligne sur Gallica).
« Justice criminelle royale de Metz ( 1e et 3e chambres) », Gazette des tribunaux, 18 et 19 janvier 1830, pp. 265-267 (en ligne sur le site de l’ENAP).
« Justice criminelle royale de Metz (1e et 3e chambres) », Gazette des Tribunaux, 20 janvier 1830, p. 269 (en ligne sur le site de l’ENAP->http://data.decalog.net/enap1/liens/Gazette/ENAP_GAZETTE_TRIBUNAUX_18300120.pdf]).
« Chronique judiciaire. Départemens », Gazette des Tribunaux, 5 mai 1830, pp. 618-619 (en ligne sur le site de l’ENAP).
« Justice criminelle. Tribunal correctionnel de Metz », Gazette des Tribunaux, 2 juin 1830, pp. 709-710 (en ligne sur le site de l’ENAP).
« Chronique judiciaire. Départemens », Gazette des Tribunaux, 26 juin 1830, p. 795 (en ligne sur le site de l’ENAP).
Résumé du procès du Courrier de la Moselle, devant la cour royale de Metz, au sujet de l’Association bretonne (7-16 janvier), [Metz], imprimerie S. Lamort (1830) (en ligne sur Gallica).
« Lettre aux abonnés » Le Courrier de la Moselle, Metz, imprimerie Lamort, 3 juin 1830.
Société patriotique et populaire de Metz [« Séance générale du 15 février 1833 »], p. 21 (en ligne sur Gallica).
« Nominations judiciaires », La Gazette des tribunaux, 16 mai 1847, p. 1 (en ligne sur le site de l’ENAP).
« Nominations judiciaires », La Gazette des tribunaux, 21 juillet 1854, p. 1 (en ligne sur le site de l’ENAP).
Bulletin officiel des actes du gouvernement, tome 12, 1852, Alger, Imprimerie du Gouvernement, 1853, p. 51 (en ligne sur Google livres).

Bibliographie

Charles Abel, ’Me Dommanget, le dernier bâtonnier des avocats messins : notice lue devant l’Académie de Metz, le 28 février 1884, Metz, Delhalt, 1887, pp. 40-42 (en ligne sur Gallica).
Jean-Julien Barbé, Les Journaux de la Moselle. Bibliographie et histoire, Metz, Impr. Lorraine, 1928, pp. 28-29.
Daniel L. Rader, The Journalists and the July Revolution in France : the Role of the Political Press in the Overthrow of the Bourbon Restoration 1827-1830, The Hague, M. Nijhoff, 1973, pp. 128-129.
Les Rapports des procureurs généraux de la Cour d’appel de Dijon (décembre 1849 - juillet 1870), texte recueilli, présenté et annoté par Jean-Claude Farcy, Dijon, EUD, 2003, p. 83, note 2.
Archives nationales, [réd.] par Denise Devos, La Troisième République et la mémoire du coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte : la loi de réparation nationale du 30 juillet 1881, en faveur des victimes du 2 décembre 1851 et des victimes de la loi de sûreté générale du 27 février 1858 : F15 3964 à 4023, Paris, Archives nationales, 1992, p. 435.

Sitothèque

« François Dieudonné Harmand », Généalogie de Nicole Lamy (en ligne sur Geneanet).
Jean-Claude Sosnowski, « Liste des « abonnés [à La Phalange] qui ont droit aux gravures de Chartres », (1837 ?) », charlesfourier.fr, rubrique « Réalisations et propagation », avril 2014, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1307 (consulté le 20 juin 2017).


Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Harmand, François Dieudonné », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2017 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1957 (consultée le 15 août 2018).

 . 

 . 

 .