Association
remonter 

mise en ligne : mai 2017

Compte rendu de l’AG de Lure, 8 avril 2017






COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’ASSOCIATION D’ETUDES FOURIERISTES SAMEDI 8 AVRIL 2017 LURE (Haute-Saône)

La Présidente ouvre la séance à 14h15. Elle souhaite la bienvenue aux membres de l’association. Merci surtout à Michel Antony qui nous accueille à Lure dans cette belle salle municipale. Il prend d’ailleurs la parole pour remercier les collectivités qui nous ont apporté leur soutien pour l’organisation de cette journée : le maire de Lure qui s’excuse de son absence, le président du Conseil départemental qui s’est excusé, la région Bourgogne-Franche-Comté. Michel Antony a obtenu pour les frais d’organisation de notre assemblée une subvention du Conseil départemental et de la Région.
Il rappelle que le choix de ce lieu pour la rencontre annuelle de l’association est comme un retour aux sources. En effet l’association d’études fouriéristes a été fondée en 1988 par Jean-Claude Dubos qui avait retrouvé ses racines familiales ici du côté de Magny-Vernois et des liens avec Clarisse Gauthier devenue Clarisse Vigoureux, belle-mère de Considerant. On peut aussi penser que Charles Fourier a des origines haut-saônoises. On trouve dans sa famille paternelle des fondeurs de la région grayloise mais aussi du côté de Saint-Loup et de Colombier. Il nous invite à entendre, après l’Assemblée générale, les communications de Pierre-Luc Abramson sur les Haut-Saônois au Mexique et la sienne sur la Comté de l’Est et sa spécificité sociale et économique. Nous sommes heureux d’accueillir aussi Roberto Massari, un adhérent de la première heure qui vient d’Italie.

Ordre du jour : Rapport moral de la présidente et rapport d’activités – Rapport financier de Michel Guet – Questions diverses.

RAPPORT MORAL

La Présidente fait un court rapport moral de la vie de l’association.
Une partie du Conseil d’administration (N. Brémand, T. Bouchet, B. Desmars, O. Duizabo, M. Guet, P. Samzun, P. Mercklé et moi-même) s’est réunie le 1er octobre 2016 accueillie avec beaucoup de convivialité par Thomas Bouchet et Laurence à Saint-Point en Franche-Comté. Un certain nombre de questions ont été discutées qui ont besoin d’être validées en assemblée générale. L’intérêt de cette réunion a été aussi de pouvoir traiter des questions liées au site et à la numérisation des Cahiers grâce à la présence de Pierre Mercklé qui se charge de la gestion de notre site.

Les Cahiers :

Fin décembre 2016 publication du n°27 des Cahiers Charles Fourier, intitulé « dans l’orbe du surréalisme, Charles Fourier redécouvert – 1 », plus spécialement consacré à Simone Debout. Il sera suivi par un second Cahier (n°29) qui traitera à partir des archives d’André Breton des constellations surréalistes, en relation avec la pensée de Fourier.
Ce n°27 a été coordonné par Florent Perrier et Gérard Roche. Il est passionnant ; il met en exergue Simone Debout dont les premiers travaux sur Fourier ont été publiés dans des revues surréalistes. La correspondance de Simone Debout avec André Breton publiée dans ce cahier est de toute première importance. Ce numéro des Cahiers fera référence pour les études fouriéristes. Remerciements à Florent et Gérard pour ce travail remarquable tant dans le choix des textes (texte de Octavio Paz, Annie Lebrun…) que pour l’iconographie. Ils ont été perspicaces, n’ont pas ménagé leurs efforts pour nous convaincre qu’il fallait accorder quelques moyens supplémentaires pour réaliser ce Cahier. Ils ont aussi mobilisé un « petit mécénat » qui a contribué à amortir le surcoût de ce cahier. Nous remercions ces généreux donateurs.
Le Cahier 28 est en cours de préparation. Il sera « Varia ». Un thème possible pour un cahier thématique prochain pourrait être « l’argent », en liaison avec les Proudhoniens.
La fabrication des Cahiers :
Nous avons traité de ce problème en CA. Le coût de la composition et de la couverture reste modeste (400 euros HT) pour un travail de qualité. Mais nous avons eu quelques incertitudes, les Presses du Réel nous ayant signifié que ce coût pourrait être plus important. Grâce à Louis Ucciani qui garde le contact avec les Presses du Réel, éditeur de Charles Fourier, nous avons pu reconduire les conditions actuelles. Nous sommes conscients que les Presses du Réel font un véritable effort pour nous soutenir et nous diffuser. Nous avions évoqué l’année dernière notre volonté de faire mieux et plus pour la diffusion, surtout ce n° des Cahiers consacré à Fourier et le surréalisme. Nous avons fait un envoi presse plus consistant, sans retour immédiat. Il parait difficile d’étendre notre lectorat mais il faut continuer…

Revues.org :

En octobre Pierre Mercklé nous a informés des conditions pour entrer à Revue.Org : Barrière libre d’accès ; Évaluation des articles par un comité scientifique de lecture ; Limitation de l’auto-publication par les membres du comité de rédaction. Nous avons révisé l’Ours pour être en conformité avec les normes : le président de l’association est désormais le directeur de publication. Nous avons un comité de rédaction et un comité scientifique. Il faut continuer à numériser les anciens Cahiers. Bernard Desmars, notamment, s’en charge et nous le remercions pour ce travail qui prend du temps. Le Cahier n°3 est sur le point d’être mis en ligne.

Le site charlesfourier.fr :

Il reste un moyen privilégié de nous faire connaître, de susciter de nouvelles adhésions. Il est complémentaire des Cahiers ; c’est ainsi que la bibliographie complète des œuvres de Simone Debout a été publiée sur le site. La rubrique « Actualités » gérée par Nathalie Brémand a été refondée et surtout alimentée régulièrement. Le Dictionnaire biographique des fouriéristes est de plus en plus un outil de recherche fondamental.
L’assemblée vote le rapport moral à 19 voix et 17 pouvoirs. La présidente ne prend pas part au vote.
Renouvellement du Conseil d’administration : Les membres sortants (Brugvin, Desmars, Duizabo, Bouchet) sont réélus à l’unanimité.

RAPPORT FINANCIER

Notre trésorier Michel Guet le présente.

Exercice 2016, du 1e janvier au 31 décembre

Trésorerie au 01/01/2016 : 1614,04 € ( au 01/01/2015 : 2528,56 €)
Recettes de l’exercice : 2445,28 € (2015 : 2603,01 €)
Dépenses de l’exercice : 875,59 € (2015 : 3517,53 €)
Solde au 31/12/2016 à reporter : 3183,73 € (2015 : 1614,04 €)

Mes chers amis, les nouvelles ne sont pas bonnes, la situation financière n’est pas rétablie.

Lors de l’Assemblée Générale de l’année dernière dans les murs de l’URDLA à Villeurbanne, je tirais la sonnette d’alarme et proposais un rétablissement financier à travers une augmentation de notre cotisations de base, qui est je vous le rappelle de 20 €. Je proposais de la hausser à 30 €. Cette mesure ne fut pas retenue et nous voici dans les mêmes difficultés que l’année dernière, sinon pires. La générosité et la bonne volonté de nos amis surréalistes a permis la parution de ce numéro — qu’ils en soient ici publiquement remerciés — mais n’a en aucun cas résolu notre problème qui est d’ordre structurel : la population fouriériste vieillit, décroît, et ne se renouvelle pas.

Sur la somme de 3183,73 € disponible en début d’année 2017, il convient de retrancher les dettes à cette date : le coût d’impression du n°27, (facture acquittée en mars : 1724,93 €) et le coût de maquette dont je n’ai toujours pas la facture, de même que celle du n° 26 de 2015... soit environ 500 € x 2 = 1000 €. Nous disposerions donc à ce jour de 3183,73 – 2724,93 = 458,80 € plus les cotisations reçues depuis janvier soit environ 1000 €.
En clair nous disposons de 1500 € pour le numéro suivant alors qu’il nous faut 2300 € pour d’édition d’un numéro et son routage.

Cotisation annuelle

Après ce rapport financier, l’assemblée décide de voter le montant de la cotisation de l’Association d’études fouriéristes. Deux propositions pour trancher : une cotisation de 25 euros ou une cotisation de 30 euros. 19 adhérents votent pour la première proposition et 19 pour la seconde. Les procurations permettent de trancher et la cotisation est fixée à 25 euros.

Renouvellement du CA selon statuts :

Le Conseil d’administration s’est réuni pour choisir son Président. Chantal Guet-Guillaume a souhaité depuis l’année dernière remettre son mandat. Patrick Samzun est candidat à cette fonction. Le CA admet cette règle que l’on peut élire un président pour un mandat de deux ans renouvelable une fois. 9 voix pour, 1 abstention. Patrick Samzun devient le nouveau Président de notre association.

Élection du bureau

Le CA réuni en ce jour vote un nouveau bureau à la suite de l’élection du président. Chantal Guet-Guillaume remplace Bernard Desmars à la fonction de trésorier adjoint. 9 voix pour, 1 abstention. Le président : Patrick Samzun. Le vice-Président : Olivier Duizabo. La secrétaire : Nathalie Brémand. Le secrétaire adjoint : Pierre Mercklé. Le trésorier : Michel Guet. La trésorière adjointe : Chantal Guet-Guillaume

DISCUSSION

Le rapport financier suscite comme d’habitude des réactions. Notre situation est encore une fois critique. Nous devons envisager d’autres recettes pour continuer à publier les Cahiers. Michel Antony suggère de faire des demandes de subventions. Il faut s’efforcer aussi de trouver d’autres adhérents et de nous faire connaître. Il est aussi proposé de glisser dans les envois de n° de Cahier un formulaire d’adhésion à l’association. Nous pourrions aussi découpler le prix du n° et l’adhésion. Ces solutions ne rencontrent pas l’assentiment car ce serait renchérir le prix de vente des Cahiers.
Pierre-Luc Abramson pose cette question : sommes-nous condamnés à voir disparaitre la version papier des Cahiers ? La numérisation rapide des anciens Cahiers ne nous entraîne-t-elle pas vers la fin du papier ? Nathalie Brémand, rappelle que les deux versions, papier et numérique, peuvent cohabiter selon son expérience. Louis Ucciani note que les normes universitaires ne doivent pas s’imposer à notre publication.
Comment diminuer le coût des Cahiers pour pérenniser leur publication ? Trois solutions sont envisagées en sachant que nous prendrons le temps pour décider. La précipitation serait néfaste car nous avons déjà connu des difficultés que nous avons surmontées.
1) Le statu quo : reconduction des conditions actuelles de fabrication et impression des Cahiers.
2) Impression digitale pour faire baisser les coûts et éviter les invendus. Le n° est commandé sur le site et imprimé sur demande.
3) Roberto Massari propose d’être l’éditeur des Cahiers en assurant que les coûts pourraient être moindres en Italie. Il va demander des devis pour être plus précis.
Nous décidons de surseoir notre décision pour faire le choix le meilleur sachant que nous tenons majoritairement à la qualité du travail actuel et à la proximité.

QUESTIONS DIVERSES

Talissieu

Une maison ayant appartenu à la sœur de Fourier est mise en vente par un propriétaire de Nantes qui nous a contactés. Charles Fourier a passé du temps dans cette maison avec ses nièces dans les années 1815-1817. Cette maison est belle avec un grand terrain mais en mauvais état. Elle a été longtemps une maison secondaire d’été. Notre nouveau Président propose de faire notre prochaine assemblée générale à Talissieu car les habitants d’une maison voisine proposent de nous accueillir.

Information

Il faudra transmettre à Pierre Mercklé les noms des nouveaux adhérents pour la liste de diffusion. Une nouvelle adhérente s’est plainte de ne pas avoir été informée de notre assemblée générale : il faut améliorer notre communication.

L’ordre du jour étant épuisé, l’Assemblée générale s’achève à 16h15.

Compte rendu par Chantal Guillaume





Pour citer ce document

« Compte rendu de l’AG de Lure, 8 avril 2017  » , charlesfourier.fr , rubrique « Assemblées générales (et CA) » , mai 2017, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1880 (consulté le 28 juillet 2017).



 . 

 . 

 .