remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : mars 2017

Stéphan, Léopold François


Né le 14 octobre 1815, à Brest (Finistère), décédé le 22 novembre 1886 à Brest. Employé dans l’administration de la Marine, à Saint-Louis (Sénégal). Membre du groupe phalanstérien de Saint-Louis à la fin de la monarchie de Juillet.


Léopold François Stéphan est le fils d’un sous-officier du bagne de Brest [1]. Selon l’acte de naissance, Jean Stéphan est « sous-comité de chiourme », un comité étant ici un « officier proposé à la chiourme d’une galère » [2]. Il entre en 1833 dans les services du ministère de la Marine à Brest, d’abord comme « écrivain », puis comme « commis de marine ». En 1836, il est envoyé au Sénégal ; il travaille à Saint-Louis auprès du gouverneur ; il est promu commis principal en 1845 et sous-commissaire en 1847 [3].

Prosper Bancal le cite alors comme l’un des membres du groupe phalanstérien de Saint-Louis. Stéphan s’abonne en 1847 à l’édition hebdomadaire de La Démocratie pacifique [4]. Il renouvelle son abonnement l’année suivante [5]. L’arrêt – ou la perte – de la correspondance de Bancal avec l’École sociétaire ne permet pas d’en savoir plus sur l’engagement de Stéphan et des autres phalanstériens du Sénégal en faveur de la cause sociétaire.

Stéphan vit en concubinage avec Marie William Ferick, elle-même fille naturelle probablement issue d’une union entre un Européen, William Ferick et une Africaine ou une métisse, Marianne Pépin. Il a avec sa compagne deux filles, nées en 1840 et 1848. Il régularise son union en 1851 et légitime ses enfants [6]. Son condisciple Bancal est l’un de ses témoins lors de ce mariage. Son épouse décède en 1857.

Continuant sa progression au sein de la hiérarchie de l’administration de la Marine, Stéphan est nommé commissaire adjoint en 1855, avant d’être promu commissaire en 1860. Il est désormais l’un des proches collaborateurs des gouverneurs Faidherbe – de 1854 à 1861, puis de 1863 à 1865 – et Jauréguiberry, de 1861 à 1863. Il remplit les fonctions d’ordonnateur, par intérim (octobre 1855-janvier 1856), puis comme titulaire à partir de janvier 1856 [7], devenant ainsi le « deuxième personnage de la colonie, faisant de droit l’intérim du gouverneur » [8]. Il est également membre du « collège des assesseurs pour le jugement des affaires de traite des noirs à Saint-Louis » [9]. Il assume ainsi le gouvernement du Sénégal entre le départ de Faidherbe le 1er juin 1861 et l’arrivée de Jauréguiberry en décembre suivant. Il reçoit les éloges du premier sous les ordres duquel il obtient la Légion d’honneur ; pour le second, il est certes un « excellent homme » ; mais il « est d’une nonchalance déplorable, ne surveille rien, tolère tout, ne me seconde en aucune façon » [10].

Alors que depuis 1836, il n’a effectué que de brefs séjours en métropole, il quitte définitivement le Sénégal en 1865. Après un bref passage à Toulon, il est employé au port de Brest de 1866 à 1870, puis à celui de Dunkerque, de 1870 à 1875, avant de terminer sa carrière à Nantes en 1877 [11]. Il s’installe ensuite dans sa ville natale.

Ses seuls liens avérés avec la cause sociétaire résident dans son abonnement à La Démocratie pacifique à la fin de la monarchie de Juillet et au début de la Seconde République. On ne le voit plus ensuite dans la documentation fouriériste.


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : mars 2017

Notes

[1Archives municipales de Brest, acte de naissance de Léopold François Stéphane, 16 octobre 1815.

[2Émile Littré, Dictionnaire de la Langue française, Paris, Hachette, 1873-1877.

[3Archives nationales, dossier de la Légion d’honneur LH/2549/42 (en ligne sur la base Leonore, détail des services de Stéphan.

[4Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS (681 Mi 57, vue 229), lettre de Bancal indiquant les abonnés à La Démocratie pacifique, 27 octobre 1847.

[5Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS (681 Mi 57, vues 198 et 202), lettre de Bancal, 9 novembre 1848 et 28 décembre 1848.

[6Archives nationales d’outre-mer, état civil de Saint-Louis, acte de mariage du 22 mai 1851 (en ligne sur le site des Archives départementales d’outre-mer, vue 19/53).

[7Annuaire du Sénégal et dépendances pour l’année 1861, « Liste chronologique des intendants et ordonnateurs en titre et par intérim depuis l’année 1785 à l’année 1859 », p.53-56 (en ligne sur Gallica).

[8Yves-Jean Saint-Martin, Le Sénégal sous le Second Empire : naissance d’un Empire colonial, 1850-1871, Paris, Karthala, 1989, p. 138.

[9Annuaire du Sénégal et dépendances pour l’année 1861, p. 89 (en ligne sur Gallica).

[10Rapports cités dans Yves-Jean Saint-Martin, Le Sénégal sous le Second Empire…, op. cit., p. 264, 444 et 474.

[11Archives nationales, dossier de la Légion d’honneur LH/2549/42 (en ligne sur la base Leonore, « Détail des services de Stéphan »).


Ressources

Sources :
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS (681 Mi 57, vues 198-200, 202 et 229), lettres de Bancal, 27 octobre 1847, 28 octobre et 9 novembre 1848.
Archives nationales, dossier de la Légion d’honneur LH/2549/42 (en ligne sur la base Leonore).
Archives municipales de Brest, acte du 16 octobre 1815 (en ligne sur le site des Archives municipales de Brest, vue 70/100).
Archives nationales d’outre-mer, état civil de Saint-Louis, acte de mariage du 22 mai 1851 (en ligne sur le site des Archives départementales d’outre-mer, vue 19/53).
Archives municipales de Brest, acte de décès du 23 novembre 1886 (en ligne sur le site des Archives municipales de Brest, vue 108/160).
Annuaire du Sénégal et dépendances pour l’année 1861 (en ligne sur Gallica).

Bibliographie :
Yves-Jean Saint-Martin, Le Sénégal sous le Second Empire : naissance d’un Empire colonial, 1850-1871, Paris, Karthala, 1989, 671 p.


Index

Lieux : Saint-Louis, Sénégal

Notions : Colonisation - Groupe local

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Stéphan, Léopold François », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2017 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1870 (consultée le 3 avril 2017).

 . 

 . 

 .