remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : mars 2017

Tiquet, (Jean-) Pierre


Né à Anthon (Haute-Saône ; la commune est réunie à Rioz en 1807), le 25 janvier 1803, décédé à Baignes (Haute-Saône), le 31 mars 1881. Directeur de plusieurs usines métallurgiques et maître de forges dans différentes localités du Doubs et de Haute-Saône, principalement à Magny-Vernois (Haute-Saône), puis à Baignes. Banquier. Contributeur financier de la Maison rurale de Ry (Seine-Maritime) et de l’École sociétaire.


Fils d’un cultivateur, Pierre Tiquet consacre sa vie professionnelle à la métallurgie, un secteur prospère en Haute-Saône pendant une grande partie du XIXe siècle [1]. Le département produit, grâce à des forges de modeste dimension appuyées sur la force motrice de l’eau, sur la présence de massifs forestiers et sur des minerais locaux, un fer « affiné à la comtoise » réputé au-delà de la Franche-Comté.

Pierre Tiquet
(Collection privée)

Maître de forges

En 1837, lors de son mariage avec la fille d’un ancien officier de l’armée, Pierre Tiquet est « directeur des usines » de Moncley (Doubs). Il est dès ce moment abonné à La Phalange [2]. L’année suivante, lors de la naissance de sa fille Jeanne Marie Idalie, il est « directeur des usines de Bonnal » sur la commune de Chassey-les-Montbozon (Haute-Saône). Deux autres enfants naissent en 1839 et 1841 à Pesmes (Haute-Saône) ; Pierre Tiquet est alors le « directeur des forges » situées sur la commune.

En 1840, survient la faillite de l’empire industriel de Joseph Gauthier, le « Napoléon des forges » de la Franche-Comté [3], par ailleurs frère de Clarisse Vigoureux et père de Clarisse Coignet. Une partie de ses activités – les usines de Baignes et de Magny-Vernois – est reprise par la société Gustave Robinet, Pierre Tiquet et Cie [4]. Les deux associés s’installent à Magny-Vernois.

Dans les dernières années de la monarchie de Juillet, le Colmarien Jean Griess, tout en exerçant sa profession de voyageur de commerce, propage les idées fouriéristes et place les publications phalanstériennes dans l’Est de la France. En novembre 1846, il est en Haute-Saône ; il convainc un limonadier de Lure et un aubergiste de Clairegoutte de s’abonner à La Démocratie pacifique. C’est Tiquet qui est chargé d’encaisser le montant de ces abonnements [5].

La métallurgie traditionnelle décline à partir du milieu du XIXe siècle. Les deux usines de Baignes et de Magny-Vernois sont rachetées en 1857 par Pierre Tiquet et J.A. Pergaud, qui s’efforcent d’adapter la production à la demande et à la concurrence de la fonte au coke. À Baignes, le haut-fourneau est éteint, tandis qu’en 1869, la production de la fonte au bois est interrompue. Parallèlement, Tiquet obtient quatre brevets d’invention : un en 1864 pour une « machine de compression dite pressoir locomobile-ominibus » ; un second en 1865 pour une « caisse de serre ou d’orangerie, dite caisse-magny » ; deux en 1866, l’un pour un fourneau à chauffer les fers, dit fourneau de repasseuse », et l’autre, en association avec Pergaud, pour « un procédé de fabrication d’outils » [6].

La société Pergaut-Tiquet est dissoute en 1870. Tiquet prend l’établissement de Baignes, où il s’installe avec sa famille, tandis que Magny-Vernois est conservé par Pergaud. Pierre Tiquet reconvertit les ateliers de Baignes dans la fonderie de seconde fusion et parvient ainsi à sauver l’entreprise. Le nombre d’ouvriers s’accroît, tandis que la réputation de la marque Tiquet se développe, avec l’obtention de prix lors de concours et d’expositions. La maison fabrique des produits pour la vie domestique, tels que des poêles de chauffage, des fourneaux pour la cuisson, des gaufriers et des fers à repasser, mais aussi des produits pour l’agriculture, comme des abreuvoirs ou des presses à fourrage [7]. Parallèlement, Pierre Tiquet fonde en juin 1870 avec ses deux fils, Alexis Elzéard et Gustave une banque, localisée d’abord à Lure, puis à Vesoul. Alexis Elzéard meurt en 1874. La société est dissoute en 1878 [8]. En cette même année, Pierre Tiquet forme avec son fils Gustave une société pour l’exploitation des fonderies de Baignes [9].

Soutien financier de l’École sociétaire et de la Maison rurale de Ry

L’engagement fouriériste de Tiquet s’accroît autour de 1870. La société en commandite créée par François Barrier pour exploiter la Librairie des sciences sociales et publier La Science sociale, connaît des difficultés financières à la fin des années 1860. Ses responsables sollicitent leurs condisciples pour apporter de l’argent. Tiquet fournit 100 francs [10].

La guerre de 1870-1871 interrompt la parution de La Science sociale et suspend les activités du Centre sociétaire. Adolphe Jouanne, qui est en train de créer un établissement d’enseignement à Ry (Seine-Maritime) – la Maison rurale d’expérimentation sociétaire – tente de se substituer au Centre parisien ; il crée une revue pour à la fois redonner une voix au mouvement fouriériste et attirer des fonds pour son projet éducatif. Tiquet lui écrit depuis Lure, en novembre 1871 :

Depuis les immenses malheurs de notre chère patrie, causés par une guerre si stupidement provoquée et par l’affreuse et criminelle entreprise des communeux, j’étais en peine de ne plus entendre parler de l’École sociétaire ; je craignais, hélas ! de la voir morte pour longtemps ; jugez de la satisfaction que j’ai éprouvée, en apprenant, il y a quelques jours, par la réception de votre Bulletin de juillet-août, que vous releviez le drapeau de l’École, et que vous continuiez l’organisation de la Maison rurale d’enfants [11].

Tiquet joint à sa lettre une « petite offrande », qui, d’après la liste des souscriptions, s’élève quand même à 500 francs. Il prolonge son aide dans les années suivantes, avec l’envoi de sommes importantes, destinées à faciliter le fonctionnement de la Maison rurale : l’ensemble se monte, sur la période 1871-1877 à 2 000 francs.

Cependant, l’École se réorganise à Paris au cours de l’année 1872. Des fouriéristes envisagent la création d’une « Société d’études sociales » à laquelle Tiquet promet d’apporter 100 francs ; l’initiative est finalement abandonnée. Cependant, le maître de forges de Baignes s’abonne au Bulletin du mouvement social, publié à partir de décembre 1872. Et alors que la Librairie des sciences sociales est à plusieurs reprises menacée de fermeture, il envoie régulièrement des sommes d’argent afin d’assurer la survie. En 1880 encore, il s’engage à verser 200 francs par an pendant trois années.

Il est élu au conseil municipal de Baignes en 1874 (il est le candidat qui recueille le plus de voix), et réélu en 1878 et 1881. Son fils Gustave, déjà associé à la direction de l’entreprise du vivant de son père, lui succède à la tête de la Maison Tiquet. Les biens laissés par Pierre Tiquet à ses héritiers se composent non seulement de l’usine et de la maison de maître de Baignes – patrimoine dont une partie a été classée « monument historique » en 1978 et une autre partie inscrite à l’inventaire en 2007 [12] – mais de plusieurs autres maisons, d’un moulin, de terres et de nombreux titres et actions qui attestent l’aisance du maître de forges [13].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : avril 2017

Notes

[1Joël Rieser et Jean Bauquerey, Fourneaux et fonderies de Haute-Saône, Tome 1. Baignes, Fallon, Larians/Loulans, Le Magny-Vernois, Scey-sur-Saône/Vy-le-Ferroux, [Vesoul,] Éditions comtoises, 2002, p. 5-29.

[2Jean-Claude Sosnowski, « Liste des "abonnés [à La Phalange] qui ont droit aux gravures de Chartres", (1837 ?) », charlesfourier.fr, rubrique « Réalisations et propagation », avril 2014, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1307 d’après Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS31(1) (681Mi51, vues 10-22).

[3Clarisse Coignet, Mémoires, Lausanne, Impr. C. Pache-Varidel, 1899, tome 1, p. 33

[4Annuaire administratif, historique et statistique du département de la Haute-Saône, 1842, p. 424-425 (« état des usines à fer »).

[5Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 38 (681 Mi 64, vue 458), lettre de Jean Griess, 5 novembre 1846.

[6Site de l’Institut National de la Propriété Industrielle, base de données Brevets français 19e siècle.

[7Joël Rieser et Jean Bauquerey, Fourneaux et fonderies…, op. cit., « La fonderie de Baignes », p. 31-44. Et site de l’Association pour les forges de Baignes.

[8Archives départementales de la Haute-Saône, 2 E 17655, étude de Me Lamboley, affaire Tiquet-Mauvais.

[9Archives commerciales de la France, n°54, 7 juillet 1878. L’acte de société date du 6 juin 1878.

[10École normale supérieure, carton 2, dossier 12, chemise 1, rapport sans date (1868 ou 1869), avec la liste des nouveaux souscripteurs.

[11Ecole sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure), novembre-décembre 1871, p. 2.

[12Dossier des forges de Baignes à l’inventaire général du patrimoine culturel, base Architecture-Mérimée. L’entreprise a fermé ses portes au début des années 1960. Le Conseil départemental de la Haute-Saône est propriétaire de la plus grande partie des bâtiments qui subsistent, ainsi que d’une collection de moules.

[13Archives départementales de la Haute-Saône, 2 E 17683, étude de Me Lamboley, juin 1881, testament et inventaire après décès.


Ressources

Sources :
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 32 (681 Mi 53), liste de souscripteurs.
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 33 (681 Mi 54), liste de souscripteurs.
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 38 (681 Mi 64, vue 458), lettre de Jean Griess, 5 novembre 1846.
Archives nationales, fonds Fourier et Considerant, 10 AS 42 (681 Mi 74, vue), lettre de Pierre Tiquet, mars 1873.
École normale supérieure, carton 2, dossier 8, listes de souscripteurs de la librairie des sciences sociales, 1880-1883.
École normale supérieure, carton 2, dossier 12, chemise 1, rapport sans date (1868 ou 1869), avec la liste des nouveaux souscripteurs.
École normale supérieure, carton 4, dossier 3, chemise 2, registre des dépenses et des recettes (dont les abonnements au Bulletin du mouvement social et les subventions à la Librairie des sciences sociales.
Archives départementales de la Haute-Saône, 3 M 235, élections municipales, années 1870-1880.
Archives départementales de Haute-Saône, état civil de Rioz, acte de naissance du 5 pluviôse an 11 (25 janvier 1803) (en ligne sur le site des Archives départementales de la Haute-Saône, vue 35/311).
Archives départementales de la Haute-Saone Saône, état civil de Chaux-la-Lotière, acte de mariage du 16 juillet 1837 (en ligne sur le site des Archives départementales de la Haute-Saône, vue 61/115).
Archives départementales de Haute-Saône, état civil de Baignes, acte de décès du 1er avril 1881 (en ligne sur le site des Archives départementales de Haute-Saône, vue 65/71).
Archives départementales de la Haute-Saône, état civil de Baignes, acte de décès de Irma Marie Faivre, épouse de Pierre Tiquet, 24 septembre 1882 (en ligne sur le site des Archives départementales de la Haute-Saône, vue 67/71).
Annuaire administratif, historique et statistique du département de la Haute-Saône, 1842, 512 p.
École sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure), novembre-décembre 1871.
Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure) – Bulletin mensuel, septembre-octobre 1872 et juillet 1873.
Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure) – Bulletin trimestriel, juillet 1873.
L’Éducation nouvelle par le libre essor des facultés – Bulletin trimestriel de la Maison rurale d’expérimentation sociétaire, fondée à Ry, juillet 1876, janvier 1877, avril 1877 et juillet 1877.
Clarisse Coignet, Mémoires, Lausanne, Impr. C. Pache-Varidel, 1899, tome 1, 320 p.

Bibliographie :
Joël Rieser et Jean Bauquerey, Fourneaux et fonderies de Haute-Saône, Tome 1. Baignes, Fallon, Larians/Loulans, Le Magny-Vernois, Scey-sur-Saône/Vy-le-Ferroux, [Vesoul,] Éditions comtoises, 2002, 96 p.
Remerciements à M. François Lassus pour ses informations sur la métallurgie en France-Comté.

Iconographie :
Photographie de Pierre Tiquet, transmise par la famille Tiquet, que je remercie.

Sitographie :
Institut National de la Propriété Industrielle, base de données Brevets français 19e siècle.
Association pour les forges de Baignes.
Inventaire général du patrimoine, Patrimoine industriel, base Architecture-Mérimée, dossier de l’usine métallurgique de Baignes.


Index

Lieux : Baignes, Haute-Saône - Haute-Saône - Lure, Haute-Saône - Magny-Vernois, Haute-Saône - Moncley, Doubs - Vesoul, Haute-Saône

Notions : Ecole sociétaire - Maison rurale de Ry

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Tiquet, (Jean-) Pierre », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mars 2017 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1854 (consultée le 16 août 2017).

 . 

 . 

 .