remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : juin 2016

Lamquet (ou Alix-Lamquet), (Charles) Léon (Prosper Marie Alix)


Né le 30 novembre 1836 à Bruxelles (Belgique), décédé le 22 octobre 1898 à Paris, 20e arrondissement (Seine). Homme de lettres. Adjoint au maire de Montmartre de 1882 à 1893. Fondateur et membre de plusieurs associations. Membre de l’École sociétaire entre 1894 et 1898.


Léon Lamquet est le fils de Marie-Charlotte Alix, qui l’a abandonné ; il est adopté par André Charles Antoine Ambroise Lamquet, rentier vivant à Bruxelles. À une date indéterminée, il s’installe en France. En 1863, il se marie avec Odile Charlotte Horrenberger, artiste lyrique, puis professeur de chant ; il est alors qualifié « [d’]homme de lettres » et vit rue Rochechouart, dans le 9e arrondissement de Paris [1]. En octobre 1871, il obtient la nationalité française [2].

Son nom est régulièrement mentionné dans la presse à partir des années 1880, en raison de ses activités municipales et associatives. En 1882, il est en effet nommé adjoint au maire du 18e arrondissement, fonction qu’il occupe pendant plus de dix ans [3]. A ce poste, il est à l’origine d’un bureau de placement municipal pour les demandeurs d’emploi [4] ; il est également très actif dans le domaine scolaire et fait partie des administrateurs de la Caisse des écoles [5]. En 1891, il fonde avec le député Lavy et la municipalité du 18e siècle des « cercles d’adolescents », encore appelés « Amis de l’adolescence », qui accueillent, séparément, les garçons et les filles ayant terminé leur scolarité :

ces jeunes apprentis ont besoin de se reposer, de fraterniser le dimanche avec leurs camarades. Il s’agissait de leur donner l’occasion de satisfaire à ce besoin d’activité physique et morale, et c’est pourquoi nous venons de fonder deux cercles dans lesquels nos jeunes pupilles trouveront jeux, lectures, musique, tout ce qui pourra développer la force, l’intelligence et le sentiment [6].

Son action en faveur de l’enseignement lui vaut d’être officier de l’instruction publique.

Un homme d’associations

Lamquet s’investit beaucoup dans le champ associatif. Il est l’un des dirigeants de la Société de Protection des Animaux où, à la fin de sa vie, il occupe le poste de secrétaire perpétuel. Il fait de nombreuses conférences sur la protection des animaux, contre la vivisection [7], ou encore en faveur de la « conservation des insectivores au point de vue agricole, national et social » [8].

L’éducation populaire en faveur des adultes constitue un autre aspect de l’activité associative de Lamquet. Il est l’un des dirigeants de la Société républicaine des conférences populaires (il en est le vice-président en 1892 [9]) ; il est lui-même un des orateurs réguliers de cette association ainsi que de la Société populaire des Beaux-Arts [10]. Il prononce aussi des conférences en d’autres occasions, pour différentes associations ou lors de cérémonies publiques. Il intervient principalement sur des thèmes littéraires et historiques : Lamartine, Théophraste Renaudot et l’histoire du journalisme, l’histoire du quartier Montmartre… Il est d’ailleurs l’un des fondateurs de la Société d’histoire et d’archéologie du Vieux Montmartre ; il adhère en 1887 à la Société des amis des monuments parisiens [11].

Il est encore membre de la Société contre l’abus du tabac [12], société où l’on retrouve également le fouriériste Norbert Hache.

Enfin, bien qu’il n’ait lui-même aucune origine bretonne, il est le fondateur en 1892 du « Gui, société amicale et littéraire des Bretons de Montmartre et de Paris ». Cette association a « pour but de créer un lien patriotique entre les Bretons, humbles ou lettrés, peu aisés ou riches habitants de Paris ; de contribuer à fortifier les souvenirs de la race celtique et de la race gauloise, sang principal de la race française » ; elle organise chaque mois des réunions « consacrées à des récits, chansons, compositions, lectures, à des études sur les poètes et les grands hommes de la Bretagne » ; Lamquet en est le président honoraire [13]. De façon générale, il est partisan du développement des cultures régionales et se félicite « de voir la Bretagne commencer à se manifester, comme le fait depuis longtemps, et avec tant de bruit, le Félibrige. L’expression bretonne ne peut que rouvrir et vivifier les sources nationales, les rassembler, en faire un fleuve et les répandre avec le génie des ancêtres » [14]. Il écrit par ailleurs assez régulièrement dans le journal républicain L’Avenir du Morbihan dont il est le correspondant parisien [15].

Politique et fouriérisme

Sur le plan politique, Lamquet se situe du côté des radicaux. En 1888-1889, il s’oppose très nettement au boulangisme : il participe au financement de la campagne de Jacques, l’adversaire de Boulanger lors de l’élection législative partielle de janvier 1889 à Paris [16]. En 1893, il se présente aux élections législatives dans la première circonscription du 18e arrondissement de Paris. Il obtient le soutien des comités radicaux. Mais il est battu au second tour par le socialiste Marcel Sembat. Peu après, il démissionne de ses fonctions d’adjoint au maire [17].

Il n’apparaît dans la documentation fouriériste que dans les années 1890. En 1894, il figure parmi les membres du « groupe actif de l’Ecole » – aux côtés d’Etienne Barat, d’Alexandre Devé, de Jenny Fumet et de Virginie Griess-Traut – qui s’efforce de maintenir l’existence du mouvement sociétaire après la mort d’Hippolyte Destrem. Il soutient le projet de réalisation de la statue de Fourier et fait partie du comité chargé de suivre l’opération et d’examiner le travail du statuaire Emile Derré [18].

Son arrivée dans le mouvement sociétaire est à peu près contemporaine de celle d’Alexandre Devé, avec qui il partage plusieurs engagements associatifs. C’est lui qui, en janvier 1898, à l’occasion d’une manifestation organisée en mémoire de Devé, prononce un discours sur la tombe de son ami [19].

Lors de son décès, La Rénovation rend hommage au « phalanstérien convaincu », à « notre éclairé et zélé condisciple qui faisait partie du Comité, hélas ! si réduit à cette heure, qui se constitua il y a trois ans pour l’érection d’une statue à Charles Fourier » [20].

Le Matin souligne que ses obsèques se sont déroulées « au milieu d’une affluence considérable de notabilités littéraires, artistiques et politiques. Une magnifique couronne traversée de palmes d’or avait été envoyée par la société protectrice des animaux ». Des discours sont prononcés par le président de la SPA, le maire du 18e arrondissement et le président de la société « Le Gui » [21]. Sa participation aux activités phalanstériennes n’est pas mentionnée par les quotidiens parisiens.

Au début du XXe siècle, un prix Léon Lamquet est créé et décerné par la SPA [22].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : juin 2016

Notes

[1Archives de Paris, état civil du 18e arrondissement, acte de mariage du 19 décembre 1863.

[2Décret du président de la République, 11 octobre 1871, Bulletin des lois de la République française – Partie supplémentaire, n°134, septembre 1872, p. 961.

[3Décret du 5 septembre 1882, Recueil des actes administratifs du département de la Seine, 1882, n°18, p. 872.

[4La Justice, 23 juillet 1888. On fête alors le premier anniversaire de ce bureau créé le 15 juillet 1887.

[5Louis Lucipia, La Caisse des écoles de Montmartre : histoire, organisation, fonctionnement, Paris, Imp. de la Société de typographie, 1889, 202 p., avec une introduction de Léon Lamquet.

[6La Lanterne, 14 avril 1891.

[7Gil Blas, 25 septembre 1883 ; parmi les autres orateurs de la soirée, figure Maria Deraismes.

[8Émile Oustalet, La Protection des oiseaux, Paris, Jouvet, 1893, p.116. L’auteur signale des conférences de Lamquet à Auxerre sur ce thème.

[9La Justice, 9 décembre 1892.

[10Le Figaro, 11 mai 1898.

[11Fiche de Lamquet sur le site du Comité des Travaux historiques et scientifiques.

[12Journal de la Société contre l’abus du tabac, 1898, p. 300, annonce du décès de Lamquet.

[13Annuaire de Bretagne historique, littéraire et scientifique pour l’année 1897, par René Kerviler et Paul Sébillot, Rennes, J. Plihon et L. Hervé, 1897, p. 306-307.

[14La Justice, 18 août 1898, extrait d’un article de Lamquet paru dans L’Avenir du Morbihan.

[15Le Radical, 8 février 1895.

[16La Justice, 24 janvier 1889.

[17Décret du 14 décembre 1893 qui nomme Patureau adjoint, en remplacement de Lamquet, démissionnaire, Recueil des actes administratifs du département de la Seine, décembre 1893, n°12, p. 355.

[18La Rénovation, n°94, 31 décembre 1897 ; L’Association ouvrière, n°59, mars 1898.

[19La Rénovation, n°96, février 1898, « Anniversaire d’Alexandre Devé ».

[20La Rénovation, n°106, 31 décembre 1898.

[21Le Matin, 26 octobre 1898.

[22Le Gaulois, 1er juin 1903.


Ressources

Œuvres :
Collaboration à différents journaux, dont L’Avenir du Morbihan.

Sources :
Archives de Paris, état civil du 9e arrondissement, acte de mariage du 19 décembre 1863 (en ligne sur le site des Archives de Paris, vue 17/31).
Archives de Paris, état civil du 20e arrondissement, acte de décès du 23 octobre 1898 (en ligne sur le site des Archives de Paris, vue 18).
Bulletin des lois de la République française – Partie supplémentaire, n°134, septembre 1872.
Recueil des actes administratifs du département de la Seine, 1882, n°18 ; 1893, n°12 (en ligne sur Gallica).
Louis Lucipia, La Caisse des écoles de Montmartre : histoire, organisation, fonctionnement, Paris, Imp. de la Société de typographie, 1889, 202 p. (avec une introduction de Léon Lamquet) (en ligne sur Gallica).
Émile Oustalet, La Protection des oiseaux, Paris, Jouvet, 1893, 117 p. (en ligne sur Gallica).
Annuaire de Bretagne historique, littéraire et scientifique pour l’année 1897, par René Kerviler et Paul Sébillot, Rennes, J. Plihon et L. Hervé, 1897.
Journal de la Société contre l’abus du tabac, 1898, p. 300 (en ligne sur Gallica).
La Rénovation, n°94, 31 décembre 1897 ; n°96, février 1898 ; n°106, 31 décembre 1898.
Le Figaro, 11 mai 1898 (en ligne sur Gallica).
Le Gaulois, 1er juin 1903 (en ligne sur Gallica).
Gil Blas, 25 septembre 1883 (en ligne sur Gallica).
La Justice, 23 juillet 1888, 24 janvier 1889, 9 décembre 1892, 18 août 1898 (en ligne sur Gallica).
La Lanterne, 14 avril 1891 (en ligne sur Gallica).
Le Matin, 26 octobre 1898 (en ligne sur Gallica).
Le Radical, 8 février 1895, 28 avril 1896 (en ligne sur Gallica).

Sitographie :
Comité des travaux historiques et scientifiques, fiche de Lamquet.


Index

Lieux : Paris, Seine

Notions : Animal - Association - Association agricole - Election - Statue - Vivisection

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Lamquet (ou Alix-Lamquet), (Charles) Léon (Prosper Marie Alix) », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en juin 2016 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1741 (consultée le 18 juin 2017).

 . 

 . 

 .