remonter 
Bernard Desmars  |  mise en ligne : mai 2016

Pierlot, François Louis Joseph


Né le 2 mars 1818, à Saint-Marcel (alors en Moselle, aujourd’hui en Meurthe-et-Moselle). Décédé le 18 mars 1860 à Jouaville (alors en Moselle, aujourd’hui en Meurthe-et-Moselle). Médecin. Participe au projet d’une Maison d’enfants à Naintré (commune de Saint-Benoît, Vienne). Actionnaire de l’Union agricole d’Afrique.


François Louis Joseph Pierlot est le fils d’un cultivateur. Il fait de brèves études de médecine qui lui permettent de devenir officier de santé. Il se marie en 1845 avec Marie-Anne Davillé, originaire de la même commune et fille d’un rentier.

La même année, il participe avec François Xavier Gauvain et Adolphe Jouanne à l’acquisition d’une propriété située à Naintré, sur la commune de Saint-Benoît, près de Poitiers (Vienne) [1]. Il s’agit d’y établir une Maison rurale industrielle d’asile et d’apprentissage. Lors du transfert de propriété, il est toujours domicilié à Jouaville (Moselle). Il est peu probable qu’il se soit effectivement installé à Naintré. La Maison rurale n’a qu’une existence très éphémère, quelques mois seulement, la société étant dissoute en février 1847 [2].

Pierlot prend des actions de l’Union agricole d’Afrique, une société fondée par des fouriéristes lyonnais afin d’exploiter une concession agricole à Saint-Denis-du-Sig, près d’Oran, en mettant en pratique le travail associé [3]. En 1859, il adresse une lettre au Bulletin du mouvement sociétaire, une publication destinée à maintenir les relations entre les fouriéristes, alors que l’École sociétaire est divisée et très affaiblie, après notamment l’échec de Réunion, au Texas.

Il ne faut pas se le dissimuler, à la suite des insuccès de l’Ecole sociétaire, un profond découragement a gagné beaucoup de ses partisans. Apporter quelques consolations à ces âmes attristées, relever les courages abattus, tel paraît être le premier objet que doivent se proposer ceux d’entre eux que les déceptions n’ont point pris au dépourvu. Et quel meilleur moyen de relever les courages et d’apporter quelques consolations dans les cœurs si ce n’est de leur faire entrevoir une prochaine réussite, pourvu que l’on se place dans des conditions autres que celles dans lesquelles on a opéré par le passé [4].

Il souligne également l’intérêt des mutuelles, sur lesquelles un essai sociétaire peut s’appuyer. Sans doute pense-t-il à son ami Adolphe Jouanne, qui a fondé une mutuelle regroupant des habitants de plusieurs communes autour de Ry, et qui assigne à cette mutuelle des fonctions (éducation, organisation des loisirs) bien plus étendues que celles que remplissent habituellement ces associations. Pierlot apparaît sur une liste de souscripteurs de la Maison rurale de Ry, pourtant fondée bien après sa mort. Probablement Jouanne a-t-il affecté à son établissement, construit à la fin des années 1860 et dans les années 1870, un don fait antérieurement par Pierlot [5].


Bernard Desmars

Dernière mise à jour de cette fiche : mai 2016

Notes

[1Archives départementales de la Vienne, 4 Q 6955 et 6958, transcription le 31 mai et le 4 novembre 1845 d’actes de mutation concernant la propriété de l’Hermitage et une parcelle de terre.

[2Archives départementales de la Vienne, 4 Q 6969, transcription le 2 décembre 1847 d’un acte concernant la vente des biens de la Maison rurale, le 26 mai et le 4 juillet 1847.

[3Bulletin de l’Union agricole du Sig, n°11-12, juillet-août 1850.

[4Bulletin du mouvement sociétaire, n°16, janvier 1859, « Correspondance ».

[5École sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure), janvier-février 1871, liste des souscriptions au 31 décembre 1870.


Ressources

Sources :
Archives départementales de la Meurthe-et-Moselle, état civil de Saint-Marcel, acte de naissance du 3 mars 1818 (en ligne sur le site des Archives départementales de la Meurthe-et-Moselle, vue 187/559).
Archives départementales de la Meurthe-et-Moselle, acte de mariage du 26 mars 1845 (en ligne sur le site des Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, vue 556/641).
Archives départementales de la Meurthe-et-Moselle, acte de décès du 19 mars 1860 (en ligne sur le site des Archives départementales de la Meurthe-et-Moselle, vue 87/324).
Archives départementales de la Vienne, 4 Q 6955, 4 Q 6958 et 4 Q 6969, transcription d’actes de mutation concernant la Maison rurale industrielle d’asile et d’apprentissage de Naintré, 1845 et 1847.
Bulletin de l’Union agricole du Sig, n°11-12, juillet-août 1850.
Bulletin du mouvement sociétaire, n°16, janvier 1859, « Correspondance ».
École sociétaire – Maison rurale d’enfants à Ry (Seine-Inférieure, janvier-février 1871, liste des souscriptions au 31 décembre 1870.

Bibliographie :
Nathalie Brémand, Les Socialismes et l’enfance. Expérimentation et utopie, 1830-1870, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, 365 p.


Index

Lieux : Jouaville, alors en Moselle, aujourd’hui en Meurthe-et-Moselle - Naintré (commune de Saint-Benoît, Vienne)

Notions : Essai sociétaire - Maison rurale de Ry - Mutualisme - Union agricole d’Afrique

Pour citer cette notice

DESMARS Bernard, « Pierlot, François Louis Joseph », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en mai 2016 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1736 (consultée le 18 juillet 2017).

 . 

 . 

 .