Association
remonter 

mise en ligne : mai 2016

Compte rendu de l’AG de Villeurbanne, 16 avril 2016






COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’ASSOCIATION D’ETUDES FOURIERISTES

VILLEURBANNE, le 16 avril 2016

La présidente, Chantal Guillaume, ouvre l’AG à 11 heures en souhaitant la bienvenue aux membres de l’association. Elle remercie surtout Christine Vaisse qui ouvre les portes de ce lieu d’art et de création qu’est L’URDLA et qui a rendu possible une présentation de ce centre de la lithographie après l’assemblée générale.
La présidente donne le programme de la journée : après l’assemblée générale, déjeuner, puis courte présentation du projet – déjà bien avancé – du Cahier Fourier n°27, qui sera consacré à Fourier, à Simone Debout, à André Breton et au surréalisme. Une visite de l’URDLA suivra.
Ordre du jour : rapport moral de la Présidente et rapport d’activités ; rapport financier du trésorier ; questions diverses.

RAPPORT MORAL par Chantal Guillaume

Le rapport est court en raison de la nécessité de discuter en assemblée générale de certains points, et surtout de la situation financière qui méritera grande attention.
Une partie du Conseil d’administration (N. Brémand, T. Bouchet, B. Desmars, O. Duizabo, M. Guet, C. Guillaume, P. Samzun, C. Roche) s’est réunie le 12 décembre, accueillie avec beaucoup d’amabilité et de convivialité chez Philippe et Danielle Duizabo à Paris. Un certain nombre de questions ont été discutées qui ont besoin d’être validées en assemblée générale. L’intérêt de cette réunion est de pouvoir faire le point au moment de la sortie des Cahiers (Thomas Bouchet a apporté avec lui le n°26). L’assemblée générale d’aujourd’hui a été évoquée avec Christine Vaisse, un point a été fait sur l’état d’avancement du Cahier 27. Paris est un bon compromis pour tout le monde. Il est très utile d’essayer de continuer à se voir à mi-temps des assemblées générales.
Les Cahiers : Fin décembre 2015 publication du n°26 des Cahiers Charles Fourier, un numéro riche et intéressant. Nathalie Brémand rappelle au CA que les notes de lecture doivent garder une taille modeste pour respecter la règle du genre. La couverture et la mise en page sont réalisées par Géraldine Minet et tout le monde s’accorde pour reconnaitre la qualité de son travail. Mais les coûts ont augmenté. À noter cette nouvelle rubrique « Chantiers » avec un article de Patrick Samzun sur l’anarchisme passionnel transatlantique. Il s’agit de contribuer à la recherche autour d’un fouriérisme élargi dans tous ses états. Le CA propose de renouveler le comité de rédaction. Il est proposé de faire entrer Florent Perrier qui fait depuis plusieurs années un travail remarquable pour les Cahiers. L’assemblée générale approuve. Il est proposé d’établir un comité d’honneur pour les membres du comité qui sont reconnus pour leur qualité intellectuelle et morale. L’assemblée générale propose aussi que le CA établisse d’un règlement intérieur qui fixerait les modalités de participation à l’association et au comité de rédaction.
Le site charlesfourier.fr : il est un moyen privilégié de faire connaître les activités de l’AEF, de susciter de nouvelles adhésions et de vendre des anciens cahiers. Le site, c’est aussi le Dictionnaire biographique du fouriérisme. Olivier Duizabo a proposé en réunion de CA de mettre des anciens Cahiers en ligne et d’améliorer la visibilité des rubriques et surtout celle du Dictionnaire biographique. Pierre Merklé présent à cette assemblée nous informe qu’il n’a pas de temps disponible pour mettre en ligne les anciens Cahiers. Il semble que nous ayons besoin de main-d’œuvre pour traiter certains problèmes. L’adhésion à Revue.org fait aussi partie de ces tâches à finaliser. Il faudra aussi réfléchir sur la barrière mobile (le délai à adopter pour mettre en ligne les anciens numéros). On pourrait faire réaliser ce travail par Géraldine Minet mais cela constituerait un coût supplémentaire que l’état financier ne permet pas d’envisager. La question reste ouverte. Des membres du CA invitent à une réunion sur deux jours cet automne qui permettrait un travail collectif pour réaliser ces missions autour du site avec efficacité.
Les publications : l’association se félicite d’avoir en son sein des adhérents actifs dans la recherche autour du fouriérisme. Cette année on peut saluer la sortie d’une anthologie de textes de Joseph Déjacque présentée par Thomas Bouchet. A noter aussi la sortie en 2016 des Mélanges Schérer.
Presses du réel : Les Presses du réel, pour faciliter la mise en pages des Cahiers, rappellent qu’il faut respecter des règles typographiques. Ces consignes doivent être données aux auteurs d’articles. Nous devons être les relais pour les faire appliquer. Ces règles constituent « le chemin de faire ». Thomas Bouchet propose de le mettre en ligne après concertation pour que les auteurs s’y conforment. Les Presses du réel proposent aussi de faire imprimer le Cahier en Lituanie. Tous les membres du CA sont réticents à cette délocalisation, même pour économiser 150 euros. L’imprimerie dijonnaise des Cahiers est une coopérative dont le travail est tout à fait satisfaisant. L’assemblée générale approuve.
L’assemblée vote le rapport moral à 19 voix et 17 pouvoirs. La présidente ne prend pas part au vote.

RAPPORT FINANCIER par Michel Guet

Trésorerie au 1er janvier 2015 : 2528,56 euros (3707,98 euros au 1er janvier 1014)
Recettes de l’exercice : 2603,01 euros (2257,64 euros pour 2014)
Dépenses de l’exercice : 3517,53 euros (3431,06 euros pour 2014)
Solde au 31 décembre 2015 à reporter : 1614,04 euros (2528,56 euros au 31 décembre 2014)

Commentaires
Il convient aujourd’hui de tirer la sonnette d’alarme : les recettes ne cessent de chuter tandis que les dépenses augmentent.
Recettes : 2012 = 4486 € en trésorerie au 31 décembre ; 2013 = 3701 € (moins 785 €) ; 2014 = 2528 € (moins 1173 €) ; 2015 = 1614 € (moins 914 €)
Dépenses : les frais d’impression sont très variables selon le nombre de pages et d’illustrations, mais augmentent régulièrement, il faut compter pour un numéro « standard » environ 1300 € aujourd’hui ; les frais de maquette sont passés de 300 € (2012) à 500 € (2015) ; les frais d’expédition sont passés de 372 € (2012) à 490 € (2015)

Il faut tabler pour un numéro sur : 1300 € d’impression + 500 € maquette + 490 € d’envois. Soit 2290 € ; c’est le montant à ce jour de notre trésorerie, ce qui veut dire que nous pouvons tout juste assurer le numéro 27 à paraître en décembre 2016...
Face à cette situation, nous avons une faible marge de manœuvre. Réduire nos dépenses pourrait être de ne plus prendre en charge le repas annuel, ou bien la boisson comme nous le faisions autrefois, mais c’est peu, nous le ferons cette année, mais cela ne suffira pas. Il faut donc insister sur les recettes.
Ce rapport financier suscite une discussion. Comment remédier à la baisse de recettes ? Comment obtenir des aides pour poursuivre la publication des Cahiers ? Michel Antony propose de demander des subventions à des structures publiques : région, commune, CNL, CRL… Des courriers seront rédigés en ce sens. Il précise que pour la prochaine assemblée générale, il a sollicité des institutions publiques qui ont répondu favorablement. Il ajoute qu’il convient de faire un effort pour se faire connaître au niveau local (presse, manifestations diverses…) Certains membres font remarquer qu’il ne faut pour autant pas perdre son indépendance. Mais elle ne semble pas pouvoir être remise en question par ce type d’aides publiques.
Les Presses du réel proposent toujours d’être l’éditeur des Cahiers. Reste une certaine réticence là aussi, garder la bonne distance par rapport à cet éditeur, sans s’interdire de demander aux Presses du réel les conditions pour éditer les Cahiers. Le trésorier précise que le n° 27 sera pris en charge par les fonds de l’AEF mais qu’il faut anticiper les problèmes pour poursuivre cette aventure éditoriale. Il reste toujours cette possibilité que les membres de l’association ne retiennent pas : basculer dans le numérique. La revue numérique serait davantage consultée mais faut-il se résigner à abandonner le papier ? Tous répondent négativement mais chacun est conscient que la lecture numérique pourrait être favorisée en mettant en ligne plus rapidement les Cahiers. Cette initiative contribuerait à élargir la diffusion.
L’assemblée discute les propositions du trésorier : augmenter la cotisation, le prix du Cahier….. L’assemblée vote pour une cotisation à 25 euros (17 voix pour et 13 voix pour une cotisation à 30 euros). La cotisation des membres bienfaiteurs : 50 euros et plus ! Cotisation étudiants : 15 euros. La collection complète des Cahiers vaudra désormais 180 euros sans les frais de port. Le n° des Cahiers après discussion reste fixé à 15 euros pour une diffusion aussi large que possible.
L’assemblée vote le rapport financier à 19 voix et 17 pouvoirs. Le trésorier s’abstient.

QUESTIONS DIVERSES

Cahier 27 : Gérard Roche et Florent Perrier sont chargés de le coordonner ; il est consacré à Fourier et au surréalisme sous l’angle philosophique, politique, esthétique avec un hommage à Simone Debout. Ce numéro est prévu en décembre 2016. Florent Perrier et Gérard Roche ont présenté un état d’avancement de ce Cahier qui promet d’être passionnant et constituera un n° de référence. Il doit pouvoir être diffusé dans un cercle élargi. Les membres présents se mobilisent pour donner un large écho à ce numéro qui va intéresser un lectorat plus conséquent du fait de sa thématique.
Cahier 28 : à propos du fouriérisme russe. Michel Antony a fait un travail préparatoire mais informe l’assemblée de la difficulté de mener cette entreprise à terme, c’est-à-dire réaliser un numéro sur Fourier et la Russie. Il propose de faire un n° varia tout en consacrant quelques articles au fouriérisme russe. Le coordinateur serait Eric Aunoble, historien spécialiste de la Russie.
Les thèmes des prochains Cahiers : L’argent : proposition d’Edouard Castleton en 2018 ? Louis Ucciani informe de la parution d’un dictionnaire d’écologie publié sous la direction de Dominique Bourg. Louis Ucciani est l’auteur de l’article Fourier et l’écologie. Il propose de consacrer en 2019 un numéro des Cahiers à la conception de la nature chez Fourier. Ces propositions faites en 2015 restent d’actualité.
Assemblée générale 2017 : Le 8 avril et le 9 avril 2017, l’assemblée se déroulera en Haute-Saône à Lure/Luxeuil. Michel Antony précise qu’il existe une ligne ferroviaire Paris-Bâle. Il a bâti un projet avec des demandes de subvention auprès des collectivités locales pour alléger les fais d’hébergement (3000 euros). La ville de Lure soutient cette initiative. Elle mettrait à la disposition de l’association un minibus pour visiter quelques lieux emblématiques de la région.
Pour donner de la visibilité à l’association fouriériste, l’AG se déroulerait rapidement et ensuite l’idée serait d’ouvrir la réunion au public avec deux conférences (le socialisme utopiste par Michel Antony et l’émigration fouriériste au Mexique par Pierre-Luc Abramson). Un repas fouriériste pourrait clore cette assemblée.
Prochaines assemblées générales : Philippe et Danielle Duizabo proposent de faire une nouvelle fois une assemblée générale à Condé-sur-Vesgre. Nous nous souvenons d’un beau moment passé à la Colonie, il y a déjà quelques années !
Rencontre/conférence : la colonie de Condé accueillera une journée d’études consacrée au fouriérisme et à l’architecture le 21 mai 2016. Des membres adhérents animeront ces conférences. Voir le programme détaillé sur le site.
Maison Coignet : l’association a reçu un courrier de l’association qui gère la réhabilitation de la maison Coignet. Celui-ci est l’inventeur du béton armé, chef d’entreprise à l’esprit fouriériste. Bernard Desmars est en contact avec cette association. Dans le prochain Cahier il sera rendu compte compte de cette initiative qui préserve le patrimoine bâti et le patrimoine intellectuel.
Fonction de Présidente
L’année dernière Chantal Guillaume a souhaité donner se place de Présidente, faute de temps pour s’y consacrer. À noter : un certain nombre de membres de l’association et surtout du CA l’ont soulagée dans sa tâche. Elle renouvelle cependant sa demande et sa proposition d’une présidence tournante.
Décès : celui de Colette Cosnier ; celui Françoise Commissaire (Chantal Guillaume se souvient d’elle dans de nombreuses assemblées générales, Saint Claude, Lyon, Arcachon. Elle avait souhaité être à Villeurbanne. Des pensées pour elle).
Le conseil d’administration et le bureau restent composés des mêmes membres (voir le site, rubrique « Association »)
Bureau : Présidente : Chantal Guillaume. Vice-président : Olivier Duizabo. Secrétaire : Nathalie Brémand. Secrétaire adjoint : Pierre Mercklé, Trésorier : Michel Guet. Trésorier adjoint : Bernard Desmars.

L’ordre du jour étant épuisé, l’AG est levée à 12 heures 55.





Pour citer ce document

« Compte rendu de l’AG de Villeurbanne, 16 avril 2016  » , charlesfourier.fr , rubrique « Assemblées générales (et CA) » , mai 2016, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1728 (consulté le 3 avril 2017).



 . 

 . 

 .