remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : juin 2015

Ardillon ou Ardillion, André-Georges


Mécanicien puis fabricant d’ustensiles de ménage à Paris. Associé fondateur de la société de la Colonie agricole et manufacturière de Condé-sur-Vesgre en 1846. Lieutenant des ateliers nationaux et membre du bureau de la Société des corporations réunies en 1848. Inventeur.


En avril-mai 1846, Ardillon est signalé comme « travailleur de l’École sociétaire » [1] par La Correspondance des disciples de la science sociale. Mécanicien installé 3 rue des Coutures-Saint-Gervais à Paris, il est fabricant de modèles pour les inventeurs, lui-même inventeur et fabricant « d’un nouveau gril avec lequel on est complètement débarrassé de la fumée des côtelettes » déclare la revue. Il est probablement le fabricant de « grils et chaufferettes genres nouveaux, petits appareils à rôtir, résumant tous les avantages possibles, modicité de prix, cuisson excellente et point d’odeur désagréable » [2], Ardillon ou Ardillion établi 24 rue Tournelles près de la Bastille, signalé pour la première fois (au moins à ce titre) dans L’Annuaire général du commerce pour l’année 1850. On le retrouve au cours des années suivantes 11 rue Lions-Saint-Paul [3]. André-Georges Ardillion dépose plusieurs demandes de brevets de ses inventions à la Préfecture du département de la Seine : en 1852, pour un « gril ascendant à foyer central intérieur ou extérieur, avec perfectionnement » [4], en 1854, pour « un caloripède universel dont le chauffage est hydraulique ou pyrotechnique à volonté » [5], en 1859, pour un « charbonnier portatif, système distributeur » [6].

Le 18 avril 1847, il intervient lors du « banquet des ouvriers phalanstériens » [7] organisé au restaurant Taforel à La Chapelle-Saint-Denis et destiné à célébrer l’anniversaire de la naissance de Fourier. Il y dit ou lit une poésie « Dieu nous a tous créés phalanstériens ».
Il est l’un des associés fondateurs de la société de la Colonie agricole et manufacturière de Condé-sur-Vesgre, société Baudet-Dulary, Lenoir, Boissy et Cie qui propose de fonder des établissements intermédiaires garantistes sur le site du premier essai sociétaire en vue de démontrer la pertinence de la théorie sociétaire. La société est constituée par acte notarié du 28 avril 1846, modifié lors d’une assemblée générale du 29 mars 1849. Elle « se propose d’établir d’abord une fabrique de petite ébénisterie et de cartonnage, dont les ateliers fonctionnent déjà à Paris, et qui ont leur clientèle assurée » [8]. L’établissement de cartonnage est installé non loin du moulin de La Chesnaie, mais l’activité ne perdure pas au-delà de mars 1850 ; le bâtiment est loué pour établir le Ménage sociétaire.

Ardillon est probablement ce « lieutenant » des ateliers nationaux qui en juin 1848, comme Bacon également associé de la colonie de Condé, est membre du bureau de la « Société des corporations réunies » [9] présidée par Pierre Vinçard. L’objet de la société est « l’abolition de l’exploitation de l’homme par l’homme, par l’association immédiate des producteurs, par la création d’ateliers d’ouvriers associés »[[Le Journal des travailleurs, n° 3, 11 au 15 juin 1848.]]. Le bureau de la société signe un appel « à tous les travailleurs » enjoignant les ouvriers à ne pas apporter leurs « voix […] et appuis à des voix anarchiques », à ne pas « prêter [leurs] bras et [leurs] cœurs pour encourager les partisans du trône […] brûlé ». Les signataires appellent au calme et à ne revendiquer qu’un seul titre, celui de citoyen ; « nul ne doit essayer de lutter contre le véritable souverain : le peuple » [10].


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : juin 2015

Notes

[1La Correspondance des disciples de la science sociale, avril-mai 1846, n° 7, p. 4.

[2Annuaire général du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou Almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Paris, Firmin Didot, 1850, p. 87, p. 511, p. 854.

[3Catalogue des brevets d’invention d’importation et de perfectionnement pris du 1er janvier au 31 décembre 1852, Paris, imprimerie et librairie Ve Bouchard-Huzard, 1853, p. 171.

[4Institut national de la propriété intellectuelle, base Brevets du 19e siècle, 1BB14120, brevet pour un gril ascendant à foyer central intérieur ou extérieur, avec perfectionnement, 1852.

[5Institut national de la propriété intellectuelle, base Brevets du 19e siècle, 1BB20676, brevet pour un caloripède universel, 1854.

[6Bulletin des lois de l’Empire français, XIe série, 2e semestre de 1860 […], partie principale, tome XVI, Paris, Imprimerie impériale, 1861, p. 412 (Bulletin n° 836, Paris, 13 août 1860).

[7« Banquet des ouvriers phalanstériens », La Démocratie pacifique, 25 avril 1847, pp. 3-4.

[8Acte de société de la colonie agricole et manufacturière de Condé-sur-Vesgre, [1846], p. 6.

[9L’Organisation du travail, n° 12, 14 juin 1848.

[10L’Organisation du travail, n° 12, 14 juin 1848.


Ressources

Sources

La Correspondance des disciples de la science sociale, avril-mai 1846, n° 7, p. 4.
« Banquet des ouvriers phalanstériens », La Démocratie pacifique, 25 avril 1847, pp. 3-4.
Acte de société de la colonie agricole et manufacturière de Condé-sur-Vesgre, Saint-Germain-en-Laye, imprimerie de Beau [1846 ou 1848 ?] (en ligne sur Google livres).
L’Organisation du travail, n° 12, 14 juin 1848, in Les Révolutions du XIXe siècle. 1848, la révolution démocratique et sociale. Tome 8, Paris, Edhis (en ligne sur Gallica, vue 132).
Le Journal des travailleurs, n° 3, 11 au 15 juin 1848, in Les Révolutions du XIXe siècle. 1848, la révolution démocratique et sociale, Tome 8, Paris, Edhis (en ligne sur Gallica, vues 179-180).
Annuaire général du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou Almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, 1851, Paris, Firmin Didot, 1850, p. 87, p. 511, p. 854 (en ligne sur Gallica).
Catalogue des brevets d’invention d’importation et de perfectionnement pris du 1erjanvier au 31 décembre 1852, Paris, imprimerie et librairie Ve Bouchard-Huzard, 1853, p. 171 (en ligne sur Gallica).
Annuaire général du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou Almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, 1856, Paris, Firmin Didot (1855), p. 87 et p. 1086 (en ligne sur Gallica).
Bulletin des lois de l’Empire français, XIe série, 2e semestre de 1860 […], partie principale, tome XVI, Paris, Imprimerie impériale, 1861, p. 412 (Bulletin n° 836, Paris, 13 août 1860) (en ligne sur Google livres).
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers (Didot-Bottin), Paris, Firmin Didot, 1864, p. 101, p. 1135, p. 1142 (en ligne sur Gallica).
Institut national de la propriété intellectuelle, base Brevets du 19e siècle, 1BB14120, brevet pour « un gril ascendant à foyer central intérieur ou extérieur, avec perfectionnement », 1852 ; 1BB20676, brevet pour « un caloripède universel », 1854 (en ligne sur le site de l’INPI).

Bibliographie

« Ardillon », Le Maitron, Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social (en ligne sur Le Maitron).
« Vinçard, Pierre, Denis », Le Maitron, Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social (en ligne sur Le Maitron).
Jules Duval, « Le Ménage sociétaire de Condé-sur-Vesgre (canton de Houdan, Seine-et-Oise) », Annuaire de l’Association pour 1868, pp. 141-168 (en ligne sur Hathitrust).


Index

Lieux : Condé-sur-Vesgre, Seine-et-Oise, aujourd’hui Yvelines - Paris, Seine

Notions : Anniversaire - Ateliers nationaux - Banquets - Garantisme - Invention - Réalisateurs

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Ardillon ou Ardillion, André-Georges », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en juin 2015 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1616 (consultée le 9 août 2017).

 . 

 . 

 .