retour au sommaire

COLLET Michel : Archives dissipées : la papillonnne

Coffret présentant la prestation de 12 artistes ou intervenants à partir de la notion fouriérienne. Edition limitée à 14 exemplaires, dont deux seulement tourneront.


Louis Ucciani  |  1997 / n° 8 |  décembre 1997



Index

Personnes : Collet, Michel

Pour citer ce document

UCCIANI Louis , « COLLET Michel : Archives dissipées : la papillonnne  », Cahiers Charles Fourier , 1997 / n° 8 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article154 (consulté le 23 juillet 2017).

Texte intégral

Michel Collet part de ce que Fourier est devenu la chose des historiens et à un degré moindre des philosophes. Le champ de l’esthétique des avant-gardes, pour qui il demeure une figure mythique, lointaine et peu utilisée, est comme fermé à sa lecture. Tout au plus, loin après l’acte fondateur de Breton, voyons-nous Fillioux s’y référer. Or selon Michel Collet, le texte de Fourier a beaucoup à nous apporter en ce domaine : « ce qui frappe tout d’abord ce sont les arborescences qui structurent cette pensée qui a beaucoup à nous dire de par son architecture. Quand je lis Fourier, je suis envahi par ce qui serait de l’ordre du trop-plein, à l’aspect de fourmillement et la constante de l’inscription dans le social et la sexualité ». En prolongeant son propos Michel Collet remarque combien dans ce fourmillement dû à la co-présence de beaucoup de choses, ne cesse cependant d’émerger du sens. Nous retrouverions ainsi ce qui est devenu une des bases de la compréhension contemporaine de la pensée, « le silence peut naître du bruit, du chaos », rappelle Collet. Grand connaisseur des tendances actuelles, il remarque qu’« aujourd’hui la pensée est en interrogation sur ses modèles » et que Fourier « instigateur d’un système complexe peut servir de modèle à ces questionnements ».

Quant à la réponse des artistes sollicités, si elle se présente souvent « sous un aspect qui peut être anecdotique, explicable par l’espace réduit qui leur est offert » elle laisse cependant poindre « une présence forte. » Le coffret présenté illustre combien « la co-présence produit ses effets » et combien se dessine dans ces effets-là, « un multiple insaisissable ».

La réalisation qui s’inscrit dans un projet plus vaste dénommé "archives dissipées" apporte une réponse à la prolifération des blocs compacts d’archives et autres banques de données, cela part de cette tendance de certains écrivains à disperser leurs propres écrits et manuscrits. Quant à la dissipation elle s’origine dans le rire de Han shan arrivant dans sa montagne, un plaisir, une bonne rigolade.


Louis Ucciani

Louis Ucciani

Louis Ucciani enseigne la philosophie à l’Université de Franche-Comté. Il collabore depuis leur création aux Cahiers Charles Fourier. Ses axes de recherche récents interrogent la genèse et la structure de l’art contemporain. Il a notamment publié Charles Fourier ou la peur de la raison (Paris, Kimé, 2000) ou encore de Saint-Augustin ou le livre du Moi (1998). Dernier ouvrage paru : Le geste du peintre (2003).


Les autres articles de Louis Ucciani





 . 

 . 

 .