retour au sommaire

LABRUCE Bruce : Gerontophilia (2014)

Canada, 2013, sortie en France le 26 mars 2014


Patrick Samzun  |  2014 / n° 25 |  janvier 2015



Index

Notions : Homosexualité - Sexualité - Vieillesse

Personnes : LaBruce, Bruce

Pour citer ce document

SAMZUN Patrick , « LABRUCE Bruce : Gerontophilia (2014)  », Cahiers Charles Fourier , 2014 / n° 25 , en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1525 (consulté le 16 septembre 2017).

Texte intégral

L’art délicat de la subversion – Le film Gerontophilia ajoute quelques tableaux canadiens aux scénographies d’Harmonie. Montréal remplace Gnide, cité aphrodisiaque où Fourier situait la « séance de rédemption [1] » des captifs amoureux. Et Ganassa, « superbe faquiresse de Malabar », devient Lake, joli fakir de 18 ans. Lake est en effet le héros – ou le « saint » – de ce film. Il vit à Montréal avec une mère nymphomane, Marie, inversion burlesque de la Vierge. Lake figure un nouveau Christ aux vertus philanthropiques très spéciales : attiré par les vieillards, il les assiste sexuellement. Le film s’ouvre ainsi sur une séance de bouche à bouche érotique et comique au cours de laquelle Lake sauve un vieillard de la noyade tout en ressentant une érection inopinée. Comme Fourier découvrit par « hasard » (Le Nouveau Monde amoureux, p. 389) « son goût ou manie du saphiénisme » (ibid.), Lake découvre dans le feu de l’action sa « manie » gérontophile, tout penaud d’être pris en flagrant délit d’érection, c’est-à-dire d’attraction, par les autres nageurs ébahis. Tout le film consiste à transformer cet ébahissement en admiration et la honte de Lake en affirmation de soi. Celui-ci est en effet embauché dans une maison de retraite, malicieusement baptisée « Coup de cœur », où il tombe amoureux de M. Peabody, un vieillard esseulé de 82 ans. C’est un peu une résurgence gay et black du Philostrate de Fourier (Le Nouveau Monde amoureux, p. 160). Tous les deux vont fuguer et vivre un road-movie tragi-comique qui doit les emmener vers la Côte Ouest : Peabody veut y tirer un ultime plan sur la comète, et prétendre encore à la liberté sexuelle à son âge vénérable. C’est que Lake fait office de vénérateur hédonique : son sourire et sa tendresse sexuée aimantent le regard malicieux du vieillard, qui s’offre à lui sans perversion ni scandale, dans le prolongement suave et souriant d’une amitié de chambrée.

Très finement, le film s’attarde plus sur le filage doux, ludique et presque enfantin de cette amitié que sur les regards soupçonneux des collègues de travail de Lake. Ce n’est pas l’affrontement des jugements qui intéresse Bruce LaBruce mais la création d’actes sexuels subversifs. Tel est précisément le sens fouriériste que l’on peut donner à la « sainteté » de Lake. C’est en effet le titre – parodique et libéral, comme chez Fourier – que lui décerne son amie Désirée, une révolutionnaire féministe radicale, haute en paroles, mais pas en actes, qui découvre en Lake la subversion sexuelle en actes, à la fois doux, souriants et généreux.

Si Lake refuse dans un premier temps ce titre de saint, c’est qu’il a sans doute en tête la définition ascétique de la sainteté chrétienne. Mais c’est peut-être aussi que, comme Ganassa dans la séance de rédemption, il préfère « le prouver avant de […] le dire » (Le Nouveau Monde amoureux, p. 161). Car il pratique bel et bien ce que Fourier imaginait à travers ses saints et ses anges amoureux : une forme de service sexuel par plaisir et non par devoir, par amour et avec le sourire. Il faut voir en effet les prouesses faquiriques [2] de Lake, qui mange pour les tester les pilules roses de sa Panthère Noire (Walter Borden, l’acteur qui joue M. Peabody, est un ancien activiste des Black Panthers), dessine dans ses carnets des corps plus vieux et ridés les uns que les autres, et se donne au premier vieux venu, dès qu’il aperçoit sa misère sexuelle. Fort de son expérience (Fourier parlerait d’épreuves et de degrés), Lake finit par accepter des mains de Désirée « le signe de sainteté » (ibid.), une bague en étain en guise de « crachat de diamant » (ibid.) sur laquelle sont gravées les lettres S.A.I.N.T. Ce n’est pas un appel à la transcendance du religieux, c’est le sourire radieux de l’amour transgénérationnel.

Bruce LaBruce, le réalisateur de Gerontophilia, passait pour un pornographe sadien, expert en transgressions violentes (voir L.A. Zombie, 2010). Il faut croire que les textes et l’imaginaire de Fourier ont adouci et égayé son propre imaginaire – sans le dépolitiser : la sainteté gérontophilique de Lake opère une délicate mais ferme subversion de nos normes sexuelles, d’autant plus ferme peut-être qu’elle est plus souriante.


Patrick Samzun

Patrick Samzun

Patrick Samzun enseigne la philosophie au Lycée Marcel Sembat de Vénissieux. Il a soutenu en 2013, sous la direction d’Yves Citton, une thèse intitulée "Sexe, cosmos et société. Enquête littéraire et philosophique sur la formation d’une utopie sexuelle libérale chez Diderot, Rétif de la Bretonne, Fourier". Il a publié en 2015 "12+1 recettes pour innover en amour" (Critique). Il est membre du secrétariat de rédaction des Cahiers Charles Fourier. Il préside depuis 2017 l’Association d’études fouriéristes.


Les autres articles de Patrick Samzun



Notes

[1Voir Le Nouveau Monde amoureux, Paris, Anthropos, 1967, p. 156.

[2Les faquirs, dit Littré, couraient leur pays en vivant d’aumônes, qui deviennent chez Fourier des « pierreries de cérémonie » (Le Nouveau Monde amoureux, p. 171) récompensant non pas un « extrême ascétisme » (Littré) mais une extrême dévotion amoureuse.



 . 

 . 

 .