remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : novembre 2014

Biagioli, (Marie Marguerite) Louise


Née en 1814. Décédée en 1894. Pianiste. Membre du groupe parisien constitué autour du journal Le Nouveau Monde.


En 1841, mademoiselle Biagioli s’illustre lors des réunions du groupe constitué autour du journal Le Nouveau Monde. En janvier elle y lit une « boutade de Marie d’Arcys » [1]. Elle est l’auteur d’une nouvelle relatant l’histoire « d’une jeune fille désespérée, prête à s’arracher à la vie, et que la théorie de Charles Fourier réconcilie avec le monde, avec elle-même et avec Dieu » [2]. Elle lit sa nouvelle lors du banquet anniversaire de la naissance de Fourier organisé par le groupe parisien du Nouveau Monde de Jean Czynski en avril 1841. Elle réalise des travaux d’aiguilles pour la souscription destinée à la fondation du premier phalanstère d’enfants initiée par le groupe. Elle est probablement parente de Biagioli, membre du Comité de souscription pour la fondation du premier phalanstère.

Il s’agit peut-être de Louise Biagioli, fille de Nicolas Bagioli, ancien préfet de la République française à Rome, devenu littérateur et grammairien italien à Paris à partir de 1799 où il décède en 1830. Il était l’ami intime de Rossini. En 1824, son épouse, la cantatrice Carolina Herdlizka Biagioli, débute semble-t-il tardivement une carrière d’actrice au Théâtre italien. En 1834, la presse musicale prédit une brillante carrière musicale à Louise Biagioli qui s’illustre au piano lors des concerts de Philippe Musard. Est-ce elle ou ou est-ce sa mère qui est l’un des administrateurs de la Société musicale d’émulation et est recensée comme pianiste amateur, 50 rue de Bondy à Paris en 1845 ? Le 5 septembre 1846 à Paris (5e arrondissement), Louise Biagioli épouse Jean-Baptiste Josamède Perry, docteur en médecine, homéopathe, né à Saint-Pierre (Martinique) le 7 juin 1812. Trois enfants sont issus de ce mariage, Marie-Améphine (1846-1850), Julie Antonine (1846-….) et Henri (1852-1907) Perry-Biagioli. Julie Antonine et Henri connaissent la célébrité.


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : octobre 2015

Notes

[1« Faits divers », Le Nouveau Monde, 1er février 1841, p. 4.

[2« Science sociale. Sept avril. Anniversaire de la naissance de Charles Fourier », Le Premier Phalanstère, 15 avril 1841, p. 1.


Ressources

Sources

Le Diable boiteux, 13 mai 1824, p. 4 (en ligne sur Gallica).
La Romance, journal de musique, 20 décembre 1834, n° 51, p. 204 (en ligne sur Hathitrust.org->http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=mdp.39015009629075;view=1up;seq=210]).
« Nouvelle », La Gazette musicale de Paris, 21 décembre 1834, p. 415 (en ligne sur Google livres).
« Faits divers », Le Nouveau Monde, 1er février 1841, p. 4.
« Science sociale. Sept avril. Anniversaire de la naissance de Charles Fourier », Le Premier Phalanstère, 15 avril 1841, p. 1.
Annuaire musical 1845 contenant les noms et adresses des amateurs, artistes et commerçans [sic] en musique de Paris, des départemens [sic] et de l’étranger, Première année, Paris, Cité d’Orléans, 1844, p. 45 et p. 165 (en ligne sur Gallica).
Charles Edmond, Notice biographique sur le docteur Perry : 3 mai 1877, Paris, Librairie générale, 1877 (en ligne sur Gallica).
Le Figaro, 20 octobre 1894, p. 3, « Courrier des théâtres, [décès de Mme Biagioli, épouse Perry] » (en ligne sur Gallica).

Bibliographie

« BIAGIOLI, Niccolò Giosafatte », Dizionario Biografico degli Italiani, Volume 10 (1968) (en ligne sur Treccani.it, L’Enciclopedia italiana).

Sitogaphie

Généalogie de Monsieur Jean Lou Pierre Dinand, en ligne sur Geneanet.


Index

Notions : Banquets - Groupe local - Littérature - Musique

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Biagioli, (Marie Marguerite) Louise », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en novembre 2014 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1485 (consultée le 3 octobre 2017).

 . 

 . 

 .