Association
remonter 

mise en ligne : mai 2014

Compte rendu de l’AG de Guise, 2 mai 2014






Frédéric Panni, responsable du familistère de Guise, nous accueille dans une salle du familistère pour notre assemblée générale 2014. Il remercie Thomas Bouchet pour sa conférence sur « Les fruits défendus. Socialismes et sensualité du XIXe siècle à nos jours », son nouvel ouvrage ; cette conférence a rassemblé un public nombreux. Il nous explique combien honorer la mémoire de Godin c’est retrouver aussi les sources fouriéristes de son projet.

La présidente souhaite la bienvenue aux adhérents de l’association dans ce lieu emblématique du fouriérisme en partie appliqué, le familistère de Guise pour l’assemblée générale de 2014. Ce rendez-vous annuel est l’occasion de consolider nos liens, d’en créer de nouveaux. La présidente établit un court rapport moral.

Rapport moral (Chantal Guillaume)

Les Cahiers : il faut remercier le comité de rédaction des Cahiers. Ce n°24 consacré « aux phalanstères représentés » est une totale réussite. La qualité du travail d’érudition et d’iconographie fait de lui un n° de référence pour les études fouriéristes. Il faut remercier les deux responsables de ce Cahier, Nathalie Brémand et Florent Perrier. Il faut se représenter cette lourde tâche de réunir cette iconographie exceptionnelle du phalanstère.

Le site "charlesfourier.fr" : l’équipe qui le gère s’est étoffée et c’est tant mieux. Il reste un moyen privilégié de nous faire connaître, de susciter de nouvelles adhésions et de vendre des anciens cahiers. Le site, c’est aussi le dictionnaire biographique des fouriéristes. Ceux qui contribuent à le faire vivre B. Desmars, J.C. Sosnowski et T.Bouchet en parleraient mieux que moi. Il faut continuer cette entreprise de recherche. Nous sommes conscients que le site pourrait être mieux et plus utilisé. Il faut, c’est vrai pour moi, savoir combiner les deux cultures, celle du papier, celle du numérique.

Les publications : l’association se félicite d’avoir en son sein des adhérents actifs dans la recherche autour du fouriérisme. J’en veux pour preuves les nombreuses publications de 2013-2014. Chantal Guillaume, Pierre-Luc Abramson, Thomas Bouchet, Michel Giroud.

Il faut remercier les Presses du Réel qui poursuivent la diffusion des Cahiers, qui font aussi un travail essentiel de publication des œuvres complètes de Fourier et des exégèses autour du fouriérisme. Je n’oublie pas la belle édition chez Fata Morgana d’une œuvre inédite de Fourier Le réveil d’Epiménide. Ce texte est précédé d’une préface de René Schérer « L’inconvenance reconvertie » et de Constantin Irodotou qui en a établi l’édition « Le visionnaire et son énigme ». Ce dernier dit lui-même que ce fut un défi de déchiffrer ce manuscrit de plusieurs versions, inachevé. Nous saluons la qualité de ce travail. Ce texte est une pièce de théâtre qui fait se réveiller Epiménide en 2000, dans une société qui a réalisé l’harmonie sociétaire et l’attraction passionnelle. L’association peut être fière d’avoir soutenu financièrement cette édition de qualité. Elle a versé 500 euros d’aide. Il nous semble hautement symbolique de participer même modestement à l’édition des textes inédits de Fourier.

La vie de l’association : une réunion du bureau a été annulée en décembre. Cela reste difficile de nous réunir mais nous pourrions envisager des solutions numériques pour échanger sans nous déplacer (skype). Il faut aussi évoquer nos participations aux colloques, aux rencontres autour du fouriérisme. Je ne peux toutes les dénombrer. Notre site fait ce travail d’information.
Je donne quelques exemples récents ou à venir : La Fraternelle à Saint- Claude en mars 2014 autour de la poésie, Fourier et l’objection de croissance, le 10 mai, un repas fouriériste à Déservillers en Franche-Comté, à Besançon une exposition d’art ce mois de mai consacrée à Fourier. N’oublions pas la venue à Besançon de Jonathan Beecher en automne 2013 pour un court périple guidé par Gaston Bordet.

Cette dernière information nous rappelle la triste nouvelle du décès le 14 juillet 2013 de Jean-Claude Dubos. C’est lui qui a accueilli Jonathan à Besançon… Nous lui avons rendu hommage dans les Cahiers. Mais nous voudrions aussi continuer en posant sur sa tombe dans le cimetière des Chaprais à Besançon où est enterré Just Muiron, une plaque d’hommage. Jonathan a déjà versé 100 dollars pour en faire l’acquisition.

Nous avons aussi appris le décès de Jacques Thbaut le 17 mars 2017. Il était un spécialiste de Constantin Pecqueur. Il nous a légué sa bibliothèque fouriériste et confié un manuscrit, une biographie intellectuelle de Constantin Pecqueur. Un colloque l’année dernière à Lyon nous laisse espérer que nous pourrons contribuer peut-être à faire éditer ce texte.

L’assemblée vote le rapport moral : 38 voix (19 présents, 19 procurations). La présidente ne prend pas part au vote.

Rapport financier (Michel Guet)

Trésorerie au 01/01/2014, pour l’exercice 2013 : 4486,59 € ( 4460,02 € en 2012)

Recettes de l’exercice 2013 : 3285,74 € (2585,80 € en 2012)

Dépenses de l’exercice 2013 : 4070,35 € (2559,23 € en 2012)

Solde au 31/12/2013 à reporter 3701,98 € (4486,59 € en 2012)

Commentaires :

Une légère inflexion de notre trésorerie qui s’explique premièrement par le coût plus élevé de ce numéro, mais je pense que vous serez d’accord avec moi pour le trouver très beau. Coût du CCF 24 : 2642,90 € dont 418,80 de droits de reproduction — BNF et Archives Nationales — (il n’est pas non plus contraire à nos buts que nous collaborions aux recettes de ces différentes institutions qui nous sont chères...) Nous avons également augmenté notre maquettiste (400 € au lieu de 360).
Seconde raison pour cette diminution de trésorerie : nous avons jugé utile d’aider à hauteur de 500 € les éditions Fata Morgana pour la publication de ce très bel ouvrage intitulé Le Réveil d’Épiménide, sous la direction de notre adhérent Constantin Irodotou, auquel ont collaboré René Schérer ainsi que Stéphane Cosson et Anne Pichard.
Un dernier mot concernant nos frais de routage. Ils se sont élevés à 305,51 € pour 90 exemplaires envoyés, soit environ 3,40 € par envoi ce qui représente un peu moins de la moitié du coût d’impression (7,55 € l’exemplaire pour un tirage de 350). Pour notre malheur la limite de poids en « écopli » est de 250 gr., or le n°24 + la circulaire + l’enveloppe totalisent 251 gr. J’ai bien proposé de supprimer les rabats de chaque exemplaire, mais Thomas s’y est vigoureusement opposé.

L’assemblée vote le rapport financier : 38 voix (19 présents, 19 procurations). Le trésorier ne prend pas part au vote.

Renouvellement du conseil d’administration selon statuts

Laurence Bouchet sort du CA, Michel Giroud y fait son entrée.

Questions diverses

L’assemblée note que notre association fait preuve d’une belle vitalité : 20 membres présents à l’AG et 19 procurations. Nous aurions 80 adhérents d’après notre dernier comptage mais nous devrions séparer les membres et les institutionnels qui sont abonnés au Cahier mais pas membres adhérents.
Cahier 25 : bientôt bouclé. Un numéro varia. Gabrielle Cadier-Rey présente à l’AG évoque la publication dans ce cahier de textes inédits de Eugène Pottier.
Signalons le fait que la rubrique « informations diverses » était tenue par J.C.Dubos ; il faut continuer dans le même esprit. Il faut aussi publier un texte de Jean-Claude Dubos : « le cœur de Fourier ». C’est Louis Ucciani qui se charge de ce manuscrit.
Cahier 27 : Gérard Roche et Florent Perrier se chargent de le superviser, consacré à Fourier et au surréalisme sous l’angle philosophique, politique, esthétique. Hommage à Simone Debout. Ce n° est prévu en décembre 2016.
Cahier 28 : le fouriérisme russe. Michel Antony a fait un travail préparatoire de recensement. Contacter Marie-Pierre Rey à Paris 1. Les membres de l’AG considèrent qu’il ne faut pas ouvrir sur la Chine, le Japon, la Russie étant « un gros morceau ».
Proposition des Presses du réel : Michel Giroud membre de l’association, présent à cette AG, éditeur des œuvres complètes de Fourier, propose la prise en charge de la confection des Cahiers par les Presses du réel. Il prend acte de notre demande à Géraldine Minet (qui travaille pour les Presses) de réaliser dorénavant la mise en page et la couverture des Cahiers et nous fait cette proposition de gestion complète par son éditeur de la fabrication des cahiers. L’assemblée à l’unanimité décide de prendre un temps de réflexion pour donner une réponse, attendant de posséder plus de données pour trancher. A priori, l’association tient à conserver son indépendance en sachant que l’adhésion à Revue.org pose des problèmes que nous n’avons pas encore envisagés. Le secrétariat de rédaction n’étant pas au complet, il nous semble inopportun de répondre ce jour à cette demande. Michel Giroud doit nous repréciser les conditions de ce partenariat. L’assemblée tient toutefois à rappeler qu’elle apprécie grandement le travail effectué par les Presses du réel dans la diffusion des Cahiers et souhaite continuer à collaborer avec elles. Nous attendons des propositions plus précises.
Proposition de mettre une plaque au nom de l’association dans le cimetière de Dallas « en mémoire de Reunion », faite par Gabrielle Cadier-Rey. L’association témoignerait ainsi d’un lien de continuité entre cette expérience de fouriérisme appliquée et notre volonté aujourd’hui de faire connaître tout ce qui ressemble à l’associationnisme expérimenté.
Prochaines assemblées générales : en 2015 à Besançon, en 2016 à Lyon, en 2017 proposition de Michel Antony à Champlitte pour l’émigration au Mexique, pour faire connaître un axe Lure-Luxeuil autour des maîtres de forges de Magny-Vernois. A suivre…

A l’issue de l’assemblée générale, le CA renouvelle le bureau. Sa composition reste la même. Présidente : Chantal Guillaume, Vice-président : Olivier Duizabo, Secrétaire : Nathalie Brémand, Secrétaire adjoint : Pierre Merklé, Trésorier : Michel Guet , Trésorier adjoint : Bernard Desmars.





Pour citer ce document

« Compte rendu de l’AG de Guise, 2 mai 2014  » , charlesfourier.fr , rubrique « Assemblées générales (et CA) » , mai 2014, en ligne : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1327 (consulté le 10 décembre 2017).



 . 

 . 

 .