remonter 
Jean-Claude Sosnowski  |  mise en ligne : décembre 2013

Dervieu (parfois Dervieux ; signe A. Dervieu fils), André


Né le 29 germinal an VIII (19 avril 1800) à Lyon (Rhône). Décédé à Urt (Basses-Pyrénées, auj. Pyrénées-Atlantique) le 14 février 1884. Négociant et fabricant d’étoffes de soie à Lyon, puis agriculteur rentier à Urt. Fondateur de la Société de garantie contre le piquage d’once de Lyon en 1840. Souscripteur au crédit de dix mille francs pour la fondation d’un phalanstère d’enfants. Actionnaire de la Société du 15 juin 1840 « pour la propagation et pour la réalisation de la théorie de Fourier ». Membre du conseil municipal de Lyon en 1846-1847 puis de juin à août 1848. Membre du Comité d’organisation du travail à Lyon en 1848.


André Dervieu est le fils d’André Dervieu, chapelier rue Romarin à Lyon et d’Élie Gras. Il est le frère du chapelier saint-simonien Hubert Dervieu inculpé à la suite de l’insurrection lyonnaise des 21-23 novembre 1831 et incarcéré à la prison de Roanne [1]. André Dervieu est l’un des prévenus condamnés lors du « procès des Mutuellistes et des Ferrandiniers » d’août 1833 [2]. Il est l’un des fondateurs de la Société lyonnaise de garantie contre le piquage d’once établie en 1840 et autorisée le 13 décembre 1843, institution « dont les efforts sont consacrés à prévenir ou réprimer les infidélités, les fraudes et les abus qui se sont propagés » [3] dans l’industrie de la soierie lyonnaise. Membre du conseil des prud’hommes [4], il est également administrateur de la Société lyonnaise des déchets créée en mai 1846 pour lutter contre la fraude et la concurrence déloyale. Il participe au Congrès scientifique de Lyon de septembre 1841, congrès au cours duquel Victor Considerant développe la théorie sociétaire. Dervieu est probablement [5] l’auteur du rapport sur la soierie lyonnaise donné lors de ce congrès à la suite des communications de Charles Bergeron. Dervieu est candidat « socialiste » lors des élections législatives d’août 1846. Il est soutenu par L’Écho de l’industrie de Fabvier même si, souligne ce dernier, « nous aurions demandé à M. Dervieu d’être plus franchement socialiste, ou d’avoir un parti politique plus tranché » [6]. Bien qu’ayant échoué, « les voix qu’il a réunies forment une minorité imposante et assurent sa nomination aux élections futures » [7]. Élu membre du conseil municipal de Lyon en 1846, avec la confiance du Censeur de Lyon, favorable à l’opposition républicaine, qualifié de « conservateur progressif » par La Tribune lyonnaise [8] de Chastaing, Dervieu s’insurge contre la spéculation financière et propose l’adoption d’un vœu condamnant l’agiotage et les « pratiques de parquet à la bourse [qui] constituent véritablement un jeu, plus que tout autre défendu par la loi, exposé aux éventualités du hasard et de la mauvaise foi, puisque le commerçant qui se livre à la roue de l’agiotage peut spéculer à l’ombre du comptoir, vendre ce qu’il ne possède pas, ou acheter ce qui n’existe pas, jouer sur les différences de hausse ou de baisse, en offrant pour enjeu son avenir, celui de sa famille celui des tiers, jusqu’à sa débâcle, qui trop souvent entraîne la ruine d’autrui [...] » [9]. Sa proposition vise à la défense de la fabrique lyonnaise mais elle est renvoyée en commission suite à l’intervention d’un autre élu, agent de change. Durant l’hiver 1846-1847, il propose un système de bons à quarante centimes que tous les citoyens auraient pu remettre pour acheter leur pain, les plus fortunés pouvant même en distribuer, à charge pour les boulangers de se faire payer la différence à la caisse de la ville, système qui aurait éviter l’humiliation de « l’aumône injurieuse et dégradante » [10] que doivent subir les plus démunis en retirant ces bons au Bureau de bienfaisance de la ville.

Dervieu est souscripteur au « crédit de dix mille francs demandé pour les études d’un phalanstère d’enfants » [11] ; il souscrit pour 100 francs et souhaite même, écrit-il en août 1837, contribuer ultérieurement à une réalisation « pour exploiter le système providentiel ». Il prévoit de « confier par testament une partie de [s]on avoir de préférence à tout établissement de charité existant qu’[il croit] tout actuellement une nécessité aussi nuisible que favorable » [12]. Il est alors abonné à La Phalange [13]. Il est également actionnaire de la Société du 15 juin 1840 « pour la propagation et pour la réalisation de la théorie de Fourier ». Au 15 mai 1843, avant que la société soit scindée en deux entités, la seconde devenant la « Société pour la transformation de La Phalange en journal quotidien » [14], il détient quatre actions pour 2 000 francs réglés. Cantagrel ne manque pas de lui rendre visite lors de son périple provincial de 1844 [15].

Cité parmi les candidats lyonnais à la Constituante de 1848, selon Le Tribun du Peuple, il est un « citoyen honorable, adhérant aux idées phalanstériennes, mais sans opinions politiques » [16]. Il retire néanmoins sa candidature [17]. En mars 1848, Emmanuel Arago établit un Comité d’organisation du travail à Lyon ou commission « chargée de régler les différends entre patrons et ouvriers et de rechercher la meilleure organisation sociale » [18]. Ce comité, présidée par Morellet, est « l’œuvre des phalanstériens » [19]. Dervieu en est membre. Sur sa proposition, une commission se prononce contre le principe d’un tarif fixant les salaires, système jugé dangereux [20]. Dervieux s’oppose par ailleurs à un condisciple phalanstérien, Briot qui propose « la conversion en monnaie de toute l’argenterie qui se trouve chez les citoyens, sauf les objets d’art ». Dervieu préfère « l’impôt progressif [...] plus efficace » [21]. Lors des élections municipales de juin, il est élu par deux sections et opte pour celle dite d’Orléans. Le Censeur note qu’il a été proposé par le comité conservateur dit du quai de Retz. Un correspondant du Peuple souverain le qualifie cependant de « socialiste, mais sans idées politiques [...] » [22]. Il est démissionnaire en août 1848. Il réside 8 rue Saint Polycarpe avec un domestique. Au cours de l’année, il est admis à la Société nationale d’agriculture, d’histoire naturelle et des arts utiles de Lyon et il est membre titulaire de la section de l’industrie dont il démissionne en mai 1859 du fait de son éloignement à la campagne. Resté célibataire, entre autres volontés énoncées par testament du 28 juillet 1881, il lègue à la Société de garantie contre le piquage d’onces et subsidiairement à la Ville de Lyon une somme de 20 000 francs dont « les arrérages en rentes sur l’État doivent être distribués [pour] la publication la plus utile aux classes laborieuses de toutes catégories concernant l’hygiène, l’instruction professionnelle ou la morale essentiellement religieuse ; aux connaissances utiles, soit industrielles, soit ménagères » [23].


Jean-Claude Sosnowski

Dernière mise à jour de cette fiche : décembre 2014

Notes

[1Fernand Rude, Le Mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832, Paris, J. Loviton, 1944, p. 206 et p. 408. « Avis divers », L’Écho de la fabrique, 28 octobre 1832, n° 53 p. 8.

[2« Tribunal de police correctionnelle. Procès des Mutuellistes et des Ferrandiniers », L’Écho de la fabrique, 1er septembre 1833, p. 1.

[3« Société de garantie », Annuaire départemental administratif et statistique du Rhône et du ressort de la Cour royale, Lyon, Mougin-Rusand, janvier 1848, p. 225.

[4L’Écho de l’industrie, 25 mai 1846.

[5L’avocat J.-J. F. Dervieu participe également au congrès.

[6« Élections du collège du nord », L’Écho de l’industrie, 1er août 1846.

[7« Élections du département du Rhône », L’Écho de l’industrie, 8 août 1846.

[8« Revue des élections municipales », La Tribune lyonnaise, octobre 1846, p. 77.

[9« Conseil municipal de Lyon. Séance du 10 février 1848 », Le Censeur, journal de Lyon, 16 et 17 février 1848.

[10« Subsistances », La Tribune lyonnaise, mars 1847, p. 2.

[11Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS31 (1) (681Mi51), « crédit de dix mille francs demandé pour les études d’un phalanstère d’enfants, sommes versées au 27 juillet 1838 ».

[12Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS37(7) (681Mi60), lettre de A. Dervieu fils, 11 août 1837.

[13Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires,10AS31 (1) 681Mi51) « Abonnés [à La Phalange] qui ont droit aux gravures de Chartres », 27 juillet 1838.

[14Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS30 (681Mi49), état des actionnaires de la Société du 15 juin 1840 « pour la propagation et pour la réalisation de la théorie de Fourier » au 15 mai 1843.

[15Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10 AS 37 (681 Mi 59, vue 236), lettre de Cantagrel à Allyre Bureau, Valence le 24 novembre 1844.

[16« Examen des candidatures (Suite. - Voir le n° 11) », Le Tribun du peuple, 23 et 24 mars 1848, p. 2.

[17Le Censeur, journal de Lyon, 7 avril 1848, p. 3.

[18Cité par Léon Lévy-Schenider, « Les débuts de la révolution de 1848 à Lyon à propos d’un ouvrage récent », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome IX, 1911, p. 55.

[19Joseph Benoit, Souvenirs de la République de 1848, Lyon-Paris, Genève, Duchamp et Cie, Corraterie, 1855, p. 37.

[20« Extraits des registres de la Commission de l’organisation du travail », Le Tribun du peuple, organe de la société démocratique, 13 mars 1848, p. 2. « De l’organisation du travail », Le Tribun du peuple, 8 mars 1848, p. 2.

[21« Extrait des délibérations de la Commission de l’organisation du travail de Lyon. Séance du 14 mars », Le Tribun du peuple, 17 mars 1848, p. 2

[22« Élections municipales. Au citoyen rédacteur en chef du Peuple souverain. Le 16 juin 1848 », Le Peuple souverain, journal de Lyon, 18 juin 1848, p. 2.

[23« Variétés », Lyon médical, tome 139, 1927, p. 442.


Ressources

Œuvres

Un mot sur les fabriques étrangères de soierie, à propos de l’exposition de leurs produits faite par la chambre de commerce de Lyon, Lyon, Durval, Bohaire, 1835.
Des causes locales qui nuisent à la fabrique lyonnaise, et des moyens de les faire cesser, ou du moins d’en atténuer les effets, Lyon, Boursy, 1846.

Sources

Archives nationales, Fonds Fourier et Considerant, Archives sociétaires, 10AS30 (681Mi49), état des actionnaires de la Société du 15 juin 1840 « pour la propagation et pour la réalisation de la théorie de Fourier » au 15 mai 1843 ; 10AS31 (1) (681Mi51), « crédit de dix mille francs demandé pour les études d’un phalanstère d’enfants, sommes versées au 27 juillet 1838 » ; « Abonnés [à La Phalange] qui ont droit aux gravures de Chartres », 27 juillet 1838 ; 10AS37(7) (681Mi60), lettre de A. Dervieu fils, 11 août 1837 ; 10 AS 37 (681 Mi 59, vues 234-237, lettre de Cantagrel à Allyre Bureau, Valence le 24 novembre 1844..
Archives municipales de Lyon, 2E58 registre de l’état civil de la ville de Lyon division de l’ouest, acte de naissance d’Hubert Dervieux, n° 3 du 4 vendémiaire an VI ( 25 septembre 1797) (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 1).
Archives municipales de Lyon, 2E34 registre de l’état civil de la ville de Lyon division du nord,, acte de naissance d’André Dervieu, n° 551 du 29 germinal an VIII (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 80).
Archives municipales de Lyon, 921WP146 recensement, 1e arrondissement, Jardin des plantes, 3e section Griffon, rue Romarin, 1832 (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 70).
Archives municipales de Lyon, 921WP253 recensement, 1e arrondissement, 5e section, Les Capucins, rue Saint-polycarpe, 1846 (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vue 84).
Archives départementales du Rhône, 6MP103 recensement, rue Saint-Polycarpe, 1851 (en ligne sur le site des Archives départementales du Rhône, vue 3).
Archives départementales des Pyrénées-Atlantique, 5Mi546, état civil de Urt (Pyrénées-Atlantique), registre des décès, acte n° 8 du 14 février 1884 (en ligne sur le site des Archives départementales des Pyrénées-Atlantique, vue 15).
Archives municipales de Lyon, 2CM73 Conseil municipal, procès-verbaux des séances, séance du 18 mai, pp. 295-298 (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vues 325-328).
Archives municipales de Lyon, 1217WP165 registre des délibérations, « Legs Dervieu. Instance », délibération du 25 novembre 1902, (en ligne sur le site des Archives municipales de Lyon, vues 29-30).
Congrès scientifique de France, neuvième session tenue à Lyon, en septembre 1841, tome 1, procès-verbaux des sections, Lyon, Gibberton, Brun et Gourdon, Paris, Derache, 1842, p. 209 et p. 554 (en ligne sur Gallica.
« Patriote du Puy-de-Dôme », L’Écho de la fabrique, 9 septembre 1832, p. 7 (en ligne sur L’Écho de la fabrique et la petite presse ouvrière lyonnaise des années 1831-1835).
« Avis divers », L’Écho de la fabrique, 28 octobre 1832, n° 53 p. 8 (en ligne sur L’Écho de la fabrique et la petite presse ouvrière lyonnaise des années 1831-1835).
« Tribunal de police correctionnelle. Procès des Mutuellistes et des Ferrandiniers », L’Écho de la fabrique, 1er septembre 1833, p. 1 (en ligne sur L’Écho de la fabrique et la petite presse ouvrière lyonnaise des années 1831-1835).
L’Écho de l’industrie, 25 mai 1846, p. 3 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Élections du collège du nord », L’Écho de l’industrie, 1er août 1846 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Élections du département du Rhône », L’Écho de l’industrie, 8 août 1846 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Lyon, 1er septembre 1846 », Le Censeur, journal de Lyon, 2 septembre 1846, p. 1 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Revue des élections municipales », La Tribune lyonnaise, octobre 1846, p. 77 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Subsistances », La Tribune lyonnaise, mars 1847, pp. 2-3 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Conseil municipal de Lyon, dans l’ordre du tableau », Annuaire départemental administratif et statistique du Rhône et du ressort de la Cour royale, Lyon, Mougin-Rusand, janvier 1848, p. 100 (en ligne sur Google livres).
« Société de garantie », Annuaire départemental administratif et statistique du Rhône et du ressort de la Cour royale, Lyon, Mougin-Rusand, janvier 1848, p. 225 (en ligne sur Google livres).
« Société lyonnaise des déchets », Annuaire départemental administratif et statistique du Rhône et du ressort de la Cour royale, Lyon, Mougin-Rusand, janvier 1848, p. 226 (en ligne sur Google livres).
« Conseil municipal de Lyon. Séance du 10 février 1848 », Le Censeur, journal de Lyon, 16 et 17 février 1848 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Conseil municipal de Lyon. Fin de la séance du 10 février 1848 », Le Censeur, journal de Lyon, 18 février 1848 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo-).
« De l’organisation du travail », Le Tribun du peuple, 8 mars 1848, p. 2 (en ligne sur le site de la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Extraits des registres de la Commission de l’organisation du travail », Le Tribun du peuple, organe de la société démocratique, 13 mars 1848, p. 2 (en ligne sur le site de la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Extrait des délibérations de la Commission de l’organisation du travail de Lyon. Séance du 14 mars », Le Tribun du peuple, organe de la société démocratique, 17 mars 1848, p. 2 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Examen des candidatures (Suite. - Voir le n° 11) », Le Tribun du peuple, organe de la société démocratique, 23 et 24 mars 1848, pp. 1-2 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
Le Censeur, journal de Lyon, 7 avril 1848, p. 3 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Nouvelles locales », La Liberté, journal de Lyon, 17 juin 1848, p. 4 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Élections municipales. Au citoyen rédacteur en chef du Peuple souverain. Le 16 juin 1848 », Le Peuple souverain, journal de Lyon, 18 juin 1848, p. 2 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Conseil municipal de Lyon. Séance du 19 juin 1848 », Le Peuple souverain, journal de Lyon, 21 juin 1848, p. 1 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Élections municipales », Le Censeur, journal de Lyon, 14 et 15 juin 1848, p. 1 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« [Résultat des élections municipales]. Lyon, le 7 août 1848 », Le Peuple souverain, journal de Lyon, 8 août 1848, p. 1 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
« Élections municipales de Lyon – 31 août – section d’Orléans », Le Censeur, journal de Lyon, 2 septembre 1846, p. 3 (en ligne sur la Bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo).
Société royale d’agriculture, d’histoire naturelle et des arts utiles de Lyon, « Séance du 23 février ; présidence de M. Guimet », Annales des Sciences physiques et naturelles, d’agriculture et d’industrie, tome 7, 1844, p. XXI (en ligne sur Gallica).
Société nationale d’agriculture, d’histoire naturelle et des arts utiles de Lyon, « Tableau de la Société nationale d’agriculture, d’histoire naturelle et des arts utiles de Lyon », Annales des Sciences physiques et naturelles, d’agriculture et d’industrie, 2e série, tome 1, 1849, p. CXIII et p. CXV (en ligne sur Gallica.
Société impériale d’agriculture, d’histoire naturelle et des arts utiles de Lyon, « Séance du 6 mai. Présidence de M. Lecocq », Annales des Sciences physiques et naturelles, d’agriculture et d’industrie, 3e série, tome 3, 1859, p. XLIII (en ligne sur Gallica).
« Variétés », Lyon médical, tome 139, 1927, p. 442 (en ligne sur Gallica).
Joseph Benoit, Souvenirs de la République de 1848, Lyon-Paris, Genève, Duchamp et Cie, Corraterie, 1855, p. 37 (en ligne sur Hathi trust).

Bibliographie

Pierre Cayez, Métiers Jacquard et hauts fourneaux aux origines de l’industrie lyonnaise, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1978, p. 168.
Octave Festy, « L’Insurrection de Lyon en 1831 d’après des documents inédits », Annales des Sciences politiques, Paris, Félix Alcan, 1910, tome 25, pp. 85-104 (en ligne sur Gallica).
Fernand Rude, Le Mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832, Paris, J. Loviton, 1944, p. 206 et p. 408.
Léon Lévy-Schneider, « Les Débuts de la révolution de 1848 à Lyon à propos d’un ouvrage récent », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome IX, 1911, pp. 24-61, 177-198.


Index

Lieux : Lyon, Rhône

Notions : Actionnariat - Commerce - Conseil municipal - Organisation du travail - Phalanstère - Réalisateurs

Pour citer cette notice

SOSNOWSKI Jean-Claude, « Dervieu (parfois Dervieux ; signe A. Dervieu fils), André », Dictionnaire biographique du fouriérisme, notice mise en ligne en décembre 2013 : http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1246 (consultée le 8 août 2017).

 . 

 . 

 .